Categories Menu

Dans les salles obscures (ou pas) #3

Hola, chers sorcinautes !

Une fois n’est pas coutume, dans ce billet ciné, je m’en vais vous parler d’un documentaire.
Vous allez voir qu’il y a quand même un lien avec les séries puisqu’il s’agit du documentaire tourné par Adam Nimoy – lui-même réalisateur – sur son père : « For the love of Spock« . (« Pour l’Amour de Spock », ça fait naze en français.)

capture-decran-2016-09-27-08-55-57
A la base, ils avaient entamé le tournage ensemble, pour célébrer le cinquantième anniversaire de la première série et puis hélas, Leonard s’en est allé le 27 février 2015.
Adam a choisi de poursuivre le projet. Il l’a en partie financé grâce à un Kickstarter : plus de 600 000 dollars récoltés, principalement pour payer les droits des extraits et des photos qui coûtent une blinde.

Le résultat, c’est un documentaire émouvant, un hommage à l’homme, à l’acteur et au père, un peu un testament.

mv5bmjm2mjg4mjk5nl5bml5banbnxkftztgwmte1ote5ote-_v1_sy1000_cr006821000_al_
Honnêtement, si vous aimez Star Trek, vous ne pouvez pas rater ça. Je vous promets que ça va vous tirer des larmes. Moi j’ai chialé comme une madeleine, mais bon, on sait tous que je ne suis pas une référence. Hem.

 

 

 

 

Bah oui, j’ai pleuré ! Non mais oh, Leonard Nimoy, mon Spock que j’ai failli m’évanouir vingt fois quand j’ai compris que je le voyais en vrai à trois mètres de moi, dans la vraie vie ! Je suis la meuf qui a eu un poster grandeur nature de Spock dans ma chambre jusqu’à l’âge de 20 ans ! (Et si je ne l’ai plus, c’est juste parce que je n’ai jamais réussi à le décoller proprement de mon mur en déménageant.)

wutgif

Vous n’imaginez pas le nombre de fois où je me dis, depuis un an et demi, que je vis dans un monde sans Leonard Nimoy. (Ça me fait pareil avec Nelson Mandela et David Bowie, entre autres.)

J’ai toujours su que c’était un brave type, mais là, pfiou… c’est beau et touchant de voir ce vieux monsieur se livrer de cette façon, avec une telle franchise, évoquer ses failles, ses absences en tant que père, son problème avec l’alcool.
C’est beau aussi de voir un homme revenir sur son enfance, sur sa vie dans l’ombre de ce grand monsieur, évoquer les brouilles, les incompréhensions. Une magnifique manière de se réconcilier définitivement avec ce père formidable mais si humain.

Les autres intervenants ne sont pas en reste. Adam Nimoy est allé interviewer pas mal de personnes, des acteurs, ceux de la série originale, mais aussi les jeunes : Chris Pine, Zachary Quinto, bien sûr, Zoe Saldana et Simon Pegg.
Il y a même des extraits de The Big Bang Theory puisqu’Adam Nimoy est allé consulter Sheldon Cooper. (Et aussi Jim Parsons. Et Bill Prady, sur le plateau de TBBT. Bill est assis sur le « spot ».)

J’ai adoré l’anecdote que racontent George Takei et Walter Koenig. Dans les années 1970, un bon moment après la fin de la série originale, Star Trek a trouvé un nouvel essor grâce à la syndication et est devenue hyper populaire. Il a donc été question de faire une série animée, avec Bill Shatner et Leonard Nimoy au doublage, mais sans Uhura et M. Sulu.
Et vous savez ce qu’il a dit, le mec ? Il a dit : « Je serai ravi de doubler Spock, mais je ne le ferai que si les personnages qui incarnent la diversité de notre équipage sont présents à l’écran. »
George Takei (il me semble) dit : « Je crois que ça en dit long sur qui était Leonard Nimoy. »
Et Walter Koenig ajoute : « Je bosse à Hollywood depuis toujours. Et croyez-moi, c’est pas quelque chose qu’on voit très souvent dans ce métier. »

On revient bien entendu sur la jeunesse du bonhomme, qui a grandi durant la Grande Dépression. Et qui a très tôt décidé de devenir acteur. (Je vous dis pas la tronche des parents.)

youngleo

Beau petit lot, dites donc, le jeune Leonard !

Sachez, je l’ignorais, qu’il a donné la réplique à John Wayne !
Et qu’en attendant que sa carrière décolle, il a vendu des aspirateurs et nettoyé des aquariums. D’ailleurs, avant Star Trek, il n’avait jamais bossé en tant qu’acteur plus de deux semaines d’affilée.

Chose amusante, il me semble que pendant la première diffusion de Star Trek, le mec était encore sur l’annuaire ! Du coup, les fans se pointaient, frappaient à la porte et se faisaient inviter, tranquillou !

gifspock
Apparemment, avec le courrier de dingo qui arrivait, le facteur a fini par renoncer à passer chez les Nimoy.
Et aussi, le truc trop mignon : lorsqu’a eu lieu la toute première convention Star Trek, les organisateurs se rongeaient les sangs en espérant cinq cents visiteurs. Il en est venu plus de trois mille. Apparemment, Leonard a été accueilli par une ovation incroyable qui l’a pris totalement au dépourvu. Son respect pour ses fans a toujours été immense. Bref, une belle relation.
Oh, et pour le documentaire, Adam Nimoy se rend pour la première fois à une convention. How sweet !

c1de113f24a6e11d7a0f6a7067006ed8

Pour la petite histoire, si vous ne le saviez pas, c’est bien Leonard qui est à l’origine du salut vulcain (il raconte d’ailleurs d’où lui est venue l’inspiration), mais aussi la fameuse prise vulcaine qu’on aimerait tous maîtriser.

Bref, si vous voulez voir un beau documentaire sur un homme passionnant, une belle histoire père/fils racontée avec une sensibilité rare, en savoir plus sur la carrière longue et atypique du bonhomme, vous réconcilier avec l’espèce humaine et apprendre au passage plein de choses sympathiques sur Star Trek, jetez-vous sur ce documentaire, dont voici la bande-annonce.

Personnellement, je l’ai loué sur i-Tunes où il est dispo depuis sa sortie le 9 septembre.

LLAP, tous. <3

2 Comments

  1. tout pareil que toi pour Nimoy et Bowie 🙁
    toutes mes copines me disaient : mes condoléances comme si je les connaissais personnellement
    je sens que moi aussi, je vais pleurer

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top