Categories Menu

[GoT] 8×04 The last of the Starks

 

***Petite annonce : si l’un(e) d’entre vous détient mon tome 2 de l’intégrale du Trône de Fer il/elle est prié(e) de me le rapatrier rapidos, merci beaucoup***

Bien.

Les amis, il arrive un moment où je ne peux plus garder le silence. Cet épisode m’a décidée à revenir ici… mes nuits sont courtes, je peux vous le garantir. Et les épisodes sont longs, je ne vous apprends rien. Alors sans plus de cérémonie, je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous ma review de cet épisode où qu’on se réveille pas bien frais après une très longue nuit.

Enfin, je veux parler des personnages, hein, moi je me suis levée à 5h30 du matin pour voir cet épisode de merde avant d’aller bosser. Voilà, voilà, non, je ne suis pas du tout obsessionnelle toute seule dans mon petit coin, je ne vois pas pourquoi vous dites ça.
Les gens me trouvent triste au boulot, mais je ne vois pas non plus de quoi vous voulez parler.

Beaucoup de café a coulé pendant cette journée, en tout cas.

Bref. On y va ? On inspire un grand coup, on décrispe ses petits orteils, on fait craquer ses phalanges, on ouvre grand ses mirettes, et on fonce. Je vous préviens, ça va drôlement saigner 90 % du temps.

Z’êtes prêts ??
Oh, et je m’excuse par avance pour la longueur de cette chose. Je suis intarissable quand il s’agit de mes personnages préférés. 😉

Tiens, vu que ça va vous prendre six plombes pour lire cette review, je vous propose un peu de miouzik qui fait pas trop de bruit à écouter pendant ce temps.

Bon… je ne vais pas m’attarder sur l’épisode précédent, avec un peu de chance je trouverai le courage et l’abnégation de le reviewer. Et surtout d’éclaircir TOUTES mes captures d’écran. (Déjà que ça m’a pris un temps fou pour cet épisode, j’ose à peine imaginer le précédent.)
En tout cas, je puis vous dire, concernant le début de celui-ci, que j’ai chialé des bassines. Ah non, mon pauvre Ser Friendzone, vraiment c’est pas cool de t’être fait occire comme ça ! Je suis comme la mère des dragons. IN-CON-SO-LA-BLE.

J’ai également abondamment chouiné sur les adieux de Sansa à Theon.

Jon Snow : We’re here to say goodbye to our brothers and sisters. To our fathers and mothers. To our friends. Our fellow men and women who set aside their differences… to fight together… and die together so that others might live. Everyone in this world owes them a debt that can never be repaid. It is our duty and our honor to keep them alive in memory… for those who come after us… and those who come after them… for as long as men draw breath. They were the shields that guarded the realms of men. And we shall never see their like again.

Ça, c’est l’oraison funèbre de la Garde de Nuit, un peu arrangée. La dernière fois qu’on l’a entendue en entier, c’était dans la saison 4, par mestre Aemon. *souvenir, souvenir*

Ah ouais donc en fait, il l’a pas lâchée d’une semelle. Il lui a probablement même tenu la porte quand elle allait pisser.

Mé mé mé, le pauvre Fantôme s’est fait grignoter sa pauvre oreille… bouhouhouh, brave petit.

La tête de Gendry au second plan. 😉

Bref, c’est journée ménage, à Winterfell, on a fait de jolies petites piles de tous les braves défunts (j’imagine que les « autres » défunts ont été jetés au tas de fumier) et on les crame bien proprement. Fichtre, ça doit sentir bon, tiens.

Enfin, pour oublier les odeurs, on organise un grand banquet.

Et alors là, comme ça fait du biiieeen ! Oh là là, comme tout le monde rigole, et surtout… ça picole, mes amis ! On est en train de rincer les caves de Winterfell, ça faisait bien longtemps qu’on n’avait pas eu l’occasion de fêter un truc, alors les gobelets valsent dans tous les sens, et ça ripaille comme jamais. Tenez, même Toutou est venu. Vous l’avez déjà vu à un banquet, vous ? De mémoire de sorcière, JAMAIS j’ai vu le mec s’attabler avec ses petits copains, moi. Oh, il grogne bien un peu de temps en temps et il montre un peu les canines, mais n’empêche qu’il se sociabilise grave ! Je suis drôlement fière de lui, perso.

Tenez, ce petit dialogue délicieux :

Gendry : Arya est dans le coin ? Je voudrais la… hum… remercier. (Vous voyez cette chose gigotante, par terre ? C’est moi qui suis pétée de rire. Le mec est trop subtil, que voulez-vous.)
Toutou : LOL. La remercier, ouais, ouais. Avec ta teub.
Gendry, outré : Genre, mais trop pas, quoi !

Et là, attention, le gars se lève, passe pas bien loin de la table d’honneur et se fait alpaguer par la reine qui lui demande s’il est bien le fils bâtard de l’Usurpateur. Gros silence. J’ai jamais vu autant de gens se chier dessus aussi vite.

À part Davos, l’excellent chevalier Oignon, qui se tourne tout d’un bloc vers ce jean-jean de Jon Snow et le foudroie littéralement du regard. Un regard qui dit : « Mais il est abruti, le mec, ou quoi ? Il était obligé d’aller raconter ça à Queen Dracarys ?? » (Ah, Ser Davos et son affection pour les petits Baratheon. Je pleure.)

Le regard du crétin en dit long aussi. Traduction : « Ouais, bon, déso, ça m’a échappé, pis j’croyais bien faire-euh. » Jenpeupu, je vous jure JENPEUPU. J’aime Jon Snow, mais il me fatigue !

Bon, mais là, coup de bol, je sais pas si c’est la pitance, la bibine ou quoi, mais Sa Grâce est bien lunée. Attention, elle nous a trouvé un super plan, et elle en est vachement fière. Elle a fait marcher sa cervelle. Elle s’est dit : « Attends voir. Le mec a grandi à Culpucier, un trou boueux et crotté, il a dû trimer toute sa life pour gagner quatre sous, il a l’air bien gentil, pas trop dégourdi… filons-lui donc Accalmie, fief Baratheon, puisque tous les Baratheon ont eu la délicatesse de calancher ces dernières saisons ! Le cul-terreux sera tellement content de se retrouver à la tête d’un beau fief comme ça qu’il va me baiser les pieds à vie, et qu’il ne lui viendra même pas à l’idée de revendiquer ses droits au trône. »

Redoutable raisonnement. À sa place, après ça je serais allée m’allonger de peur de frôler la méningite.

Daenerys : I think you should be lord of Storm’s End.
Gendry : I can’t be, I’m a bastard.
Daenerys : No. You are Lord Gendry Baratheon of Storm’s End, the lawful son of Robert Baratheon. Because that is what I have made you.

Bref, j’avoue, ça m’a fait bien plaisir malgré ça. Ça doit faire dix ans que j’attends qu’on nous légitime notre gaillard, et il le mérite totalement. Vive Gendry Baratheon, seigneur d’Accalmie !

Seulement voilà. Entre la boisson, la seigneurie et ses chausses en feu, notre brave garçon s’emballe un peu. Ayant retrouvé sa chérie qui festoie à sa façon…

… le voilà qui lui déclare sa flamme, se jette à ses genoux, la demande en mariage, parce qu’après tout, il ne s’est jamais senti digne d’elle jusqu’à présent, mais désormais, il peut la regarder dans les yeux sans avoir honte de sa condition. Bref, il n’a rien compris, ce mignon.

Gendry : I don’t know how to be lord of anything, I hardly know how to use a fork. All I know is that you’re beautiful (aaaaw) and I love you (aaaaaawwwwww), and none of it will be worth anything if you’re not with me ! So be with me ! Be my wife. Be the lady of Storm’s End.

Tristesse et désappointement.

Arya : You’ll be a wonderful lord. And any lady would be lucky to have you. But I’m not a lady. I never have been. That’s not me.

Bon. Voyez-vous, j’ai à peu près jamais été aussi certaine que ça va le faire entre ces deux-là. Déjà, ouh là là comme elle est contente de lui faire des bisous, à son amoureux !

Ensuite, elle s’en fout grave d’être belle (et elle a bien raison), d’ailleurs je vous rappelle que le surnom d’Arya dans les bouquins, c’est « horseface ». Mais qu’il lui dise qu’elle l’est, ben ça la fait fondre. Hi hi hi.

En plus, Gendry est hyper précis dans sa déclaration. (Oui, souvenons-nous que c’est écrit avec les pieds, donc tout est parfaitement balisé.) Il précise bien que la seigneurie n’a aucun intérêt sans la présence d’Arya. Ce qui veut dire, en clair, que si elle n’est pas à ses côtés, il est prêt à y renoncer. Comme c’est pratique ! Vous voyez ? Tout est réglé. Une fois la liste d’Arya expédiée, ils se retrouveront et pourront partir ensemble battre la campagne et voir ce qu’il y a à l’ouest de Westeros. (Et faire un saut de temps en temps à Accalmie, quand même.)

Oh, et au passage… chéri, tu n’as jamais été Gendry Rivers. Les Rivers sont les bâtards nés dans le Conflans. Toi, tu es né à Port-Réal, donc tu as toujours été Gendry Waters. (Ils ne font vraiment plus d’efforts, hein. Deux ans d’attente pour entendre ce genre de bourde ? Connards.)

Bon, dois-je vous faire l’insulte de vous rappeler que la réplique « That’s not me » fait écho à la rencontre d’Arya avec Nymeria (« That’s not you ») et encore plus loin à la conversation qu’elle avait eu avec Ned sur le fait qu’elle n’est pas une Lady ? (« That’s not me. »)

Ned : You will marry a high lord and rule his castle. And your sons shall be knights and princes and lords.
Arya : No. That’s not me.

En tout cas, vous inquiétez pas, c’est pas du tout fini entre ces deux petits mignons. Et je suis bien tranquille que Gendry a parfaitement compris le message.

N’empêche, à peine Baratheon, se manger un râteau d’une Stark… pardon, mais ça me fait rire ! Bien le fils de son père, celui-là  ! 😀

Mais kudos à lui, quand même, car en huit saisons, je ne me souviens pas d’avoir vu un seul mec faire sa demande à genoux (ce qui est probablement anachronique, mais bon) à sa copine. À part celui de Robb, on n’a eu droit qu’à des mariages arrangés voire forcés. T’es un brave gars, mon Gendry. C’est pas une nouveauté, mais je t’aime encore plus qu’avant, et c’est pas peu dire ! <3

En parlant romance, qu’est-ce qu’on se marre aussi à la table de la Oath-Family ! La vache, on ne les sépare plus Brienne, son Popod et Ser Jéjé. Ils se sont battus dans un mètre carré pendant toute la longue nuit, là, on les retrouve attablés le nez dans leurs gobelets à se marrer comme des baleines, tout heureux d’avoir tous survécu. Va falloir penser à officialiser tout ça et à faire les papiers d’adoption pour Podrick, moi je dis.
Enfin tout se passe assez proprement, à part que ça eyefucke sévère…

D’ailleurs, le Régicide, pour fêter ça, commence même à envoyer les paluches. Enfin… LA paluche.

