Categories Menu

[GoT] 8×06 : The Iron Throne

Bonjour mes minions ! Comment ça va par chez vous ?
Ici… ah ben pas bien du tout. Trois semaines plus tard, je vous confirme que je suis toujours en colère. Et triste. Et en colère. Et triste. Mais surtout en colère. (Et triste, aussi.)

En réalité, cette saison 8 m’a réduite en cendres. Je vous avais annoncé la grande dépression post GoT, elle est là, bien installée. C’est Farscape et BSG all over again.

Bon, parlons peu, parlons bien. Vous avez aimé ce final ? Oui ? Je suis contente pour vous. Et c’est sincère, vous avez bien de la chance, je donnerais cher pour être à votre place.

Si c’est le cas, un conseil : ne lisez pas ma review.
Non parce que j’avoue, après une deux trois semaines à décanter, je me rends compte que je suis de plus en plus énervée. Et ce deuxième visionnage n’a fait qu’empirer les choses.
Si vous êtes restés sur un bon souvenir, je m’en voudrais réellement de vous le gâcher avec mes commentaires pour le moins… agacés.

Par contre, je vous encourage à rester dans le coin car je me suis jurée de reviewer TOUTE la série. Et je vais reprendre le début de la saison 8 aussitôt que cette review sera en ligne. Il y a encore tellement de choses à dire ! 😉

Je vous rassure quand même : il y a du bon, dans cet épisode ! Pas beaucoup, mais il y en a et je ne manquerai pas de le souligner.

En revanche, si vous aussi vous avez été gavés… ben venez, on va se plaindre ensemble.

 

 

Pour commencer, écoutez, vu qu’on a eu tout notre temps pour développer la fin de cette formidable saga et que tous les arcs ont été parfaitement traités et conclus, prenons donc un quart d’heure pour regarder Tyrion marcher dans les ruines de Port-Réal.

(Ce n’est pas du tout énervant.)

C’est frais, c’est convivial, ça fait plaisir ! Et surtout, c’est TELLEMENT utile !!

Mais bon, vous comprenez, il faut que nous prenions bien la mesure de ce qu’a fait Daenerys, sinon, comment voulez-vous qu’on la bute ?

Oh là là, Frisettes a pris une grande claque dans la gueule, dites donc. Je pensais pas qu’il pouvait ENCORE PLUS tirer la gueule.

Et ce n’est pas fini. Ah, Jon Snow, ce glandu qui n’arrivera jamais à comprendre que tout le monde n’a pas son code de l’honneur. Et qu’à vrai dire, bien peu de gens l’ont. Je dirais qu’à tout casser, ils sont quatre, dans cette série. Y a ma Bribri qui arrive grande première, Ser Davos qui arrive grand deuxième, et après, deux abrutis qui ont rompu tous leurs vœux jusqu’au dernier parce qu’on les y a obligés et qu’il aurait été très intéressant de voir se fréquenter un peu plus, surtout que leur rencontre à Winterfell avait été fort alléchante et amusante dès le tout premier épisode : Lord Snow et Ser Jaime.

(Je pense en reparler dans ma review de l’épisode 8×02 que j’ai d’ailleurs déjà commencée, car nous avons été VOLÉS au cours de cette saison 8, sachez-le.)

Mais bon, là tout de suite, ça ne va pas du tout car on est sur le point de passer par les armes les soldats Lannister. Qui se sont rendus. Et ça, ce n’est pas poli !

Les enfants, cette scène m’a littéralement suffoquée.
L’Asticot veut donc les occire parce que les soldats de l’armée Lannister avaient « le choix » de se battre pour Cersei ou pas.

Excusez-moi ? Vous pouvez répéter ?

Le choix de quoi, exactement ?
Nous sommes dans une société féodale, mon mignon, où les jeunes gens modestes sont envoyés pour grossir les rangs de l’armée des terres sur lesquelles ils sont nés, point barre.
Ils n’ont pas vraiment le choix de se casser, parce que les déserteurs sont exécutés. Ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas des esclaves qu’ils sont libres ! 😟😡😱

Je vous jure, qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre.
De plus, durant l’épisode précédent, ils l’ont fait, leur choix. Le choix de se rendre et d’abandonner leur reine. Non mais putain !
Même Ser Davos est outré.

Davos : Look around you, friend, we won !

Ser Davos, toujours droit dans ses bottes, toujours formidable. Peu de mots, mais toujours les bons !

Seulement la Queen a demandé à ce que tous les laquais de Cersei soient exécutés. Et Gris-Gris, qui est redevenu un Immaculé de base depuis qu’il n’a plus sa caution love-love, lui, il obéit au doigt et à l’œil. (Mais surtout au doigt.)

Et là, pour la millième fois depuis deux saisons, Jon Snow se demande si c’est bien pour ça qu’on l’a ressuscité. Non mais je te rassure, chéri, nous aussi on se demande !
D’ailleurs, je suis bien gênée pour toi car j’ai l’impression qu’on t’a totalement dépouillé de ton arc Stargaryen et qu’en échange, tu n’auras servi qu’à une chose : énerver Daenerys et remettre en question sa légitimité. Un outil de narration, quoi. *agite le poing*

😂

Pendant ce temps, Tyrion continue sa petite promenade. Et là, je commence à me dire que ça va sentir bon le lion crevé ! Vous voyez ? Dans ma review précédente, je vous disais qu’on allait m’agiter le cadavre de Jaime sous le nez. Eh bien ça ne rate pas !

Bravo les décorateurs !

Oh, la table du conseil restreint.

Du coup ça donne l’occasion de dire au revoir à ces lieux tant de fois arpentés.

Je sais, ça pue.

Bien pratique, la main qui dépasse.

Et là, Ser Jaime se réveille de sa loooongue sieste avec un grand bâillement, tout en se plaignant d’un léger mal de tête.

Non ?

Ah bah non.

Allez, je ne croyais pas vraiment à sa survie, même si déni oblige, j’avais un super chouette scénario dans ma tête. Genre en fait, il s’est pas du tout vidé de son sang, il sort de son tas de caillasses à peine estourbi, Davos qui a toujours une barcasse sous la main et qui adore sauver des gens lui montre le chemin, vas-y rame, mon gars, pis trois mois plus tard, Ser Brienne aurait reçu une carte postale maladroitement écrite par un faux gaucher et disant : « C’est joli, Torth, mais bien moins que tes yeux, poulette. Bisous. J. »

Donc R.I.P. Sauf qu’entre nous, est-ce qu’on se paierait pas un peu ma poire ? Deux tas de briques sont tombés dans la pièce et paf ! C’était pour leur gueule. En gros, ce que je suis en train de vous dire, c’est que si ce crétin des Alpes avait fait trois grandes enjambées en arrière, il ne serait pas mort.
Ah ben ça fait plaisir de le savoir, tiens. Mais il pouvait pas juste pousser la drôlesse et la laisser se faire écrabouiller toute seule ? Noooon… tant qu’à faire, puisqu’il était là, autant y passer aussi !

Au passage, je crois que j’ai compris un truc : en fait, Weiss et Benioff n’ont au mieux jamais compris Jaime, au pire ils ne pouvaient pas le blairer. Dans le commentaire de l’épisode 7×07, ces deux espèces de margoulins se foutent ouvertement de sa gueule genre : « Ah ben oui, l’est pas futé, le Jaime ! » « Comme le dit Cersei, c’est bien le plus débile des Lannister, ah ah ! »

Excusez-moi, mais je me mets à leur niveau, que voulez-vous.
Et puis c’est sûr qu’un personnage masculin un poil féministe, ça aurait carrément fait tache dans leur série. Valait mieux le rendre stupide, pour sûr.

Je sais, mec ! C’est la désolation !!! 😣

Tout ça m’énerve. Et vous savez qu’en plus, ils ont presque réussi à me faire détester Tyrion. Ne vous méprenez pas : Peter Dinklage est épatant. Mais je suis bien consciente aussi qu’il n’y avait pas moyen, dans cette série, de faire survivre deux Lannister. Et Tyrion était intouchable, les deux Usurpateurs le kiffent bien trop. Du coup, que voulez-vous, je suis suffoquée d’injustice !

Yep. C’est un peu ta faute, mon vieux. Ta sœur y serait passée de toute façon, mais ton frère, c’était pas HYPER nécessaire !

Pour être parfaitement honnête avec vous, je suis presque soulagée parce que dans mes pires cauchemars, Daenerys faisait chercher le cadavre de Cersei et on se retrouvait avec les têtes des deux Lannister bien dégueues et bien défoncées au bout de deux piques. (Trauma saison 1, salut !)

Après, je me suis dit que j’étais bien bête.
Bien sûr que non ! Parce qu’il faut ABSOLUMENT encore romantiser la mort de Cersei et Jaime ! Donc il faut qu’ils soient beaux, il ne faut surtout pas qu’une bonne brique leur ait éclaté la gueule. Vous comprenez, leur histoire est celle de l’amour total et absolu. (Non.) Leur relation est exempte de manipulation, elle est pure. (Non.) Alors dans la mort, il faut qu’ils soient beaux et unis, et là, les gens sont contents, c’est une mort correcte, logique, et la boucle est bouclée. (NON.)

Je suis calme, je suis la zénitude incarnée, je suis présentement en train de faire l’ascension, les enfants.

Donc la dernière image de Jaime Lannister dans la série sera celle-là. Pour toujours.
Et la dernière image de Cersei restera celle d’une héroïne blessée, sur fond de musique tragique. On nous oblige littéralement à avoir de la peine pour elle.
Ah, que j’eusse donc préféré qu’Arya la poignardât dans l’œil, cette horrible psychopathe !

Il faudra quand même expliquer aux scénaristes de cette série que quand on sème des présages, des prémonitions et des prophéties dans une œuvre, généralement le but n’est pas qu’ils se réalisent TELS qu’on le suggère dès le début, mais au contraire, les personnages évoluant, qu’on nous surprenne par une autre issue, qui corresponde malgré tout aux fameux présages, tout en accumulant la tension dramatique nécessaire et en aménageant le suspense pour en arriver au dénouement.

Jaime s’est toujours vu mourir avec Cersei parce qu’elle lui matraque cette (fausse) vérité en permanence, et on devine assez tôt que Cersei est condamnée, qu’il n’y a pas de rédemption possible pour elle. Pourquoi ? Parce que contrairement à Jaime, qui se déteste d’avoir flanqué Bran par la fenêtre, qui exprime en permanence ses regrets pour tout ce qu’il a fait de mal, elle est une indécrottable narcissique qui passe son temps à mettre ses problèmes sur le dos des autres, à manipuler tout son monde, y compris les gens qu’elle dit aimer.
Il n’y avait aucun intérêt, ni pour les personnages, ni pour le public que ça se passe comme ça !

Vous allez me dire que le mec met sept saisons (67 ÉPISODES) à se rendre compte que sa sœur est un poison, qu’elle le manipule, lui est infidèle, et que c’est une horrible personne de manière générale, qui a envoyé son pote le buter, pour qu’en dix minutes, juste au moment où l’intrigue le réclame, il décide de retourner mourir avec elle ? Même sans Brienne, ça ne tient pas debout.
Avec Brienne, que clairement il choisit de rejoindre à Winterfell et qui l’aide à ouvrir les yeux tout au long de la série, même si on écarte toute romance, ça devient absurde.
Dans les bouquins, les chapitres du point de vue de Jaime commencent à sa rencontre avec Brienne, comme c’est étrange ! Le mec ouvre littéralement ses yeux – et les nôtres – lorsqu’elle entre dans sa vie !

Et je vais vous dire un truc parce que j’y ai beaucoup trop réfléchi : même si on part du principe que Jaime est toujours amoureux de Cersei et qu’il ne cesse jamais de l’être, ça ne tient pas debout non plus.
Donc dans un cas comme dans l’autre, ça n’a pas de sens. Et ça, je ne supporte pas. J’ai vraiment essayé de me faire une raison, mais je n’y arrive pas. C’est du saccage et ça me donne envie de chialer rien que d’y repenser. 🙁

Mais bon, il fallait qu’on coche les cases, et de préférence sans trop se creuser le citron. #ParesseIntellectuelle

Je coche donc officiellement cette case. Pas merci, les connards. Je vous détesterai toujours pour ça.
Et si j’avais Arya sous la main, je vous la flanquerais aux trousses !

Eh oui, toi, c’est pareil, ma pauvre chérie. On a complètement oublié que tu pouvais changer de visage, c’est quasiment comme si tu n’étais jamais allée à Braavos.

