Categories Menu

[DOCTOR WHO] 702 : Dinosaurs on a spaceship

– Doctor !
– I know. Dinosaurs. On a spaceship !

Bon, on ne va pas se mentir, cet épisode ne sert pas à grand-chose si ce n’est à se dire : « OH MON DIEU DES DINOSAURES DANS L’ESPACE, TROP ENORMEUH !!! »

Bref, cet épisode, il sert surtout à faire vibrer la geekerie qui est en chacun de nous, et notre côté gamin de huit ans. C’est un peu comme les cow-boys de l’espace, quoi.
On se marre bien, c’est vrai, mais c’est pas l’épisode du siècle. D’ailleurs, on a parfois la très légère impression que Steven Moffat a balancé en déconnant à Chris Chibnall : « Et pis on ferait un épisode avec des dinosaures dans un vaisseau spatial, ah ah ah ! » Et que Chris Chibnall lui a répondu tout excité : « Non mais trop bien, l’idée, quoi ! » Et qu’ensuite, le dernier a brodé autour de ce fameux titre et puis voilà, quoi. (Perso, ça m’arrange sur ce coup-là parce qu’au moins, ben j’arrive à suivre. C’est triste, mais c’est vrai !)

Donc ça ne va pas chier bien loin, il faut le reconnaître.
Toutefois, j’admets que visuellement, ben ça claque correctement et qu’on a bien bien l’impression d’être dans une série de SF. Etant donné que cela se fait rare, personnellement, j’en suis fort aise !

Tout de même.

Du côté de l’histoire, cela fait maintenant dix mois que le Docteur a largué les Pond depuis l’affaire des Daleks. Dix mois, tranquille le petit pépère. Celui-là, clairement, vaut mieux pas l’attendre pour dîner, c’est des coups à bouffer moisi.

Pendant donc que les Pond vivent leur vie de couple rabiboché, le Docteur, lui, se fait alpaguer par l’ISA (l’agence spatiale indienne, oui oui) pour intercepter un vaisseau spatial en perdition et qui menace de s’écraser sur la Terre. Des fois qu’il pourrait faire quelque chose, ça permettrait d’éviter d’économiser quelques missiles. Top-là, répond le Time Lord. Et s’en va se monter une équipe de chic et de choc pour s’acquitter de cette noble mission.

Ce faisant, il se fait encore coincer par une gonzesse. Alors, je ne sais pas vous, mais quand même, toutes ces femmes qui se jettent sur lui, je commence à trouver ça un peu louche.

On remarquera que ce souvent les femelles dominantes, qui tentent de lui mettre le grappin dessus, à notre Brad Pitt de l’espace. Celle-ci n’est autre que Nefertiti.
Bon, je vous avoue que ouais, bof. Elle est bien jolie, c’est sûr, mais malgré tous ses efforts pour paraître autoritaire, je l’ai trouvée assez fadasse, la grande épouse royale. Je peux vous dire qu’à côté de celle qui se trouve au Neues Museum de Berlin, celle-ci fait vraiment copie made in Taiwan. J’imagine qu’il ne faut pas se montrer TROP exigeant non plus. Mais bon. Nefertiti, quoi. Big fan, high five.

Une fois la beauté légendaire à bord, la bête s’en va ensuite ramasser un chasseur de fauves du début du vingtième siècle. Pareil, j’ai du mal à voir le Docteur copain comme cochon avec un chasseur, mais soit.
Heureusement, cette fine gâchette n’est autre que… Lestrade, transplanté de chez Sherlock par Steven Moffat !!!

Lestrade, mon vieux, es-tu bien sûr que ce soit ton secteur, cette fois ???

Là-dessus, histoire de compléter cette équipe pour le moins hétéroclite, le Doc s’en va ramasser la belle-famille. Qui a une vie trépidante puisqu’elle est présentement en pleine séance de bricolage avec Joli-Papa Williams.

Et alors là, je crois qu’on tient le truc le plus génial de cet épisode. Une révélation, mes amis… mais qui tombait sous le sens, quoi !!! Comment avons-nous pu ignorer un fait d’une telle logique, je vous le demande ?

Mais évidemment que Rory est un Weasley ! Franchement, on a vraiment de la merde dans les yeux, non ?
Est-ce qu’on ne l’imagine pas en train de se planter en balançant de la poudre de cheminette ? Est-ce qu’il n’est pas du genre à avoir ramé pour décrocher ses BUSE ? Est-ce qu’il n’a pas le profil idéal pour procéder au dégnomage du potager de Molly Weasley ? Si. Si, si, si et si. C’est Rory tout craché ! Oh, le Choixpeau aurait sans doute un peu hésité avant de l’envoyer à Gryffondor, mais au final, il y aurait parfaitement eu sa place ! (Et Marge et moi, en bonnes Serpentard, on lui aurait mis la misère, hein Marge ?)
Bref, en un mot comme en cent, Rory est le fils tout craché d’Arthur Weasley. Tout s’explique !

D’ailleurs, il est grave en mode Weasley, Mark Williams. Je m’attendais à le voir demander à tout moment au Docteur si le Tardis était de conception moldue !

« Moldu ? Mais moldu vous-même, mon petit père ! »

A peine notre Dumbledore cosmique a-t-il le temps de capter qu’il vient d’embarquer le papy de sa petite femme (eh ben oui, je sais, c’est fou !) qu’il se fait souffler dans les bronches un truc correct. Non mais dix mois, mais ça va pas bien la tête, l’autre, là ?