« OMAGAD IL M’A TOUCHÉ LA MAIN, PLUS JAMAIS JE LA LAVE !!! »

En réalité, je connais ma Brienne mieux que moi-même, je suis sûre qu’elle se dit : « Mais je suis moche, qu’est-ce qu’il a à me coller, à la fin ??? »

Mais c’est parce qu’il t’aime, abrutie ! Rah, je vous jure, faut tout leur dire !!

Heureusement, Tyrion débarque, avec son jeu préféré. Troisième fois qu’on y a droit dans la série, si je ne m’abuse.
Bon, je sais que c’est écrit avec les pieds, mais je suppute que le bonhomme avait sa petite idée derrière la tête en faisant picoler son petit monde. Surtout qu’il a totalement capté que son grand frère devenait complètement con quand Brienne était dans le coin. (Oh mes dieux, cet épisode 8×02, je ne m’en suis toujours pas remise, j’en rigole et chiale encore.)

D’ailleurs, il y a un petit moment fugace très mignon après la question qui fâche, Tyrion regarde Jaime d’un air de dire : « J’ai fait ce que j’ai pu, mon vieux, à toi de jouer. »

Bref, ce petit jeu innocent qui au passage fonctionne vachement mieux qu’avec Ver-Gris et Mimissandei est surtout l’occasion pour notre chevalier de rappeler qu’il a bien écouté ce que Bribri lui a raconté sur elle-même, voire qu’il a pris quelques renseignements auprès de Podrick. Ce qui fait bien plaisir à la dame, au passage.

 

Pod, lui, a l’air vachement content et attends juste que ses parents se marient.

Franchement, je les ai jamais vus aussi heureux. Même les frères Lannister, on n’avait jamais autant vu leurs dents.

Et ça me fait fondre mon petit cœur de glace chaque fois que je revois ces images, bouhouh. <3

Bon, le coup de la virginité jette quand même un grand froid.

Podrick, hyper gêné qu’on parle comme ça de sa reum.

Et Jaime qui tente de recadrer.

« T’es con ou quoi ? »

Et là, c’est la panique. Eh merde, on va encore se foutre de ma gueule parce que je suis moche et imbaisable, et ça va être le bal de Renly all over again.

Ça me rappelle une réplique du Jaime du bouquin qui dit à je sais plus qui, pendant leur séjour à Harrenhal, tout content d’apprendre que Brienne n’a pas été violée, que si le pucelage de la dame est aussi coriace que le reste de sa personne, il y a de quoi s’y casser la teub. Allez, bonne chance, hein ? 😀

Par chance, on se détend grâce à Tormund-Gros-Relou qui revient délicatement à la charge pour la centième fois en demandant qui a chié dans son froc.

😀

Mais notre ami sauvageon se prend un râteau ferme et définitif.

« Ah, désolé, c’est moi qui vais suivre la petite dame car je suis sur le dossier depuis maintenant cinq saisons. »

La petite tape sur l’épaule, je meurs.

 
J’ai presque eu de la peine pour Tormund, vous savez.

Podrick, fan number one de Braime !
Écoutez, moi aussi, ça fait depuis 2010 que j’attends ça, globalement. Mais quand même, je suis un peu gênée pour ce cher Régicide. Le mec a zéro game, quoi !

Déjà, j’ai aucune idée de ce qu’il a pu faire entre le moment où il lui emboîte le pas…

Je rêve où elle se retourne pour bien s’assurer que c’est le BON bonhomme qui la suit et pas le gros relou ?? Keuquine.

… pas encore trop bourré, et le moment où il débarque chez elle complètement confit. En même temps, comme c’est écrit avec les pieds allez savoir.
Peut-être bien qu’il est resté à piétiner comme un crétin devant sa porte en s’imbibant le temps de se donner le courage, je sais pas.

« Salut, je sais pas du tout ce que je fous ici, mais on va boire un coup quand même ! »

Ou alors il a passé trois quarts d’heure à défaire sa veste, parce qu’au banquet, elle était bien fermée ! Petit coquinou, on ne me la fait pas, à moi.

Toujours est-il que Jaime « Human Disaster » Lannister déboule et balance : « Woh putain, il fait hyper chaud, chez vous ! » Et commence tranquillement à se désaper. WHAT ???

Là, j’ai dû faire pause pour couiner et respirer un grand coup. Et crier : « ON Y EST ! » (À 6h du matin, je vous le rappelle.)

Je kiffe tellement le fait que ce super beau mec drague aussi maladroitement et nerveusement. Quand on le voit, on s’attendrait à ce qu’il soit un tombeur, bah non, il est totalement nul, il a zéro expérience en la matière. Le séducteur de la famille, le Casanova, le beau parleur, en fait, c’est Tyrion.
Et quand on pense à tout ce que Jaime a pu balancer dans la gueule de Brienne sur son physique. (Genre le « Where did you find this beast ? » adressé à Catelyn Stark lors de leur première rencontre. Gloups.)

Le plus drôle, c’est quand même que le gars ne sait même pas trop ce qu’il fout là. Ah ouais, en fait il est peut-être un peu jal… merde, en fait il est JALOUX pour de vrai. (La tronche quand il s’en rend compte, c’est délicieux.)

Jaime : How about Tormund Giantsbane ? Has he grown on you ? He was very sad when you left.
Brienne : You sound quite jealous.

Hop, c’est là qu’elle capte.

Jaime : I do, don’t I ?

« Putain, chuis jaloux, en fait ! »

Et hop, c’est là que lui il capte.

Honnêtement, Gwendoline est HILARANTE. J’en pouvais plus. Toute la scène où elle le regarde se bagarrer avec sa chemise est à se pisser dessus.

« Mais qu’est-ce qu’il glande ? »

« Non, il peut pas être là pour ÇA. »

« Putain, il est là pour ÇA !!!! »

Arf. Brienne, qui pour le coup est vachement moins éméchée, est à ça de la rupture d’anévrisme ! Ah, et puis en plus il est super agaçant, il arrive même pas à retirer sa chemise tout seul, zyva, j’te donne un coup de main, tiens, quel boulet quand même.

Voilà qui résume bien toute leur relation, au passage. OK, on va grave passer une nuit torride, mais TU M’ÉNERVES !
C’est trop eux.


Ils sont géniaux, c’est sans fin !

 
Cinq saisons de préliminaires, quand même.

Et en même temps, ils ont l’air aussi terrifiés l’un que l’autre, c’est absolument adorable. Si c’était juste pour le fun, ils n’auraient pas autant la trouille.

Jaime : I’ve never slept with a knight before.
Brienne : I’ve never slept with anyone before.

C’est bon, on a compris, vous êtes presque aussi vierges l’un que l’autre, allez hop, en piste, mes petits cocos !

(Le gars est sur la pointe des pieds, ah ah ah.)

Eh ben, il était drôlement temps. Ça fait deux épisodes qu’on est SÛRS de chez SÛRS que cette fois, Ser Jaime est raide dingue de Ser Brienne. On avait déjà plein d’indices avant, genre « Ooooh la belle île que voilà, comme c’est joli, sauvage et romantique. C’est Estremont, c’est ça ? » « Ah non, monseigneur, c’est Torth, sauf vot’ respect. »
Jaime :

Si je savais faire, j’aurais rajouté de gros cœurs rouges à la place de ses yeux, mais vu qu’il m’a fallu une journée rien que pour reviewer les 20 premières minutes de l’épisode, voilà, quoi.

Et encore avant : « Bon, Ser Jaime, j’ai mis Sansa en sécurité, Arya m’a envoyée chier, j’ai rempli ma mission, je vous rends votre super belle épée Féale qui est sertie de ouatemille rubis et pierreries et qui doit coûter au bas mot quatorze millions de dragons d’or, que c’est l’épée que votre défunt papa vous a forgée pour qu’elle devienne l’épée ancestrale de votre famille. » « Non merci, je vous l’offre, elle a toujours été à vous et sera toujours vôtre. Mais attention, ce n’est qu’une épée, hein, pas du tout le symbole de mon cœur de chevalier, soyons bien d’accord. En plus, j’ai l’épée-sœur de Féale, donc décidément rien ne nous lie. Par contre, attendez juste un petit instant que j’évite un carnage à Vivesaigues pour vous faire plaisir et pour que vous puissiez repartir tranquilloute, ce serait si dommage que vous soyez prise entre deux feux. »

Cette épée, cette fameuse épée… qui ouvre cette scène PRÉCISE !!!

Poésie. <3

Ensuite, petit rappel : Jaime n’a jamais eu besoin de draguer. Le gars n’a jamais couché qu’avec sa sœur, et même s’il avait eu envie de se taper autre chose, ma foi il n’aurait eu qu’à se baisser pour ramasser. Seulement ça ne lui est même jamais venu à l’idée. Dans le bouquin, on lui flanque même une gonzesse lambda dans son lit, il se retrouve avec ses boobs dans les mains et il dit non merci.
Ah, au temps pour moi, ça lui est venu à l’idée avec Brienne !

Quant à Ser Brienne, écoutez, on ne va pas se mentir : elle est amoureuse de lui au bas mot depuis le coup de l’ours. Peut-être même depuis qu’ils ont fait baignoire commune.
En même temps, on ne va pas la blâmer, hein. Le bonhomme n’a qu’un seul défaut : sa sœur. (Et jeter les petits garçons par la fenêtre, mais c’est lié, et puis c’était le destin, hem.)

Enfin voilà, ça y est, c’est fait, moi je suis bien contente, j’avais trop peur que notre pauvre chevalière meure vierge ou que notre Régicide trépasse sans avoir rien connu d’autre que Cersei. (Beurk.)

Par contre, ces gens sont étranges, ils ne se font jamais de câlins après avoir fait leurs petites affaires. Comme c’est écrit avec les pieds, on va dire que c’est pour laisser planer le doute sur leurs véritables sentiments. Mais moi, je connais mon Régicide sur le bout des doigts, voyez-vous. Regardez-moi ce grand serin qui est déjà en train de se dire qu’il ne mérite pas ce qui lui arrive !

Non, non, il n’a pas de regrets, je veux dire, s’il en avait, on comprendrait pas très bien qu’il décide de rester là, d’en parler à son frangin, et surtout de vivre littéralement en ménage à Winterfell pendant des semaines avec la lady chevalière avant de se carapater. On ne me la fait pas, à moi.
Oui parce que si vous voulez, on peut parler un peu du temps qui passe. C’est un sujet vraiment délicat depuis la saison 7. Seulement moi, je connais ma géographie westerosienne sur le bout des doigts, voyez-vous. (Par contre, me demandez pas la capitale du Costa-Rica.)
En fait, on pourrait croire qu’il se passe quatre jours, dans cet épisode. Mais je vous ferais remarquer que pour rejoindre Blanc-Port depuis Winterfell, il faut déjà jusqu’à trois semaines de marche, avec une armée entière de gens un peu fatigués. Et qu’ensuite, de Blanc-Port à Peyredragon, il faut trois à quatre jours de bateau.  On est sur une période d’un mois, au minimum.

UN MOIS À SE FAIRE DES MAMOURS À WINTERFELL !!! #LuneDeMiel

Donc, c’est une affaire qui roule entre chevaliers, et puis c’est qu’il est si heureux, notre Régicide, qu’il s’en va tout raconter à son frangin, s’attendant à ce que celui-ci lui rigole à la gueule, mais pas du tout.

Tyrion : I’m happy that you’re happy.

Wow. Jaime Lannister est heureux. Pincez-moi. Lui-même n’en revient pas, d’ailleurs. Putain, chuis heureux, ça m’est jamais arrivé de ma vie, les enfants.

