Categories Menu

[GoT] 8×05 : The Bells

Hullo my little minions ! Comment vous allez ?

Moi ? Ben pas bien du tout, étonnamment. Encore pire que la semaine dernière ! Je suis triste, les zenfants. Triste. Mon cœur est brisé, rien ne sera plus jamais comme avant. 🙁

Au passage, si vous avez apprécié cet épisode, je suis sincèrement heureuse pour vous. Peut-être que vous ne devriez pas lire ma review, dans ce cas, parce que moi, je suis déçue, déçue…

D’ailleurs, j’ai mis un temps fou à trouver le courage de revoir cet épisode. Et quand je n’ai plus eu le choix (samedi matin), je l’ai relancé avec force soupirs.

Mais on va essayer de trouver du réconfort dans les petites choses.

Allez, courage. Cliquez, mes amis, ce sera bientôt fini.

 

 

 

 

Sur ces considérations, commençons.
Décidément, ça ne s’annonce pas très bien pour Varys qui est en train de gratter du papier comme un guedin.

Sa missive nous rappelle un autre monsieur, qui déclarait un autre héritier légitime dans la première saison… avant d’être jeté en taule puis décapité.

Ça sent le sapin pour Varys. Ou plutôt le fumé.
Là-dessus, la petite Martha vient lui annoncer que Daenerys fait la grève du miam.
Oh, quelqu’un d’autre s’est dit que le sacripant essayait d’empoisonner la reine ?? 😀
Ça aurait été sympa de l’énoncer plus clairement, entre nous.

Au passage, ça n’a jamais cessé d’être glauque, cette histoire de gamins-espions. Brrrr…

Nous sommes donc à Peyredragon, où Jon Snow, après des semaines (j’insiste) de chevauchée, débarque enfin, tandis que ses troupes passent le Trident. Dans deux jours, ils seront à Port-Réal. (Les mecs voyagent en TGV.)

Le voilà, notre héritier, notre roi légitime ! Hourra ! Hourra ! Hou… ouais, bon ok, il est nul. Pffffff… quand je pense à tout ce character building, à la prophétie, à R+L=J… tout ça pour qu’on se retrouve avec un mec mou et déprimé ? Je. Peux. Pas. Le. Croire.

Mais Varys, en homme de foi, l’entreprend immédiatement bille en tête.

Varys : They say everytime a Targaryen is born, a coin is tossed and the realm holds its breath.

Voilà. Comme on n’a plus rien d’intelligent à lui faire dire, on reprend des vieilles répliques des anciennes saisons. Zéro originalité, zéro idée.
En plus, c’est hyper pratique : avec ce genre de phrase toute faite, pas besoin de chercher une intrigue, de toute façon, vous avez 50 % de chances d’être taré, donc peu importe ce que vous avez pu construire au fil de votre histoire, c’est le hasard qui l’emporte.

Et vous, ça va ? Vous le vivez bien ??

Varys : All I’ve ever wanted, the right ruler on the Iron Throne. I still don’t know how her coin has landed but I’m quite certain about yours.

Et là, Jon Snow nous sort sa réplique préférée de toute la life.

Jon Snow : I don’t want it.

Putain le mec me gaaaave !

On vous élit commandant de la Garde de Nuit.
J’en veux pas.
On vous légitime pour devenir sire de Winterfell.
J’en veux pas.
On vous nomme roi du Nord.
J’en veux pas.
On vous file un super loup blanc.
J’en veux pas.
On vous propose le cul de la reine.
J’en veux pas.
On vous file le Trône de Fer.
J’en veux pas.

Voici donc Jon Snow, personnage principal qui ne sert plus à rien sinon faire joli avec ses beaux cheveux au vent et bouder quand il n’est pas content. Ah ben ça fait plaisir d’avoir rooté pour lui depuis le début, je me sens grandement récompensée ! Vous me direz que visiblement, on n’est pas là pour être récompensés mais pour en chier.

Merci, ma petite dame. C’était le bon temps !

En plus, je me demande comment GRRM va gérer ça, parce que je veux pas dire, mais il est beaaaaucoup plus ambitieux, le Jon Snow des bouquins.
Le pauvre Varys est donc bien désolé d’apprendre que Jean Neige veut rester loyal malgré son superbe pedigree.

Jon Snow : She is my queen.

Un vrai disque rayé. Casse-toi, tu m’énerves, mon gars.
Et pendant ce temps…

Bon, écoutez, puisqu’on parle boulette, parlons un peu de celle que Tyrion s’apprête à faire. À savoir balancer Varys. Mais ça va, oui ?? C’est le bonhomme qui l’a fait échapper de Port-Réal, qui l’a mis en sécurité en Essos, qui l’a amené vers Daenerys… et c’est son pote ! Il le balance comme ça ? C’est pas un petit peu précipité ? En plus, c’est lui qui lui a lâché l’info fatale ! Quel était le but, du coup ??

C’est vrai, ce n’était pas une surprise, on savait tous que Varys allait y passer dans cet épisode. Mais Tyrion me déçoit, quand même. Vous me direz, je commence presque à m’habituer.

Que voilà une intéressante composition

Quand je pense qu’ils ont ces acteurs formidables, un réalisateur tout à fait buvable (Miguel Sapochnik, grand gestionnaire des batailles, quand on voit son nom au générique, on sait qu’il y aura de la castagne), des milliasses et des milliasses de dollars, un compositeur de OUF… et ils nous pondent ça.
Que j’ai de la peine, bouhouh.

Daenerys déprime également. Elle ne mange pas, elle ne se coiffe pas, elle écoute Lionel Ritchie en boucle en bouffant des oursons en guimauve toute seule, dans cette salle où elle était autrefois entourée de tant de gens qui l’aimaient.

Seulement maintenant, plus personne ne l’aime. Et ça, c’est juste pas possible. Elle veut qu’on l’aime, bordel. Aimez-la !

Ah ben voilà, c’est exactement la gueule que je me suis traînée tout le début de la semaine !

Je pense qu’on peut partir du principe que Missandei lui faisait ses tresses et son make-up. 😉
Mais bon, comme elle apprend que Varys l’a trahie, c’est cool, une bonne petite flambée va remonter le moral des troupes et mettre un peu de cœur à l’ouvrage, bref, réchauffer l’ambiance, quoi !

Daenerys : He knows the truth about Jon, because you told him.

Oopsie !

Daenerys : You spoke to him first, without asking my permission.

Savez-vous que je n’ai pas que du mal à dire de cet épisode ? Par exemple, j’ai été époustouflée par la performance d’Emilia Clarke. Je n’ai pas toujours été tendre avec elle, et même pendant un temps, je la trouvais assez à chier. Mais là… fichtre, elle m’a totalement bluffée. D’autant que j’ai lu certaines de ses interviews et que visiblement, elle a eu beaucoup de mal à accepter la tournure qu’ont pris les choses, pour son personnage. Alors bravo, Emilia. <3

Voyez, là, elle me rappelle trop Viserys dans la saison 1. C’est dingue !

Tyrion : It was a mistake.

C’est bientôt fini ? Combien de temps il reste, dans cet épisode ? Une heure dix ? Ah d’accord. *sanglote*
Bon, on sent que décidément, Daenerys n’est pas la première fan de Sansa et que si cette dernière était dans le coin, ça pourrait bien sentir le poil de loup cramé. Brrrr…
Du coup, Tyrion fait la carpette.

Tyrion : If I have failed you, my queen, forgive me. Our intentions were good. We wanted what you want, all of us, a better world. Varys as much as anyone.

Je ne comprends pas. Je balance Varys et après j’essaie de le dédouaner ?

Tyrion : But it doesn’t matter now.