Pas braavos, l’intrigue qui n’aura pour ainsi dire servi à rien, si ce n’est à liquider Walder Frey, à nous traumatiser la gosse à vie et à vaguement nous monter la querelle pourrie des sœurs Stark en saison 7.

Et sinon, à quoi aura servi le canasson de l’épisode précédent si c’est pour qu’Arya reste à Port-Réal ? Ah, à faire joli ? OK !

Du coup, après être allée se rafraîchir les idées en faisant un peu d’équitation, notre choupette retrouve son frère/cousin. Et attention, là, c’est à nouveau très con. Le mec lui dit, clairement : « Casse-toi, poulette, va y avoir du vilain. On se retrouve hors de Port-Réal. »

Pardon ? Mais comment ça ? Jon aurait-il des intentions funestes ???
Eh bien point du tout, il va aller assister au discours de Hitlerys sans moufter, très digne et très princier, puis aller se faire motiver pendant deux heures auprès de Tyrion… toujours sans aucune intention funeste. Vous voyez comme c’est bien fait ? *SePoignardeAvecUneSaucissePlate*

Bref. Passons. Ils ont dû croire qu’on ne verrait pas les mauvais raccords, parce qu’on est quand même un peu des tanches, hein ?

Arya : Jon, she knows who you are. Who you really are. You’ll always be a threat to her. I know a killer when I see one.

Ces dialogues sont décidément écrits avec les pieds et cousus de fil blanc. Ouiiii, justifions, justifions.

Scène suivante, alors là, les Usurpateurs se sont dit : « Bon, soyons un peu subtils, mon bon David, qu’est-ce qu’on pourrait faire pour VRAIMENT sous-entendre que Daenerys a pété son casque ? » « Mmmh, écoute, Dan, je pense qu’on pourrait faire un truc JAMAIS vu, un parallèle avec le IIIe Reich, par exemple. » « David, mon pote, t’es un génie ! »

Dont acte.

Et hop, déshumanisons encore la bougresse. Elle EST le dragon.

OK, je reconnais que cette scène est magnifique. Ça fait sûrement huit saisons qu’ils se jurent de la faire.

« J’ai un dragon, permettez que je me la pète un poilou. »

Ce qui est décidément complètement con, c’est que Jon a totalement sa gueule de « je vais tous les buter ».
Y a vraiment quelque chose qui colle pas, dans tout ça.

Alors, Jon, mon gars ? Ça va, sinon ? Comment tu le trouves ton château ? Il est pas mal, hein ? Ce serait pas sympa de s’y installer un petit temps et je sais pas, y être un petit peu roi, juste pour voir ? Non ? Bon. C’est con.

Une victoire de plus et une tresse de plus. Rendons donc une dernière fois hommage aux kiffages capillaires que nous aura offerts Daenerys pendant huit saisons. Amen.

S’ensuit un formidable discours où on se félicite de la bataille remportée. Et où on se dit que ce serait bien dommage de s’arrêter en si bon chemin.

Etc. Etc.

Et là, Tyrion se dit que non, vraiment, Port-Lannis, c’est A-BU-SÉ. Alors devant tout le monde, d’un grand geste dramatique histoire de faire une bonne scène, il balance sa main de la reine par terre.


Honnêtement, le gars n’a plus rien à perdre puisqu’elle sait qu’il a libéré Jaime. Et là, le coup du « euh, j’ai fait une connerie, majesté, mais sérieux c’était la dernière », forcément, ça ne marcherait plus.

Tyrion : Ouais, j’ai libéré mon frère, mais toi, t’as massacré une ville entière. C’pas cool, ça. Alors je démissionne avant qu’on me démissionne.

Mmmmh, par contre Varys, on le crame tout de suite, mais Tyrion, non, on le flanque d’abord en cabane. Logique, logique ! Régime d’exception, pour Tyrion, toujours !

Je suis bien consciente que je m’apprête encore à délirer pendant des lignes et des lignes sur la comparaison avec l’oeuvre d’origine et je m’en excuse d’avance, mais après trois semaines de réflexion, je crois que j’ai réussi à mettre le doigt sur ce LE moment qui a engendré cette fin de série catastrophique.
Je pense qu’il y a eu une décision consciente de stopper l’évolution du Tyrion de la série, et de ne pas le faire devenir le Tyrion des livres.
L’ennui, c’est que cela a eu un impact sur absolument TOUT le reste de la série, puisque Tyrion est un personnage clé.
Je ne me base évidemment que sur les bouquins déjà sortis, mais il n’est pas très difficile d’entrevoir vers quoi l’histoire de Tyrion l’emmène. (Ben oui, quand c’est bien écrit, certaines choses sont logiques.)

Je crois que jusqu’à la saison 3 voire 4, hormis quelques petits « lissages », BookTyrion et ShowTyrion sont assez semblables, à part peut-être que l’on mentionne peu le fait qu’il kiffe être Main et qu’il aime le pouvoir. (C’est dommage mais bien pratique.)
En fait, ce qui change TOUT, c’est une scène une fois de plus liée à Jaime. C’est assez fou, et je peux me tromper parce que je vous redéballe tout ça de mémoire (5 000 pages), mais je crois que c’est de là que tout part.

Lorsque Jaime libère Tyrion après son procès perdu pour l’assassinat de Joffrey, à l’écran, les Kingslayer Bros se font un gros bisou. Et sur le coup, ça m’a beaucoup, beaucoup émue.
Seulement ce n’est pas comme cela que ça aurait dû se passer. Dans les livres, Jaime se dit sans doute qu’il voit son frère pour la dernière fois, et Jaime est un homme dévoré de remords pour bien des raisons. Il décide de jouer le coup de la franchise sur un sujet qui le torture depuis toujours : la première femme de Tyrion, Tysha.

Petit retour sur cette histoire : âgé de treize ans, Tyrion sauve, sur la route de Castral Roc, une jeune fille des mains de violeurs, en compagnie de Jaime. Tyrion tombe amoureux d’elle et réciproquement, ils se marient en cachette de Tywin et vivent 15 jours de bonheur intense. Seulement Lord Tywin découvre le pot-aux-roses et oblige Jaime à dire à Tyrion que c’était une mise en scène et que Tysha était en réalité une prostituée chargée de le déniaiser. (Youpi.)
Lord Tywin envoie ensuite Tysha se faire violer par chacun de ses hommes, contre une pièce d’argent pour chaque soldat, avant de la chasser de Castral Roc. Je crois même qu’il ordonne à Tyrion de la violer en dernier avec une pièce d’or en récompense ou un truc sordide du genre.
Et c’est cette histoire qui alimente depuis toujours la haine que Tyrion entretient à l’égard de son père. Une histoire traumatisante à souhait.

Dans les livres, Jaime avoue à Tyrion qu’en réalité, c’était faux. Que Tysha n’était pas une prostituée mais bel et bien la fille innocente d’un fermier. Et que Lord Tywin lui a ordonné de mentir à Tyrion pour le protéger d’une éventuelle arriviste appâtée par l’or de Castral Roc.

Plus de bisou pour Jaime mais une bonne baffe dans la gueule et des mots terribles.

“You and my sweet sister and our loving father, yes, I can’t begin to tell you what you’ve earned. But you’ll have it, that I swear to you. A Lannister always pays his debts. »

Et ça, mes amis, c’est un tournant pour Tyrion qui nous a déjà, dans les livres, montré une partie de son côté obscur, et qui s’en va dans la foulée, sous le coup d’une fureur monumentale, buter son paternel.
À partir de là, c’est la plongée dans l’abysse. Sa traversée du Détroit n’est pas, comme dans la série, celle d’un ivrogne en manque de vin, mais celle d’un homme obnubilé par son désir de vengeance, par sa haine de sa famille, et dès lors, il n’aspire plus qu’à une chose : tuer Jaime et Cersei, et peut-être même un peu se tuer lui-même aussi.
Et je vous assure que ses pensées sont monstrueuses.

Où cela nous emmène-t-il ? À sa rencontre avec Daenerys. Et lorsqu’on lui demande ce qu’il a à apporter à la Reine-Dragon, eh bien…

“Whatever she would have of me. Sage counsel, savage wit, a bit of tumbling. My cock, if she desires it. My tongue, if she does not. I will lead her armies or rub her feet, as she desires. And the only reward I ask is I might be allowed to rape and kill my sister.”

Violer et tuer Cersei. C’est drôlement sympa, ça !
En réalité, ce qu’il a surtout à lui apporter, c’est sa haine.
Il comprend en effet très vite que Daenerys est le meilleur moyen d’obtenir vengeance contre sa famille et contre l’ingratitude de Westeros et Port-Réal, et il compte bien se servir de cet instrument.

Dans la série, Tyrion rejoint Daenerys parce qu’il est animé par la même noblesse qu’elle, parce qu’il voit en elle la libératrice de Westeros.

Et là, c’est la merde.
Dans les bouquins, je pense qu’on peut s’attendre à ce que Tyrion encourage Daenerys à cramer Port-Réal.
Dans la série, on le prive de cette évolution, peut-être parce que Peter Dinklage est trop sympathique, du coup Tyrion est comme oblitéré. On ne comprend plus sa façon de réagir. En fait, il n’a plus rien à faire, on lui a retiré son bifteck, il est presque plus spectateur qu’acteur.

L’absence d’aveu de Jaime fait ensuite boule de neige. Et Daenerys se retrouve, sans qu’on comprenne bien pourquoi, à décider de manière unilatérale d’incendier Port-Réal. Là où, en toute logique, on aurait pu s’attendre à ce qu’elle soit soutenue et même peut-être un peu manipulée par Tyrion.
Et je peux vous assurer que dans les bouquins à paraître (s’ils paraissent un jour), Tyrion jouera ce rôle déterminant dans la destruction de Port-Réal. Cela n’absoudra en rien Daenerys, mais là, on aura au moins une VRAIE tragédie, profonde et complexe, dévastatrice. Ce sera pas : « Chica a passé une mauvaise journée et crame tout pour se défouler ».

D’ailleurs, cela me rappelle un autre de ces rêves prophétiques que j’adore : une nuit, Tyrion rêve d’une bataille qui teint les collines de Westeros d’un rouge sang. Il est au cœur de cette bataille et brandit une hache aussi haute que lui. Il se bat aux côtés de Barristan le Hardi et des dragons sillonnent le ciel au-dessus d’eux.
Dans son rêve, il a deux têtes. Il re-tue son père, qui dirige les troupes ennemies. Puis il tue Jaime et lui défonce la tronche jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’une bouillie sanglante, en riant à chaque coup qu’il lui met. Mais une fois la bataille finie, il se rend compte que sa deuxième tête pleure. 😖😢

Est-ce que ce n’est pas magnifique, ça ? Est-ce que ça ne valait pas la peine d’explorer cette dualité ?? Est-ce qu’on n’avait pas envie de voir ce Tyrion-là, déchiré entre son désir de vengeance et peut-être, inconsciemment, la certitude que les cadavres de Jaime, Cersei, et de tous les habitants de Port-Réal ne suffiront jamais à l’apaiser ? Est-ce que Peter Dinklage n’aurait pas déchiré, dans ce rôle-là ?

Voilà, c’est l’effet papillon. C’est peut-être ce qui fait qu’adapter cette saga littéraire était impossible. Parce que zapper une petite chose en saison 4 peut devenir un énorme problème en saison 8.

C’est vraiment dommage car j’aurais adoré, et peut-être aussi un peu détesté voir ce Tyrion-là à l’écran. Mais je l’aurais certainement moins détesté que celui que j’ai vu dans les saisons 7 et 8.
Le Tyrion des livres a des motivations beaucoup moins nobles, certes, et il aime le pouvoir, il est plus ambigu, moins héroïque.
C’est un méchant. Et c’est pas moi qui le dis.

“I’ve got to admit I kind of like Tyrion Lannister. He’s the villain of course, but hey, there’s nothing like a good villain.”

Signé GRRM.

Mais bref. Un jour il faudra que je vous parle d’une autre omission qui aura fait piétiner deux, voire trois autres personnages centraux pendant deux saisons et leur aura coûté une grande partie de l’évolution auxquels ils avaient droit.

Mais en attendant, revenons à notre série. Avec une scène encore très con.

Le mec qui demande si Jon apporte de la vinasse alors qu’il débarque les deux mains vides. Ben oui, je t’ai apporté une cruche de vin… DANS MON SLIIIIP.