Bref, le mec est sérieux. Il va rester à Winterfell. Dix minutes avant, il n’arrête pas de geindre que le nord c’est nulachier, qu’il y fait un froid de chien, que c’est dégueulasse, mais d’un coup, le nord est formidable, on va y rester bien au chaud. En plus, Sansa nous héberge, bien sympa, la meuf.

Au passage, Sansa qui est totalement dans la confidence, ah ah ah, cet échange de regards, I’m dead ! « Ton gars, je peux pas le blairer, mais j’me dévoue pour les copines qui ont la chance d’avoir des relations sexuelles consenties ! »


 Oh, ma Brienne qui baisse pudiquement les yeux, l’air de dire. « Oui, oui, j’avoue, tous les soirs et plusieurs fois par nuit, même. C’est mal, mais c’est quand même vachement bien ! » 😀 😀 😀

(Honnêtement, heureusement que je suis là pour rajouter un peu de bifteck à cet épisode, parce que sinon, qu’est-ce qu’on se ferait suer.)

Pauvre Sansa, il ne reste qu’elle à caser, ou presque. 🙁 Et Tyrion. Qui est au régime sec depuis Shae, en gros. Je viens de le réaliser. La vache. Écoutez, moi ça fait dix ans que je mise sur eux… je suis prête, allez me chercher un septon, un barral, ce que vous voulez et faites-moi péter le remariage !

Tyrion, en tout cas, est ravi de pouvoir faire des blagues sur la taille de Brienne.

Tyrion : I’m happy that you finally have to climb for it ! Do you know how long I’ve waited to make tall persons’ jokes ?

Et puis ravi aussi de pouvoir parler moule avec son frère, pour une fois. C’est vrai que jusque-là, c’eût pu être gênant de parler de celle de Cersei. Mais attention, Ser Jaime est un vrai chevalier, ah non, on ne parle pas légèrement de sa dame, c’est mal, un peu de respect, je vous prie.

Entre le très délicat Ser Bronn !! Qui tenait déjà les paris à Vivesaigues, mon Dieu ce dialogue avec Podrick à base de « ils le font sous la tente ou pas » était extraordinaire.

Bronn : I knew you were fucking her !

Entre nous, Ser Bronn, qui débarque avec l’arbalète qui a tué Papou Lannister, est là pour buter les deux frères Lannister sur ordre de cette connasse de Cersei. À moins qu’on ait une meilleure offre à lui faire. Cersei lui propose Vivesaigues (putain, mais tout le monde a oublié qu’Edmure Tully est toujours en vie ??), Tyrion est prêt à doubler la mise. Et le double de Vivesaigues, c’est quoi ? Hautjardin.

J’adore Jaime qui s’insurge : « Tu vas pas filer Hautjardin à ce coupe-jarret ??? »

Et là, Ser Bronn devient philosophe. C’est vrai qu’on le sent fatigué, mu par une belle envie de se ranger et de vivre de ses rentes.

Bronn : Who were your ancestors, the ones who made your family rich ? Fancy lads in silk ? They were fucking cutthroats. That’s how all the great houses started, isn’t it ? With a hard bastard who was good at killing people. Kill a few hundred people, they make you a lord. Kill a few thousand, they make you king. And then all your cocksucking grandsons can ruin the family with their cocksucking ways.

Bien dit ! Mais bien sûr, Ser Bronn n’a pas besoin des deux frangins, un seul lui suffit pour obtenir son dû. M’est avis quand même que ça l’arrange bien de n’en tuer aucun. Enfin, j’espère, mais comme vous le savez, c’est écrit avec… LES PIEDS !
En tout cas, ça ne l’empêche pas de mettre une sacrée beigne à Tyrion et de décocher un carreau à ça de la tête de mon Régicide, et en fait ça me gave donc je vais arrêter d’en parler.

Mais n’empêche, j’aime pas la tête que fait Jaime lorsque Bronn dit : « I knew your sister was dead the moment I saw those dragons. » J’aime pas du tout.

Jaime, ne sois pas débile. Tu sais très bien que le but de TOUT c’est de dégommer Cersei, ne fais pas celui qui découvre maintenant qu’elle va peut-être y passer, je te prie !
M’énerve, à la fin.
Et pis c’est une CONNASSE.
Rah.
En tout cas, j’espère qu’elle y passera mais après avoir appris que son frère s’est tapé Brienne en long en large et en travers. Ça lui fera drôlement les pieds !

Bon, je reviendrai plus tard vous dire pourquoi j’ai quand même une mini-lueur d’espoir pour le Régicide et la chevalière. Que voulez-vous, je suis une incorrigible romantique.

À part ça, dans la famille gênant, je demande Daenerys à qui personne ne parle à la cantine.

Ouille ouille ouille. Ah bah oui, elle débarque, elle voudrait qu’on l’aime et qu’on la vénère, seulement c’est sûr qu’on la connaît pas bien, même si elle a bien aidé à remporter la bataille. Ben ouais, personne lui tape dans le dos en lui disant qu’elle est bien mignonne et tout. Si Ser Jorah avait encore été là, il se serait bravement dévoué, mais Ser Jorah n’est plus là. Alors on lui porte un toast quand même parce qu’on est polis et que sans les dragons, ça aurait été une sacrée merde, mais ça se bouscule pas autour d’elle.

Allons, Tatie Dany… prends un petit pumpkin spice latte pour te requinquer.

Je vous jure, les mecs n’en ont JUSTE plus rien à battre ! Ça va, le gobelet en carton sur la table, ou bien ? Jon Snow, c’est toi qui carbures au Starbucks ?? Bien la peine de lutter contre le grand dieu du dérèglement climatique si c’est pour bibiner du Starbucks dans du plastique à usage unique, grand con, va. Dégoûtée je suis.

Et voyez-vous, le pire c’est que la cynique en moi se demande combien de blé Starbucks a allongé pour ce petit placement de produit qui a fait le tour de la planète. (Aux dernières nouvelles, ce serait pas un gobelet Starbucks, ouf.)

Cela dit, ça a occasionné quelques mignonnes blagounettes sur la Toile.

Irf, irf, irf.
Mais revenons-en, je vous prie, au Tormund Show.

Tormund : He’s little. But he’s strong.

Bref, Jon Snow, on lui donne du « king », on vante ses prouesses de chevaucheur de dragon, sa bravoure et tout… mais elle, qued, elle a plus qu’à aller se coucher. Toute seule, en plus, vu que son amant a déserté depuis qu’ils sont parents. (Alors que bon, on voit vraiment pas pourquoi.)

Honnêtement, je suis pas la plus grande fan de Daenerys, je crois que je le dis assez, et depuis trèèèèès longtemps. Mais ce traitement me débecte. OK, ça fait un moment qu’on fait de gros clins d’oeil pas bien subtils à la folie de la famille Targaryen, mais est-ce vraiment nécessaire ? Bref, c’est très très lourd, et à trois épisodes de la fin, j’ai pas envie que ce personnage qui en a chié autant que les autres, si ce n’est plus, se déshonore en faisant n’importe quoi. C’est limite : « Bon, j’ai grandi sous la coupe d’un frère violent, sans mes parents, toute ma famille a été décimée, j’ai perdu mon mari et mon fils, mon dragon, mon meilleur pote, mon chéri ne veut plus de moi, ALORS JE VAIS TOUT CRAMER comme ça j’aurai mon trône à moi et personne viendra plus me faire chier. »

Non, les gars. Non. Faites pas ça. Please.

À moins qu’on ne soit en train de la positionner en personnage au destin tragique, ce qui ne me plairait pas tellement plus. (Sacrifions la blondasse au profit du brun frisé.)
Dans tous les cas, son nouveau costume en dit très, très long. C’est la première fois qu’elle est en mode full Targaryen. Elle arbore les couleurs de sa famille, le rouge et le noir. Auparavant, en saison 7, ses costumes avaient parfois des touches de rouge, mais là, ça y est. Elle s’est trouvée. 

Daenerys : To Arya Stark, the hero of Winterfell !

Comme il est fier, papa chien !!

« C’est mon bébé qui a tout fait ! »

Ça me fait trop marrer que Tormund, qui ma foi prend son râteau comme un VRAI gentleman, sans chercher la bagarre et sans harceler la dame, vienne se confier à lui. Dans le genre oreille compatissante, je suis pas persuadée !

 Tormund : And after all that, this fucker comes north and takes her from me. Juste takes her like that. I mean it, Clegane. My heart is broken. (Pauvre biquet.)

Sandor : Don’t touch me.

Don’t touch me…

« Grrrrrrrr ! »

… sauf si vous êtes Sansa Stark, dans ce cas vous pouvez me caresser la main, me gratter derrière les oreilles, me demander de donner la patte, de faire le mort, tout ce que vous voulez.

Oh… une SanSan reunion ! C’est pas trop tôt ! <3

Sivouplé. S’il n’y a qu’une seule chose qui rende Toutou heureux, faites que ça arrive. (Et on sait précisément ce que c’est : CLEGANE-BOWL !) Je veux que Toutou soit heureux, au moins un peu, moi.

Bon après, le dialogue sur le viol de Sansa est juste atroce, grincements de dents assurés. Même si le petit détail qui croustille (« Hounds ») est bien trouvé et fait sourire notre Sandor.

Sandor : None of it would have happened if you had left King’s Landing with me. No Littlefinger, no Ramsay, none of it.
Sansa : Without Littlefinger, Ramsay, or the rest, I would have stayed a little bird all my life.

Ce que les scénaristes ont sans doute voulu dire : Sansa a vu la cruauté du monde, elle s’est adaptée, a survécu et sa vision a changé. Elle a survécu à ces hommes et a causé leur mort, directement ou indirectement. Sansa n’est pas un oiseau, elle est une louve.

Ce que les scénaristes ont écrit : les femmes doivent passer par des traumatismes pour évoluer. Elles doivent être abusées psychologiquement, physiquement et sexuellement pour devenir des personnages forts. Un environnement protégé ne peut produire de femmes fortes et intelligentes. 

Ça me fatigue un peu.
À part ça, je suis toujours très contente que Tyrion s’intéresse à Bran. Je me demande juste à quoi ce dernier va servir pour la fin de l’histoire.

Bran : I don’t really want anymore.

Putain, rendez-nous Bran, sivouplé. Il me manque. Prenez les dragons, prenez toute la magie, mais rendez-nous not’ gosse ! 🙁

Pendant ce temps, notre ami Jean Neige est en train de cuver son vin et tous ses ennuis.
Entre sa nouvelle identité, la couronne du Nord, le fait qu’il ait couché avec sa tante et la perspective de devoir aller extraire Cersei de Port-Réal, ça fait beaucoup !

Dany : Salut. T’es bourré ?


Jon Snow : Nan, nan. *s’étale au beau milieu de la pièce*
Okaaaaay ! 😀

(Au moins ça m’a fait marrer.)

En tout cas, on continue dans les scènes gênantes. Je savais plus où me foutre. La tronche que tire Jon Snow quand elle lui dit que Ser Casse-Croûte l’aimait. Euh… c’est quoi c’te tête ?? On dirait qu’il a senti un truc malodorant ou qu’il essaie de se retenir de faire caca.

Daenerys : He loved me. And I couldn’t love him back. Not the way he wanted. Not the way I love you.