Et sinon, Peter Dinklage, ça se passe bien, cette saison 8 ? Content de ces merveilleux dialogues et de foutre aux chiottes toute l’intelligence, les qualités d’observation et d’analyse, ainsi que la merveilleuse répartie du personnage ? Oui ? Alors ça va, je suis contente.

*regarde sa montre*

Encore 1h09. Bien.
Ne perdons pas de temps, je vous prie, et craquons une petite allumette en vue du feu de joie.

Ce qui me fait plaisir, c’est que Varys est très digne.

Tyrion : It was me.
Varys : I hope I deserve this, I do. I hope I’m wrong. Goodbye, old friend.

Man, t’es pas du tout dans le tort, hélas. T’avais raison sur toute la ligne. Plains donc ceux qui restent parce que toi, tu vas arrêter d’en chier, mais eux, c’est pas fini, loin de là.
Pauvre Varys. Il serait devenu fou devant ce qui nous attend.

Et pauvre Tyrion. Tout ce qu’il perd, dans cet épisode. Je serais triste pour lui si j’avais pas envie de lui écrabouiller la tronche.

Daenerys : Lord Varys, I Daenerys of house Targaryen, first of my name, breaker of chains and mother of dragons, sentence you to die.

Grand-mère, que vous avez de grandes dents !

C’est allé très vite. 🙁
Babaille, mon cher Varys. Désolée, il valait mieux qu’ils te zigouillent puisqu’ils ne savaient plus comment t’écrire.

(Pour ceux que cela intéresse, sachez que Conleth Hill, qui jouait Varys, s’est plaint de ses dernières saisons.)

Tyrion, mon gars, fais gaffe. T’es le prochain sur la liste. Si Jon Snow ne te grille pas la politesse.
Tiens, en parlant du Loup Blanc.

Quel benêt, je vous jure ! Entre les avertissements de Sam, la réaction de Dany quand elle apprend sa véritable identité et le fait qu’elle le supplie de ne rien dire… euh… il serait peut-être temps de réagir, non ?

En même temps, je dis ça, mais je ne vois pas bien ce qu’il pourrait faire à ce stade. Se barrer ? Pas vraiment, car une fois Port-Réal récupéré, c’est direct à Winterfell à dos de Drogon pour aller tout cramer aussi. Il n’a plus aucun moyen de retirer ses billes. Mais je vois dans son regard niais qu’il a des doutes. Et qu’il joue peut-être même un peu la comédie. Pour ça, il est peut-être un tout petit plus malin que tonton Eddard. Mais j’avoue, j’en suis même pas si sûre. C’est dire si son personnage a dégringolé dans mon estime.

Écoutez, toujours est-il que je me suis marrée en le voyant débarquer chez la Queen tout ratatiné sur lui-même, l’échine basse.

Daenerys : Far more people in Westeros love you than love me. I don’t have love here.

Mais sérieux ??? C’est vraiment comme ça qu’il veulent introduire la suite ? On ne m’estime pas à ma juste valeur alors je vais tout cramer ?? Mais ça va pas bien, la tête.

Je comprends qu’elle ait les boules vu tout ce qu’elle a sacrifié pour sauver le continent, mais euh… tout le monde y a laissé des plumes. Et encore une fois, si elle ne s’était pas battue pour ça, c’était Queen of the Graveyard, voire Night Queen. Alors oui, c’est vrai que les gens du Nord ont tendance à préférer les gens du Nord, mais vu l’expérience qu’ils ont eue avec les gens du Sud, et notamment les Targaryen, baaaaaah… Enfin, c’est pas parce que tu perds tes deux meilleurs potes et deux dragons que tu vires zinzin, si ?
Non, vraiment, ce deuxième visionnage est encore pire que le premier ! 🙁

Jon Snow : I love you. And you will always be my queen.

Allez, fais un bisou à tatie, mon mignon.

Daenerys : Is that all I am to you ? Your queen ?

Ah non, tu es aussi sa tata. C’est important, les liens familiaux.
Bref, Daenerys se prend un beau râteau dans la gueule et c’est la goutte d’eau.

Daenerys : All right, then. Let it be fear.

N’imp. *soupire*
En attendant, on n’a jamais bien su pourquoi précisément Jon Snow ne veut plus d’elle. C’est un gros problème car j’ai un peu l’impression de ne pas avoir eu son point de vue depuis super longtemps. (Le sien et celui de beaucoup d’autres personnages.)

Scène suivante, Tyrion qui galère pour convaincre la bougresse de ne pas raser Port-Réal. Au secours, c’est un cauchemar, réveillez-moi ! Bran ! Sors-nous de là, montre-leur des trucs, je sais pas ! Dites-moi que c’est pas la vérité, ce qui se passe là, qu’il est en train de faire ses yeux blancs et que tout le monde est encore à Winterfell, et qu’il sort de sa transe pour dire : « Alors, voilà exactement ce qu’il ne faut pas faire ! » :-(((

Bon, je vais arrêter de commenter ces scènes, c’est juste énervant et frustrant. De toute façon, comme personne n’aime Daenerys, elle va tout cramer et point barre.

Si la meuf savait combien de gens l’aiment à travers les écrans, c’est sûr qu’elle reverrait sa copie !

Tyrion : Please if you hear them ringing the bells, call off the attack.

Reçu cinq sur cinq.

Et là, elle lui annonce que son frère a été arrêté en tentant de passer leurs lignes. Eh ben je suis très très mal, voyez-vous.

Daenerys : It seems he hasn’t abandonned your sister after all.

Oh, ça va, hein ! Ne jugeons pas les gens à la hâte. (Quoique.)
Allez, en route pour Port-Réal, alors. Faich’.

Ah, Ser Davos. Ser Davos qui sert à rien, sauf à déplacer des gens en bateau, des fois. Encore un de ces personnages secondaires qui souffre infiniment de cette fin de série bouclée à la va-vite. Et ça me fait bien mal aux fesses parce que je l’aime tellement, moi, cet homme-là ! Il est presque mon préféré, vous savez !

Pendant ce temps, Arya et Toutou arrivent eux aussi.

« Enchantée, Arya Stark. Je viens tuer la reine Cersei, histoire d’arranger tout le monde. »

« Euh, d’accord. »

😀

Et dans la foulée, hop, retrouvons nos deux têtes à claques de Lannister. Oh, mais comme j’ai pas envie de revoir cette scène ! Pourquoi je m’inflige ça ?

Mais regardez-moi cet abruti. Ah il est beau le Régicide, le Lord Commandant de la Garde Royale, Ser Jaime Lannister, le Golden Lion. J’ai pas honte du tout, tiens ! *sanglote*

Mais pourquoi cette engeance a donc ENCORE changé de camp ? On ne sait pas. J’ai même lu une interview de Nikolaj Coster-Waldau qui expliquait en 2017 que Jaime quittait Cersei après avoir vu clair dans ses manipulations et dans sa folie, et parce qu’il ne l’aimait plus.

My subjects as an actor was : « This is it. I don’t believe in you anymore. I don’t believe in this, you and me. I don’t love you anymore. » That’s how I played it.

Ça oui, mon gars, et tu l’as très bien joué, et je l’ai très bien compris, merci.
On parle du mec qui a joué Jaime Lannister pendant huit saisons !

En plus, c’était pas trop tôt qu’il se barre. Quand je pense qu’à la fin du bouquin 4, Jaime reçoit une lettre de Cersei qui est en mauvaise posture voire en danger de mort, déjà claquée, peut-être, qui le supplie de venir à son secours, et il CRAME LA PUTAIN DE LETTRE. Il choisit de se barrer dans le Conflans pour retrouver Brienne qui elle aussi requiert son aide.
Qu’il revienne à Port-Réal pour mourir avec Cersei, qui est sa sœur, sa jumelle, son double, son amante, whatever… admettons. Mais je veux comprendre pourquoi. Et là, c’est pas du tout le cas. Je veux bien souffrir, mais pour de vraies raisons !