Ça me fatigue, les enfants ! 😅

Tyrion : Now Varys’ ashes can tell to my ashes : « See, I told you. »

Bah ouais, on te l’avait dit, mais bon, si tu avais ouvert les yeux plus tôt, ben ça aurait pas marché pour la narration, tu comprends, donc on t’a rendu complètement teubé et aveugle, histoire de retomber sur nos pattes, et on a cramé le mec un peu intelligent.
C’est ça, quand on écrit comme un pied : on fait bouger les personnages LORSQUE l’intrigue le réclame, surtout pas avant, quitte à complètement bousiller les personnages.
Hé hé, c’est futé, hein ?

Pareil, Jon, mon petit père, je peux comprendre que tu aies sauté les cours de valyrien quand tu étais petit, mais faut pas avoir fait valyrien LV1 pour capter que la meuf à l’intention d’aller aussi « libérer » Winterfell, hein ?
Franchement, cette explication de texte de Tyrion qui semble s’adresser à un enfant de quatre ans ou à un débile léger est désolante. Comme si c’était la première fois que Jon, qui a quand même mené un certain nombre de batailles, entendait ce genre de discours.
Et puis depuis quand, je vous prie, le type a-t-il besoin d’être convaincu pendant DIX PUTAIN DE MINUTES qu’on ne peut permettre de régner à une personne qui brûle tous vifs des innocents et qui visiblement en est heureuse et fière ? Depuis quand, bon sang ? 😡

Ah, mais j’oubliais. L’amour. OK, il lui met deux râteaux dans le museau en deux épisodes, mais l’amour.

Tout va bien, c’est logique, je suis rassurée. (Non.)

Je suis quand même à peu près sûre que si effectivement il l’aimait, le fait de l’avoir vue cramer des milliers de personnes aurait dû lui faire reconsidérer ses « sentiments ». Clairement, Daenerys n’est pas la personne qu’il croyait, alors quoi ?
Il nous a bien fait comprendre que sa famille passait avant tout le reste, qu’il ne comptait pas la marier et que l’inceste le répugnait.
Alors l’amour, pardon.

Pire encore, non seulement il semble hésitant, mais en plus il DÉFEND ce massacre ! Il dit qu’elle n’avait pas le choix. QUOI ??? Mais qui êtes-vous et qu’avez-vous fait de Jon Snow ???? 😱

Je peux pas croire que « mon » Jon soit aussi stupide et résigné. Je peux pas. 😥

Jon Snow : She’s not her father, no more than you are Tywin Lannister.

Alors, mauvais exemple, mon pigeon, parce que pour le coup, des enfants de Tywin, Tyrion est bel et bien celui qui lui ressemble le plus ! 😅

Tyrion : Would you have done it ? You’ve been up there, on a dragon’s back, you had that power, would you have burnt the city down ?
Jon : I don’t know.
Tyrion : Yes you do.

Bon, euh… écoutez, on va abréger parce que je commence à légèrement m’exciter derrière mon écran, là.

Tyrion : Everywhere she goes, evil men die and we cheer her for it.

Mais ça, c’est vrai. On a rooté pour elle. On a voulu qu’elle prenne Port-Réal dans le feu et le sang. Ça fait huit saisons qu’elle nous l’annonce, et on n’a pas bien écouté, on a pris ça pour des déclarations d’intention, on a préféré oublier les détails sordides de ses discours, on a cheeré comme des guedins sur le haka magistral de Khal Drogo (qui promettait de violer tout ce qui se fait à Westeros). Et on disait : « Vas-y, petite meuf, montre-leur, bute-les tous, ces connards ! »

Et quand elle le fait, on est déçus, on est blessés, on est trahis. Pourquoi ? Tout simplement parce que la série a énormément insisté sur son empathie et son sens de la justice, et lissé une bonne partie de ses défauts.

Moi ça va, GRRM m’avait prévenue.
Encore une fois, ce n’est pas tant le résultat qui me débecte que l’exécution.

En attendant, eh bien cette scène n’en finit pas !

Tyrion : I know you love her. I love her too.

WTF ?? Ben oui, parce qu’elle est quand même vachement jolie, hein, avec ses beaux cheveux, son mignon petit corps et ses tenues sexy. 😒

Tyrion : Not as successfully as you.

OK, donc en clair : je me la serais bien faite, mais tu m’as doublé, mon coco.
Mais c’est quoi cette conversation horrible ? Qu’est-ce qu’on s’en fout que Tyrion se la serait bien tapée ? (Genre en plus, on n’avait pas remarqué, prenez-nous pour des glands, aussi. Vous croyez qu’on a oublié le pathétique regard du bateau ?)

Tyrion : But I believed in her with all my heart. Love is more powerful than reason, we all know that.

En clair, le mec reconnaît que s’il ne l’avait pas trouvée bonnasse, il aurait réagi plus tôt.
Super, on vous remercie d’être passés, messieurs, je ne me sens pas sale du tout après cette conversation ! Excusez-moi, mais de temps en temps, faut envisager de vous faire relire par des gonzesses, hein, je dis ça, je dis rien !

Tyrion : Look at my brother.

Oui, bon, euh ne revenons pas sur cette pénible affaire, merci. Et c’est pas très sympa de sous-entendre que Brienne est la « raison », en plus, hein. Pauv’ con, Féale dans ta DJEULE.
Franchement, y a bien que deux abrutis misogynes comme D&D pour écrire une merde pareille.

Jon Snow : Love is the death of duty.

Citons des bonnes vieilles répliques de personnages intelligents (ici Mestre Aemon) parce qu’on ne sait plus quoi faire dire à ces pauvres pantins. Au passage, c’eût été sympa de rappeler que Mestre Aemon était donc l’arrière-grand-tonton de Jon Snow. (Vu que dans la série, ils ont dégagé Jaehaerys II de la dynastie.) Et que lui aussi a refusé une couronne, par devoir. Par égard pour ses vœux. Au profit d’un autre membre de sa famille.

Tyrion : Sometimes, duty is the death of love.

En clair : va buter la radasse. Moi, j’peux pas, j’suis en taule. Allez, bisous et bonne chance, hein !

Il est fatigué, Jon Snow. Très fatigué.

Et évidemment, comme il faut quand même UN PEU de surprise, notre brave et mou Jean Neige fait genre que la reine a droit de vie de mort sur lui et que c’est à elle de décider si elle décanillera son neveu et son ancienne Main ou pas.
C’est vraiment moisi parce qu’on sait très bien qu’il va la tuer, ça ne fait aucun doute. Il y avait deux types capables de faire ça dans cette série, et l’un d’eux est mort sous un tas de briques, c’est ballot.
Donc c’est pour ta pomme, mon pauvre Aegon ! Désolée, on aurait vraiment préféré t’éviter ça, mais bon… les briques ont parlé. (Putain de briques. C’est tout la faute des briques.)

Entre nous, cette conversation aurait pu durer encore trèèèès longtemps comme ça ! D’ailleurs, Tyrion finit par : « And your sisters ? »
Mais voyons, si c’est bien le Jon Snow que je connais, il a dû penser à elles avant tout le reste, non ? Sauf qu’il fait l’étonné. « Ah merde, oui, tiens, mes sœurs/cousines ? Meeeeerde ! Putain, j’en avais une sous la main y a pas dix secondes et j’y avais pas pensé ! Naaaan, mais elles s’inclineront devant Dany, j’les connais, elles sont cool mes frangines. »

JA JA JA JA JA ! 😬

Les amis, cet épisode aurait dû s’intituler : « l’Assassinat de Jon Snow ».
Enfin, le gars s’en va quand même présenter ses « respects » à la reine.

Drogon : Eh, mais c’est P’pa. Salut P’pa !

😀

Dites donc, ça bigle un peu, un dragon, non ? Ou ça n’y voit pas de loin ? Parce qu’à chaque fois, on dirait qu’il faut qu’il foute le nez sur Jon pour le reconnaître. Faut aller chez Afflelou, mon gros père !

Surtout que Drogon semble être le seul à protéger Daenerys. Mais du coup, où est la garde royale ? C’est vraiment singulier, d’autant qu’il me semble que depuis qu’elle a appris que Jon a informé ses sœurs de sa véritable identité, la Reine-Dragon n’a jamais été sans escorte.
Seulement voilà. L’intrigue réclamait qu’elle soit seule. Normal.
Toi aussi, prends une leçon d’écriture avec Weiss et Benioff.

Bref, mais elle arrive enfin, elle va se réaliser, la vision de Qarth. Souvenez-vous, c’était à la fin de la saison 2, il y a à peu près mille ans de ça.

Ça va, niveau symbolique, on ne s’était pas trop foulé. On est loin de la fleur bleue qui s’épanouit sur un mur de glace et embaume l’air autour d’elle, on est loin des quatre petits hommes qui s’arrachent le corps d’une femme (quatre rois survivants se disputant Westeros).

Non, là, c’est pas très difficile à décrypter, j’avais dû en parler dans une de mes anciennes reviews : elle tend le bras vers le Trône de Fer, ne le touche pas, en est détournée pas des cris (ceux de ses dragons), se retrouve au Mur, où elle rencontre Khal Drogo et leur bébé Rhaego.

Eh bien là, elle le touche.
Mais avant même de pouvoir s’y installer, Daenerys est détournée du Trône par un mur de glace et de neige, qui n’est autre que Jon Snow. Lequel a visiblement laissé tomber son comportement de lapin souffreteux et s’énerve d’un coup très, très vite.
Non vraiment le Trône ne l’impressionne pas, lui n’est pas du tout content parce qu’il a vu des petits enfants morts dans la rue.
Et elle, elle lui parle des histoires que Viserys lui racontait sur le Trône de Fer. Clairement pas les mêmes priorités.

Je ne sais pas ce que Kit a dû prendre pour jouer ces scènes, mais depuis le début de cet épisode, je trouve qu’il a une mine épouvantable. 🙁 Je savais depuis longtemps qu’il avait des soucis, mais jamais je lui ai vu une gueule pareille. Ça me fait beaucoup de peine et je lui souhaite de récupérer bien vite.

Jon Snow : What about everyone else ? All the other people who think they know what’s good ?
Daenerys : They don’t get to choose.

Là, Jon il sait. Il sait ce qu’il a à faire. Son visage le dit.

Daenerys : Be with me. Build the new world with me. This is our reason. It has been from the beginning. Since you were a little boy with a bastard’s name and I was a little girl who couldn’t count to twenty. We do it together. We break the wheel together.

Mais ma chérie, TU ES LA ROUE. Ce sont tes ancêtres qui l’ont inventée, la roue ! Personne pour lui expliquer qu’elle est la roue, bordel ??

Bon, mais de toute façon, cette conversation est trop bizarre. On dirait qu’elle a été écrite pour d’autres personnages. Honnêtement, elle a même un énorme goût de Valonqar. Vous remplacez Jon et Daenerys par Jaime et Cersei et ça fonctionne presque mieux. Franchement, ça aurait eu de la gueule, non ? Cersei qui refait le coup d’Aerys et Jaime qui lui régicide la gueule ? Pffff… y a vraiment des choses que je ne comprends pas. J’aurais préféré ça, quitte à ce qu’il crève dans la foulée. (C’est dire.) Au moins il serait revenu à la case départ pour quelque chose et ça aurait été VRAIMENT poétique. Et Cersei n’aurait pas régressé à l’état de petite fille effrayée.

Surtout que… hem… je ne veux pas dire, mais plusieurs éléments de cette conversation semblent sortir tout droit des dialogues de Cersei qu’on a déjà entendus dans la série. Est-ce pour sous-entendre que Daenerys est devenue une nouvelle Cersei ? C’est un peu grossier… ou alors pas assez clair.

Le « you’ve always known ». Äh ? Mais ça fait cinq minutes que vous vous connaissez !! (OK, mettons six mois.)
La question de Jon Snow, « What about everyone else ? », c’est quasiment la réplique mot pour mot de Jaime dans l’épisode 7×05. Et il y a aussi une conversation dans le 4×10 qui ressemble fortement à celle-ci, Jaime dit même à Cersei « You don’t get to choose ». Ça me rend DINGO !
La réponse de Dany, mais c’est Cersei tout craché ! Fuck les autres, on est les seuls qui comptent. (Jurisprudence 4×10 : « We’re the only two people in the world. »)

« This is our reason ». Aucun sens. « It has been from the beginning ». Le début de quoi ? De leur six mois d’amourette ? Et pourquoi Daenerys parle-t-elle de leur enfance ??

Mais surtout, il y a deux épisodes, on mettait un point d’honneur à nous faire remarquer que Daenerys n’était pas du genre à vouloir partager le pouvoir. Comment expliquer ce revirement de situation qui ne vient de nulle part ?? Pourquoi, là, propose-t-elle à Jon de régner à ses côtés ?? Je… je… ne sais plus.