Ouille, ouille, ouille. Je suis très mal à l’aise. Et là… le silence. Terrible. Soit on essaie de nous faire penser qu’il ne l’aime pas, soit… il ne l’aime pas. Bon, il l’embrasse bien un peu, mais il la repousse tellement vite. Ah, c’est affreux !

Daenerys : I wish you’d never told me. If I didn’t know, I’d be happy right now.

Ouais, mais n’empêche qu’il serait toujours Aegon Targaryen, ma poule, que tu l’aies su ou pas.

Jon Snow : I told you, I don’t want it.
Daenerys : It doesn’t matter what you want !

C’est quand même vraiment dégueulasse de lui demander de ne rien dire à qui que ce soit. Le mec a toujours vécu en bâtard, on s’est foutu de sa gueule toute sa vie, on l’a écarté de tout TOUTE SA PUTAIN DE VIE ! Et là, enfin, depuis quatre secondes il est un enfant légitime, voulu, aimé, un prince… mais faudrait pas le dire ? Ça va, oui ? Mais va te faire rhabiller, ma cocotte !

Daenerys : I’ve never begged for anything. But I’m begging you. Don’t do this, please.


Jon Snow : You are my queen. Nothing will change that. And they’re my family. We can live together.
Daenerys : We can. I’ve just told you how.

Bien. On n’est pas sortis du sable !

Là-dessus, c’est pas tout ça mais va falloir établir quelle pathétique stratégie on va employer pour déloger Cersei de Port-Réal.

Daenerys : On va tout faire péter.
Tyrion : Euh, par contre, on avait dit qu’on dégommait Cersei, mais sans détruire Port-Réal, hein ? C’est capiche ?

Alors, apparemment, on a un nouveau prince à Dorne ? Vous pouvez nous en dire plus, peut-être ? Moi franchement, ça m’intéresse ! Est-ce qu’on nous réintroduit Quentyn Martel ? (M’étonnerait, s’il y avait eu un autre héritier direct à Dorne, Ellaria l’aurait buté aussi.)

Par contre, l’inimitié entre Sansa et Daenerys… OMG. C’est insupportable.

Du coup, j’y vois encore une tentative (pitoyable) de fragiliser Daenerys et d’alimenter un possible pétage de câbles. Grrrr, j’aime pas ! Même si franchement, elle a raison, Sansa, de dire que les soldats sont claqués et qu’ils seraient plus efficaces s’ils étaient mieux reposés.

Daenerys : I came North to fight alongside you at great cost to my armies and myself. Now that the time has come to reciprocate, you want to postpone ?

Mais elle se fout de not’ gueule ?? Queen d’un cimetière, ça te cause ?? C’est pas une conversation qu’on a déjà eue la saison dernière ? Groumph. *écrit avec les pieds*

Sansa : It’s not just our people, it’s yours. You want to throw them in a war they’re not ready to fight.

Je sens qu’on va droit vers une belle catastrophe. :-/

Arya, elle, se dit : « OK, bitches, je sens que ça va ENCORE être à moi de faire le sale boulot ! »

Et puis non mais Jon Snow qui baisse son pantalon devant tout le monde, là. QUOI ? Vous avez fini de m’abîmer mes personnages, OUI ???

Jon Snow : The northern forces will honor their promises and their allegiance to the queen of the Seven Kingdoms.

Je suis très énervée.

Bon, bref. Les troupes à pattes vont descendre le long de la route Royale, la reine et les dragons vont à Blanc-Port. Histoire d’éviter la téléportation, petit rappel : Winterfell à Port-Réal, trois mois de voyage. Je dis ça, je dis rien. C’est établi dans le premier épisode de la série quand le cortège de Robert arrive à Winterfell. Et comme je vous le disais, il faut trois bonnes semaines pour rejoindre Blanc-Port.

Daenerys : We have won the great war. Now we will win the last war.

Moué. Je sais pas.

Daenerys : In all the Seven Kingdoms, men will live without fear and cruelty, under their rightful queen.

Donc ce sera pas le cas.

Et là, Jon Snow, convoqué par ses soeurs/cousines, leur sort un superbe : « Les filles, j’ai un truc hyper important à vous dire !! »

« Bran, dis-leur. »

*facepalm*

Non mais c’est quoi, ce type ??? Ils nous ont pas ressuscité le bon, c’est pas possible ! Ou alors Melisandre a oublié quelques neurones, je sais pas ! Je suis au tréfond du désespoir, les enfants.

En tout cas, je suis dégoûtée de ne pas voir la réaction des filles, vraiment ces ellipses sont ultra pourries. Ça fait genre : « On savait pas comment l’écrire alors on a laissé tomber. » La paresse dans toute sa splendeur. Deux ans, ils ont eu. DEUX ANS.

Je veux pas dire, mais ces enfants ont grandi dans l’idée que leur père a trompé leur mère au début de leur mariage… ça doit être tellement énorme pour elles de découvrir que ce n’est pas le cas, et que pire encore, leur père a tenu un serment aussi longtemps, au détriment de son honneur et aussi de l’harmonie familiale ! J’aurais tellement aimé les voir en parler, réaliser ça… c’est un incroyable bouleversement.

Frisettes leur fait donc jurer de ne rien dire. Cinq minutes plus tard :

Sansa, à Tyrion : « Putain, j’ai un truc énooooorme à vous raconter !! »

Sérieux, Sansa. Ned a tenu 18 ans, Bran deux saisons… et toi, dix minutes ?? 😀

Bon, mais en fait j’ai analysé un peu le truc, parce que je ne peux pas croire que Sansa (que je pense nonobstant assez jalouse de Daenerys) ait balancé une info aussi importante sans une bonne raison, ou juste pour faire chier la Dragonqueen, même si c’est écrit avec les pieds. Et voilà ce que j’ai compris.

Sansa : Why her ?
Tyrion : You know she loves your brother.
Sansa : That doesn’t mean she’ll be a good queen.

Ces dialogues DE MERDE. Tyrion, où est passé ton esprit brillantissime ???

Tyrion : You don’t have to be her friend, but why provoke her ? How is that in the best interest of your family ?
Sansa : You’re afraid of her.


Tyrion : Every good ruler needs to inspire a bit of fear.

Et là, en fait, Sansa, elle flippe à donf. Elle est en panique totale. Elle a vu son père être décapité à Port-Réal, elle a grandi dans un drame familial, celui de son grand-père et de son oncle Brandon cruellement exécutés par le roi Aerys. Et elle est très attachée à Jon. L’idée qu’il puisse subir la même chose la terrifie. Alors elle crache le morceau.

Tyrion : She wants to make the world a better place. I believe in her.
Sansa : Tyrion… what if there’s someone else ? Someone better ?

Ça craint grave.
Ce qui craint aussi, c’est qu’on dit adieu à Tormund.

Ah, Tormund. Croyez-moi, il n’était pas censé aller aussi loin, mais c’est le chouchou des fans alors il nous a accompagnés jusqu’ici. Maintenant, il est temps pour lui de retourner dans son grand nord. Mais non sans une dernière blague sur Jon qui ne repartira pas à dos de dragon parce que soi disant il est trop lourd pour Rhaegal qui a bien morflé pendant la bataille. (Entre nous, c’est heureux.)

Tormund : You weigh as much as two fleas fucking.

Mon Dieu, c’te réplique ! 😀
Profitons, c’est pas si souvent qu’on voit ce jean-jean de Jon Snow se marrer.
Tormund en a donc ras-le-cul du sud, il s’y est mangé trop de râteaux. (Lol. Le Nord, pour lui, c’est le sud. Hi hi.)

Jon Snow : This is the North, you know ? And the Free-Folk are welcome to stay.

Mais non, on est trop serrés dans le Nord, le Peuple Libre a besoin de place.
Tiens, c’est marrant de soulever le fait que Jon serait plus heureux au nord du Mur. Intéressant. À garder en tête, je pense. Ça balise sévère…

Jon Snow : This is farewell, then.
Tormund : You never know.

Mmmmmmmh… OK, on balise toujours, donc !

Tormund : You’ve got the North in you. The real North.

Allez, un p’tit câlin au p’tit corbac pour la route.

Bouhouhouh.

Et voilà LE truc qui m’a surgavée. Non mais Jon Snow, tu vas pas faire un bisou à ton putain de clébard avant de le fourguer à ton pote ? Mais ça va pas, mon pauvre vieux ! Je suis scandalisée !!! La pauvre bête est toute triste !

Je crois que ces abrutis n’ont pas très bien compris le lien qu’il y a entre les enfants Stark et leurs loups. C’est honteux, un traitement pareil. À part Nymeria, Fantôme est le dernier des loups en vie, et JAMAIS Jon ne s’en séparerait. Pas sans forces effusions, en tout cas.
Jon, j’ai honte de toi. Vraiment, là, je ne t’aime plus du tout. Cette pauvre bête qui t’a suivi partout, putain ! Qui a pleuré ta mort. Si je faisais ça au Battlestar, tout maigrichon qu’il est, il me défoncerait.

Surtout quand on le voit faire des bises à tous les autres, non mais je vous jure. Sans doute que ça aurait coûté trop cher et amputé le poste « tuons les dragons ». (100 MILLIONS DE DOLLARS DE BUDGET, JE LE RAPPELLE.)

« Euh, c’est quoi, ce truc, là ? »

« Un polich’ dans le tiroir, Ducon ! »

Samwell Tarly, congrats, mon vieux. Et surtout, congrats de te palucher joyeusement avec toutes les règles qui existent dans ce drôle de monde. Mestre et papa ? Why not !!

Vère : If it’s a boy, we want to name him Jon.
Jon Snow : I hope it’s a girl.

Ah ben non, on veut un héritier pour Corcolline, nous. Un héritier à moitié sauvageon, hi hi hi, la bonne blagounette, tiens !
Bon, en tout cas, je me demande bien si ce n’est pas la dernière fois qu’on voit notre Samwell, du coup.

Samwell : You’re the best friend I ever had.

Je chiale, les amis.

Jon Snow : You too, Sam.

Alors, Jon Snow sera-t-il le premier Stark mâle à revenir vivant de Port-Réal ? C’est pas gagné, à mon avis.

Et vous savez quoi ? Je commence à n’en avoir plus rien à battre !
Heureusement qu’il nous reste quelques personnages à peu près pertinents et sympathiques. Je ne me fais pas d’illusions, pour Toutou, c’est un aller simple, mais je le suivrai jusqu’au bout et je le verrai dégommer l’horrible Montagne. Peut-être avec l’aide de…

Sandor : For fuck’s sake !

Bon, y va être poli, un peu ??

C’est donc reparti pour une petite balade Arya/Toutou, hi hi, ça va être rigolo, sauf qu’on n’en verra sans doute rien du tout, mais bon, rien que l’idée me réjouit. Une saison à suivre leurs aventures, j’aurais adoré. Ils auraient fait un coucou à Tourte-Chaude, bien sûr !

Sandor : I don’t plan on coming back.
Arya : Neither do I.

Regardez la petite bouille triste d’Arya. Si quelqu’un ici pense que ça lui fait plaisir de partir, clairement il se trompe.
Ils n’ont pas fait deux cents mètres que déjà, ça commence à se taquiner. Mihihih…

Sandor : You’re gonna leave me to die again if I get hurt ?
Arya : Probably.
Sandor : *se marre*
Arya : *se marre aussi*

Je meuuuurs, c’est si chou ! Allez hop, c’est parti pour deux mois de voyage.
Pendant ce temps, Daenerys fait un petit câlinou à son Rhaegal qui est tout tordu depuis la bataille.