Et le festival continue. Le mec est donc parti pour le Nord en enfilant un gant sur sa main en or, il redescend à Port-Réal sans le faire. Mais c’est pas Jaime, c’est pas possible !

Jaime : Cersei once called me the stupidest Lannister.

Voilà, donc on ramène tout à la fabuleuse, l’inoubliable Cersei. *vomit*
Et alors Tyrion, pareil, on comprend pas.
Souvenons-nous :

Tyrion à Winterfell : Je suis heureux que tu sois heureux.
Tyrion dix minutes plus tard : Va sauver Cersei, partez ensemble et démarrez une nouvelle vie !

Excusez-moi ? J’ai pas bien compris. Déjà, d’où Tyrion a-t-il envie de sauver sa frangine, là, d’un coup, depuis le dernier épisode ? Elle l’a toujours haï, elle veut le tuer, elle le martyrise depuis le berceau, elle a fait de sa vie un enfer. Lui la déteste, la méprise, il lui a fait une superbe et terrible prophétie : « I will hurt you for this. A day will come when you think you are safe and happy, and your joy will turn to ashes (!) in your mouth. And you will know the debt is paid. »

On parle d’un type qui n’a pas hésité à buter son père quand il en a eu l’occasion. D’où n’a-t-il pas envie de se débarrasser de son bourreau alors qu’il le peut enfin, sans même avoir à bouger le petit doigt ??? Mystère. Cersei doit avoir des pouvoirs magiques, à ce compte, c’est une envoûteuse, la meuf.

Et vous savez quoi ? En fait, je crois que oui. C’est une envoûteuse. Dave et Dan sont totalement sous le charme du personnage qu’ils ont créé (non parce qu’on est loin de la Cersei de GRRM), ils lui ont donné une ampleur et une intelligence qu’elle n’a pas dans les bouquins, et ils sont fascinés par Lena Headey (bon, ça, à la limite je peux comprendre, elle est exquise). De toute évidence, ils sont en kiff total devant la relation incestueuse qu’elle entretient avec Jaime, ils trouvent ça délicieusement transgressif, d’ailleurs, chaque fois qu’ils en parlent, j’ai envie de me jeter sous la douche et d’y rester pendant trois heures ! Pourquoi faire durer aussi longtemps cette relation, sinon ? Quel est le but à part empêcher le personnage de Jaime d’évoluer ? Ces types ont de graves soucis, je vous jure !

J’en suis donc arrivée à penser que c’est par loyauté que Jaime retourne auprès d’elle. Par chevalerie. Et pour le gosse. Book!Jaime n’en aurait rien eu à carrer du gosse, cela dit, ah ah, quand je pense à la façon dont il prend la mort de Joffrey, j’étais presque choquée. (J’étais carrément choquée, ça ne lui fait ni chaud ni froid et il s’en étonne lui-même.)

Toujours est-il qu’en voyant entrer Tyrion sous la tente, je m’attendais à ce qu’il flanque à son très grand frère une bonne baffe dans la gueule et lui dise : « Mais t’es con ou quoi ?? Grosse buse, retourne d’où tu viens, survis et sois heureux avec ta grande femme blonde, bordel ! »
Mais non, bien sûr, puisqu’il n’y a aucune logique dans cette histoire !

Je peux accepter que Jaime ne soit jamais totalement délivré de l’emprise de Cersei, qu’une partie de lui lui demeure loyale, elle reste sa sœur, même dans l’éventualité où il ne l’aime plus. Mais là, ça n’a pas de sens.
En plus, s’il nous disait, je sais pas, moi : « Je ne supporte pas l’idée que ma sœur meure seule », « Je suis encore amoureux de Cersei » ou « Je dois tout faire pour la sauver », au moins on comprendrait. Mais non. Rien.
Même quand il quitte Winterfell, il ne lâche pas un mot sur ses intentions, c’est Brienne qui capte tout, avec une grande finesse. D’ailleurs, à aucun moment Brienne ne pleure parce que Jaime la quitte pour Cersei, elle pleure parce qu’elle sait qu’il va mourir. Et elle a raison ! Brienne présidente ! En fait, la seule intention que je comprends dans le peu de mots qu’il prononce au sujet de sa décision, c’est : « Je suis mauvais, je ne mérite pas d’être heureux, autant mourir. »

Quant à Tyrion, il m’a fallu vraiment revoir cette scène en essayant de me détacher de mon ressenti pour comprendre enfin sa véritable motivation : sauver des vies innocentes. Il a capté que Daenerys risquait de déraper, il fait TOUT ce qui lui est encore possible pour épargner les civils. Il implore Daenerys de ne pas incendier Port-Réal si les cloches sonnent, et c’est exactement la même idée ici. Quitte à ce que cela lui coûte sa tête. Ou celle de Jaime.

Et puis, il y a cette phrase qui m’a tout simplement assise. À ce moment-là, j’ai véritablement compris que Jaime était mort. Un coup de massue, plus lourd qu’une brique du Donjon Rouge sur la gueule : Jaime ne s’est jamais tellement soucié des innocents.

PARDON ????

D’accord. Donc le mec paye toute sa vie parce qu’il a tué un roi sanguinaire qui voulait cramer 500 000 personnes, et on lui fait dire une connerie pareille ? Mais c’est immonde, je suis SCAN-DA-LI-SÉE ! On lui retire la dernière chose qui lui reste, là. Mais pourquoi aurait-il tué le Mad King, sinon ? Pour Cersei, peut-être ? (Non.)
D’ailleurs, tous ses actes au fil de ces saisons, c’était pour Cersei, tant qu’on y est ? (Non.) Alors ce doit être pour Cersei qu’il a délivré Tyrion, sans doute. (Non.) Et c’est forcément pour Cersei qu’il a fait demi-tour histoire d’aller se jeter dans la fosse de l’ours avec une seule main. (Non.) J’imagine que c’est également pour Cersei qu’il a adoubé Brienne et est allé se battre contre l’armée des morts ? (NON.)

Je vous jure, je suis dévastée. Qu’on me tue Jaime, OK, à part mon délire de la semaine dernière, je n’ai jamais cru qu’il survivrait à la fin de l’histoire, ni même qu’il tiendrait jusqu’à l’avant-dernier épisode. Mais qu’on lui retire ce qui fait de lui un type bien, humain, chevaleresque, empathique, bref tout ce qui le différencie de Cersei, c’est pire encore que l’intégralité du Donjon Rouge sur la gueule. C’est juste horrible et c’est indigne. À quoi bon développer un personnage sur huit saisons (et 4000 pages) si c’est pour le faire revenir à la case départ à la fin ? Je veux bien qu’on m’explique.

Du coup, j’ai décidé de me dire que ce n’était plus vraiment Jaime, qu’il avait laissé la meilleure partie de lui à Winterfell, et que là, on a une coquille vide en bout de course. Ça me brise le cœur, mais c’est comme ça.  🙁

Ensuite, Jaime croit vraiment que Cersei peut encore gagner ? Écoutez, je ne comprends RIEN à ces dialogues. Je ne comprends RIEN aux intentions des personnages, je suis complètement larguée. Et en plus, à force, je m’en fous un petit peu.

En tout cas, encore un très bon conseil de Tyrion, le coup de la sortie proche de la galerie des dragons. Merci, vieux. Pour l’ensemble de ton œuvre ces trois dernières saisons : MERCI.