Tout ça est très très louche. Dans le meilleur des cas, c’est bien GRRM qui leur a filé cette fin, mais l’exécution est épouvantable ! Sérieux, même ça ils peuvent pas l’écrire correctement ? Ils sont obligés d’aller repiquer des dialogues et de les rafistoler à la va-comme-je-te-pousse pour une scène aussi CAPITALE, la plus importante de toute la série ???

J’en reviens pas.
C’est bien simple, j’ai l’impression d’avoir fumé du crack ET bouffé des champis hallucinogènes.

Du coup, ben je ne ressens rien, ou presque. Alors que j’aurais pu chialer toutes les larmes de mon corps, ce qui m’aurait fait un bien fou.

Une vraie gabegie. Impardonnable.


C’est fort dommage car tout est si beau !

Jon Snow : You are my queen, now and always.

Alors là, je suppose qu’on est censés se demander lequel des deux a planté l’autre. (Indice : non.)

Rah, mais je suis tellement dégoûtée. C’est pas comme si j’avais pas vu venir sa mort et je me doutais que Jon serait un jour contraint de la tuer comme dans la légende d’Azor Ahai, obligé de tuer sa Nissa-Nissa. Mais comme ça ? J’ai mal au cœur, je vous jure.

Ça fait vraiment : « Désolé bébé, je voulais pas, mais tu m’y as forcé. »

Voilà. Donc les deux reines tarées sont mortes dans les bras d’un homme qu’elles aimaient. Les deux reines tarées ont été tuées par ce qui leur restait de famille.

Euh, Jon ? Derrière toi, euh…

Par contre, y a l’enfant qui est pas super content.

Bouhouhouh, elle est morte, ta pauvre mère !

Heureusement que Jon est un Targaryen, parce qu’autrement, je ne donnais pas cher de son slip.

Pauvre bébé qui pleure. 😭😭😭

Je vous jure, ça me rend tellement triste. Pourtant, c’est ce que j’espérais, la destruction du trône. Je voulais qu’il n’y ait plus de trône. Et quand tout le monde demandait qui s’assiérait sur le Trône de Fer, je disais que je préférerais qu’il n’y ait plus de trône. D’ailleurs, l’ami Drogon comprend très bien que c’est le trône qui est à blâmer, et non Jon. Alors Drogon fait fondre cette abomination, forgée par un autre dragon, celui d’Aegon le Conquérant, Balérion. (Et là, c’est très bien, je le souligne, parce qu’il y a eu beaucoup de parallèles entre la conquête d’Aegon et celle de Daenerys.)

Ces images sont DINGUES. 😱😱😱

Et pourtant… là, maintenant, je me dis que c’est bien joli, mais le trône n’était finalement qu’un symbole. Et que c’est le titre qui corrompt. Le pouvoir.

Quant à Daenerys, c’est pour elle l’heure du dernier voyage.

N’empêche que ça m’attriste. J’ai de la peine pour Emilia Clarke, aussi, qui a lu le script chez elle et…

I cried. And I went for a walk. I walked out of the house and took my keys and phone and walked back with blisters on my feet. I didn’t come back for five hours. I’m like, « How am I going to do this ? »

Tu l’as très bien fait, ma chérie. Aussi bien que possible, en tout cas.
Pfff, quand je pense qu’on aurait pu avoir un arc magnifique, avec une Daenerys basculant lentement du côté obscur de la Force. J’enrage. Ça nous aurait fait une ou deux saisons exceptionnelles ! (Au lieu de trois épisodes moisis.)

Bye bye, miss du Typhon. Malgré tout, quand les gens penseront à Game of Thrones, Daenerys restera le premier personnage qui leur viendra à l’esprit.

Quant à Jon Snow, partons du principe qu’il aimait Dany (j’en mettrais pas ma main au feu, ah ah ah), ça fait deux fois qu’il se retrouve avec une amoureuse morte dans les bras. Snifou. Décidément, le pauvre…

Par contre… mais on nous VOLE littéralement la suite de cette séquence. Que se passe-t-il après ça ? Ça aurait pu être passionnant !
On se retrouve quelque… deux ou trois mois plus tard ?? Le temps de rameuter tout le gratin westerosien en litière à baldaquin ?? Ah, je suis verte !

En plus, je n’imagine pas du tout les Dothrakis laisser vivre le meurtrier de leur Khaleesi. Et puis si Drogon a emporté son corps, comment les gens ont-ils découvert tout le truc ? Est-ce que Jon est allé voir Ver-Gris pour confesser son crime ? Auquel cas, ce dernier l’aurait massacré instantanément.
Franchement… 😶

Toujours est-il qu’un jour, on vient donc extraire Tyrion de sa cellule.

Pour le mener à Fossedragon, où toutes les huiles l’attendent pour le… hum… juger. (J’ai honte d’écrire ça, je vous jure. Le mec est condamné à devenir Main. OK, quel HORRIBLE sort !!!)

Bon, là c’est pas la grosse ambiance. On ne veut pas déballer Jon Snow, les Nordiens ont leur armée aux portes de la ville, Yara/Asha est très énervée qu’on ait tué Daenerys (pas un mot sur Theon, d’ailleurs, Theon qui ??), et le nouveau prince de Dorne semble s’en battre les babouches puissance 10 000.

Arya propose à Yara/Asha de lui trancher la gorge si elle touche à un cheveu de Jon, histoire de mettre tout le monde d’accord.

Ce qui lui rabat instantanément son caquet. On n’est plus à un assassinat de personnage près, me direz-vous.
Nous avons aussi mon cher Ser Davos. Et Brienne qui tire une gueule de dix pieds de long.
Je ne vois vraiment pas pourquoi. Les gens sont d’un pénible à bouder pour un rien ! 🤔


Mais dites-moi, Gendry est drôlement mignon en seigneur des Terres de l’Orage !

Ah tu voulais pas être sire d’Accalmie ? Ben tant pis, tu l’es quand même !
Décidément, l’histoire se répète. Encore un jeune homme qui n’est pas intéressé par le pouvoir, qui ne sait pas gouverner, qui est privé de la femme qu’il aime et qui se retrouve isolé avec entre les mains un pouvoir qu’il n’est pas préparé à gérer. Ça me rappelle cruellement un certain Robert Baratheon… Il n’y a rien que je déteste plus que les malédictions familiales et la répétition des cycles.
Toutefois entre nous soit dit, étant donné que le personnage de Gendry a été fusionné avec un autre bâtard de Robert, Edric Storm, et que ce dernier a grandi à Accalmie, je pense que s’il survit, Accalmie lui reviendra, pas à Gendry. À voir !

En revanche, le plus gros twist de cette saison, c’est quand même Robin Arryn.
Alors, vous l’aviez reconnu le sale mouflet devenu sire des Eyriés ? Dingue. C’est le prince charmant, maintenant !

😱😱😱

Bon, mais je sais que ça n’en a pas l’air, mais nous sommes là pour juger un homme.
Car non, contrairement à ce à quoi on aurait pu s’attendre, les Dothrakis et les Immaculés n’ont pas passé tous les traîtres par les armes après l’assassinat de Daenerys.

Pour la forme, l’Asticot s’énerve quand même un peu.
Après, ce n’est pas pour râler, mais d’OÙ ce type, que j’aime bien, au demeurant, exige-t-il quoi que ce soit ?

Enfin, Davos, comme à son habitude, calme le jeu et propose même, ce brave homme, que Ver-Gris fonde sa propre maison dans le Bief.


Mais les sous ne l’intéressent pas. Il veut la justice.

Cela dit, assez vite, on ne sait pas bien pourquoi ni comment, mais le procès tourne court et d’un seul coup, il est question de choisir un nouveau roi.
Et là, figurez-vous qu’ils nous ont dépoussiéré le sire de Vivesaigues. Qui, voyant que ça ne se bouscule pas au portillon pour se faire couronner, juge opportun de proposer sa candidature.

Un grand beau moment de solitude et de gêne… intense.

Sansa : Uncle. Please, sit.

OMG ! Meilleur moment de l’épisode ! Ah ah ah ah ah ah, j’en peux plus ! Sansa, merci !
Et le mec se cogne en allant se rasseoir !!! Bwahahahah !

Voilà qui me rappelle l’enterrement le plus fun de toute la série.

Bah oui, désolée, c’était drôle, le boulet qui est pas capable de balancer une flèche pour enflammer la barcasse de son paternel, et dans la foulée, ce BAMF de Tonton Silure qui en envoie une et qui se barre sans même regarder si elle atteint sa cible. (Parce que oui, bien sûr que oui.)
C’était le bon temps.

Bon, après, c’était hyper facile, quand même, de le ramener pour s’en servir de ressort comique. J’espère que Tobias Menzies a été grassement payé pour ça, qu’il les a fait bien chier avec son emploi du temps blindé et surtout qu’il n’en a rien eu à foutre de jouer les guignols.
Parce qu’entre nous, ça fait plaisir de voir qu’après tout ce qu’il a traversé, après avoir vu toute sa famille se faire assassiner sauvagement dans le guet-apens qu’étaient ses noces, après avoir passé des années en geôle séparé de sa femme et de son enfant, Edmure Tully est toujours au mieux un abruti, au pire un bouffon.
Il devrait avoir changé, surtout que la dernière fois qu’on l’a vu, il n’a servi qu’à faire tuer son oncle Silure parce que Jaime l’avait élégamment menacé de balancer son bébé et héritier du haut des murs de Vivesaigues. Mais non. Il est toujours aussi con. C’est pas sympa, quand même…

Alors OK, ça détend, mais j’ai quand même un peu mal.

En revanche, l’intervention de Sansa est exceptionnelle. Pas besoin d’élever la voix, et lorsque Tonton Edmure fait mine de répliquer, elle lui indique sa chaise du regard. J’adore. Sansa s’est d’ores et déjà couronnée reine du Nord, avec cette scène.

En attendant, vu qu’on a mis un vent à la truite, qu’est-ce qu’on fait niveau monarque ?

Lord Royce : We have to chose someone.

Samwell : Why just us ? We represent all the great houses, but whomever we choose, they won’t just rule over lords and ladies. Maybe the decision about what’s best for everyone should be left to… well, everyone.

Et là, AH AH AH mais qu’il est drôle ce Samwell Tarly ! Imaginer que les mange-merde aient leur mot à dire sur l’identité de leur souverain ? Fi donc, mais quelle horreur !

Désolée, mon Sammy. Tu es beaucoup trop en avance sur ton temps. Réessaie dans trente ou quarante ans. Quand ce sera à nouveau le bordel parce que le rejeton de l’un de ces élégants messieurs aura décidé qu’il ferait un meilleur roi que l’actuel.
(De toute façon, clairement, ils votent tous républicains.)

Et donc d’un seul coup, c’est le bonhomme qui est au banc des accusés qui décide qui va être roi ! Waouh ! Je l’avais pas vu venir ! Peut-être parce que c’est n’importe quoi, allez savoir ??

Et attendez. Pourquoi il choisit Bran ? Parce qu’il a une histoire exceptionnelle. Et que le peuple aime les histoires.

Tyrion : There’s nothing in the world more powerful than a good story. Nothing can stop it. No enemy can defeat it. And who has a better story than Bran the Broken ?

OK.

Alors, sinon, j’ai aussi l’histoire d’une petite meuf qui a appris à changer de visage. J’ai aussi celle d’un mec qui est mort et a ressuscité. Et j’ai même l’histoire d’une nana qui a traîné un adolescent sur des centaines de kilomètres dans le grand nord pour qu’il devienne un jour roi !! Non ? Non mais c’est pas grave ! (Surtout que pardon, mais l’histoire de Bran est super mal traitée dans la série.)

Tyrion : From now on, rulers won’t be born, they will be chosen.

OK, c’est aussi ce que je voulais. Au minimum une monarchie élective parce que les fils de roi, des fois, ça fait des salopards et on en sait quelque chose. (Sauf que Joffrey n’était pas un fils de roi, et qu’il y a un fils de roi dans l’assemblée qui est VACHEMENT sympa.)

ALL HAIL BRAN THE BROKEN ! BIM ! THÈME DE WINTERFELL ! WE WON, BITCHES ! TOUS À QUATRE PATTES DEVANT LES STARK ! HOURRA ! HOURRA !

Par contre… « Bran le Brisé » ? Mais ils se foutent de ma gueule ?? M’enfin et pourquoi pas BRAN LE REBÂTISSEUR ????? C’est pas difficile, quand même, c’était sous votre nez, pis c’est vachement plus vendeur, vachement plus positif, quoi ! « Écoutez, on a un roi à roulettes alors on va mettre l’accent là-dessus. » Billevesée !

