Categories Menu

La Tempête, Shakespeare, le Globe… et Colin Morgan.

Bon, c’est vrai que je n’en avais pas vraiment parlé ici… et j’ai sans doute bien fait parce qu’à tous les coups, je me serais porté la scoumoune et le bichon serait tombé malade une journée plus tôt ! (C’est pas passé loin, j’espère qu’entre-temps il va mieux.)
Mais oui, je suis bien allée voir La Tempête au Globe, avec Merlin dedans ! Ca faisait très longtemps que c’était prévu, et très honnêtement, Colin Morgan qui joue du Shakespeare au Globe… mais comment j’aurais pu passer à côté de ça s’il vous plaît ??

Déjà, Shakespeare, bon, voilà, quoi. Que dire ? Vous m’auriez vu lire La Tempête dans le TGV, vous comprendriez. Je ne me possédais plus !
Ensuite, le Globe… depuis que je suis allée visiter la Tate Modern il y a deux ans, c’est là que ça m’a frappée.

THE_TEMPEST_SHAKESPEARES_GLOBE_4

Mais oui, ils ont reconstruit le théâtre de Shakespeare, aussi fidèlement que possible, et ils jouent des pièces dedans, PLEIN de pièces avec des tas de comédiens géniaux ! Déjà, Arthur Darvill dans le Faust de Christopher Marlowe, ah ça m’avait filé un vieux coup. (Mais Christopher Marlowe n’est pas mon bien aimé Barde.)

Tout de même, ça m’a trotté dans la tête. Alors quand il a été question que Colin Morgan y joue, et du Shakespeare de surcroît… ah j’aurais vendu père et mère s’il l’avait fallu, mais il me fallait ces places ! (Au fait, du coup ils sont toujours à vendre si quelqu’un veut des parents qui ont très peu servi en échange de places pour Coriolan avec Tom Hiddleston, merci.)

Ca tombe bien, j’en ai eu des places. Du coup, avec ma Soso sous le bras (que je remercie pour ses jolies photos bleutées, est-elle douée, cette enfant) nous voilà en train de… nous planter de métro pour y aller !
Et alors là, on a raté… la fameuse tempête, dites donc ! Enfin bon, heureusement, nous voilà bien vite perchées dans notre poulailler, on était drôlement bien installées là-haut, une vue imprenable sur toute la scène, pas de géant devant, de l’air, bref, le pied. (Car vous n’ignorez pas que nous sommes quasi en plein air.)

THE_TEMPEST_SHAKESPEARES_GLOBE_5

Alors… Shakespeare en live, en briton dans le texte… comment dire. Ah, c’est pas The Hollow Crown, on peut pas rembobiner Roger Allam, par contre ! Du coup, doux Jésus… j’ai compris à peu près un mot sur quatre, je dirais. En plus, avec l’ouverture vers le monde extérieur, de temps en temps, on rate un mot et c’est foutu. Je me suis bien bidonnée, c’est vrai, mais parfois sans trop savoir pourquoi ! (Par contre, l’impro sur l’avion qui passe… exceptionnelle !)

Roger Allam, donc. Ce monsieur que vous avez vu dans Game of Thrones (il y joue, fort bien d’ailleurs, Illyrio Mopatis) incarne dans la pièce Prospéro, Duc de Milan légitime et légèrement sorcier sur les bords. Prestation tout simplement stellaire, je n’ai rien de plus à dire. Ce type est fabuleux, je pense que tous les autres autour de lui pourraient jouer comme des manches, il trouverait le moyen de les rendre géniaux. Je m’en serais roulée par terre.

Par chance, il n’est pas entouré de manches dans La Tempête. Du tout. D’ailleurs, à ses côtés, outre une Miranda très mimi et rigolote, il a l’Ariel parfait.
Eh oui. J’avoue, je n’attendais strictement rien de Colin Morgan. Je sais qu’il est bon acteur, jamais je ne l’ai trouvé mauvais dans Merlin, bien au contraire, je ne sais pas ce que la série aurait été sans lui. Mais j’avais tellement peur d’être déçue ou ne serait-ce que décontenancée que j’ai préféré me concentrer sur Shakespeare, la pièce et le Globe. Du coup, vierge de toute anticipation, j’ai été bouleversée par sa prestation.