Le seul truc qui m’a finalement émue dans cette scène et que j’ai trouvé sincère, ce sont leurs adieux. Ils m’ont crevé le cœur. Oh, pas parce qu’ils sont bien écrits, mais parce que les mots de Tyrion sont vrais (combien de fois les chapitres de Tyrion y font référence), et parce que Nikolaj et Peter sont tout simplement extraordinaires.

Tyrion : If it weren’t for you, I never would have survived my childhood.

Jaime : You would have.
Tyrion : You were the only one who didn’t treat me like a monster. You were all I had.

Et vous me faites crever ce type comme un chien ? Sous un tas de briques ? Avec Cersei ?
Bon, ben j’avais pas rechialé depuis mardi, hop, ça a rouvert les vannes.

*regarde sa montre*
Bon, encore une heure. Pfffff, ça passe pas vite, cette affaire !

Voilà, donc Tyrion vient de faire cramer son vieux pote Varys pour trahison, et dans la foulée, vlan, en commet une superbe pour sauver délivrer son frère, sauver sa sœur et empêcher un massacre. C’est beau.

Bon, après ça, on a une bonne séquence avec tous les pions (pour ne pas dire les pantins) qui se mettent en place. Les civils, bien à l’intérieur des murs de la cité.

Et une bonne partie dehors.

Les troupes, dont la fameuse Compagnie Dorée, payée rubis sur l’ongle.

Arya et le Limier, déterminés, fendant la foule.

Jaime Lannister qui vise le Donjon Rouge.

Euron Greyjoy qui dirige la flotte fer-née.

Cersei à son éternelle fenêtre, sa meilleure amie pour la vie, sans verre de pinard, étonnamment.

Et nos vaillants amis.

Tout ça nous fait de bien belles images.
Tyrion nous répète une fois de plus sa nouvelle devise.

Tyrion : If you hear the bells, they surrender. Call off your men.

Eh, D&D, vous savez, on n’est pas bouchés, hein ??

Bref, c’est parti pour l’ultime bataille de la série.

Et cette semaine, surprise, les balistes ne sont pas semi-automatiques, il faut les tourner vu qu’elles ne sont jamais dans le bon sens, on ne tire qu’une flèche à la fois, pis on rate systématiquement la cible, le dragon arrive à les éviter. Flûte alors, c’est fou comme d’un épisode à l’autre, ça marche ou ça marche pas, hein !

Il est vrai qu’elles sont fort décoratives, avec de beaux lions Lannister dessus. Genre construisez-nous des balistes en urgence, mais il faut bien qu’on voie qu’elles sont de chez nous ! Ah ah. Est-elle drôle, cette Cersei, tout de même.

Hélas, trois fois hélas, Drogon ne tarde pas à toutes les réduire en fumée. A pu balistes. Et a pu flotte.

Heureusement…

Cersei : The Red Keep’s never fallen. It won’t fall today.

L’espoir fait vivre, ma cocotte ! N’empêche qu’elle commence à nous tirer une très sale tronche.


Pendant ce temps, le plus débile des Lannister nous fait un sketch.

« Mais je suis sur la liste, vous pouvez pas vérifier une deuxième fois ??? »

J’ai ri.

« SOLDIER !! »

Lol.

OK, j’ai compris, les scénaristes détestent Jaime, en fait. *sanglote*
Du coup, on le voit ramasser une épée pendant sa petite cavale. Mais alors, elle est où SON épée ? Où est Pleurs-de-Veuve ? Où est la jumelle de Féale ? Restée à Winterfell ou entre les mains de Daenerys ? Je veux le savoir, c’est important, pour moi ! C’est l’épée de Ned, je ne peux pas finir la série sans savoir où cette épée termine sa course ! Et si c’est pas à Winterfell, je vais très mal le prendre !

Côté show, Drogon assure, aujourd’hui. Entre nous, si c’était ça le deal, je pense que Daenerys aurait pu prendre Port-Réal il y a trois saison. C’est le dragon qui fait tout le boulot. C’est même lui qui ouvre la porte aux copains !

Au passage, j’étais ravie que l’abruti de commandant de la Compagnie Dorée s’affiche face aux troupes ennemies. Arf.

Pas très glorieux, les mercenaires.
En attendant, au sol, ça capitule de partout.

Pendant un grand moment, on retient son souffle, on attend… sonneront-elles ou pas ?

Oui, elles sonnent. Mais ça ne changera rien. Il n’y aura pas de reddition. Juste de la destruction. Méthodique et inexorable.

Et la vision de Bran devient réalité.

Vous voyez ce visage ?

On ne le verra plus de tout l’épisode. Voilà la recette parfaite pour déshumaniser un personnage.

Voilà comment on le réduit à son action. Ses pensées, ses réflexions n’existent plus. Son histoire rayée de la carte. Daenerys est le dragon. Ce qui est beaucoup plus pratique quand on veut convaincre son audience que la drôlesse a pété un câble, et justifier plus tard l’obligation de nous en débarrasser.
Pas bravo. Je n’ai jamais vu autant de paresse dans l’écriture d’une série. J’ai honte pour ceux qui ont écrit cette merde.

Et là, Jon Snow se dit qu’il est très fatigué, qu’il n’a pas ressuscité pour voir ça. Sérieusement, sa naïveté est adorable, j’avoue, je l’ai trouvé chou. Il semble se dire que le manque d’honneur des Immaculés, qui attaquent les manteaux rouges qui se sont rendus, décidément, c’est pas possible ! (Ils ont tué leurs petits chiens, Jon. LEURS PETITS CHIENS !!)

Tu sais que le premier truc que Vers-Gris racontera à Daenerys après tout ça, c’est que Jon Snow a retenu ses hommes.
Et puis là, d’un coup, c’est plus seulement les soldats, qui meurent, ce sont les civils.

Quel souffle, ce Drogon !

Ce moment gênant où l’héroïne devient pire que la méchante.

Ça commence à sentir joliment le soufre pour le Donjon Rouge.

Et maintenant, je vous propose la scène la PLUS CONNE de l’épisode. La scène qui sert à rien, qui nous fait perdre du temps (qu’on n’a pas), juste pour offrir à Euron Greyjoy une mort marrante. J’enrage, les enfants. J’enrage.

J’ai envie de vous dire que si Euron Greyjoy peut survivre au feu du dragon et à dix bornes à la nage bardé de cuir, Jaime Lannister peut très bien survivre à deux coups de couteau et à un château qui s’écroule sur sa gueule !

Mais il finit quand même par l’avoir. Je sais pas, j’aurais peut-être préféré qu’il crève sur cette petite plage, ça aurait été très con, mais un peu moins, quand même.

Euron : Another king for you. But I got you ! I got you !

Euron : I’m the man who killed Jaime Lannister.

J’ai ri.
Sans mentir, j’ai ri.
Les deux fois. Le mec ME TUE MON JAIME et je me marre ! Mais qu’est-ce que c’est que cet épisode ???
Il n’empêche que cette scène était au mieux inutile, au pire ridicule. Et surtout… c’était à Yara de tuer cette enflure. Seulement… saison bâclée, etc etc.

À part ça, on remercie Sandor Clegane qui a bien promené Arya et qui, une fois arrivé sur place et constatant l’étendue de la cata, décide que la balade s’arrête là.

Sandor : Go home, girl. Fire will get her. Or one of the Dothraki. Or maybe that dragon will eat her. (Ah, si seulement.) Doesn’t matter, she’s dead. And you’ll be dead too if you don’t get out of here.
Arya : I’m going to kill her.

Sandor : You want to be like me ? You come with me, you’ll die here.