Pour info, Brandon Stark dit le Bâtisseur est le fondateur légendaire de la maison Stark. Il a construit Winterfell et le Mur. Et aussi Accalmie et la Grand-Tour de Villevieille. Tranquille, le mec.

En plus, c’est vraiment moche parce que le pauvre Bran des bouquins n’a pas DU TOUT envie d’être Bran le Brisé.

Broken, Bran thought bitterly as he clutched his knife. Is that what he was now ? Bran the Broken ? I don’t want to be broken.

😰

Je trouve ça terrible, perso. Et super triste.
Vous me direz que le Bran de la série n’en a probablement plus rien à carrer de la façon dont on l’appelle. Mais moi j’en ai quelque chose à carrer. Et j’aime les choses bien faites. #CasseTout

Enfin, le seul personnage qui n’a JAMAIS joué le jeu des trônes finit donc par le remporter. Et même que je n’ai absolument rien contre, à part son nom.
Par contre, je rigole (un peu jaune) en pensant que Jaime a flanqué par la fenêtre le futur roi. Mais que sans ça, il n’aurait jamais été roi.
Dommage qu’il soit mort sous un tas de briques, ça m’aurait beaucoup amusée qu’il passe le reste de sa vie à pousser le fauteuil de Bran avec une seule main pour se racheter.

Tyrion : If we choose you, will you wear the crown ? Will you lead the Seven Kingdoms to the best of your habilities from this day until your last day ?
Bran : Why do you think I came all this way ?

Mmmh, je pensais avoir fait une erreur en supposant que Bran voyait aussi l’avenir, il m’avait ensuite semblé que non. Et là, on dirait que oui ! #perplexitude
Si c’est le cas, c’est pas cool de laisser tout le monde faire le sale boulot pour aller poser tranquillou son petit cul sur un trône à roulettes.

En revanche, Tyrion qui mecsplique la nouvelle façon de gouverner les Six Couronnes et qui se retrouve À NOUVEAU main du roi en jurant ses grands dieux que ça ne l’intéresse pas, je peux pas.

Quant à Ver-Gris, il veut que Jon Snow soit puni, par contre ça ne le dérange pas du tout qu’on file quasiment les pleins pouvoirs à Tyrion. OK ! Normal.
Bon, ce qui me rassure, c’est que s’il se rend sur l’île de Naath (en tout cas celle du bouquin), il va s’y faire accueillir par quelques petits papillons très xénophobes et très venimeux qui tuent tous les étrangers et toc ! 😝

Bref, super, la punition, ça fait plaize. Jon Snow, on l’envoie au Mur, et Tyrion, on l’installe dans la tour de la Main. UNE BLAGUE.

Le seul truc que je trouve modérément agréable, mais je ne suis même pas sûre que ce soit fait exprès, c’est que le royaume sera gouverné par les anciens losers : le petit estropié, le nain, la géante, l’ancien illettré et ses phalanges en moins, et compagnie. J’aime cette idée.
J’aurais certainement aimé que le « bâtard » de Winterfell fasse partie de la bande, et peut-être aussi le manchot (qui aurait pu faire une excellente Main, c’eût été si poétique), mais ma foi…

Et là, alors que tout le monde est bien content d’avoir trouvé un petit compromis et vote oui pour King Bran, Sansa abat sa dernière carte et négocie l’indépendance du Nord. (Sérieux, sinon à quoi ça sert de se faire chier à coller un Stark sur le Trône, je vous le demande ?)

Il té dira voui !

Enfin soyons sérieux, un peu ! Vous pensez vraiment que Asha/Yara et le Dornien qui n’a pas de nom (et même les autres !) ne vont pas se lever d’un bond en gueulant : « Putain, c’était une option ??? Nous aussi on se casse, ciao les nazes ! »

Surtout maintenant que leur accord avec Daenerys n’a plus lieu d’être.
Les Iles de Fer, ça fait depuis toujours qu’elles revendiquent leur indépendance, Dorne de son côté n’a jamais ployé le genou devant Aegon le Conquérant, mais d’un coup, être gouvernés par Bran et voir le Nord quitter le royaume ne les dérange pas. Ça n’a aucun sens, mais bref.

Je vous propose maintenant que nous allions prendre des nouvelles de notre nouveau régicide, qui n’a pas vu le soleil depuis longtemps.

La scène où Tyrion vient lui dire « Déso, j’ai pas pu faire mieux que le Mur » m’a tuée.
Il s’agit donc de faire de Jon un symbole. Et il a intérêt à être content de s’en tirer à si bon compte.

Visiblement, nous n’avions pas notre quota de personnages qui font le tour d’eux-mêmes, voici donc Jon Snow. Le type qu’on envoie prendre le noir au début de la série, parce qu’il est bâtard et aussi parce qu’il le veut bien, et parce que de toute façon, il ne peut hériter.
Au cours de sa trajectoire, vous lui donnez tout : une famille, une légitimité, des armées, une couronne, deux couronnes, l’amour, la vérité, des victoires en pagaille… et vous lui reprenez TOUT.
Et vous le renvoyez au Mur.

LA TRISTESSE. Mais c’est horrible !! Et encore, le malheureux se torture dans sa cellule en se demandant si ce qu’il a fait était juste. Franchement, c’est abominable.
Le mec qui l’a envoyé tuer Daenerys devient Main du roi, et lui, sans qui tout le monde arborerait aujourd’hui de magnifiques yeux bleus perçants, est exilé à vie, à nouveau privé de tout.
Je suis au tréfonds du chagrin, là.

Alors peut-être que la seule chose qui peut le guérir, c’est le vrai Nord. J’en sais rien. Mais c’est triste, quand même. 😟

Il est donc temps d’expédier notre héros dans le grand Nord.

Oui, mon Jon, tourne donc le dos à cet infâme Donjon Rouge qui ne te mérite pas et laisse-les donc tous à leur merde.

J’adore parce que Ver-Gris envoie un ultime regard menaçant à Jon.

Avant de littéralement mettre les voiles pour toujours.

Pssst ! Jon !! C’est bon, tu peux descendre du bateau et te barrer avec nous à Winterfell, il n’en saura jamais rien !
Je blague, s’il y a bien un personnage qui honorera son jugement jusqu’à la mort, c’est Jon Snow. Mais quand même, c’est très con.

Bon, mais c’est là que j’ai commencé à chialer, dites donc.

Jon Snow : The North is free thanks to you.
Sansa : But they lost their king. (Bouhouhouh)

Je vous interdis de vous dire adieu !

Arya : I’m not going back North.

Mais qu’est-ce qu’ils ont, ces gamins, à la fin ????

Celle-là, ça fait depuis la saison 2 qu’elle cherche à retrouver sa famille. Qu’elle se cherche même une famille (salut, Gendry, on t’embrasse). Et elle se barre ?? Pour toujours ?? Pour découvrir les Amériques ? Mais ma chérie, c’est pourri, là-bas, ils ont élu TRUMP !!!!

Arya : What’s west of Westeros ?
Jon Snow : I don’t know.
Arya : No one knows.

Plus aucun d’entre eux ne se reverra jamais !!!! *chiale* *chiale* *chiale encore*


Ah, et puis Ramin Djawadi qui me fait des trous dans la tête avec le thème de Winterfell en boucle, ASSEZ ! 😖😭

Jon Snow : Your Grace. I’m sorry I wasn’t there when you needed me.
Bran : You were exactly where you were supposed to be.

Traduction : t’en as chié mais c’était pour la bonne cause.
Alors ça va !

Ils ont donc gagné, nos petits Stark. Mais putain que ça leur coûte cher. En gros, cela leur coûte leur famille.
En soi, je n’ai pas de souci avec leur fin sur le papier. Mais que c’est triste !

Bon, alors là, disons que je pleure déjà fort abondamment parce que je suis une vieille sentimentale et que ces petits Stark, je les aime très fort et que s’ils pleurent, je pleure aussi, c’est comme ça.
Eh bien avec la scène suivante, on double le débit lacrymal et on ajoute les sanglots !
Quinze jours après, je pensais que ça allait mieux, en fait non, ça va bien pire, y a trois jours je me suis encore réveillée en chialant à cause de ça, que voulez-vous je suis TRAUMATISÉE. (Mais je vais bien, ne vous en faites pas, je suis juste un peu… sensible, en ce moment.)

Mais tout de même… là, j’avoue, je me suis hallucinée moi-même quand j’ai vu arriver le truc.
J’ai pas eu un peu du pif, il y a trois semaines, quand je rêvais de voir Brienne remplir la page de Jaime, dans le Livre des Frères ???
Et là vous me dites, petits malheureux : « Mais Sorci, cékoidon le Livre des Frères ? »

*essuie ses larmes et chausse son lorgnon*

Eh bien, mes chers enfants, le Livre des Frères, aussi appelé Blanc Livre, est celui dans lequel sont inscrits tous les hauts faits d’armes des chevaliers de la Garde Royale. Parce que c’est très important, quand on est chevalier, d’accomplir des actes héroïques, et ENCORE plus quand on est le premier chevalier du royaume, à savoir le Lord Commandant. Faut faire rêver les gens, un peu. Et pis après, on fait des jolies chansons avec ça.

Oh, Ser Arthur Dayne. ❤❤❤
Par exemple, Ser Arthur Dayne, je peux vous dire qu’on en a entendu parler vu qu’il a trois pages à lui tout seul. Vous vous souvenez de lui ? L’Épée du Matin ? La meilleure lame du royaume, tuée par Howland Reed au pied de la tour de la Joie ?

Eh bien sachez que c’est ce noble et légendaire chevalier qui a adoubé Jaime quand il avait 15 ans. (C’est marqué, hiiiiii !)
Ze fierté, quoi. Ze modèle.
Ce qui me rappelle que BookJaime a un sacré mancrush pour Ser Arthur, hi hi, il pense souvent à lui dans ses chapitres. (« Salut, je suis fan du mec qui, selon Ned Stark lui-même, était un exemple de chevalerie, mais j’en ai rien à foutre des innocents. »)

Mais revenons-en à ce volumineux bouquin que nous avons déjà vu au moins deux fois, dans la série. Et chaque fois, Jaime était dans le coin.
Sur sa page, pas grand-chose, si ce n’est qu’il a tué le roi Aerys et que depuis, on le surnomme le Régicide. Dans la saison 3, revenu avec une main en moins, il se fait railler par Joffrey qui lui dit que ça va être chaud pour devenir héroïque vu qu’il est vieux et manchot. (Aucun respect pour les parents.)
Dans la saison 4, c’est la scène avec Brienne, celle où il lui offre sa nouvelle armure et son épée Féale, et où il dit que Sansa est sa dernière chance de racheter son honneur.

Voilà, donc je connais si bien ma Brienne que je savais qu’elle aurait envie de faire ça. Je regrette juste que Jaime n’ait jamais inscrit son nom à elle sur sa page. (Ce qu’il fait dans les bouquins, il écrit « ramené sain et sauf à Port-Réal par Brienne de Torth. »)

Et puis surtout… comment ce type aurait-il pu rester dans les mémoires en deux pauvres paragraphes ? L’insulte que ça aurait été. J’en ai chialé de plus belle en voyant ces huit pauvres lignes. Et Brienne pense comme moi.
Huit lignes ? Bitch, no fucking way !

Salut la nouvelle armure de la Garde frappée d’une corneille !

Et maintenant, mes petits lecteurs meurtris par la fin de Ser Jaime, je m’en vais adoucir un peu votre chagrin. Cette scène ne m’a pas fait oublier ma tristesse, mais elle l’a un peu apaisée. Surtout, surtout, ouvrez bien grand vos mirettes et vos esgourdes.

D’abord, l’avez-vous vue, cette statue de lion sur le meuble derrière Brienne ?
UNE. STATUE. DE. LION. 🦁😮

Subtil, meuf. Subtil. 👌

Puis, il y a un objet, sur la table. Et pas n’importe lequel. Féale, la fameuse épée, toujours là pour nous rappeler des choses. Le symbole de leur amour. Le pire, c’est qu’au début de la scène, j’ai fait pause pour voir si l’épée était bien dans le coin. Genre si elle y est, ça veut dire un truc.