C’est qu’il est temps de partir pour elle aussi.

Je kiffe le sourire de Drogon, pas vous ?

Parfois, je trouve que les dragons auraient pu être un peu plus faciles à différencier. Rhaegal est censé être bien vert, Viserion aurait dû être crème et doré… et là, ma foi, j’ai confondu Rhaegal et Drogon…

Vert, vert… faut y regarder à deux fois !

Pendant ce temps, une partie des troupes voyage en bateau jusqu’à Peyredragon.

Y a pas à dire, ils ont de la gueule, les navires, dans cette série.

J’en connais deux qui se voient déjà gagner la guerre et partir tranquillou pour Naath.

The end. Eh ben alors, vous voyez, elle était pas si éprouvante, cette saison. Ça finit plutôt pas mal, non ?
Quoi ? Comment ? C’est pas fini ? Eh merde… 🙁

Du coup, je vous propose une petite scène où deux conseillers pas bien fins débattent de la santé mentale de la reine. AU. SE. COURS.

Donc Tyrion balance le big secret à Varys. Putain, la Mère des Dragons va être super vénère, je donne pas cher de la peau de tout le monde.

Tyrion : If we marry them, they could rule together.

Ah oui, moi je suis pour depuis le début, d’ailleurs, je veux bien faire un prix de groupe et marier tout le monde ! Seulement…

Varys : Is marrying your aunt common in the North ?

Mais honnêtement, c’est pas le vrai problème, et Varys le sait.

Varys : Do you think she wants to share the throne ?

Carrément pas ! Et c’est sans doute bien dommage. (Mais quand même, faire tout le boulot pour qu’un mec se greffe sur l’affaire dans la dernière ligne droite, ça peut agacer un poil, fût-ce un Jon Snow à jolies petites fesses.)

À part ça, je pense qu’on peut dire dès maintenant au revoir à Varys. C’est pas faute de l’avoir prévenu en saison 7, il est bon pour la rôtissoire, le petit père. C’est vraiment naze, mais là, on nous sert sa mort prochaine sur un plateau. Je suis deg’ !
Quant à Tyrion, je ne sais plus quoi dire. C’est bien simple, depuis une bonne partie de la saison 6, tous les conseils qu’il a prodigués à Daenerys se sont soldés par des catastrophes. Je peux vous en faire la liste…

– Ne pas attaquer Port-Réal avec les dragons depuis Essos : si elle l’avait fait, elle serait déjà sur le trône.
– Arrivée à Peyredragon : on y va, on se fait Port-Réal ? Non, plutôt Castral Roc, pour rigoler. Résultat : une déroute monumentale, Euron détruit la flotte et anéantit les alliés de Daenerys.
– On tue Euron avant que ça devienne vraiment le bordel ? Non, ça ne servira à rien. Résultat : Euron tue Rhaegal.
– Bon, on dégomme Cersei avant d’aller dans le Nord ? Mmmh, non, elle va nous aider à battre l’armée des morts. Résultat : Cersei n’envoie pas ses soldats et Daenerys perd la moitié de ses troupes.
– Et là, un peu plus tard, on va sauver Missandei ? Nan, négocions avec Cersei, qui BIEN SÛR est connue pour toujours tenir sa parole. Le résultat, on le connaît. Mais ça va, oui ????

Après ça, elle va s’exciter et tout le monde va la traiter de Mad Queen. Easy !

Je ne vais pas m’apesantir sur l’oubli TOTAL de l’existence de la flotte fer-née d’Euron. Je sais pas, je rentre chez moi sur mon île, je me dis que PEUT-ÊTRE on m’y attend, depuis le temps.
Et Varys et ses petits oiseaux, alors ? Mec, pendant cinq saisons t’as été le roi des espions, tu voyais venir les trucs avant même qu’ils arrivent. WHAT THE ACTUAL FUCK ??

Kiffage capillaire.

Kiffage naval.

 

Waouh, tous ces superbes bateaux parfaitement invisibles et cachés derrière une seule caillasse, tellement bien qu’on les voit même pas depuis le ciel… il est doué, cet Euron Greyjoy.

Et puis je sais pas, mais au bout d’un moment, ça fait juste trois ou quatre fois qu’on voit les dragons se faire embrocher et Daenerys est aux premières loges… une armure, quelque chose ? *imagine Gendry prendre les mesures de Drogon*
C’est quand même pas compliqué de se dire que si Cersei a fait fabriquer une baliste en saison 7, depuis le temps, elle peut en avoir d’autres sous la main, non ? Je vous jure, ça me met en rage !
Pis bravo la danse des dragons 2.0. On en a plus qu’un, de dragon !

Bon, cela dit, ne traitons pas Daenerys de Mad Queen tout de suite, à sa place, ça m’aurait bien vénère aussi, d’assister à la mort de mon deuxième dragon.

Il n’est pas très intéressant, mais j’avoue, il m’amuse. 😀

Euron n’ayant pas réussi à buter Drogon, c’est parti pour un découpage de navires en règle. Ben dites donc, il va pas leur rester grand-chose pour se déplacer, ils vont être bons pour aller à Port-Réal à pattes ! (Dix jours au bas mot.)

 

Et qui c’est qui est prisonnière de Cersei la connasse ? Mimissandei…

En attendant, notre ami Euron se téléporte jusqu’à Port-Réal (trois jours et demi de bateau de Peyredragon à Port-Réal, je dis ça je dis rien, oui, je suis obsédée par les distances, que voulez-vous) et vient se marrer en voyant notre amie Cersei accueillir tous les braves cul-terreux de la région pour les protéger… et s’en servir de bouclier humain. Ah, quelle belle âme que celle de notre reine !

Vous savez, par moment je les trouve tous tellement cons que j’ai presque envie que Cersei, cette horrible sorcière avide de pouvoir, incapable de gouverner, illégitime, abusive et sadique, l’emporte. Elle gagnerait le jeu des trônes avec l’aide de trolls russes et comme ça, ce serait parfaitement dans l’air du temps !

Elle aussi est en full mode Lannister, d’ailleurs. Elle était surtout en noir depuis la mort de Joffrey, mais désormais, c’est du rouge et de l’or en veux-tu en voilà.
Et j’y crois pas, mais elle refait le coup de l’héritier à son nouveau mec ! Ah ah ah ! C’est vraiment sa passion de se faire faire des gamins par Jaime et de les attribuer à ses maris. Si tant est qu’elle soit enceinte, hein, parce que bon, la prophétie disait trois mômes, pas quatre. Je propose que Jon Snow vienne la prendre dans ses bras pour vérifier, plus efficace que Clear Blue, son truc !

Et pendant ce temps, Varys a très envie de se faire cuire le cul.

Varys : Your Grace, I promised you I would look you in the eye and speak directly if I ever thought you were making a mistake. This is a mistake.

Merci, mon bon Varys. J’admire car il sait ce qu’il risque.

Daenerys : You saw my child fall from the sky. They took Missandei.

Et du coup on va cramer Port-Réal pour ça ? Des dizaines de milliers de victimes civiles ? Nope.
Malgré ça, j’estime qu’on est encore loin de la folie, même si c’est un brin inquiétant.

Varys : These are the people you came here to protect. I beg you, your Grace, do not destroy the city you came to save. Do not become what you have always struggle to defeat.

Oh non pitié, deux reines tarées et sanguinaires, je pourrais pas !
J’ai le fol espoir qu’on nous foute la trouille et que finalement, non, Daenerys ne devienne pas ce contre quoi elle s’est toujours battue. J’ai pas oublié l’arc moisi des soeurs Stark dans la saison 7, on nous fait croire qu’elles sont l’une contre l’autre alors qu’en fait, elles veulent faire tomber Littlefinger.
Ah, je ne sais plus… 🙁

Daenerys : I’m here to free the world from tyrants. That is my destiny. And I will serve it no matter the cost.

Putain, la modestie, n’empêche……… :-/

Et là, conseil de merde de Tyrion. Proposer à Cersei de se rendre. Ah ah ah ! M’ENFIN !!!


Daenerys sait que ça ne servira à rien (et elle a raison, genre Cersei se rendre, l’idée m’amuse), mais au moins, les gens verront qu’elle a fait un effort et Cersei non.

Et sur ce, c’est reparti sur les deux gars qui débattent de qui mettre sur le trône. La vache ! Qu’est-ce que c’est chiant !

Varys : I served tyrants all my life. They all talked about destiny.

En même temps, comme le dit Tyrion, tu montes sur un bûcher avec trois caillasses et t’en ressors avec trois dragons… bah c’est sûr que t’as un peu envie de croire au destin ! Moi, j’ai eu envie d’y croire en tout cas.

Mais de son côté, Varys n’a peut-être pas tort quand il dit que le meilleur roi serait peut-être celui qui n’a pas envie de l’être.

Écoutez, vous savez quoi ? On n’a qu’à faire comme aux îles de Fer ou à la Garde de Nuit : une sorte de monarchie élective. On a deux candidats, on fait voter les gens, et hop ! Vous voyez, les Fer-Nés ne sont pas totalement dégénérés.
Je suis vachement étonnée qu’à aucun moment, ces deux brillants stratèges n’envisagent de changer le système.

Tyrion : We’re discussing treason.

C’est pas grave, mon gars, de toute façon t’es mort depuis la cinquième saison, assassiné par les scénaristes. Le mec le plus intelligent, le plus sage, le plus spirituel de la saga. J’enrage.

Tyrion : So what happens to her ?

Tyrion : Please… don’t.

Je ne vois vraiment pas l’intérêt de faire parler ces cadavres ambulants d’autres cadavres ambulants. Peut-on en venir aux faits ? Honnêtement, après une telle conversation, tout peut arriver, c’est bien pratique.

Mais retournons donc à Winterfell où notre ami Régicide a pris ses quartiers et se promène désormais un peu comme chez lui pendant que madame travaille. (Lol.)

OK, le mec est manchot, mais il a du flair. Il se rend tout de suite compte qu’un truc est de travers.

Jaime : What happened ?
Brienne : Euron Greyjoy ambushed Queen Daenerys and her fleet. One of the dragons was killed, several ships destroyed, Missandei captured.

Crispation.

Sansa : I always wanted to be there when they execute your sister. Seems like I won’t get the chance.

Ouch ! Sansa, c’est pas très sympa !
Ceci dit, je me demande si Sansa, outre le fait de sortir une bonne petite réplique bien sentie à quelqu’un qu’elle n’apprécie pas plus que ça, n’est pas en train de jouer le jeu des trônes comme une guedin.
Mais quand même, elle doit bien savoir désormais qu’elle doit son salut en partie à Jaime qui a expédié Brienne au Nord. J’sais pas. Est-ce qu’elle se dit qu’il pourrait avoir un rôle à jouer dans la sortie de Cersei ? Ou alors elle est juste conne et se réjouit tout haut qu’on crame Cersei toute vive avec le Donjon Rouge ? J’avoue, j’ai pas vraiment d’explication… mmmmmh. En tout cas, la nouvelle fait son petit effet.

Mais regardez-moi cette grosse nounouille !!!