Et voilà la vraie question. Mourir ou pas ? Vivre ou pas ? La voilà, la réponse.

Arya : Sandor. Thank you.

Je pense que c’est la première fois de sa vie qu’il entend un merci. Quel voyage pour ce personnage. Quel parcours. Bravo, Toutou, t’es allé au bout de toi-même, t’as pu faire tes adieux à tout ton petit monde. Je suis fière de toi.

Du côté de la Reine, c’est grosse baisse de moral.

Parlons-en, voulez-vous ?
Je crois que personne ne sera étonné si je dis que je ne peux pas blairer Cersei. C’est une horrible femme, et ce n’est pas le fait d’avoir aimé ses enfants qui rattrape quoi que ce soit. D’autant qu’il est clair qu’elle les aime car elle voit en eux une extension d’elle-même, et c’est exactement pareil pour Jaime. (Dans le livre, Jaime prend un coup de vieux après avoir perdu sa main, il se regarde dans le miroir, trouve qu’il ressemble moins à Cersei, et se fait la réflexion qu’elle ne va pas aimer ça. Et effectivement, elle s’éloigne de lui.)
Pour moi, oui, cette femme est un monstre. Elle est cruelle, perverse, odieuse, égoïste, pourrie d’ambition.
Mais même chez les personnages que je déteste, j’attends de la cohérence, surtout quand je les connais depuis aussi longtemps.

La femme dont nous parlons, lors de la bataille de la Néra, est restée plantée sur le Trône de Fer, avec son gamin sur les genoux, prête à le tuer et à se suicider si les soldats de Stannis pénétraient le Donjon Rouge.
Cette bataille, là, aujourd’hui, c’est LA SIENNE. D’où n’a-t-elle pas un ultime atout dans sa manche ?? D’où ces larmes ??
Putain, mais c’est Cersei, quoi ! Cersei j’ai tué mon mari, mes ennemis, tous ceux qui se sont dressés entre moi et le pouvoir. Cersei j’ai fait péter le Septuaire de Baelor. Cersei j’ai défilé nue devant toute la ville avant de punir et de torturer mes tortionnaires. Cersei, dangereuse, parano, ambitieuse.
Cersei qui reste debout devant la fenêtre à regarder l’ennemi détruire sa ville ? Cersei qui s’enfuit sans trop savoir où, qui s’effondre et se met à paniquer quand tout s’écroule autour d’elle ? Cersei qui ne se bat pas ??? Cersei Lannister qui abandonne ??? Mais la vraie Cersei préfèrerait se tuer elle-même que de se rendre ou de tomber aux mains de l’ennemi !!! Cersei n’a jamais été lâche !!!
Dans quelle version parodique du Trône de Fer je me trouve, là ??

(Oui, je m’énerve, j’estime que c’est bien légitime.)

Bref, courage fuyons.

Mais voilà, le Clegane-Bowl doit avoir lieu. Depuis le temps qu’on l’attend.

(D’où Toutou envoie du « Majesté » et de la courbette à Cersei, j’en sais rien, mais on n’est plus à une connerie près.)

Là, Frankenmountain s’excite un peu et nous occit en moins de temps qu’il ne faut pour le dire son créateur. Énorme référence à Mary Shelley.

Troisième grande rigolade, Cersei qui passe discrètement entre les deux Clegane, genre, excusez-moi, je vous laisse, les boys.

J’ai ri, mais ri…
Après, j’avoue que j’ai pas plus apprécié que ça le Clegane-Bowl. Encore quelque chose qu’on attend depuis trop longtemps pour que ce soit vraiment satisfaisant, j’imagine. En tout cas, Frankenmountain a une de ces gueules. Iiiirk.

Oukilélaid !!

Attention : le plan icônique de cet épisode.

Merveilleux. Jamais je m’en lasserai, je crois. Un tableau vivant.

On le sait, c’est un aller simple pour Toutou. Mais quand même, le savoir et le voir, ben c’est pas pareil.

🙁

Ah non, pas encore !!!!

Bref, au bout d’un moment, quand on n’arrive même pas à tuer un zombie en lui plantant le cerveau, il ne reste qu’une solution…

Honnêtement, ça me brise le cœur de me dire que Sandor Clegane meurt dans les flammes, lui qui en a eu si peur toute sa vie.

Ça m’attriste vraiment. Il a choisi les termes de son trépas, mais je trouve ça tragique, même s’il y a de la poésie, là-dedans. Une poésie macabre, mais quand même.
Le Clegane-Bowl avec en parallèle Arya qui essaie de sauver sa peau, c’était efficace. La mort pour l’un, la vie pour l’autre.
J’avoue, les scènes d’Arya dans la cité bombardée incendiée m’ont été très pénibles. Elles sont beaucoup trop réalistes.

Mais quelle détermination sur ce petit visage.

Et quel désespoir, aussi, parfois.

Ça, c’est atroce. Insoutenable.

Le bonjour de Cersei !

Ah, ces petites explosion de feu grégeois, ça rappelle de si bons souvenirs !

C’est pas beau ? Si.

Allez, retournons auprès de notre Cersei. Il est temps que je me refasse du mal.

Bon, on va pas s’étendre. Même si dans un sens, j’ai apprécié cette scène, parce que Lena et Nikolaj sont merveilleux et envoient tout.

Tout le monde a droit à une mort dégueulasse et eux, ils se la jouent Roméo et Juliette ?? Mais remboursez !!

Ah ben le voilà, le Valonqar !

Allez, dépêchez-vous de périr, que je finisse cette horrible review !

Jaime : Nothing else matters. Only us.

Ce sont les mots de Cersei qu’il reprend. Pourquoi ? J’en sais rien. Est-ce qu’il pense ce qu’il dit ? J’en sais rien. Est-ce qu’il essaie de la réconforter ?J’en sais rien. Est-ce qu’il meurt dans les bras de la femme qu’il aime ? J’en sais rien. En même temps, il aurait pu l’embrasser (elle le voudrait, elle n’arrête pas de mater ses lèvres) mais il ne le fait pas. La dernière personne qu’il aura embrassée avant de mourir, c’est Brienne.

Après une longue réflexion, j’ai décidé que tout ça n’enlevait rien à ce qui s’est passé à Winterfell. Je suis contente que Jaime ait eu la chance d’avoir une véritable amie pendant ces années, et qu’il ait pu une fois dans sa vie être aimé par quelqu’un pour ce qu’il est réellement, et non pour ce qu’il représente. Qu’une personne, au moins, ait pu entrevoir qui il était vraiment. J’imagine qu’on ne verra jamais Brienne compléter la page de Ser Jaime Lannister dans le Livre des Frères, qui recence tous les faits d’armes des chevaliers, mais j’aime à penser qu’elle l’aurait fait. Lui, dans les bouquins, ajoute un truc du genre « Ramené sain et sauf à Port-Réal par Lady Brienne de Torth », de sa patte gauche.
Il aura tenté d’aller de l’avant, de devenir quelqu’un de bien, et il y est même parvenu dans une certaine mesure, mais ses actions passées seraient sans doute revenues le hanter. Jaime a toujours été un personnage complexe et torturé. C’est la tragédie d’un homme qui aurait pu être grand et qui choisit de ne pas l’être.
Alors voilà, cette mort n’a finalement rien de spécial, ils sont nés ensemble et meurent ensemble, comme on nous le rabâche depuis toujours. Pas un twist, rien. On coche une case, on nous plombe en nous laissant entendre que lorsqu’on grandit dans une relation toxique, on ne peut jamais vraiment en sortir. C’est moche. Et encore plus moche de les faire mourir en amants maudits. *vomit*
Reste à savoir si GRRM fera tuer Cersei par Jaime comme beaucoup le pensaient. Et moi aussi pendant très longtemps…

La seule chose qui m’a presque fait sourire dans cette mort bien trop banale pour Cersei, c’est qu’elle a été tuée par l’effondrement de tout ce pour quoi elle a oeuvré. C’est presque satisfaisant.