D’abord le rôle d’Ariel, l’esprit des airs en quête de liberté, est splendide. Il lui va comme un gant. Son histoire, étroitement liée à celle de Prospéro échoué sur son île, m’a beaucoup touchée. J’ai trop imaginé le petit Colin Morgan emprisonné dans un arbre par une méchante sorcière et appelant à l’aide, sauvé par Prospéro dont il devient le serviteur.

Ensuite… mais écoutez, ce gamin est formidable ! Il est magique, dans tous les sens du terme ! Il chante ! Il danse ! (J’ai cru comprendre que le chant, c’était loin d’être naturel chez lui, donc croyez-moi, je l’ai beaucoup admiré pour ce qu’il a fait.) Et plus encore… ah je ne sais pas comment expliquer ça… écoutez, vous vous souvenez de Merlin ? Oui, ce gringalet tout emprunté, avec des grands bras et des grandes jambes, qui s’évanouit à l’idée de croiser un bébé rat. Bon. Disons que Colin Morgan est vraiment un très bon acteur et a bien caché son jeu dans sa série. Mais enfin, il a dû passer six mois à la salle de gym entre septembre dernier et début 2013 ! Parce que croyez-moi, ce qu’il y a sous sa chemise à pluplumes, c’est pas du yaourt ! Je vous laisse imaginer ma réaction en voyant débarquer un gaillard taillé en V, le choc.
Dès sa première entrée en scène où il arrive en rebondissant sur un rocher, j’avais la mâchoire par-terre. Il vient de faire quoi, là ? Ah, de rebondir sur un rocher ? Et là, il fait quoi… ah il se déplace à la force des bras à quatre mètres de hauteur sans rien pour l’empêcher de tomber… ok… mais moi j’ai signé pour voir Colin Morg… comment ça, c’est lui ? THOU LIEST !!!!

Bref. Tout ça pour dire qu’il m’a sidérée. Et qu’outre le boulot qu’il a dû s’enquiller pour débiter le texte d’Ariel, apprendre à chanter, apprendre à danser, livrer une prestation aussi physique, lui qui avait des bras comme des spaghettis il y a deux ans… waouh.
Colin Morgan EST un très bon acteur. Ce que j’ai vu vendredi dernier, ça va bien au-delà de ça.

Enfin voilà, j’ai passé un moment fabuleux. J’aime le Barde, profondément, c’est fou à dire mais cet auteur est capable de me faire trépigner en pleine lecture comme certain GRRM. De me faire poser un bouquin parce que c’est trop d’émotion. Alors le vivre en live, dans sa langue, dans son parler, dans son fief, au milieu d’un public aussi conquis, riant de bon coeur, débordant d’enthousiasme et applaudissant à tout rompre, c’était une expérience magique, tellement au-delà de ce que j’imaginais. Le théâtre populaire dans toute sa splendeur.

Oh, et la danse de fin ! Mais comme j’avais envie d’aller la faire avec eux ! (L’esprit de l’air me souffle que vous pouvez la trouver sur Youtube.)
Je n’ai pas pris de photos de la pièce, je n’ai pas osé et puis honnêtement, j’étais trop dedans.

Sans parler du cadre qui est idyllique, juste au bord de la Tamise, avec une vue imprenable sur la cathédrale Saint Paul. Je peux vous dire qu’on a envie que les entractes durent très longtemps !

THE_TEMPEST_SHAKESPEARES_GLOBE_7

Nous sommes retournées visiter le Globe le lendemain, je vous recommande le musée, bien sûr, mais également la visite guidée qui vaut son pesant d’or. L’occasion d’avoir un aperçu du décor de Macbeth qui se joue en ce moment. (Ma pièce préférée. Gore, sombre, avec plein de sorcières !)

THE_TEMPEST_SHAKESPEARES_GLOBE_2

Si vous aimez le théâtre ou simplement si vous êtes curieux, faites un détour par le Globe… ce n’est pas celui d’origine, bien sûr (il a cramé, le pauvre), mais je vous jure que vous ne le regretterez pas ! 😉
Moi, j’y retournerai… je vais guetter la programmation à venir avec beaucoup d’impatience !

Ah, et pour ceux qui se demandent… nous n’avons pas croisé Colin à la sortie. Pour la bonne et simple raison que ce soir-là, il y avait une autre représentation, à minuit ! (Quelle santé, vous avouerez.)