Ça fait plaisir de se faire réveiller en pleine nuit parce que le bonhomme se barre !

Putain, comme c’est dur de revoir cette scène.

J’adore. Le mec fait littéralement semblant de ne pas la voir tellement il flippe à l’idée de la scène qui l’attend.

Brienne : They’re going to destroy that city. You know they will.
Jaime : Have you ever run away from a fight ?
Brienne : You’re not like your sister. You’re not. You’re better than she is. You’re a good man and you can’t save her. You don’t need to die with her.

Bam ! Qui connaît mieux le vrai Jaime Lannister que Brienne de Torth ?

Putain, la tête qu’il fait. Heureusement que Nikolaj et Gwendoline sont aussi fabuleux. Leur alchimie est incroyable. Je sais pas ce qu’on aurait fait sans eux.

Brienne : Stay here. Stay with me. Please.

Je peux pas, je peux pas, je peux PAS ! Je veux pas que Brienne pleure !!


N’empêche, à tous ceux qui pensent (et j’en ai vu) que Brienne ne s’abaisserait jamais à supplier et à pleurer ainsi… j’ai envie de dire qu’on peut être une femme, une chevalière, une redoutable guerrière, survivre à tous les dangers, et aussi être amoureuse, se donner corps et âme, se montrer vulnérable, et que tout ça demande un courage incroyable, surtout quand on sait l’armure que Brienne a dû se forger pour survivre depuis si longtemps.
Moi, je suis hyper fière d’elle. Triste, bien sûr, et furieuse contre Jaime qui lui sort tout son CV pour la convaincre qu’il ne la mérite pas. Mais fière qu’elle ait tenté le coup, quelle que soit l’issue de son histoire.

 

Jaime : You think I’m a good man. I pushed a boy out a tower window, crippled him for life for Cersei. I strangled my cousin with my own hands just to get back to Cersei. I would have murdered every man, woman and child in Riverrun for Cersei.

Mais tu ne l’as pas fait, mon gars. Pour Brienne.

Jaime : She’s hateful and so am I.

Alors là, apparemment, pour filmer Gwendoline, le réalisateur a demandé à Nikolaj de lui dire : « Je ne t’aime plus. » C’est horriiiiible, pauvre Gwen, elle s’y attendait tellement pas que ça l’a fait éclater en sanglots ! 

Jaime, y a pas à dire, parfois, tu fais vraiment de la merde, dans cette série.

Maintenant, reste le grand point d’interrogation. Jaime part-il pour Port-Réal pour tuer Cersei, ou pour mourir avec elle ? La sauver, je ne crois pas. Entre nous, si c’était le cas, ça fait belle lurette qu’il se serait barré, par exemple lors de la visite de Bronn et de sa super réplique sur les dragons. Et même avant. Après tout, ayant survécu à la longue nuit, la suite logique est d’aller déloger Cersei du Donjon Rouge, Jaime n’est pas con, il le sait. Et il est resté tout ce temps à Winterfell.
Alors la chose devenant plus concrète, a-t-il changé d’avis ? Ou se dit-il qu’il y a encore un moyen d’éviter un massacre en gérant lui-même sa soeur ? Ou est-il juste un mec accro à sa drogue qui pense ne pas pouvoir survivre sans ? Une chose est sûre, Jaime a une piètre opinion de lui-même, c’est une réalité. Et le meilleur moyen de s’assurer que Brienne ne le suive pas, c’est de tout faire pour qu’elle ne le regrette pas et d’être odieux avec elle. Pas sûre que ça marche, quand même. Elle est bien foutue d’aller le chercher par la peau des fesses.

À ce propos, figurez-vous qu’après dix ans à me dire que Jaime va mourir auprès de Cersei, pour la première fois, je me dis que peut-être pas.
Depuis dix ans, j’attends et redoute ce moment-là puisqu’il est, malgré tous ses défauts, mon personnage préféré.
J’étais presque résignée, voyez-vous. Parce que les personnages en quête de rédemption se rachètent souvent par la mort. Salut Théon, au passage. Seulement… on va peut-être pas reprendre la même formule, si ? Sympa de véhiculer le message selon lequel on ne peut se racheter qu’en commettant l’ultime sacrifice. (Vous me direz, ces scénaristes ne sont plus à un message nauséabond près.)

On a entendu (et lu) à maintes reprises Jaime dire que Cersei et lui sont nés et mourront ensemble, ou que sa mort idéale serait entre les bras de la femme qu’il aime… Bref, son trépas semble inévitable depuis super longtemps.
À quelques heures, peut-être, de ce trépas, moi je ne suis pas prête. Alors je me suis penchée sur la question. J’ai essayé de trouver des raisons pour qu’il ne meure pas. Et je me goure peut-être complètement, auquel cas attendez-vous à ce que je replonge dans une de mes fameuses grandes dépressions, comme après la fin de Farscape puis de BSG. 😀

En fait, j’imaginais jusqu’à présent que la plus grande « surprise » que Jaime pourrait faire au public, ce serait de tuer Cersei et de mourir dans les bras de Brienne. (« In the arms of the woman I love. ») Je vous jure, ça fait des années que je me dis qu’on va vers ça.
Ben là, j’ai plutôt l’impression que la plus grande surprise qu’il pourrait nous faire, ce serait de survivre. 🙂 Et quand je fais le bilan de l’évolution de son personnage, je me dis qu’il a bien gagné sa rédemption, et que ce serait sympa qu’au moins un de ces grands personnages expiatoires, dans la veine de Théon et de Ser Jorah, soit finalement récompensé.
Vous me direz que bien des personnages sont morts et ne le méritaient pas. Ned Stark, Robb… et même encore plus Shôren, Lyanna Mormont, et bien d’autres. Et que plus d’une fois le couperet est tombé sans vraiment de raison, parce que dans la vie, c’est aussi ce qui arrive.

Et puis en réfléchissant à tout ça, j’ai repensé à un rêve HYPER intéressant que fait le Jaime du bouquin après avoir quitté Harrenhal avec une main en moins pour rejoindre Port-Réal. Vous allez voir, rétrospectivement, c’est assez dingue. GRRM a tout prévu. L’histoire de Jaime et de Brienne est déjà écrite.

Dans ce chapitre du troisième tome, donc, Ser Jaime s’endort au pied d’un barral, l’arbre magique, et rêve de Castral Roc et de sa main. Il est à nouveau entier.
Il descend des escaliers de pierre et dit : « Il faut que je monte, il me faut aller vers le haut, pas vers le bas ». (On est bien d’accord, mon canard !) Et il ne comprend pas pourquoi il va malgré tout vers le bas. (Je me marre.) Il sent qu’en bas l’attend la mort, quelque chose de tapi dans l’ombre, quelque chose d’effroyable qui le veut. Et quand il veut s’arrêter, des personnages encapuchonnés le poussent à continuer avec leurs piques.
Il finit par tomber dans un trou d’eau avec du sable fin, qui ne ressemble plus à Castral Roc. Il demande à voix haute quel est ce lieu et une voix lui répond « ton lieu ». C’est son lieu, ses ténèbres. Il y retrouve Cersei (avec une torche enflammée à la main, lol), Joffrey, Tywin et plein d’autres Lannister. Il commence à flipper sévère en les voyant se barrer et réclame une épée. Tywin lui dit : « Je t’ai donné une épée » et Jaime sort de l’eau cette fameuse épée qui s’enflamme sur toute la longueur de sa lame. À un moment, il entend un gros plouf et c’est Brienne qui surgit derrière lui, enchaînée… et toute nue. 😀
Elle lui rappelle d’un air buté qu’elle a fait le serment de le protéger. Elle lui demande de la délivrer et de son épée, il tranche ses entraves comme si elles étaient en soie. (Allô, docteur Freud ? Bonjour, c’est pour une histoire d’épée qui déchire des chaînes comme de la, hum, soie.)

Brienne réclame une épée et celle-ci se matérialise. Il fait sombre et c’est là qu’arrive cette réplique culte : « Dans cette pénombre, elle pourrait presque passer pour une beauté. Dans cette pénombre, elle pourrait presque passer pour un chevalier. »

Eh bien, on a tout, là-dedans. On a la mort annoncé de Joffrey, Tywin et Cersei. On a Jaime qui retourne à Harrenhal pour délivrer Brienne donnée en pâture à l’ours. On a les deux épées soeurs. On a l’adoubement de Brienne et la naissance des sentiments de Jaime pour elle, et pourquoi pas, leur relation charnelle.
Et ensuite, on a le dilemme de Jaime…

L’épée de Brienne s’enflamme à son tour, d’une flamme bleue argentée, et les ténèbres battent en retraite. Cersei dit : « Les flammes brûleront aussi longtemps que vous vivrez. Qu’elles meurent et c’en sera fait de vous. » (Problème lié à l’anglais : est-ce « tu » ou « vous » ?)
Cersei se barre et Jaime lui hurle de rester. Hum hum.

Reste Brienne que Jaime voit d’un coup vachement moins masculine. (Oh really ??) Elle demande s’il n’y a pas un lion, un loup-garou ou un ours tapi quelque part dans la grotte. (Vous avouerez que tout cela est vraiment excellent.)
Jaime, lui, sait que c’est la mort qui rôde dans cette caverne. Leurs deux épées sont la seule lumière dans un océan de ténèbres. Brienne cherche un moyen de sortir, elle est prête à le faire grimper sur ses épaules pour qu’il puisse atteindre la sortie (sérieusement ?!). Jaime s’imagine rejoindre Cersei et a un réflexe très, euh, basiquement masculin, qui l’oblige à se détourner de Brienne (je suis explosée de rire, les enfants). Mais deux cavaliers arrivent. Jaime est convaincu que montures et cavaliers sont morts. Il croit voir Ned Stark, mais d’autres débarquent, « armés de neige ». Il reconnaît ses anciens frères morts de la Garde Royale, Gerold Hightower, et aussi Arthur Dayne, entre autres, ainsi que Rhaegar Targaryen.

Brienne répète pour la deuxième fois dans ce rêve qu’elle a juré d’assurer la sécurité de Jaime. (Vas-y, ma Bribri, sauve-le !)

Les fantômes viennent chercher Jaime, le parjure, celui qui avait fait le serment de protéger son roi. Jaime tente d’argumenter, de se défendre, Aerys voulait incendier la capitale, ne laisser que des cendres. Et à mesure qu’il tente de se justifier, son épée luit plus faiblement et menace de s’éteindre. Terrifié, il se souvient des mots de Cersei. Son épée devient toute noire et celle de Brienne, seule, persiste à brûler. (!)
Les spectres se jettent sur lui et il s’éveille en hurlant : « Non ! »

Jaime ne veut pas mourir. Jaime ne veut pas être emporté par ses démons. Jaime veut aller vers le haut, pas vers le bas. Et Brienne ne le lâchera pas.

Une fois réveillé, sa dernière pensée sur ce rêve, c’est qu’il n’existe pas de grotte de ce genre à Castral Roc. Alors où ? Où Jamie va-t-il finir ? Quel est la symbolique, là-dedans ? Ne pas revenir à Castral Roc, ne plus être un Lannister ? On sait en tout cas que Jaime s’est toujours dérobé à son devoir d’héritier.