En attendant, si cette fin est poétique aux yeux des showrunners, accrochez-vous pour le dernier épisode. :-/

Bon, mais écoutez, on se connaît depuis longtemps, vous et moi. Vous savez que tant que j’ai pas vu le cadavre… oh, je me doute bien qu’on ne manquera pas de me l’agiter sous le nez dès le début du 8×06, mais en attendant… hein ? Allez donc savoir ! En tout cas, je retiendrai une chose de cette saison : les prophéties, c’est beaucoup trop de travail pour les scénaristes, alors on va faire comme si elles n’avaient jamais existé ! (Connards.)

Finissons avec la chouette performance de Maisie Williams. Je déplore que son personnage oscille autant entre tueuse froide et petite fille apeurée en fonction de ce que réclame l’intrigue, mais quelle actrice !

Et voilà comment Arya Stark, protégée par on ne sait quel ange-gardien, repart de ce tas de cendres que fut Port-Réal… à dos de licorne.

Bon, j’imagine qu’il va bien falloir que j’aborde le cas Daenerys Targaryen ? Quelle ineptie.
Honnêtement, je ne suis pas fan de Daenerys. Je l’ai adorée au tout début et puis… quelque chose m’a bloquée. Je sais que c’est pas facile, parce que TOUT est fait pour qu’on s’identifie à elle, pour qu’on ait envie de la soutenir, pour qu’on la trouve adorable. (Emilia Clarke EST adorable.)
Seulement dès le début, Daenerys nous a annoncé la couleur. Et pas qu’une fois. Aussitôt qu’elle a eu surmonté le traumatisme de son enfance et de son mariage, aussitôt qu’elle a pu prendre de l’assurance et gagné en pouvoir, elle n’a jamais caché son but.

« When my dragons are grown, we will take back what was stolen from me and destroy those who have wronged me. We will lay waste to armies and burn cities to the ground. »

Et que je reprendrai ce qui m’est dû dans le feu et le sang, etc etc.
Pendant ses années de formation sur l’autre continent, elle a été très entourée, et des gens tels que Ser Jorah et Ser Barristan l’ont conseillée à bon escient. Je me souviens qu’à l’époque, lorsque Ser Barristan est mort (encore un acteur pas très content de sa fin, au passage), je n’ai pas tout de suite compris pourquoi. J’étais effarée. Mais en fait, il fallait se séparer de lui car il était tout simplement trop bon conseiller.

Daenerys est cruelle. L’est-elle plus que Stannis qui cramait des gens tous vifs, ou Cersei qui a déployé des trésors de raffinement pour faire souffrir ses ennemis ? Non. L’est-elle plus que Jon Snow quand il décapite Lord Janos ou pend le jeune Olly ? Non. Son dragon est son épée, voilà tout.
De plus, on parle d’une femme qui était effondrée lorsque ses dragons ont tué un gosse.
Le pire, dans cette histoire, c’est que comme pour Jon Snow, Jaime et j’en passe, on nous dissimule, par pure fainéantise intellectuelle, son point de vue pendant des épisodes et des épisodes. Et d’un coup, ça bascule. Et personne ne comprend parce que ça fait trop longtemps qu’on n’a pas été dans sa tête.
Il était écrit que Daenerys deviendrait ce contre quoi elle a lutté si longtemps. Peut-être GRRM a-t-il voulu, dans ses bouquins, nous montrer comment on peut s’attacher à un tyran, et comment quelqu’un capable de faire de grandes choses peut aussi commettre de terribles actions.
Mais on ne peut pas, juste parce qu’une personne ne fait plus confiance à ses conseillers et parce qu’un homme refuse de l’aimer, la taxer de « folle ».

Et le ressort de lui faire utiliser une violence excessive, inutile et choquante pour justifier son inévitable assassinat dans le prochain épisode est juste grossier et risible. Si elle s’était contentée de cramer le Donjon Rouge, ça n’aurait pas fonctionné. Il faut cocher les cases, alors on déplace les pions pour les mettre au bon endroit, en espérant que les ficelles ne se voient pas trop, et sans se demander quelle serait l’action logique pour tel personnage. On nous prend pour des buses, les enfants.

C’est ce que j’appelle une gabegie.

Maintenant, dans le dernier épisode, je sens que le prochain (ou la prochaine, mais je parie plutôt sur un) Régicide sera un héros. Et qu’on en parlera dans de nombreuses chansons. J’ai souri amèrement en pensant qu’en fait, en tuant Aerys, Jaime n’a fait qu’une chose : éviter un épisode 8×05.

Je vous laisse méditer là-dessus. Il y aurait sans doute encore beaucoup de choses à dire, et ma vision est certainement un peu limitée par mes émotions… mais l’heure tourne et je tiens à publier ce billet avant la diffusion.

Dernier épisode : tout le monde va à Disneyland. The end !

Merci de m’avoir lue, pour les courageux qui sont allés jusqu’au bout, et désolée. On rigolera plus quand je ferai des reviews des vieux épisodes. Celui-ci ne s’y prêtait pas.

 

Posted by on Mai 20, 2019 in Game of Thrones | 20 comments

20 Comments

  1. Comme je suis d’accord avec toi, que cet épisode était bâclé… C’est la première fois devant GOT qu’au milieu de l’épisode j’ai ouvert mon ordi et j’ai commencé à faire autre chose… Alors que cela fait des année que je n’attends plus rien de la série !!

    La seule scène qui trouve grâce à mes yeux est celle des adieux entre Jaime et Tyrion… Mais oui grâce aux acteurs, pas parce que c’est bien écrit !

    Sans même tenir compte du livre (cela fait 4 saisons que les personnages n’ont plus rien à voir avec ceux du livre, je ne compare même plus tant cela donne envie de se taper la tête contre les murs), les personnages sont totalement incohérents par rapport à leurs mêmes choix depuis le début de la série (ou de la saison… hello Jaime)

    Sans la narration par point de vue de GRRM pour donner des motivations réalistes aux personnages, les showrunners pilotent totalement à vue… Les prophéties oubliées (enfin déjà qu’à la base elles ne sont pas toutes présentes, bonjour cher Valonqar) car on ne sait pas comment les terminer comme tu le dis si bien.
    Ce qui m’énerve dans tout cela c’est que sur l’autel de la surprise et du choc qui à l’ère des réseaux sociaux sont devenus des qualités intrinsèques dans une narration, on sacrifie la cohérence.
    J’espère que GRRM (enfin s’il termine ses bouquins…) amènera la fin là où elle a toujours mené, là où c’est annoncé depuis des années, j’espère que Jaime tuera Cersei, que Dany sera sacrifiée lors de la bataille contre les marcheurs blancs, et que Jon montera sur le trône.
    Quand je pense que si GRRM ne termine jamais sa saga, la seule fin qu’on en aura sera cette affreuse S8…

    Allez, plus qu’un comme tu dis, plus qu’une soirée à sacrifier

    • J’aimerais bien arrêter de comparer la série aux bouquins, mais clairement, c’est un combat que j’ai perdu. 😀 C’est pas grave, je continuerai comme ça.

      • C’est incroyable comme tu as transcrit tout ce que j’ai pensé en regardant l’épisode. Et oui, moi aussi je ne peux pas m’empêcher de comparer les livres à la série.