Et enfin, écoutez-moi cette musique. Vous n’ignorez pas que je suis passée experte en BO de Game of Thrones.
Oui, Brienne et Jaime ont leur thème, celui qu’on entend chaque fois qu’ils se disent au revoir, celui qu’on entend quand Jaime adoube Brienne et tout ça, chaque fois qu’ils ont des conversations dans des baignoires ou qu’ils échangent des vœux. (Autant dire assez souvent, c’est leur passion, dans la vie.)
Mais au début de cette scène, avant que leur thème n’intervienne, la musique qu’on entend, c’est autre chose.
C’est le thème du mariage, celui qu’on entend quand Robb épouse Talysa, c’est « I am yours and you are mine », c’est le thème amoureux ULTIME de cette putain de série. Et ces derniers jours, le compositeur Ramin Djawadi a même ouvert sa gueule sur le sujet, il a dit que ça lui paraissait logique.

It’s just a hint of what their relationship — if they had stayed together, if he was still alive — what it could have been. What they could have become. That’s why I put that in there.

Ramin, le mec qui a jugé opportun de ressortir la musique de la destruction du Septuaire de Baelor, l’hymne de la vengeance, dans la dernière scène de Cersei et Jaime, a choisi sans qu’on lui demande rien de marier Brienne et Jaime en musique. Bim.
*se roule en boule dans un coin et sanglote pendant trois semaines*

Et ça, c’est chouette, parce que voyez-vous, dans les bouquins, le thème du mariage est très présent dans les chapitres de Brienne. Et il apparaît dès le premier chapitre de Jaime où ils se mettent tous deux minutieusement sur la gueule avant d’être interrompus. (« Oh, salut. Excusez-moi, j’étais en train de coller une volée à ma femme. » *rires atterrés* Nan, chéri, c’est le contraire, c’est elle qui est en train de te rouster.)
Mais j’y reviendrai parce que j’ai beaucoup de choses à dire.

Clap clap. Joliment tourné.
La page de Ser Jaime Lannister commence par son régicide et s’achève par sa mort pour protéger sa reine. Je peux vous dire que ça doit pas être tellement facile d’écrire ça.

Clairement pas. 😥
Mais avec ces mots, Brienne nous prouve une fois de plus sa grandeur d’âme. Elle ne peut pas changer le début de la page, mais elle peut écrire la fin. Jaime a vécu dans le déshonneur, elle peut faire en sorte qu’il parte dans l’honneur. Elle ne veut pas qu’il meure en régicide mais en homme honorable. Et pour elle, c’est peut-être même une façon d’être en paix avec sa propre histoire, d’accepter que le départ de Jaime ne remette pas en question toute la relation qui a été la leur, basée sur un profond respect et une immense confiance réciproques. Et je pense qu’elle sait que Jaime l’aimait.
OK, il ne s’est pas autorisé une fin heureuse (enfin, disons que les scénaristes ne la lui ont pas autorisée), mais ça n’enlève rien à ses actions. Et c’est cela que Brienne salue dans ces lignes.

Et puis en lisant ces mots, on comprend que Jaime lui a tout raconté. La stratégie du siège de Castral Roc, Hautjardin, la bataille de la Route d’Or… tout.
À Winterfell, sans doute, où ils ont eu le temps de papoter pendant ces fameuses semaines.

Comme elle caresse les pages. Ça ne doit pas être facile d’investir ce lieu qui a autrefois été à Jaime et qui doit être encore rempli de lui. C’est même presque cruel, comme destinée.

En somme, chacun aura réalisé le rêve de l’autre. Elle voulait devenir chevalière, il voulait qu’on garde de lui le souvenir d’un homme honorable. Rien que pour ça, c’est une belle histoire, super romantique.

Alors OK, la Brienne de la série est très différente de celle des livres et pourtant, j’ai vraiment du mal à dissocier les deux, ce qui est extrêmement gênant.

Déjà, le saviez-vous, mais la Brienne des livres a genre… 20 ans ? Jaime doit en avoir 32, je crois.
J’avoue, je ne suis pas fâchée qu’ils ait comblé cette différence d’âge dans la série.
Par moments, l’obsession pour l’innocence et la virginité de l’œuvre d’origine me soûlent un peu, même si j’imagine qu’elle est avant tout le reflet d’une époque et d’une société, sans parler du parallèle avec Jeanne d’Arc qui est très très présent.
Par contre lorsque Jaime demande « Et sinon, à part ça, toujours vierge ? », la vraie question c’est « Ces enfoirés vous ont-ils violée, pauvre enfant ? » (Ce qui me rappelle que dans l’épisode 8×04, s’il insiste comme un lourdingue pour savoir si oui ou non elle est encore vierge, c’est parce qu’il a trop les jetons que Tormund soit passé avant lui, ce benêt-là.)

Seulement voilà, dans les livres, Brienne est bien plus que l’épée humaine, la guerrière froide et déterminée, qu’on nous présente avant tout dans la série. C’est un personnage qui se bat comme personne, certes, mais qui est aussi incroyablement romantique.
C’est hyper touchant car outre le fait d’être une véritable machine à tuer et une force de la nature, on devine en elle, au travers de ses chapitres, un romantisme immense, une grande quête intime, celle de l’amour réciproque.
BookBrienne est fiancée trois fois, et à chaque fois c’est au mieux un drame, au pire une humiliation. BookJaime écrase d’ailleurs sa main en or sur la gueule d’un des anciens fiancés de Brienne, Ronnet Connington, qui a l’audace de se moquer d’elle devant lui. Une scène géniale, le mec crache ses dents. 😆
Ensuite, Brienne s’éprend (la pauvre) de Renly, en gros parce qu’il a été gentil et qu’il a dansé avec elle. C’est d’une tristesse… d’autant que Renly est bien mignon mais son but est surtout de se servir d’elle.
Donc si vous prenez l’idée de BookBrienne et que vous la juxtaposez à la série, oui, vous comprenez qu’il fallait qu’elle fasse l’expérience de l’amour sincère et réciproque, chose à laquelle elle aspirait mais qu’elle ne pensait jamais vivre, elle qui a été tellement rejetée, et surtout pas avec un beau petit lot tel que Jaime Lannister. (Dans les bouquins, elle passe son temps à se dire qu’il est trop beau, même quand il est moitié crevé.)

Mais c’est aussi un problème, car aussitôt qu’on nous la présente, dans les livres comme dans la série, on évoque cette histoire d’amour à sens unique pour Renly.
Donc au bout du compte, on a ici ENCORE un personnage qui aura effectué un tour complet sur lui-même pour se retrouver pratiquement à son point de départ, en l’occurrence face à la mort de l’objet de ses sentiments. #AreYouFuckingKiddingMe?

Après, je suis heureuse qu’elle réalise son rêve de toujours, celui de devenir chevalière. C’est juste dommage que selon la série et ses créateurs, une femme ne puisse apparemment pas être plusieurs choses à la fois et posséder plusieurs traits de caractère. Femme, chevalière, amante, héritière… ça ferait beaucoup, effectivement. (Non.)
Car il faut bien le savoir : en devenant Commandante de la Garde Royale, c’est bye-bye mariage, gamins, héritage, Dame de la Vesprée tout ça tout ça. Tout son arc d’unique héritière de Torth (elle a perdu tous ses frères et soeurs) et son incapacité à assumer cette responsabilité (en miroir total avec Jaime et Castral Roc) sont ma foi passés à la trappe, dans la série.
Ça ne me dérangerait pas plus que ça si j’étais sûre que cette vie, c’est bien celle que voulait Brienne, mais je suis bien trop polluée par la Brienne des livres, qui, merci GRRM, est une machine à tuer ET une petite grande chose rougissante et romantique, pour en être certaine.
Comme je vous le disais, le thème du mariage revient TRÈS souvent. Elle n’en a peut-être pas conscience, mais elle aspire aussi à ça et on ne voit vraiment pas pourquoi elle ne pourrait pas concilier le tout, surtout si c’est ça qu’elle veut.

Je vous propose un dernier petit rêve fiévreux extrait des bouquins.
Brienne revoit la scène de sa rencontre avec le chevalier Ronnet le Rouge (on la connaît car il l’a racontée à Jaime, ce qui lui a valu de se prendre une main en or dans la gueule).
Le mec se pointe avec une rose. Brienne a douze ans, elle est moche, empruntée et c’est déjà une grande perche. Dans son rêve, elle se dit que ce n’est pas une rose mais une épée, qu’elle veut. (Elle a perdu Féale.)
Le promis entre dans la grande salle de la Vesprée, elle l’accueille du mieux possible, mais se met à cracher un flot de sang parce qu’elle s’est mordu la langue. Du coup, elle crache sa langue avec. 😀
Là, le mec lui dit un truc du genre : « J’ai vu des truies plus belles que vous ». (Ça fait plaisir.)
Il lui jette la rose à la figure. Et alors qu’il s’éloigne, les griffons de son manteau, ceux de la maison Connington, se brouillent et deviennent des lions. (Hi hi hi.)
Ronnet le Rouge, le fiancé, devient Jaime. Et elle veut lui crier de revenir pour elle, mais sa langue est par terre. Et la rose noyée dans le sang.
C’est pas merveilleux ??? Ah mon Dieu, ces rêves sont tellement géniaux ! Ils racontent tellement de choses ! Quand les personnages sont incapables de se rendre compte de ce qui leur arrive, ce sont leurs rêves qui disent tout.

Alors bon… j’attends avec impatience « The Winds of Winter » pour savoir ce que nous réserve l’avenir de BookBrienne. Qui sait si elle ne finira pas par se faire passer la bague au doigt ? Il y a du prétendant en tout cas, pas de Tormund, mais un Ser Hyle. Je pourrai sans doute en parler dans ma review du 8×02.

En tout cas, la Brienne de la série, elle, ne se mariera pas et Jaime restera son seul véritable amour.
J’avoue, je peux m’y faire. C’est pas idéal, mais qu’est-ce qui est idéal, dans cette série ? Rien. C’est beaucoup plus triste que je ne l’imaginais. Tout est triste, en fait. ☹

Malgré ça, chère Brienne, je te salue. Je te range précieusement avec tous mes modèles de personnages de fiction féminins, mes héroïnes cabossées, celles qui ne rentrent pas dans des cases, celles qui ne sont pas où on les attend, celles qui ne veulent pas suivre le chemin qu’on leur a tracé, celles qui n’ont pas une beauté assez conventionnelle pour être considérées intéressantes et sexy, celles qui sont introverties et mal dans leur peau, qui souffrent de leur différence mais qui continuent à avancer envers et contre tout.
Merci GRRM, de m’avoir présenté Brienne.
Et vivement « The Winds of Winter », que je puisse enfin la retrouver. Avec Ser Jaime.

Encore un mot pour proclamer à jamais mon amour pour Gwendoline Christie qui aura fait mon bonheur sur Tumblr ces dernières semaines.

Ça, JAMAIS ils ne pourront me l’enlever.

(Et du coup, moi je me suis booké un petit voyage à Londres pour aller la voir sur scène, cette formidable dame.)

Sur ce…

Et goodbye, my lady, ser. 💕

Comme nous avons pu boucler proprement tous les arcs et obtenir une fin satisfaisante pour chacun de nos personnages (non), je vous propose de regarder Tyrion déplacer des chaises pendant deux bonnes minutes.

OK, c’est un clin d’oeil à une scène où il déplace des chaises pour faire chier le reste du conseil restreint et son paternel. Mais le but ?? Est-ce censé être drôle ?? Est-on supposé le plaindre parce qu’il a le trac avant le conseil ?? Vous pouvez vous gratter !

Sur ce, les membres du conseil restreint débarquent et là, c’est à 90 % la bonne surprise.
SER DAVOS ! 😍😍😍

Le grand-mestre (gné ?) Samwell nous apporte aussi l’oeuvre qu’il a intitulée « A Song Of Ice And Fire ».

Tyrion qui croit qu’il en prend plein la gueule dedans. Mais non, il n’est pas dedans. Paf ! J’avoue, ça m’a fait du bien, cette petite blague. Non parce qu’au bout d’un moment…

Tyrion : What does he say about me ?
Sam : I don’t believe you’re mentioned.

Ecoute, en même temps vu que tu as trahi absolument tout le monde du début à la fin, c’est peut-être pas plus mal !

Alors, c’est génial parce que ça fait au minimum deux saisons que Bronn nous dit qu’il en a marre, qu’il veut aller se coller dans son château tranquillement, prendre sa retraite, il nous fait CHIER pour avoir son putain de super château qui déboîte, et quand il l’a, ben il s’installe à Port-Réal pour devenir… grand argentier ?? WTAF ??? Le mec NE SAIT PAS LIRE ! (Par contre, visiblement, il sait compter.)

Entrent Ser Brienne, Ser Podrick (hiiiiii, Ser Podrick de la Garde Royale) et sa majesté.

Sont-ils pas mignons.

