Categories Menu

Le Pot-Pourri très pourri #4

Bonjour mes chers petits ! Comment c’est-y que ça va, par chez vous ? Ici, fort bien. Halloween est proche, ça me réveille les sangs !

Aujourd’hui, je vous parle de plein de choses très différentes, c’est le Pot-Pourri par excellence, ma foi !

Cliquez, mais cliquez donc !

 

 

 

La Suite

Posted by on Oct 7, 2016 in Fourre-tout | 8 comments

Le Pot-Pourri très pourri #2

Allez, cette semaine, une spéciale Emmy Awards 2016.
Je vous préviens, ne vous attendez pas à ce que je commente beaucoup les récompenses, franchement c’est pas mon truc et j’en ai un petit peu rien à carrer. (Tous des vendus !)

Par contre, pour ce qui est des anecdotes croustillantes et des looks improbables, vous pouvez évidemment compter sur moi !

 

 

La Suite

Posted by on Sep 23, 2016 in Fourre-tout | 7 comments

Le Pot-Pourri très pourri #1

Le Pot-Pourri très pourri #1

Ah ben parfait, je ne suis pas du tout en retard sur mon planning ! Voici le billet que je devais publier vendredi, tout va bien !
Enfin, c’est pas grave.

Ce qu’il y a de bien, avec cette mutation de chaudron, c’est que je ne me sens plus obligée de faire court, ah ah !

Ça vous dit un petit plongeon purulent dans le pot-pourri de la semaine ?
Eh bien c’est parti !

 

 

La Suite

Posted by on Sep 18, 2016 in Fourre-tout | 11 comments

Poldark, saison 1 (owi, owi !)

Poldark, saison 1 (owi, owi !)

Donc bonjour.

Ah, aujourd’hui, pour changer, je vais remercier Netflix, sans qui je ne serais pas là. (Enfin si, mais bon.)

Donc Netflix a eu la brillantissime idée, en juillet, d’ajouter la série Poldark à son catalogue. Ça faisait un petit moment que j’entendais les gensses (et surtout les gensses féminines) vanter les mérites de cette fiction de 8 épisodes estampillée BBC, soit le sceau de l’excellence.

Alors, pourquoi donc ai-je attendu si longtemps avant de regarder cette série-là ? Eh bien, très honnêtement parce que j’avais peur que ce soit un peu cucul la praloche. (Dit celle qui pourrait liquéfier les bouquins de Jane Austen  pour se les passer en intraveineuse.) Et aussi parce que j’avais peur de virer un peu trop gniiiiiikilébokilémignonkiléchou devant Aidan Turner. Pas trop ma came à la base, mais j’avais senti le gros potentiel dans Being Human et encore plus dans le Hobbit où il était quasiment impossible de résister à la bestiole même en essayant très très fort. C’est pourtant pas faute d’avoir eu Richard Armitage pour lui faire de l’ombre d’un côté et Evangeline Lilly ??? pour le plomber de l’autre.

(Eh oui, dix ans plus tard, je ne peux toujours pas la blairer, c’est magique.)

Bon, eh bien là, raté. J’ai tenu cinq minutes avant de faire hihihi et uhuhuh : Aidan Turner est absurdement adorable. ???

Poldark_Saison1_6

Même avec un tricorne sur la tête, ce qui n’est pas donné à tout le monde, je vous ferais dire.

En plus, il se trouve que j’entretiens un amour absolument désespéré pour les Cornouailles (pas LA Cornouaille bretonne, hein, LES Cornouailles) et que si j’osais conduire mon balai à gauche comme ces béotiens de Britonnie, j’y passerai probablement toutes mes villégiatures.
Mais comme j’en suis infoutue, je me contente de pleurer dans mon coin et d’aller en Corse, d’où je vous écris présentement.
Ça va, je vous rassure. J’en chie mais je m’accroche.

Eh ben là, Poldark, ça se passe en Cornouailles. Donc il y a toujours quelque chose à admirer, que ce soit les paysages, Aidan Turner et bien d’autres.

Trêve de palabres.
D’abord ça parle de quoi, c’te série ? Eh bien c’est l’adaptation d’une série de romans (que dis-je, un monument de la littérature anglaise) qui se passe au dix-huitième siècle, ce qui est bien sympathique car nous sommes à quelques décennies de la révolution industrielle et cela se sent.