Bon, désolée pour le billet nunuche petits coeurs, hein. C’est pas ma faute, j’ai eu une révélation ! Je vous promets que dès demain, je redis du mal !

Posted by on Août 15, 2013 in These are the voyages... | 18 comments

18 Comments

  1. Non, non, inutile de dire du mal, je t’assure!
    J’aime aussi quand tu dis du bien.
    Eh bien dis-moi, ça avait l’air vraiment formidable, ça fait envie! (Ah, ça me rappelle ce débat passionnant qu’on avait eu sur le pentamètre iambique qu’on avait eu il y a un an ou deux ici même, trop de bons souvenirs…)
    Dommage que tu n’aies pas pris de photos de la pièce en elle-même, j’aurais adoré voir le Colin 2.0 athlétique et qui danse et qui chante… je pense que j’aurais été dans le même état de gagatitude que toi! Ce garçon me fait craquer.
    Et Hiddleston dans Coriolan, j’ose espérer que tu nous en feras le compte-rendu aussi…
    Enfin:
    « (Au fait, du coup ils sont toujours à vendre si quelqu’un veut des parents qui ont très peu servi en échange de places pour Coriolan avec Tom Hiddleston, merci.) »
    = mon plus gros fou-rire de ce mois-ci!
    Merci à toi! 🙂

    • Ah mais je n’ai pas eu de places pour Coriolan, c’est bien là tout le drame de ma vie !! (Ils sont toujours à vendre, mes vieux ! Personne en veut ??)
      Pour les photos, je ne sais pas si c’est le cadre vénérable ou si c’est le fait d’être moi-même comédienne (amateur, certes, mais ce qui explique en partie mes longues périodes de silence ici) et de ne pas aimer être prise en photo sur scène, mais ça m’a paru déplacé. J’ai fait une seule photo et elle est floue, donc voilà. 🙂

      • Tiens donc! Tu es aussi comédienne amateur! C’est fou, ça…
        Décidément, je te trouve de plus en plus fréquentable! 😀 😉
        Moi-même j’ai fait 5 ans de théâtre mais pfiouh, ça remonte au lycée…

      • Eh oui ! Ca et du chant. Je mélange d’ailleurs les deux, c’est bien pratique pour les metteurs en scène. C’est notamment pour ça que j’ai particulièrement goûté cette représentation… le genre d’expérience qui te remonte le yang quand tu es un peu dans une phase de remise en question ! 😉

  2. La Sorcière est actrice, et chante ? Formidable ! Alors quel est le rôle de tes rêves ?
    Je te comprends pour Shakespeare. J’ai essayé d’expliquer à une pote pourquoi c’était si bien, mais mes arguments étaient bidons. Une idée sur quoi lui dire pour la convaincre ? Après je conçois, c’est pas forcément pour tout le monde, mais bon, ce serait trop bête de ne pas essayer.
    En effet rien que sur les photos, l’ambiance a l’air assez magique.
    Et quelle joie d’entendre parler de Coli-chou ! J’ai été aussi étonnée de voir à quel point il était athlétique, mais déjà dans la dernière saison de Merlin, il avait bien pris du muscle.
    Du coup j’ai relu ton article « Welcome to the Colin and Bradley show », qu’est-ce qu’ils ont grandi depuis. Enfin j’aimerais bien qu’un certain blondinet se bouge un peu les fesses et montre sa bouille…

    • T’as qu’à lui dire que si Shakespeare vivait aujourd’hui, il bosserait sans doute pour HBO. 😀 Peut-être même qu’il aurait fait Avengers !! 😀 😀

      Oui, c’est bien pratique, ces petits articles associés. Souvent, ça n’a rien à voir, mais c’est marrant ! Je l’ai relu aussi, du coup.
      Et effectivement, j’avais bien remarqué que Colin avait chopé du steak, mais sapé dans les frusques de Merlin, on voit pas vraiment les muscles bien dessinés.