Donc… Drogon a été aperçu à l’est, du côté de Volantis.
Là où on a plein de prêtresses rouges qui ne demandent qu’à ressusciter des gens, c’est ça ? Hin hin. Combien voulez-vous parier qu’ils ont tourné la résurrection de Daenerys, avec Bran wargué dans Drogon, mais qu’ils ont décidé de ne pas la mettre dans la version finale ?
Car autrement, cette conversation n’a AUCUN intérêt, encore plus avec Bran qui dit qu’il peut peut-être le retrouver !
Moi, j’aurais pu me contenter d’imaginer que Drogon est retourné à Valyria, le berceau des Targaryen et basta, ce n’était pas la peine d’en parler.

Eh bien, on va les laisser là, nos membres du conseil, à s’asticoter gentiment et à se raconter des blagues, en se disant qu’ils sont au fond bien charmants, et que ça nous change des conseils tendus avec ces enfoirés de Littlefinger, Pycelle, Tywin et compagnie.

Et qu’on y gagne au change avec des gens tels que Sam, Davos et Brienne.

Il est temps, maintenant, de dire au revoir à nos trois autres Stark.

Grosse ambiance à Châteaunoir.

Où Jon retrouve son vieil ami.
Et son clébard, putain. 😍

Car oui, Jon est toujours capable de sourire.

Awwww. 💕💕💕

Et là, ça y est, trois notes de musique et je rechiale.
Ramin Djawadi, pas merci. « The Last of The Starks » est absolument sublime.

Elle nous raconte à merveille, cette musique, la fin de l’histoire de nos petits Stark. (Oh, le thème de Braavos mêlé à celui de Winterfell quand Arya part sur son bateau. Fucking genius.)

Comme ils ont grandi, nos bébés du tout début.

Frissons, chair de poule, la totale. Une fin magnifique. J’ai encore pleuré pour cette grande nouille de Jon Snow, parce que je suis triste pour lui, mais en même temps, être le 1 000ème commandant de la Garde de Nuit, c’était sans doute son destin.

Et être celui qui raccompagne pour toujours le Peuple Libre au-delà du Mur, tous ces gens qu’il a sauvés, tous ces gosses qui vont pouvoir grandir et reprendre possession de ces terres glacées, c’est beau.


Il n’y a plus d’armées des morts, plus de guerre avec les sauvageons. Jon a gagné leur respect et leur admiration… qui sait s’ils ne le verront pas comme leur roi d’au-delà du Mur ? Un nouveau Mance Rayder ?

Au moins un couple heureux qui part chevauchant côte-à-côte ! Fiou, j’ai bien cru que tout le monde allait finir célibataire !

Il a Fantôme, il a Tormund… et il a véritablement été « le bouclier protecteur des royaumes humains » du serment de la Garde de Nuit. Et finalement, cela a peut-être toujours été son unique but. Sans sa détermination, l’armée du Roi de la Nuit n’aurait pas pu être vaincue.

Je ne suis pas surprise par sa fin étant donné que cela semblait écrit depuis l’épisode 8×04, avec la réflexion de Tormund. C’était un peu lourd, j’aurais préféré une allusion plus discrète, histoire de laisser planer le doute. Mais c’est beau et juste, ça me satisfait à peu près. Jon Snow reprend sa liberté. Il a été brisé, mais il va vivre dans le Nord, le vrai Nord. Et nous bouclons la boucle puisque c’est ici que tout avait commencé, au-delà du Mur.

Au sud du Nord, on couronne pour la première fois une reine, gardienne de la foi et des traditions, comme en témoigne cette magnifique robe brodée de feuilles de barral.

Je ne veux pas dire, mais le compositeur, les stylistes et les coiffeurs savent mieux raconter les histoires que les scénaristes, dans cette série.
Regardez-moi par exemple cette couronne, tellement semblable à celle de Cersei.

Pour la première fois, Sansa, dont les coiffures se sont toujours inspirées de ses modèles féminins, sa mère, Cersei, Margaery… lâche sa chevelure pour être enfin elle-même : Sansa Stark, la reine du Nord. Et cette reine-là n’oblige personne à ployer le genou, non. Les hommes restent debout pour lui rendre hommage, en brandissant l’épée.

Clap clap, petit oiseau. Tu seras un jour reine, avait prédit Cersei. Eh bien oui. Mais pas reine de ce sud qui t’appelait si fort, mais reine de ce Nord auquel tu as pendant un temps tourné le dos, parce qu’il n’était pas assez sophistiqué pour toi.
Oui, Sansa est reine. Mais une reine seule, sans famille, sans ami pour assister à son couronnement.

Quant à Arya l’exploratrice, j’imagine que sa fin était écrite depuis la saison 6 et sa convalescence chez Lady Crane.

Je comprends le raisonnement mais je trouve ça un peu triste, ce personnage qui a été détruit et qui ne pourra jamais combler l’absence de ses parents.

L’image, en tout cas, est belle. Mais Arya est bien seule…

Eh oui, personne ne demande justice pour Bran, pour Jon, pour Arya et Sansa. Ils sont livrés à eux-mêmes. Ils doivent se créer leur propre histoire. Tous séparés, loin les uns des autres, sans famille, sans personne pour les aimer. Jon rejeté de la société. Bran qui n’aura jamais pu grandir, son identité volée par un être supérieur.

Alors je suis heureuse que les Stark ont gagné. Yep. Quand on joue au jeu des Trônes, on gagne ou on meurt, bitch. Et je suis heureuse qu’autant de personnages aient survécu… Davos, Brienne et Podrick, notamment, en plus des petits Stark.

Ce qui me fait infiniment de peine, par contre, c’est que plus jamais on ne verra ces acteurs merveilleux dans de nouvelles scènes, jouant ces personnages. Ils sont tous dispersés aux quatre vents.

Au fond, peut-être que si on m’avait dit, il y a quelques années : « Voilà comment ça va finir : Sansa Queen in the North, Arya sur un bateau, Jon au Nord, Tyrion Main du roi, Brienne et Podrick chevaliers de la Garde Royale, Sandor mourant pour tuer son frère, Daenerys Mad Queen et Jaime et Cersei morts ensemble », je n’aurais pas trouvé ça illogique. Quant à Bran roi, étant le plus impartial de tous les personnages, ça me va.
Sur le papier, ce n’est pas une mauvaise façon de boucler la boucle. Mais le chemin pour y parvenir n’est pas le bon. Et la règle de base quand on raconte une histoire, c’est qu’on ne se focalise JAMAIS sur l’arrivée. C’est le voyage qui vous y mène qui est important.

C’est bien simple, à mes yeux, Game of Thrones, c’est un long escalier sinueux, qu’on a gravi marche après marche pendant quatre saisons. Et puis on s’est mis à sauter une marche de temps en temps, pendant les saisons 5 et 6, pour ensuite grimper les marches quatre à quatre en saison 7 et finir par prendre l’ascenseur en saison 8.
Et ça, c’est extrêmement dommage.

On n’aura pas vu Bran warguer un dragon. On n’aura pas vu Maisie et Lena jouer ensemble. On n’aura pas vu de combat épique entre Jon et le Night King. On n’aura pas eu de nouvelle scène entre Sansa et Cersei. On n’aura pas vu Davos parler de Shôren à son cousin Gendry. On n’aura pas vu Arya évoquer avec Tyrion le temps qu’elle a passé auprès de Tywin. On n’aura pas vu Cersei apprendre que son frère s’est tapé Brienne et qu’il était heureux. On n’aura pas vu la prophétie d’Azor Ahai s’accomplir. On n’aura pas revu l’épée Pleurs-de-Veuve. On n’aura pas vu Daenerys et Jaime parler de Rhaegar, Aerys et Barristan. On n’aura pas revu Meera Reed. On n’aura pas revu Howland Reed. On n’aura pas vu Jaime ou Brienne parler de Glace aux filles Stark. On n’aura pas vu Varys apprendre la mort de Littlefinger. Et encore des dizaines et des dizaines de choses qu’on n’aura pas vues et qu’on ne verra jamais. Mais le pire, je crois, c’est qu’on ne saura jamais ce que Jon pense réellement de ses origines, sa réaction intime à cette redéfinition de lui-même. Et ça, c’est du vol qualifié, croyez-moi.

Je comprends que mettre sur pied une trilogie Star Wars, c’est une énorme opportunité, si on me servait ça, je délirerais de bonheur et de trouille. Mais je n’arrive juste pas à comprendre comment un scénariste, un écrivain, un créateur, peut laisser sa première grande oeuvre s’achever de cette façon.
Surtout que des gens compétents et motivés, il doit y en avoir à la pelle. Dans ce cas, pourquoi ne pas déléguer l’écriture ?

À ce propos, j’ai vu que les deux Usurpateurs ont soumis aux Emmy ce dernier épisode pour le meilleur scénario. Arf. Ils sont bien foutus de décrocher la récompense, en plus.

Bref… je vais tout doucement finir mon deuil, regarder The Last Watch, le documentaire sur les coulisses, en espérant ne pas trop voir leurs sales gueules, puis, et je m’en réjouis, je reverrai les trois premiers épisodes de cette saison et me ferait un plaisir de les reviewer. Et après, je reprendrai tout depuis le début. Il me faudra peut-être huit ans, mais je finirai de reviewer cette série un jour. C’est mon serment, mes voeux à moi, et je suis sûre que ça me guérira. 😉

Bye, GoT.

🐺🐉🦁⚔

 

 

 

 

 

 

Posted by on Juin 12, 2019 in Game of Thrones | 17 comments

17 Comments

  1. Encore une fois je suis d’accord avec tout ce que tu as écrit.
    Et ça me fait tellement plaisir de voir, de lire surtout, quelqu’un qui aime autant Jaime que moi!
    Ce personnage est merveilleux, Nikolaj Coster-Waldau est parfait et… sa fin est atroce! Le personnage est tellement trahi, j’avais les larmes aux yeux en voyant ça.
    Je suis en train de me refaire l’intégrale, j’ai fini la saison 4 et quand tu revois les scènes entre lui et Cersei après sa balade avec Brienne et la mort de Jeoffrey, cette fin n’a vraiment aucun sens et est complètement ridicule.

    Et comme toi, je regrette aussi tellement qu’on n’ai pas eu droit à l’aveu de Jaime lorsqu’il libère Tyrion, ça enlève énormément aux 2 personnages.

    Je doute malheureusement que nous ayons un jour la « vraie » fin. GRRM ne semble plus très intéressé par tout ça…mais peut-être que de voir son oeuvre trahie et massacrée par les 2 abrutis lui redonnera un peu de motivation!

    As-tu vu les soumissions pour les Emmy d’ailleurs ? Les mecs ont osé soumettre le dernier épisode qu’ils ont écrit pour meilleur scénario. Ils n’ont honte de rien.
    Sur ce, je retourne à la saison 5, en faisant avancer les passages avec Dorne et en essayant d’oublier qu’ils ont seulement existé.

    • Merci !!

      Oui j’ai vu pour les Emmy. 😉 J’imagine qu’ils espèrent une récompense pour l’ensemble de leur oeuvre.
      GRRM s’est quasiment engagé à publier The Winds of Winter dans l’année qui vient. 😉
      Et oui, ce qui est génial avec Jaime, c’est qu’on n’en a jamais fait le tour, on trouve toujours des choses à dire. C’est un type vraiment passionnant, fascinant et bien écrit. Je pense que GRRM l’aime beaucoup…

      • Oui je pense que Jaime est l’un des personnages préférés de GRRM.
        En revanche, concernant son engagement sur la sortie du tome 6, ça fait longtemps que je ne crois plus beaucoup à ce que dit ce monsieur 🙂

      • Mais si croyons-yyyyy ! Il le faut !!!