        Cette fin aurait pu être acceptable si on avait pu comprendre les motivations des personnages :
        – pour Jaime l’absence d’explications de l’épisode 4 aurait pu être corrigée dans sa scene avec Tyrion : S’il avait tout simplement expliqué pourquoi il rejoint Cersei
        que ce soit par amour filial,
        parce que sa « relation » avec Brienne lui a fait comprendre qu’il aime toujours Cersei (😩Ce sont je doute personnellement)
        ou bien parce qu’il veut persuader Cersei de rendre les armes afin d’éviter la guerre.
        – pour Daenerys c’est la même chose : certes elle a toujours eu tendance à facilement s’emporter mais sa colère etait toujours dirigée contre les nobles et pour protéger les esclaves ou les innocents

        Bref D et D ont sacrifié l’écriture de la série au profit des effets spéciaux. Ils ont fait des choix qui se sont éloignés des livres et de l’écriture de Martin : leur obsession du twincest, leur entêtement à écrire Tyrion comme un personnage qui ne fait que des erreurs, le traitement des personnages secondaires (on ne sait toujours pas comment Yara a repris les îles de fer, ni ce qui s’est passé à Dorne).

        J’espère que les livres pourront nous apporter les clés pour comprendre.

      • Merci pour ton commentaire. 🙂
        Je ne doute pas que tonton George nous expliquera dans les graaaandes largeurs les motivations de chacun. 😉

  2. Salut Sorcière,
    Tes arguments concernant Brienne et Jaime ont presque réussi à me faire trouver cette histoire … jolie.
    Et on dira que Jaime ne pouvait pas se dérober à son amour filiale même si au final, ça le gonfle.

    Allez, je reste la dessus !!! Vendu.

    • On essaie de trouver un peu de réconfort où on peut… 😉

  3. Encore une fois, je suis d’accord avec tout ce que tu as écrit.
    J’ajouterai 2 petites choses :
    Dany arrête Jaime qui revient auprès de Cersei et … rien, elle le garde gentillement au chaud et le laisse même accessible à Tyrion. On parle du mec qui a tué son père, qu’elle déteste plus que tout, le frère-amant de la nana qui a tué sa meilleure pote! Qu’elle lui laisse la vie sauve à Winterfell, OK, mais là, pourquoi ?! Surtout qu’elle a déjà la haine et qu’elle sait déjà qu’elle va tout péter, donc clairement elle aurait du vouloir le tuer aussi. Encore une fois, aucune cohérence.
    Enfin l’une des choses qui a beaucoup manqué aussi dans ces derniers épisodes, c’est un Tywin Lannister! Cersei recrute des mercenaires, construit des scorpions et basta.
    8 saisons qu’on nous monte l’arrivée de Dany pour la prise du trône, on était en droit d’attendre une vraie confrontation avec des opposants qui ont fomenté des coups tordus, ont monté des alliances…pas juste recruter une armée!
    Bon, le problème c’est que D&D ont tué tout le monde donc y a plus grand monde pour s’allier.
    Deux grandes reines qui s’affrontent et c’est réglé en 2min avec UN dragon, tout ça pour ça!
    Je n’ai pas vu le final mais je penche pour une fin où Dany meurt tué par Arya et personne ne monte sur le trône de fer, chacun retourne chez soi et les 7 royaumes ne sont plus unis.
    Quitte à continuer dans la connerie de D&D, je préférerai que Dany prenne le trône et règne en tyran!

    • Et on repartirait pour huit saisons de règne sanglant ! 😀 Ça pourrait être fun !

  4. Alors, pas huer, mais j’ai bien aimé certains aspects de cet épisode : la réalisation et la photographie. Les images sont superbes, et toute la fin de l’épisode, vécu à travers les yeux d’Arya et son parcours pour survivre dans la cité en ruine est magistral.
    Je suis aussi consciente que les scénaristes ont une histoire à boucler, très vite, trop vite, ça c’est sûr. Notamment via deux scènes wtf dans le 8×04 et 8×05 : Bronn qui débarque et s’en va le temps d’une scène absolument nulle et inutile et qui prend du temps de récit pour autre chose, et donc le duo Euron / Jaime. Yara, où étais-tu pour lui régler son compte ? Après tout, si les armées du nord avaient le temps de descendre à Port-Réal, tu avais le temps de venir en bateau…

    Je suis d’accord avec toi concernant Dany. On sait depuis longtemps que c’est une conquérante, et une survivante. Et que le mot clémence ne fait pas partie de son vocabulaire. N’oublions pas qu’elle a été élevée, par Viserys, dans l’idée qu’ils devaient récupérer leur trône. La légitimité et la vengeance sont ces moteurs. Et qu’elle n’aurait pas survécu jusqu’à la saison 8 si elle n’était pas qui elle est. Par ailleurs, elle a perdu tous ces conseillers les plus proches, qui l’ont vu évoluer au fil des années, pour finir avec des mecs qui la regardent comme si elle était déjà folle et qu’il fallait uniquement essayer de limiter les dégâts. Ca n’aide pas. Et justifier le fait qu’elle brûle Port-Réal uniquement parce qu’elle bascule dans la folie, en raison de l’hérédité ( même si la consanguinité est bien présente ), et parce que personne ne l’aime ( bouhou, personne ne m’aime alors je crâme tout ), c’est trop facile. Cersei n’aurait pas hésité à brûler toute la ville basse si les armées de Dany et Jon y avaient pénétré, tuant tous les civils du même coup, grâce au feu grégeois prépositionné dans toute la ville. Et tout chef mâle un temps soit peu bourrin, ayant une telle armée et un dragon à disposition aurait aussi brûlé la ville pour marquer son pouvoir. La folie est une justification trop facile pour ce personnage, qui bien au contraire est un personnage complexe et ambivalent.

    Je ne sais pas si je suis très claire sur ce que je veux dire 😉 mais en gros, c’est mon idée du personnage.

    • Tu es très claire. 😉
      En tout cas pas moins que moi dans ma review ! (Vaut mieux pas que je la relise maintenant !)

  5. C’était limpide 🙂

  6. Merci à toi d’avoir eu le courage de reviewer cet épisode qui m’a aussi consterné.
    Ce qui me fatigue particulièrement c’est l’accumulation des fausses pistes dont les deux D sont si fiers.
    Autant Martin sait en placer à petite dose et les travaille avec finesse, autant eux nous en colle 4-5 par épisode juste pour « surprendre ».
    La notion de cohérence leur est étrangère. Je ne comprends pas comment un spectateur peut adhérer à une histoire dont le sens se dérobe constamment sous ses pieds.
    Dans cet épisode, on nous a leurré ( depuis l’épisode 7X07) sur la puissance de Cersei avec la flotte d’Euron, la compagnie dorée, l’armée Lannister inutiles puisque Drogon les élimine en deux secondes (faudra m’expliquer comment il peut cracher des flammes dignes d’Hiroshima du jour au lendemain).
    Evidement Arya ne tue pas Cersei alors qu’on nous l’avait vendu comme tel l’épisode d’avant.
    Daenerys capture Jaime en tant que traitre en période de guerre mais au lieu de l’exécuter sur le champs (j’aurai préféré cette fin vue celle auquelle on a eu droit) elle prend soin de le laisser en vie et d’avertir son frangin.
    Le personnage a été détruit dans l’épisode en niant son intérêt pour la défense des innocents.
    Et on nous ressort l’éternel « Jaime se rapproche de sa soeur donc il (re)devient idiot parce qu’il l’aime ».
    Apparemment c’est contagieux car Tyrion a les mêmes sympthomes dès qu’il s’agit de Cersei.
    Le traitement de Daenerys me gonfle tout comme toi.
    Le pire est la justification par le destin/la génétique de son comportement.
    Depuis le début de la série, on nous prends à revers sur le déterminisme en montrant des personnages qui luttent pour sortir de leur condition liée à leur origine, leur famille (en particulier les femmes) et là on condamne Daenerys à cette fatalité. Ce n’est pas digne du personnage.
    D’ailleurs le traitement des femmes depuis l’épisode 4 commence à sérieusement déraper.
    Entre Brienne qui est montrée comme une victime en pleurs (même si c’est plus complexe que cela) la semaine passée, Daenerys devenue folle, Cersei réduite à un rôle de mère qui pleurniche, c’est assez affolant.
    Et si on laisse de côté Sansa (et Yara mais tout le monde s’en fout), il n’y a plus de femme qui seront au pouvoir à la fin.
    Bon courage pour la review du dernier épisode.