C’est après ce rêve que Jaime décide de retourner à Harrenhal pour sauver Brienne. C’est donc là qu’il la retrouve dans sa catastrophique robe rose, flanquée dans la fosse à l’ours… avec pour toute arme une épée de tournoi. La suite, on la connaît. 😉 Et dans le bouquin, quand elle lui demande pourquoi il est revenu, il lui répond : « J’ai rêvé de vous. »

Et on voudrait me faire croire que son destin serait de subir le même châtiment que Cersei ?? Merci bien, à d’autres. Au contraire, j’ai toujours pensé qu’à travers la gémellité de Cersei et Jaime, GRRM voulait explorer le fait qu’on puisse être destiné au bien ou au mal, ainsi que le rôle du libre-arbitre. Cersei choisit la cruauté, Jaime choisit la rédemption. Ça n’aurait aucun sens de les punir de la même façon. Ce serait nier entièrement l’évolution de Jaime et l’impact qu’a eu sa rencontre avec Brienne.

Peut-être que je me plante complètement, peut-être que l’histoire de Jaime est celle d’un salaud repenti qui fait tout pour devenir un type bien, mais qui cède aux sirènes de son addiction alors qu’il touche enfin au bonheur. C’est tout à fait possible, ça existe dans la vraie vie… j’ai juste du mal à croire qu’on nous construise une histoire aussi léchée et aussi poétique depuis si longtemps pour faire pschitt à la fin. Je sais bien que du côté de Jon Snow et Daenerys, ça sent méchamment le soufre, mais peut-être que TOUS les arcs ne vont pas finir en grand n’importe quoi ? Peut-être l’inévitable mort de Cersei pourrait-elle être une renaissance pour ce personnage qui, avant Brienne, n’a jamais été aimé pour ce qu’il est vraiment ? En tout cas, il mérite une vraie vie, libéré de cette famille de merde. Une seconde vie, une belle vie.

À l’heure où je vous écris, nous sommes samedi soir, toute la semaine je suis passée de l’euphorie (bah, il va tuer Cersei et après, il sera libre, c’est évident), au désespoir (c’est mort, il aura toujours Cersei dans la peau et crèvera à ses côtés), et là… je ne sais plus trop.
Après réflexion, je ne vois pas Jaime tuer son enfant à naître alors que la série s’est employée à nous montrer son immense attachement à ses gosses.

J’imagine qu’il faudrait un miracle pour que la fin de son parcours soit bien écrit et me satisfasse. Je m’attends à être très déçue. Mais je suis aussi prête à être surprise, qui sait… 😉

Allez, j’abandonne Jaime et Brienne à leur destin. Au pire, il restera toujours les livres, peut-être, un jour.

Hop, nous partons maintenant pour Port-Réal, avec au menu une seconde rencontre au sommet entre les drôlesses.

Et ça commence par une petite conversation entre Mains. 

Je crois que Cersei recrute ses gens en fonction de leurs capacité à reproduire son rictus. 

Tyrion : La reine Daenerys demande la reddition de Cersei.
Qyburn : La reine Cersei demande la reddition de Daenerys.

Super, c’était très intéressant.
Et excusez-moi de demander pardon, mais à ma souvenance, Port Réal est entouré d’eau sur trois côtés, et de forêts/champs sur le quatrième. Ça va, le désert, là ?? Je vous jure, les mecs ne font plus aucun effort, ils sont déjà en train d’enfiler leurs manteaux et d’éteindre la lumière ! Foutage de gueule !

De toute évidence, Tyrion a complètement oublié que sa soeur a envoyé un mercenaire le tuer avec une arbalète. Ça fait plaisir !

Bon ben écoutez, de toute évidence, Cersei a aussi oublié qu’elle voulait tuer Tyrion depuis cinq saisons, alors tout va bien.

(Jenpeuplu de ces gens.)

Je ne sais pas si Tyrion est inconscient ou complètement naïf de laisser une ultime chance à Cersei. En tout cas, invoquer les enfants, c’était bien sa dernière carte.

Tyrion : I know you don’t care about your people. Why should you ? They hate you and you hate them. But you’re not a monster. I know this. I know this because I’ve seen it. You’ve always loved your children. More than yourself. More than Jaime. More than anything. I beg you. If not for yourself, then for your child. Your reign is over. But that doesn’t mean your life has to end. It doesn’t mean your baby has to die.

Je hais Cersei, je déteste ce que D&D ont fait d’elle dans la série, mais Lena Headey est vraiment extraordinaire dans cette scène. Ça doit être très dur de jouer ce personnage.

Et sinon, Euron, c’est monté jusqu’au cerveau ou pas ? Ah ah, pauvre jobastre, va !
Mais comme il est bien probable que Cersei nous a baladés tous autant qu’on est (c’est vrai, depuis le temps elle devrait être franchement bien arrondie), faut-il vraiment y croire ?

Cersei : If you have any last words, now is the time.

Missandei : Dracarys.

Traduction : brûlez-moi la connasse.

Pauvre Grigris. Pauvre Mimissandei. Mourir enchaînée, elle, l’ancienne esclave qui avait précisément été délivrée par le dernier mot qu’elle prononce. Ça me fout en rage. Surtout si c’est un ressort qui a pour but de justifier l’ultime dérapage de Daenerys.

Écoutez, tout ça me gave… alors je vous laisse, et surtout, je vous souhaite bonne chance pour demain. Force et honneur, les amis ! Et vivement que ce soit terminé, qu’on puisse penser à autre chose !

Cordialement…

 

 

 

 

 

 

 

Posted by on Mai 12, 2019 in Game of Thrones | 19 comments

19 Comments

  1. Je suis d’accord avec TOUT ce que tu as écrit!
    J’aime tellement Jaime, comme toi, je me fais des noeuds au cerveau depuis une semaine pour imaginer la fin que D&D lui réservent.
    J’ai très peur.
    Quelle tristesse en tout cas que ces dernières saisons! On peut imaginer que ça aurait été autre chose avec les bouquins, mais GRRM ne semble plus très intéressé par son histoire, je doute qu’on ait un jour sa fin, la vraie fin.

    • Ça me rassure de ne pas être la seule à être d’accord avec moi-même. Pour autant que je le sois, d’ailleurs. Je suis pas très claire. Mais je flippe ! Eh ben si on n’a jamais de fin aux bouquins, avec le Dark Side, on l’écrira, nous. Et toc ! Ça fait dix ans qu’on en a fait le serment, et les serments, voilà quoi. On est des femmes d’honneur, nous aussi. Un gros câlin de courage pour demain, alors. 😉

  2. Super, elle est là la belle grosse review de GOT qui tache!
    Bon, déjà, à « OMAGAD IL M’A TOUCHÉ LA MAIN, PLUS JAMAIS JE LA LAVE !!! », tu m’as fracturée de rire, et heureusement d’ailleurs que tu as toujours cet humour qui m’a scotchée à ton blog en 2010 quand je cherchais des reviews de Supernatural, parce que tu arrives à rendre supportable cet épisode dont j’ai peine à croire que ça puisse encore passer pour un épisode de GOT.
    Écrit avec les pieds? Tu as raison de le répéter aussi souvent! Les personnages sont inconsistants et, en tout cas d’après ce que tu décris mais je le crois aisément puisque tu fais l’épisode dans l’ordre chronologique de son déroulement, les intrigues réussissent le tour de force d’être à la fois confuses et malgré tout ultra prévisibles…
    …alors que le passage du tome 3 du roman que tu rappelles a réussi à me scotcher par sa richesse!
    Quoi qu’il en soit, merci de m’avoir fait rire, ça fait du bien de me distraire un peu de ma sévère dépression post-Lucifer saison 4…

    • Bon, j’ai pas trop fait dans l’ordre chronologique vu que je passe un peu du banquet à la taverne puis re au banquet, mais des fois, c’est pas possible de faire autrement.
      Le rêve de Jaime est juste incroyable.
      Tu sais quoi, moi aussi, écrire cette review m’a rendu cet épisode supportable, ça m’a fait du bien de tout lâcher. 😉

  3. Bonjour Sorcière, comme je suis heureuse de lire ce billet.
    Moi aussi, je suis triste depuis une semaine. Et moi aussi, j’aurais bien besoin d’un Wilf pour me consoler.

    Pour le moment, je n’ai fait que survoler ton billet et lire (3 fois) la (longue) partie sur Brienne et Jaime.
    Même si c’est écrit avec les pieds(pas ton billet, je me rends compte en me relisant de la tournure de ma phrase, désolée), c’est une des seules parties qui m’intéresse encore, pour laquelle je me passionne et je me ronge tous les ongles, tous les jours, jusqu’au fucking prochain épisode.

    Tout d’abord merci, merci, merci pour ton décryptage sur leur relation dans cet épisode. Comme toujours, tu parviens à mettre des mots sur mon propre ressenti. Moi aussi, j’ai remarqué le petit regard de Brienne vers Jaime quand elle quitte la salle.
    Ainsi que son regard vers Sansa dans la cour. Elle attend l’autorisation de sa boss pour raconter toute l’histoire de Cersei à Jaime. J’ai adoré^^

    J’ai longtemps réfléchi au départ de Jaime. Je pense comme beaucoup qu’il veut tuer Cersei, mais prend-t’il sa décision à ce moment précis ?

    Je me dis donc que jusqu’à la mort de Rhaegal, tout le monde pensait que Daenerys gagnerait mais infligerait à Cersei une mort « douce », enfin « douce », je me comprends. Style Capture puis Jugement puis Pendaison. Mais ils comprennent tous que Daenerys va en fait réserver à Cersei une mort beaucoup plus douloureuse, que mourir par le feu, c’est tout sauf une mort « douce ». Rappellons-nous les cris de Shoren !

    C’est la petite pique de Sansa à Jaime qui m’y a fait penser. Au premier visionnage, je me suis dit que Sansa envisageait la victoire de Cersei. Puis au second, j’ai pensé qu’elle n’avait pas l’air inquiète mais plutôt qu’elle se disait que Cersei allait mourir lors de l’attaque et ne pourrait pas être jugée.
    C’est surprenant qu’elle ne l’ait pas réalisé avant mais bon…….

    Sinon, avant le départ de Jaime, j’étais si heureuse pour Brienne. Pas seulement pour elle et Jaime, d’ailleurs.
    Pour tout ce qu’on a vu pendant cet épisode et le 2e aussi. Une Brienne qui vit parmi des gens qui la respectent et l’aiment.
    Oh, son sourire lors de son adoubement me poursuivra longtemps. Ainsi que sa joie lors du banquet. Elle festoie avec ses amis. Elle sourit, rit, mange, boit. Elle appartient enfin totalement à ce monde, à ces gens. Elle a trouvé en Sansa, sinon une amie (même si je crois que oui), du moins une « boss » pour qui elle peut se donner à fond. Une « boss » qui a confiance en elle, qui sait combien elle lui est précieuse.

    Et puis Jaime bien sûr. Moi aussi, j’ai calculé ce mois de bonheur. Ce mois où ils ont vécu ensemble et où ils ont été heureux, tous les deux. Et j’étais heureuse pour elle d’avoir eu ce mois-là. D’avoir vécu pleinement ce temps. J’étais persuadée qu’elle ne reverrait jamais Jaime mais qu’elle ferait de ce bonheur un appui pour vivre le reste de sa vie heureuse encore, d’une autre façon. (Et je ne parle pas d’un baby, surtout pas !)