    • Putain, j’ai revu le début de la saison 4 récemment, aussi, et la scène qui m’a fait hurler, c’est cette connasse de Cersei qui lui a fait faire sa main en or, et qui dit : « Quand je pense que j’ai passé trois jours à bosser dessus comme une damnée pour te faire un truc potable. » Et Jaime qui fait : « Oh, c’est vrai ? » « Nan, j’déconne, même pas une matinée. »
      C’est horriiiible, ah mon Dieu, mais quelle abjecte bonne femme !! 😀

  2. Merci de nous inclure régulièrement des morceaux entiers de dialogues, ça permet de bien se rendre compte à quel point ils sont mal écrits et gerbants…
    Ma pauvre Sorcière, je peux à peine imaginer dans quel état de tristesse, de déception et de dépit tu dois être de voir une œuvre que tu as si passionnément aimée se finir, et ce aussi mal. Je t’assure que je compatis.
    Les personnages et leurs intrigues ont tous été complètement défigurés et massacrés, et le dénouement avec Bran pour roi n’a aucun sens.
    Enfin, je te rejoins complètement et suis furieuse à propos de Jaime. Tu as raison, D&D ne l’ont pas compris. Ils ont réussi à le rendre con et odieux, dès son duel de (faux) badass prétentieux contre Ned Stark en saison 1 et jusqu’à ce passage ignoble et insoutenable en saison 4 après la mort de Joffrey où il viole sa sœur, mais bien sûr !, LA scène qui m’a fait arrêter la série ; alors que dans les romans, où on a son point de vue, on découvre, certes, un branleur, un petit con, mais attachant, ce que j’appelle « l’adorable tête-à-claques » (jurisprudence Lucifer), désinvolte et arrogant, certes, mais sans méchanceté, conscient de ses défauts et désireux de se racheter. À des années lumière du massacre de son personnage qu’aura été la série…
    Voilà.
    Déçue moi aussi du gâchis de tout ce potentiel, même si je me suis très vite désinvestie de cette série.
    Bises, à bientôt, au plaisir de te lire à nouveau.

    • Bah en plus, dans le bouquin, c’est Ned qui le prend de haut tout de suite. :-p Après, je trouve intéressant, dans les livres, que tout le monde le déteste au début, et qu’il faille deux bouquins pour qu’on découvre qui il est vraiment, ça on le retrouve dans la série. (Cela dit, moi il me fascinait déjà dans les deux premiers livres, peut-être parce que j’ai été influencée par le coup de foudre de Jon Snow dans son premier chapitre, j’en reparlerai, c’est très mignon.)
      Pareil, avec Brienne, au début, il est très poli, c’est elle qui commence à l’insulter, donc le ton monte. Ah non mais les mecs ne savent pas lire en plus d’être cons ! 😀
      Je sais pas, ça peut être important, pour développer un personnage, de respecter sa vraie nature. Alors c’est sûr que par moments, J’ADORE la catastrophe humaine qu’est Jaime dans la série, m’enfin ça aurait pu être immeeeense.

      Oui, oui, je peine à m’en remettre, j’avoue. C’est con, mais ça m’a vraiment foutue au tapis, cette fin…

      • Ah mais c’est vrai, en plus, maintenant que tu le dis!
        C’est le mec que tout le monde méprise et insulte alors que c’est littéralement un héros, qui a sauvé les vies de toute une ville en tuant un fou inapte à régner qui voulait tuer tout le monde!
        Il sauve des milliers de vies, mais bouh c’est pas bien parce qu’il a tué le roi?! Je sais, serment, honneur, blablabla, et il se le reproche d’ailleurs assez lui-même, mais au bout d’un moment faut être logique deux secondes!

      • Ce qui me tue, en plus, c’est que ça a bien rendu service à tout le monde que le mec se dévoue, genre ce grand pendard de Robert, qui a été le premier à lui filer son charmant sobriquet, hein ? Pauv’ con.
        Et le truc dont PERSONNE ne semble se rendre compte, et pourtant c’est pas faute d’être écrit noir sur blanc, c’est qu’il en est resté traumatisé ! Un vrai cas de PTSD !
        Franchement, aussitôt que j’y pense, jenpeuplu… 🙁

  3. Bravo pour cette review nettement plus savoureuse que l’épisode. Tu as soulevé de nombreux points très justes.

    J’ai ressenti une immense frustration en voyant l’épisode.
    La conclusion de l’histoire des Starks est magnifique mais le chemin pour y arriver, quel désastre !

    J’ai eu, par ailleurs, le sentiment très désagréable que tous les dialogues de Tyrion servaient à justifier & expliquer, auprès du public, les choix des scénaristes durant les deux dernières saisons.
    Il ne parle pas à Jon mais à nous, pour nous expliquer, pourquoi notre amour-empathie pour Daenerys nous a aveuglé ,pourquoi il est nécessaire de la tuer, pourquoi c’est à Jon de le faire, pourquoi Jaime a choisi Cersei …

    Son discours sur le choix de Bran sonne aussi comme une mise en abyme: nous tous sommes réunis grâce à une bonne histoire (GOT).
    Et Tyrion choisit le roi / D&D choisissent la conclusion de la série. Tout le monde est prié d’approuver par plébiscite (un seul candidat élu à l’unanimité).
    En gros, voici la fin que nous avons choisi pour vous, vous êtes prié de l’avaler sans broncher.
    Désolé pas pour moi, j’ai la nausée.

    Cela aurait été très malin si l’écriture des 2 dernières saisons avait été irréprochable mais là c’est juste très prétentieux.

    Comme tu l’as souligné, il a le problème des indépendances mais plus grave la solution politique trouvée est très bancale.
    La monarchie élective c’est mignon en théorie. Mais c’est hyper-instable par rapport à la monarchie traditionnelle, les grandes familles vont chacune présenter un candidat à la prochaine élection et comme il n’y aura pas de Bran II ce sera la guerre.
    Il aurait mieux valu une monarchie constitutionnelle (pouvoir du roi limité).

    Le symbolisme m’a épuisé:
    Daenerys sur fond d’imagerie seconde guerre mondiale. Archi-déjà vu.

    Drogon brûle le trône = le pouvoir qui a tué sa maman. Donc il est conscient des enjeux. OK, pourquoi t’as cramé tous les innocents alors ?

    Bran est l’Histoire de toute l’humanité, n’a plus de sentiment (il n’est plus humain) est désintéressé par le pouvoir donc il est le dirigeant idéal !?
    C’est pas un peu facile ? Pas intéressé par le pouvoir, RIP Ned Stark.
    Connaitre l’Histoire permet de ne pas reproduire les erreurs, sérieusement ?

    J’ai été très émue par la scène de Brienne et la musique choisie était magnifique.
    Jaime a eu sa rédemption grâce à l’amour de Brienne et c’est la part noble de Jaime, celle qui appartient à Brienne, qui restera dans les mémoires.
    Personne ne se souviendra du Jaime sombre, celui de Cersei, la postérité l’aura effacé. Nous sommes vengés!

    Cela me ramène à l’épisode 4 et je dois dire que plus le temps passe plus le traitement de la relation J/B me parait absurde.
    J’ai passe sur le mauvais goût d’avoir utilisé l’alcool comme déclencheur.

    Le plus grave est l’absence de vraisemblance avec l’univers de la série et des livres. D&D se sont crus dans FRIENDS.
    La question de Tyrion sur la virginité de Brienne est totalement absurde dans un contexte médiéval: une femme de la noblesse non-mariée est réputée vierge. Le contraire est déshonorant. Tyrion issu de la haute noblesse doit le savoir plus que quiconque.

    Ce qui mène au second problème, deux nobles ne peuvent pas entretenir une liaison amoureuse non incestueuse, pendant des semaines, à la vue de tous, sans être fiancés et même plutôt mariés.
    Il n’y pas d’autre exemple dans la série. Tous les couples issus de la noblesse qui ont eu une nuit d’amour, se sont mariés très rapidement après.
    Arya ne compte pas, elle a couché avec un gars du peuple.

    Pour finir avec J/B au lit et J/C à la fin, il ne fallait
    pas en tenir compte. C’est honteux.

    Désolé pour le pavé, j’espère que cela a du sens.
    Je lirai tes prochaines reviews avec plaisir.

    • Très justes, tes remarques.
      Concernant la soirée arrosée, on est bien d’accord que c’est encore un raccourci éhonté et moisi, la facilité dans toute sa splendeur. JAMAIS Jaime n’aurait posé un doigt sur Brienne en étant sobre, l’épisode 8×02 en est la preuve. Et encore moins le Jaime des bouquins. Dans le contexte, c’est impensable qu’on se foute de sa gueule parce qu’elle est encore vierge, au contraire, ça devrait être une fierté vu la valeur qu’on attribue à ce « détail », dans leur univers.
      Je ne sais pas du tout comment GRRM compte gérer le truc… mais quand je dis que le thème du mariage est omniprésent dans les chapitres de Brienne, ce n’est pas pour rien. Et ce n’est pas pour rien que je cite son rêve. Et ce n’est sûrement pas pour rien que l’île de Repose existe. (Bien pratique l’île où t’es obligé d’être marié pour séjourner dans la même cabane !) En tout cas, si j’ai bien une certitude, c’est que BookJaime ne fera jamais de Brienne « la putain du Régicide », il la respecte bien trop pour ça. Et en même temps, leur relation est tellement charnelle depuis le début que je les vois pas en rester au stade de l’amour courtois. A voir. Faudrait déjà qu’ils se rendent compte de leurs propres sentiments, et même ça, c’est pas encore gagné ! 😀

      • Bien d’accord pour dire que la façon d’amener ce passage à l’acte, si il a lieu, sera mille fois plus fine que celle de la série.
        Pour le show, je pensais avec candeur qu’une extrême vulnérabilité psychologique des deux personnages serait utilisée : mort de Podrick dans le 3ème épisode (même si il est adorable) et mort symbolique de la relation J/C à l’annonce du contrat sur sa tête.
        Par ailleurs, je ne digère pas l’humanisation de Cersei au moment de sa mort.
        En plus d’être un poncif, c’est là aussi d’un absolu mauvais goût de nous faire compatir à la mort de cette Agrippine/terroriste de masse.
        Etre le personnage fétiche des scénaristes lui a donner tous les droits !

      • L’alcool, ça va plus vite, arf. Bon, il y a l’euphorie. « On est vivants, célébrons la viiiie ! » C’est très naze aussi. Et ça ne suffira pas dans les bouquins. En plus, il va y avoir le coup de la « trahison » à gérer. Ma pauvre Bribri des livres en chie vachement plus que celle de la série ! Poor baby. 🙁 Ser Jaime n’a pas intérêt à se montrer cavalier, je ne le tolèrerai pas !

    • Oh, je viens aussi de me rappeler que GRRM a semé une allusion au mariage dans la série ! Dans un épisode qu’il a écrit, celui des noces de Joffrey. Jaime dit à Loras « You’ll never marry Cersei ». Loras lui répond : « And neither will you. » Et là, Brienne passe dans le champ. On te voit, GRRM, tu sais ! On te voit ! 😀

  4. D’accord sur toute la ligne avec toi !

    Si il y a quelques années on m’avait dit que Bran finirait sur le trône, que Dany finirait tuée par Jon (j’ai encore un doute sur la Mad Queen mais j’entends ta théorie comme quoi Tyrion l’encouragerait au lieu de la raisonner dans les bouquins), que Sansa serait reine du Nord, Brienne commandante de la garde de nuit et Tyrion main du Roi ; j’aurais accepté cette fin sans broncher. En revanche, la fin de Jaime je ne la digère toujours pas car c’est la seule qui n’a AUCUN sens et qui trahit complètement ce personnage et tout ce qu’il représente.

    Comme tu le dis, le chemin est plus important que la fin. La beauté c’est justement de voir les prophéties se réaliser avec des twists, et que les personnages évoluent en cohérence avec les aventures qu’ils subissent. Cela n’a pas du tout été le cas ici. Les simplifications décidées par les scénaristes et les raccourcis m’ont été insupportables depuis l’introduction de Dorne dans la série. J’ai vraiment rompu tout lien affectif avec celle-ci à ce moment là.
    Je pleure Lord Manderly (« The North Remembers, ser Davos », j’en tremble encore), Doran (« Fire and Blood », je rêvais de voir cette réplique à l’écran sortir de la bouche de Edward James Olmos qui aurait été si parfait dans ce rôle), Arianne (héritière de la seule couronne où une fille aînée peut gouverner !!!), les *vraies* Sand Snakes, je pleure Quentyn, (f)Aegon et ce cher Lord Connington. Je n’ai qu’un souhait, c’est de découvrir leur histoire, et l’histoire de tous les autres, telle que GRRM voulait la conter. Je vois que tu dis qu’il s’est quasiment engagé à sortir TWOW dans l’année ? Ce serait trop beau pour être vrai, je n’ose même plus y croire.

    En tout cas un grand merci aux acteurs pour cette série. Et pas merci à D&D… Quant à une trilogie SW signée par ces 2 là… j’en tremble d’avance…

    • Oh oui, Lord Manderly, les chapitres de Davos qui sont tellement merveilleux. *chiale*
      Jon Connington, (f)Aegon, Arianne… je les aime tant !
      GRRM a dit que s’il ne sortait pas TWOW avant juillet 2020, on avait le droit de le flanquer en taule.
      J’espère, je prie pour que cette fin bâclée lui donne un coup de fouet et un regain d’inspiration pour la suite de l’histoire.

      • Amen!
        Pour tout!

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top