      Le rôle de mes rêves ? Mais j’en change toutes les trente secondes ! J’avoue que je rêve un jour de jouer Macbeth. Une sorcière, la lady, un arbre, même… whatever. Cela dit, j’ai déjà chanté du Macbeth de Verdi. Ah, j’étais bien contente ce jour-là !
      C’est plutôt côté chant que j’ai pu réaliser certains vieux fantasmes. West Side Story (Maria, YES !), Wicked, Carmen, la Flûte, Titus, Figaro… les trucs d’opéras qui me faisaient chialer planquée sous ma couette quand j’étais ado.
      Le théâtre, c’est plus récent, ça me coûte moins que le chant mais j’ai plus de mal à me trouver. J’ai pu faire du Molière, déjà, une bonne satisfaction.
      Globalement, n’importe quoi de Shakespeare m’enverrait sur la lune. 😀 Cléopâtre, tiens… ou Lady Macbeth. Mais je crois que ce n’est pas pour demain. 🙂
      Bon, voilà, ça explique ce billet dithyrambique, je ne serais sûrement pas si enthousiaste si le rêve de jouer et de chanter dans un endroit aussi prestigieux que le Globe, une pièce aussi chouette que la Tempête, ne m’avait pas terriblement chatouillée pendant tout le spectacle. Ca rend très humble d’assister à ce genre de chose, quand on est comédien amateur. Et c’est une source d’inspiration très précieuse.

      • Eh bien, je suis impressionnée ! West Side Story, ça a du être d’enfer. Qui n’a pas eu envie d’être Maria ? Quoique, vu que j’avais un faible pour Bernardo, Anita me conviendrait bien aussi.
        Macbeth est aussi ma pièce préférée de Shakespeare, (avec La Nuit des Rois, rien à voir), alors si un jour tu décroches un rôle, préviens tes lecteurs ! =D

      • Ah oui mais pour West Side, j’avais une Anita top, avec moi !

        Bon, pour ce qui est de prévenir mes lecteurs, peut-être pas. 😀 J’ai déjà du mal à faire venir mes amis, alors… J’ai un peu le sentiment d’en avoir trop dit… il est vrai que j’en avais déjà vaguement parlé. 😉

      • « Cela dit, j’ai déjà chanté du Macbeth de Verdi. Ah, j’étais bien contente ce jour-là !
        C’est plutôt côté chant que j’ai pu réaliser certains vieux fantasmes. West Side Story (Maria, YES !), Wicked, Carmen, la Flûte, Titus, Figaro… »
        O_O
        Alors là, respect!!!
        Mais c’est vrai que tu nous en as révélé beaucoup sur toi, aujourd’hui, toi qui es d’habitude si discrète (je ris encore de ton « quand quelqu’un me demande « mais vous ne seriez pas la Sorcière? » je lui réponds « non » avec aplomb »)
        Shakespeare, il est d’une modernité à tout faire péter tout pour son époque, mélange d’un langage riche et authentique et d’une audace totale dans les sujets, la mise en scène, ce qu’il montre, ce qu’il dit et comment il le dit. Je crois qu’on peut dire ça.

      • Merci, c’est gentil, ça ne s’est pas fait du jour au lendemain et je ne suis qu’une élève. 😉

  3. T’inquiète, c’était juste pour rigoler. Je comprends qu’en tant que sorcière, tu préfères conserver ton anonymat. Quoique j’adorerais y aller, mais en pauvre moldue sans défense que je suis, j’aurais trop peur de me faire changer en grenouille !

  4. Merci pour ces superbes photos ! J’avoue que, davantage qu’à l’épatant Merlin, elles m’ont fait songer à Doctor Who et à The Shakespeare Code, avec cette Martha que vous appréciez tant. On a l’impression à chaque fois que Ten s’apprête à faire son entrée aux côtés du Barde. En même temps Merlin (voire Uther…) n’aurait pas été dépaysé face aux Sorcières !

    C’est toujours un immense plaisir que d’aller au théâtre à Londres, j’y ressens plus de magie qu’à Paris, où par contre j’apprécie davantage de flâner. En 2007 j’ai vécu un grand moment en contemplant l’immense Diana Rigg, un tout jeune Colin Morgan, déjà prometteur et un Mark Gatiss sensationnel en transsexuel, à l’Old Vic, dans All About My Mother, l’adaptation du film. Beaucoup d humour et d’émotion. Effectivement les photos étaient interdites durant la représentation, y compris durant les (nombreux) rappels.

    Encore merci pour votre épatant blog !