C’est l’histoire de Popol, enfin, Ross Poldark (vu qu’ils s’appellent tous Poldark, mieux vaut utiliser leurs petits noms).
Ce brave jeune homme est en réalité un capitaine qui revient d’Amérique où il a été blessé au cours de la guerre d’Indépendance. Mais genre bien bien blessé, quoi, pas une pauvre pichenette et oh il est tombé.

Poldark_Saison1_3

Blessé avec du sang et tout.

Il arbore donc une impressionnante cicatrice sur le visage. Seulement depuis Geoffrey de Peyrac, on sait tous que ça ne le rendra que plus canon.

Capture d'écran 2016-09-04 14.21.15

Je confirme.

Mais du coup, il tire grave la tronche, le gars. Et il va la tirer pendant un grand moment, je dirais à peu près la moitié de la première saison où les sourires seront aussi rares que dents de poule. Un vrai festival de bouderie, entre les bouclettes et le regard qui tue, on croirait le cousin de Jon Snow.
Mmmmh, aurais-je un problème avec les bruns révoltés ? Apparemment. Sur moi, le côté écorché de la vie de Ross Poldark a fait son petit effet, en tout cas.

Capture d'écran 2016-09-04 18.10.53

« Je m’appelle Ross Poldark et j’vous pisse tous à la raie. »

Du coup, après cinq minutes (j’ai calculé), j’adore déjà le gars, je le plains, je veux recueillir l’oiseau blessé, le soigner, lui bourrer les joues de Smarties.
Après six minutes, il débarque chez son oncle et esquisse un vague sourire face à la famille réunie. Je suis amoureuse.
À huit minutes, il découvre que son cousin épouse son ancienne flamme et ses yeux lancent des éclairs. Je me meurs.

Poldark_Saison1_11

Car Popol, fait donc irruption chez son oncle, le frère aîné de son père fraîchement canné, et je vous dis pas la grosse ambiance au repas, tout le monde l’ayant cru occis depuis perpète. Ce qui est un peu gênant. C’est qu’on attendrait quelque effusion, tout de même.

Poldark_Saison1_9

Voilà, voilà, tout le monde est si content ! Surtout la fiancé du cousin, donc, qui voit débarquer son ancien mec et bon, comment dire…

Poldark_Saison1_10

C’est pas qu’il est vilain, le cousin, mais c’est sûr qu’à choisir, l’énervé aux sourcils froncés et à la bouclette rebelle est tout de même vachement plus excitant !

Là-dessus, Popol reprend possession de sa propriété (et de ses dettes) et on peut bien le dire, son vieux a fait du beau boulot.

Poldark_Saison1_13

Il lui reste un pauvre corps de ferme tout pourrave, une terre ingrate, une mine moribonde et un couple de serviteurs voleurs, paresseux et avinés qui passent leur temps à dire des méchancetés entre leurs dents pourries.

Poldark_Saison1_27

Comme on dit : un p’tit pour la route !

Après avoir un peu couiné pour la forme…

Poldark_Saison1_14

… Ross va prendre son courage à deux mains, retirer sa chemise (hihi), faire des bras d’honneur à tout le monde et tenter de ramener son domaine à la vie pour donner du boulot à ses métayers et ne pas se retrouver à la rue comme un va-nu-pied.

Poldark_Saison1_67

(Fan service ? Non, je ne vois pas de quoi vous voulez parler.)

C’est l’histoire d’un type courageux mais tourmenté, qui fait fi des conventions, s’élève contre le système (déjà) des banquiers et des négociants, mouille sa chemise avec ses vassaux (enfin, quand il en porte une), tente d’oublier son ancien amour sur fond de paysages épiques, mais tombe parfois dans la connerie par volonté de trop bien faire et parce qu’il est un brin soupe-au-lait.
Et puis il se passe un truc.

Poldark_Saison1_18

Une gamine crasseuse flanquée d’un cabot mangé aux mites qu’il ramasse au village parce qu’il a bon cœur malgré son air pas commode, et dont il fait sa servante. 
C’est là que j’ai été définitivement charmée. Plus encore que par Aidan Turner, je crois.

Pour résumer : vous voulez de la romance improbable ? Du bourgeois venimeux ? Du mineur huilé et de la rousse piquante ? Bah cliquez, nom de Zeus, vous allez être servis ! ?

 

 

La Suite

Posted by on Sep 7, 2016 in Fourre-tout | 9 comments

FacebookTumblrTwitterEmailRSS
Top