    • Ne t’inquiète pas, des hommes bien blancs vont venir remédier à tout ça ! *ironie*
      Merci pour ton commentaire ! 😉

      • Juste un point que tu n’as pas abordé et qui est inquiétant pour la santé mentale des scénaristes.
        On nous vend l’histoire entre Jaime et Cersei comme le symbole de l’amour absolu pourtant on a à aucun moment de la série vu Cersei faire preuve de tendresse envers son frère.
        Chaque fois qu’elle va vers lui c’est pour obtenir quelque chose: coucher avec lui, le manipuler, le menacer …
        Pauvre Jaime, toute sa vie considéré comme un serviteur (même dans ses derniers instants il aura reçu des ordres de sa soeur). On peut se consoler en se disant qu’il aura au moins connu la tendresse avec Brienne…

      • Oui, ça me paraissait évident, et surtout, c’est quelque chose dont j’aurai largement l’occasion de parler dans mes reviews des anciens épisodes. 😉 Elle est horrible avec lui, et dans les livres, mon Dieu, des baffes !

  7. Hello Sorci!

    Merci d’avoir commencé avec un truc drôle: « Dans deux jours, ils seront à Port-Réal. (Les mecs voyagent en TGV.) »
    Parce qu’il fallait avoir le courage de rire après ce truc quand même!
    Bref, c’est drôle, mais c’est triste aussi. N’empêche que s’ils effectuaient tous leurs différents voyages « en temps réel » je suis sure qu’on aurait pu éviter deux trois embrouilles, créer des liens, les gens auraient eu du temps pour se calmer un peu, peut-être. Voilà, voilà!xD

    Ah et sinon, « tout ça pour qu’on se retrouve avec un mec mou et déprimé ». Moi, perso, j’avais déjà mi tellement de temps à l’apprécier un peu Jon, il me sortait par les yeux depuis le début, la lenteur hébétée incarnée. Et quand, enfin je me suis dis (donc 5 minutes pendant la saison 7 quoi) que ça allait mieux, demi-tour, et on revient à l’état de serviette mouillée. Je ne comprends pas, je… Ouais! Non, quoi!

    Enfin, c’est pas lui le pire. Je pense que tu as très bien résumé tout ce que j’ai pensé de ce qui s’est passé pour Jaime, Tyrion, Cersei, Euron (Yara doit l’avoir un peu mauvaise quand même). J’ai bien aimé les scènes Sandor/Arya, juste parce que ce sont peut-être les seuls perso qui n’ont pas totalement changé de personnalité depuis le précédent épisode, mais bon…

    Je pensais vraiment que j’aurais envie de recommencer la série depuis le début après la fin. Au final, je crois pas, je vais plutôt relire les bouquins!

    Enfin, à bientôt pour la suite et fin! ^^

  8. « C’est bientôt fini ? Combien de temps il reste, dans cet épisode ? Une heure dix ? Ah d’accord. *sanglote* »
    Mon Dieu que ça fait froid dans le dos de lire une phrase pareille, et comme elle est révélatrice du niveau de l’épisode…
    La mad queen, Jaime qui retourne mourir avec sa sœur, les développements des personnages depuis 8 ans anéantis, les morts nulles… tu avais tout prévu, tout pressenti! C’est pas toi la Corneille?
    Quelle tristesse, toutes les mauvaises décisions à prendre ils les ont prises… 😟

    • Ecoute, pour le coup de la Corneille, je me suis posée des questions par rapport à une scène du dernier épisode que je décris dans cette review même ! Là, je me suis fait très peur ! 😀
      C’est ptêtre pas pour rien qu’on m’appelle la Sorcière, en fin de compte !

  9. J’ai longtemps repensé à Jaime, Brienne et Cersei, en cherchant toutes les excuses pour adoucir ma peine.

    Je me répète que le Jaime de la série n’est pas celui des livres qui se détache bien plus tôt de sa soeur.

    A la fin de la saison 6, quand Cersei fait exploser le septuaire, je n’imaginais pas qu’il reste auprès d’elle. Pourtant, il est là toute la saison suivante et c’est même dans cette saison qu’ils sont le plus présenté comme un couple (je vomis)

    Et pourtant, il s’attache aussi à Brienne, et pas que d’une façon platonique. Les étoiles dans ses yeux quand il passe au large de Torth, je les ai vues aussi.
    A Vivesaigues, quand il lui redonne Féale, elle sort de la tente et il la suit. Il m’a semblé que ce geste n’était pas réfléchi, volontaire. Il ne peut simplement pas s’en empêcher.
    Et comme tu le rappelais, Pod et Bronn et ce dernier qui lance, péremptoire : lui, il aimerait se la faire, c’est sûr (en parlant de Jaime). Mais bon, je ne suis pas sûre que Bronn soit un bon juge des âmes^^

    Alors, je me répète encore et toujours que dans la série, Jaime nous a été présenté comme le toutou de Cersei, et ceci, jusqu’à leur fin.
    Et puis vient cette terrible phrase sur les innocents de KL. Et là, tout s’écroule. C’est une trahison vis à vis de Jaime, vis à vis de nous qui avons suivi pendant si longtemps son parcours et qui avons appris à le connaître peu à peu.
    Donc j’ai la haine et je souffre et etc ….

    Après, je sais que ma peine est proportionnelle à l’amour que j’ai porté à ces personnages, à ma haine pour Cersei. C’est d’ailleurs sa mort, que j’ai considéré bien trop douce, dans les bras de Jaime, consolée par lui, qui m’a fait réaliser à quel point je la haïssais.

    Même si je trouve détestable certains arcs, certains développements, aucun ne m’a fait autant de peine parce que c’était toujours au sujet de personnages que j’aimais mais pas autant.

    Pardon pour ce post qui fait très épanchement mais c’est libérateur.

    Et il me restera au moins ta review de l’épisode 4, que j’ai déjà relue plusieurs fois et que je relirai encore de très nombreuses fois parce qu’elle est celle qui m’apporte un tout petit rayon de soleil dans un océan de noirceur.

    Donc merci beaucoup.
    Désolée aussi de demander mais je suis sûre que ta review de l’épisode 2 me ferait aussi sauter au plafond^^

    Bonne continuation

    • Coucou ! Je crois que nous sommes sur la même longueur d’ondes. Moi aussi ça me fait du bien d’écrire tout ça… et même de me relire. Et je pourrais encore rajouter plein de choses ! Je suis ravie qu’elle te réconforte, en tout cas. 🙂

      Même la Brienne des livres est très différente. J’adore celle de la série, mais elle est plus présentée comme une guerrière qu’autre chose, alors que pour la Brienne des livres, l’accent est beaucoup mis sur la quête de l’amour réciproque. Mais j’y reviendrai. 😉

      Oui, je vais reviewer toute cette saison… j’ai hâte de me pencher sur l’épisode 2. Et je n’ai pas reviewé la saison 3 non plus. Il y aura tellement à dire !!

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top