    • Merci ! 🙂

      Oui, c’est vrai que j’ai pensé à Ten et à Martha, aussi, à retardement !
      Quelle chance d’avoir pu voir ces acteurs sur scène ! Je me suis promis de retourner voir d’autres pièces et d’autres comédiens à Londres, cette première expérience est en effet très différente de ce que j’ai pu vivre en France, le public m’a semblé beaucoup plus chaleureux, moi qui m’attendais à la retenue britonne… ça me fend le coeur de m’y être prise trop tard pour le Macbeth de Kenneth Branagh, avec Alex Kingston.

  5. C’est vrai que le théâtre à Londres, c’est quelque chose ! A tel point que depuis que j’ai vu un certain Capaldi Peter porter une énorme écharpe (qui lui allait comme un gant), je n’ai vu que des « spectacles d’impro » sur le sol français.
    J’avoue ne pas avoir osé aller voir Colin Morgan, vu que j’étais avec une cops à Londres et que j’avais peur qu’elle n’ait pas envie de voir du « Shakespeare dans le texte ». Je vous raconte pas la tête que j’ai fait quand elle m’a avoué qu’elle aurait bien aimé voir Shakespeare chez lui !
    En tout cas, bravo et merci pour cette chouette review, Sorci !

  6. Moi, je te lis depuis un moment, sans jamais laisser un petit commentaire. Je fais partie de ce trop grand nombre de lecteurs anonymes qui passent tous les jours (si si) sans même faire un petit coucou.

    Mais en voyant ton article sur « The Tempest », je ne pouvais pas ne rien dire. Car je l’ai vu, cette pièce ! Et je suis plus que d’accord avec ce que tu en dis.
    Pour re-situer le contexte, je viens de vivre un an en Angleterre (et je rempile, d’ailleurs) en partie à cause de Merlin et Colin Morgan (mais pas que. Doctor Who y est également pour beaucoup !). Un de mes plans était de le voir sur scène, peu importe la pièce. Alors quand j’ai appris qu’il jouait du Shakespeare, au Théâtre du Globe, autant dire que j’ai sauté sur ma place. Je voulais voir si j’avais raison de me dire que Colin était vraiment un excellent acteur, parce que je ne l’avais vu que dans Merlin et Parked. Il est aussi exceptionnel dans l’un que dans l’autre, mais je voulais le voir ailleurs. Et le revoir en vrai. Moi aussi, je suis allée à Pierrefonds (qu’une fois, par contre) et il m’avait charmé par sa gentillesse (Il m’avait regardé avec un grand sourire alors que je prenais un des chevaux en photo, un vrai rêve…).

    Et j’ai trouvé la pièce géniale. Entre Roger Allam, qui était parfait, et Colin Morgan, j’étais vraiment envoutée. Colin était déjà malade quand j’y suis allée, alors il n’a pas beaucoup chanté, mais pour tout le reste de sa performance, il n’y a rien à dire. Au contraire, même, car vu qu’il était malade, il assurait aussi bien que quelqu’un de bien portant !
    Pour la langue, même moi qui était en Angleterre depuis un an, je n’ai compris qu’un mot sur quatre, mais on n’avait pas besoin de comprendre ce qu’ils disaient pour comprendre ce qu’il se passait. Et moi, j’ai eu le droit à une impro sur une des bouteilles en bois que le barde avait cassé. J’en ris encore, alors que j’ai vu la pièce au mois de juin !
    Je ne suis pas allée visiter le théâtre, par contre, car je n’habitais pas Londres et ce n’était donc pas pratique de revenir (et cher, surtout). Comme cette année, je vais habiter dans la capitale, je vais y retourner pour visiter. Et l’ambiance dans ce théâtre est tellement magique que je retournerais aussi voir une pièce, qu’il y ait un acteur que j’aime bien dedans ou pas.

    Quand à la fin de la représentation, j’ai failli attendre pour voir Colin, mais finalement, je ne l’ai pas fait. Déjà, ce n’est pas mon genre d’aller emmerder les gens alors qu’ils viennent de se donner à fond pendant trois heures (surtout quand on voit ses acrobaties) mais surtout, les midinettes m’ont énervé. Elles avaient toutes (ou presque) que des trucs sortis de Merlin, et j’ai trouvé ça presque insultant pour Colin. Je sais que c’est la série qu’il l’a lancé, mais il ne faudrait pas non plus l’enfermer dans ce seul rôle. Car il vaut bien plus que ça.