    Ca m’a aussi fait repenser à Donna et Rose et la fin de la 4e saison de Dr Who. Avec ces 2 femmes qui ont vécu des expériences extraordinaires et qui ne les revivront plus jamais.
    Il me semble qu’à l’époque, tu plaignais davantage Donna qui avait tout oublié. Moi, je trouvais le sort de Rose beaucoup plus difficile. Se souvenir de tout, et devoir vivre avec un ersatz de l’homme qu’elle avait aimé. Je trouvais plus enviable le sort de Donna qui avait oublié. A ce moment-là, je validais la théorie, mieux vaut ne pas avoir vécu, que souffrir.

    Par contre, je n’avais jamais envisagé que Jaime puisse survivre. Et tes arguments sont si logiques. Ils m’apportent un tel espoir. Je sens que je vais pleurer comme une malade si Jaime meurt.
    Shame on you d’avoir insufflé l’espoir en moi^^

    Je terminerai ce long commentaire par une blague, Missandei style :
    Quand une Main rencontre une autre Main, de quoi parlent-elles ?

    • Ton commentaire est adorable, et je suis désolée si je t’ai donné de faux espoirs !! Je ne pouvais juste pas les garder pour moi et si Jaime meurt effectivement, je crois que je n’en serai pas plus malheureuse. Mais au moins, j’aurais vécu cette semaine pas totalement dans la déprime. 😉
      Ça me fait plaisir de me rendre compte qu’on est finalement un certain nombre à vivre la même chose, en ce moment. Au moins, on peut en parler ici.

  4. Mais quelle review!!! 🙂

    Et puis, ne pas réagir à: « OMAGAD IL M’A TOUCHÉ LA MAIN, PLUS JAMAIS JE LA LAVE !!! », parce que quelqu’un dormait pas loin et qu’un silence total régnait, fut assez compliqué ma foi. M’est d’avis que je suis passée pour la folle de service. Enfin bon, on est plus à une fois près! 😉

    Merci pour la description du rêve, que je n’avais définitivement plus en tête, mais je suis tout aussi inquiète que toi quant à son avenir proche. Après je dois reconnaitre que je n’ai pas compris la réaction horrifiée des gens quand il repart en laissant Brienne (hormis évidemment le fait qu’il laisse Brienne en pleurs – c’est juste pas possible) parce que je n’ai pas du tout interprété la scène comme le reste du monde apparemment. Pour moi c’était hyper clair qu’il partait pour la tuer lui-même en fait. Mais bon, wishful thinking total ou pas, qui sait!? Ce qui est sur c’est que dans mon esprit c’est juste ça qui va arriver! xD

    Et sinon: « Là, j’ai dû faire pause pour couiner et respirer un grand coup. Et crier : « ON Y EST ! » (À 6h du matin, je vous le rappelle.) »
    Moi, je tiens à le dire, je me sens moins seule d’un coup quand même. J’ai bien pausé la scène trois fois, en me demandant sérieusement si ils allaient vraiment nous faire passer un « il fait chaud ici ou c’est moi? » comme ça. Bref, ce fut drôle!

    En ce qui concerne la consistance niveau écriture des persos (au niveau déroulement du temps et chronologie, je fais abstraction depuis longtemps, sinon…) je me dis qu’ils sont tous un peu claqués quoi – umm, sans mauvais jeu de mots, et que du coup ça rame un peu niveau utilisation de neurones! ^^

    Enfin voilà, un commentaire de trois kilomètres (mais ça faisait longtemps) pour au final, dire merci, et Force et Honneur à toi aussi! a 6h du mat’, faut au moins ça! 😉

    • Coucou, toi ! Merci pour ton commentaire ! Allez, on se souhaite bonne chance pour demain ! 😉
      Moi, au premier visionnage, je me suis à peine inquiétée pour Jaime, j’étais très confiante quant au fait qu’il allait régler lui-même le problème de Port-Réal. Et plus tard, un doute affreux s’est insinué… depuis, il ne m’a pas vraiment quittée.
      Ah, qu’est-ce que je me sens moins seule dans ma misère, avec vous tous ! <3

  5. Coucou Sorcière. C’est un vrai plaisir de lire à nouveau tes reviews drôles à souhait. Je suis comme toi très déçue sur l’écriture de la série. Ce sont les montagnes russes avec de rares très beaux moments (épisode 2 magnifique – B.Cogman aurait mieux fait d’écrire toute la saison) et de nombreux moments particulièrement ratés (les ficelles scénaristiques ressemblent souvent aux cordages du bateau d’Euron). Sur cet épisode, la scène de rupture entre Jaime et Brienne est tellement mal écrite qu’on n’arrive pas à deviner les intentions de Jaime. Il faut regarder la vidéo Inside the episode ou l’un des D explique, comme si c’était une évidence, qu’il est un drogué qui retourne vers sa soeur pour la sauver. Ce qui me laisse la douloureuse impression qu’ils ont bien ruiné la relation Jaime / Brienne qui jusqu’ici est l’une des seules à avoir été bien gérée.
    Je me demande encore pourquoi ils élaborent des stratégies militaires puisqu’elles sont toujours minables et qu’ils ne sont jamais fichus de les suivre. A ce sujet, le plan Port Réal: « Allons-y à 15 devant les murailles garnies de scorpions et gardées par 100 archers pour causer avec une tueuse de masse » c’était juste pour rappeler au spectateur qu’il est demeuré ?
    Comme toi, j’ai un problème avec la mad queen Daenerys. Globalement, elle a toujours été montrée comme gérable avec de bons conseillers qui canalysent son côté Dracarys. En très peu d’épisode, on nous la montre détestable et sur le point d’échapper à tout contrôle, c’est trop rapide et simpliste.
    Je ne comprends rien à l’attitude de Tyrion vis à vis de sa soeur, pourquoi s’acharner à parlementer avec elle puisqu’elle l’a déjà arnaqué en utilisant précisement le sujet du mouflet en fin de saison 7.
    Au plaisir de te lire.

  6. Y’a pas moyen de monter une cagnotte Tipee, leetchi ou whatever pour te kidnapper, te mettre en congé sans soldes du reste de ta vie, et te rémunérer pour nous écrire exclusivement les reviews de GoT ? Non parce que vraiment, tu es la seule que je veux lire après un episode, la seule à les comprendre si bien, à comprendre et connaître si bien les bouquins et savoir exprimer tout ce que je ressens au fond de moi à m’en faire rire et chialer tout à la fois…
    Ça m’avait tellement manqué ces reviews… merci pour tout ce que tu a dit, si vrai… (l’héritier de Dorne putain, même pas deux secondes et on l’oublie de nouveau… Quentyn Martell me manque)
    bref merci pour la review, bon courage si tu nous fais la suite, bon courage pour le deuil qui est le nôtre apres l’épisode d’hier, et merci !

    • C’est vraiment trop, trop gentil, merci pour tes mots adorables. <3 J'adorerais écrire des reviews pour le reste de ma vie !! 🙂

  7. Salut Sorcière. C’est un vrai plaisir de te lire à nouveau (je te suivais à l’époque de BSG). Ta review est à la hauteur de ton talent de décryptage et d’humour.
    J’avoue avoir de plus en plus de mal avec les choix des scénaristes concernant les personnages et les intrigues mais le plus gênant à mes yeux c’est le rythme. Cela va beaucoup trop vite et cela dénature totalement l’essence même de la saga littéraire. Et savoir que c’est un choix assumé m’exaspère.
    Concernant la relation Jaime Brienne que j’affectionne aussi particulièrement, je dois avouer qu’après avoir été très énervée par sa conclusion dans l’épisode, j’ai fini par y trouver un sens acceptable.
    J’ai le sentiment que cette liaison amoureuse sincère est l’aboutissement de l’arc de rédemption de Jaime. Il aura franchi toutes les étapes passant de l’ombre à la lumière et connaissant pour une fois dans sa vie un moment de bonheur.
    Mais, il ne pouvait aller plus loin compte tenu de l’emprise qu’à sa soeur sur lui.
    Brienne l’aura tiré autant que possible vers la lumière mais elle a échoué à le sauver. C’est d’ailleurs ce que dit son discours d’adieux. Finalement, elle est tellement généreuse que ce n’est pas tant qu’il l’abandonne qui la fait craqué que le fait qu’elle a compris qu’il allait y laisser sa vie. C’est tragique pour tout les deux.
    Mais, Jaime aura fait beaucoup pour elle, en réalisant son rêve de devenir chevalier et en la réconciliant avec sa féminité ce qui n’était pas gagné.
    La suite de la série nous dira si il lui a aussi offert la maternité. Ce n’est pas forcément gênant si on arrive à montrer que le personnage par sa force morale est capable de la concilier un rôle de pouvoir ( tenir son serment auprès de Sansa ou prendre la relève de son père comme dirigeant de Tarth).
    Au plaisir de te lire pour la suite et la fin.

    • Hello, merci pour ton commentaire. 🙂 Ravie que tu sois toujours dans le coin, BSG, fiou, ça nous ramène loin !!!
      Moi aussi j’ai repensé à cette affaire et j’y ai trouvé un semblant de sens. J’en parlerai dans ma prochaine review, histoire de ne pas spoiler l’épisode suivant. 😉 A très vite !

  8. Après toutes ces années toujours ravie de te lire et je suis d’accord avec chaque point de ton analyse. Je suis contente de connaître ton avis sur les épisodes récents de GOT car je me sens un peu seule dans mon entourage où tout le monde (sauf moi et mon mec) trouve ça geniaaaaal alors que la série ne m’inspire plus rien depuis quelques saisons. Comme tu le dis si bien cet épisode (cette saison?) est écrite avec les pieds et cela me fait de la peine, même si quelques moments arrivent encore à m’arracher des sourires / des larmes.
    Comme Brienne et Jaime qui concluent enfin, j’ai couiné « ça y eeeest, ça y eseest » mon mec n’en pouvait plus…
    Ou les adieux de Dany à Ser Jorah qui étaient si tristes…

    Hâte de lire ton avis sur le 5…

    • Contente de te voir par ici. 😉
      Pfiou, j’ai pas encore eu le courage de revoir le 5, ça me hante ! Je vais me cramponner. 😉
      Oui, je suis choquée de voir tant de gens trouver ça géniaaaaal.

    • Le pauvre… il me fait de la peine, il a l’air aussi peiné que nous.
      D’accord pour cette partie de l’analyse, mais le reste est un peu trashy, je trouve.

  9. Punaise, quand tu commençais ta review en disant qu’elle serait longue, tu déconnais pas ! Mais ce n’était que du bonheur à lire, en tout cas. N’étant pas le plus grand fan de Jaime, mon ressenti a été différent du tien ; plus on le met loin de ma Brienne adorée et mieux je me porte. Même si je ne suis on ne peut plus d’accord sur le fait que ça a été écrit avec les pieds. Sans oublier les ellipses et les téléportations. En tout cas, je suis ravi qu’il y ait à nouveau du contenu sur ton blog. Je lirai tes autres reviews de la saison 8 avec plaisir, mais tout de même pas tout de suite tout à la suite, aha, sinon je vais y passer la nuit. 😉

    • Oh oui, trop de choses à dire, et encore, si je la refaisais aujourd’hui, ce serait encore plus long. 😀
      Ça doit être pour ça que le début de saison tarde à venir, je reviewe les deux premiers épisodes en même temps, c’est n’importe quoi. 😀
      A très vite !

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top