    En tout cas, merci pour cette review, que je trouve formidable (comme toutes tes reviews, d’ailleurs !). Maintenant que je me suis lancée, je vais essayer de laisser un peu plus de commentaires. Ça fait bien trois-quatre ans que je suis régulièrement ton blog, il fallait que ça arrive, de toute façon !!

    • Merci pour ce long commentaire et les compliments !
      Ah, je suis comme toi ! En tant que comédienne amateur, je sais que c’est super sympa que les gens attendent à la fin pour échanger quelques mots, un sourire, ou tout simplement dire que c’était chouette (perso, je le fais souvent, là on est allées voir une comédie musicale à West End et on est restées, ça s’est fait tout naturellement). Mais bon, pour le coup, pareil, si j’étais restée, je n’aurais pas pris un truc de Merlin, j’aurais fait signer le programme, je trouve ça plus sympa pour lui… maintenant, vu la foule, j’ignore s’il y prête attention ou pas. Mais bon, ça ne m’a pas du tout manqué de ne pas pouvoir le féliciter, j’étais bien trop ravie de ce que je venais voir ! 🙂
      Ca m’aurait bien plu de leur parler un peu à tous, Roger Allam a l’air super sympa… mais bon, c’est comme ça !

      • Depuis le temps que je suis ton blog sans jamais rien dire, je pouvais bien laisser un long commentaire :).
        Je ne suis pas du tout comédienne, ce n’est pas un truc que j’aime vraiment faire, mais j’ai beaucoup d’admiration pour ceux qui le sont. Parce que contrairement à ce que beaucoup de monde croit, ce n’est pas super simple, comme métier. Passez d’un personnage à un autre, parfois en moins d’une minute, tout en restant crédible, je trouve ça assez impressionnant. Du coup, moi aussi, j’aime bien rester à la fin pour dire que j’ai vraiment aimé, ou même rien que pour dire merci de nous donner un peu de rêve. Du coup, je trouve qu’il y a un manque de respect envers les comédiens lorsque les fans viennent à une représentation avec des objets d’un autre film ou série. Comme tu dis, c’est quand même plus sympa pour Colin de venir avec des trucs de « La tempête » qu’avec des trucs de Merlin. C’est qu’il a l’air de carburer, quand il donne des autographes, donc il ne s’en rend peut-être pas compte, mais ça reste un peu déprimant, car j’ai l’impression que certaines personnes ne le verront pas autrement que Merlin. C’est en partie à cause des fans que plusieurs acteurs n’ont jamais réussi à se détacher d’un rôle majeur, et je n’ai pas du tout envie que ça arrive à Colin.
        Que ce soit Colin ou un autre, j’aurais bien aimé voir quelques comédiens à la fin de la pièce. Rien que Roger Allam, qui est quand même un pointure (il faut d’ailleurs que je me mette dans GOT volume 4, un jour. Il y a plein de trucs que je veux savoir, et l’une d’entre elle est de voir si on revoit Illyrio Mopatis, à cause de Roger Allam :D) et j’ai aussi été impressionné par le mec qui jouait Caliban. Colin restera le number 1, mais tout le casting était exceptionnel. Mais je n’ai pas pu rester, j’avais un train à prendre.

  7. Bonjour!
    Je fais également partie des personnes qui rodent ici sans commenter, jusqu’à maintenant.
    Je suis allée voir La Tempête, quelques jours après, pour la dernière représentation. Comme j’hésitais entre plusieurs pièces, la présence de Colin Morgan a été le facteur décisif pour mon choix (ainsi que le lieu) et… Le pauvre était malade le jour de la représentation (et visiblement, à l’hôpital).
    C’est donc Matthew Raymond qui le remplaçait (qui d’habitude joue Adrian/le bosco), en lisant le texte, et les acteurs ont vraiment réussi à faire avec la situation. Roger Allan et Raymond ont improvisé un gag autour du fait que Raymond lisait le texte et à partir de là, ça semblait presque naturel.

    Je regrette de n’avoir pas pu voir Morgan dans le rôle, ça devait être nettement moins statique et je te remercie de ton compte-rendu qui permet de me faire une idée de ce que devait être une représentation habituelle. D’un autre côté, c’était intéressant de voir comment la troupe a su gérer un problème pareil et je les admire encore plus.

    J’espère que Morgan va bien se remettre.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top