Mais tout de même, notre bondissant Time Lord est quand même bien content d’être à la tête de sa propre bande.

Eleven : Welcome. This is the gang. I’ve got a gang.

C’est bien, on est contents pour toi, mon grand. C’est vrai que ça change un peu les dynamiques et que c’est sympa. Par contre, c’est un peu con que Nefertiti ne serve qu’à jouer les pimbêches et se faire enlever et que Lestrade soit juste là pour buter pour de faux des lézards, mais soit.

Ce qu’il y a de bien, c’est que quand tu sépares tout ce petit monde et que tu parachutes les trois évaporés de service, c’est encore plus fun. Ah, le Doc et les deux Williams, j’en ris zencore !

Il n’y a bien que trois glandus pareils pour essuyer une attaque de ptérodactyles, au passage. (Et on passe le bonjour à Torchwood.)

Arf.

Déjà, associer Rory à son vieux père qui est gentil mais un peu farfelu et forcément relou aux yeux de son fils (« Ptain mais papaaaa, quoi, la hoooonteuh, pas devant les copains ! »), c’est hilarant. Mais quand on ajoute par dessus les délires du Onze, ça donne des trucs du genre :

Rory : Dad, I’m 31, I don’t have a Christmas list anymore.
Eleven : I do !!!

Sans parler des balles… de golf.

Derrière lesquelles nous allons faire courir un tricératops, non mais normal, quoi.
Entre ça, la course à dos de dino et le pilotage du vaisseau, j’ai envie de dire que jamais personnage n’a eu autant sa place aux côtés du Docteur que Brian Pond !

Eleven : Brian Pond, you are delicious !

Je l’espérais ! Je priais pour ! Moi aussi je l’ai appelé Brian Pond !

Joli-Papa : I’m not a Pond.
Eleven : Of course you are !

Of course he is !
C’est très important d’être un Pond, monsieur ! Les Pond ne sont pas juste des gens, le Docteur l’a dit.
Et en parlant de ça, elle est très impressionnante, dans son genre, la Pond. Elle maîtrise comme une chef. Elle est de plus en plus en train de devenir… comme sa fille en fait.

Bon, à part une salle des machines qui ressemble à s’y méprendre à Bad Wolf Bay, des vélociraptors, un vaisseau déserté, une bande qui n’est pas sans rappeler celle de Scoubidou et le Docteur qui embrasse son beau-père sur la bouche, qu’est-ce qu’on fout là, au juste ?

Eh bien figurez-vous que la réponse à cette question, c’est Walder Frey qui nous la donne. Oui, il faut bien savoir que Walder Frey est à l’origine d’absolument tous les maux de notre univers, c’est comme ça.

Le naufrage du Titanic ? Walder Frey. La crise de 29 ? Walder Frey. Le massacre des bébés phoques ? Walder Frey. L’ouragan Katrina ? Walder Frey. Le trou dans la couche d’ozone ? Walder Frey. L’annulation de Firefly ? Walder Frey.
Et l’extinction des dinosaures ? Walder Frey.
Vous voyez ? Moi je fais comme ça, maintenant. Dès qu’il y a quelque chose qui m’embête, j’accuse Walder Frey, ça va VACHEMENT plus vite !

Bref, une fois de plus, Walder Frey nous montre toute l’étendue de ses talents de cancrelat visqueux puisqu’il se trouve à bord de ce vaisseau pour tenter de choper les dinosaures et de les revendre. Objectif final : se faire un max de blé. Eh oui, ça se fait rare les dinos, de nos jours ! M’enfin entre nous, le trafic de dinosaures, pour tout bon gamin contemporain, ça équivaut à peu près à élever des chatons pour leur viande. A priori, une fois écrasé sous le talon du Docteur, personne ne pleurera le cafard baveux des Jumeaux.
Et attention, l’explication de la présence de ces grosses bêbêtes (dont un spécimen se fait évidemment abattre par l’infâme sous nos yeux éplorés) est plutôt mignonne : en fait, ce vaisseau est en fait une arche silurienne qui avait pour but d’emporter nos amis lézards de chez eux (la Terre !) avec leur faune et leur flore de l’époque. D’où les dinos ! Ca se tient plutôt pas mal, pour un épisode écrit autour d’un titre !
Et surtout, comme les Siluriens on les aime bien, ça fout d’autant plus en pétard ! Décidément, Walder Frey les accumule.

Au bout d’un moment, le Docteur commence même à un petit peu s’énerver. Et non, les deux robots très irrévérencieux et plutôt marrants ne parviennent plus à le dérider !

Je les ai trouvés assez rigolos et déjantés, en ce qui me concerne, et c’est plus tard que j’ai appris qu’ils étaient doublés par un célèbre duo d’humoristes britons. M’enfin au final, sur les ordres de Walder Frey, ils tuent quand même le tricératops préféré du Doc.

(Cette scène m’a encore rappelé Torchwood, fou, ça !)

Alors, c’est vrai que ce n’est pas une première et que le Onze n’aime pas bien les gens qui ne se montrent pas respectueux de la nature (et des reines d’Egypte), mais j’ai été étonnée qu’il trouve le moyen de zigouiller Walder Frey. Ca m’a presque choquée dans un épisode somme toute assez fun, entre Williams père et fils qui glougloutent à qui mieux mieux en pilotant le vaisseau silurien (j’ai cru mourir de rire ! « I’m flying a spaceship. Rory ! We’re flying a spaceship ! » « I know !! »), la Pond qui se lâche avec le fusil de tranquillisants et le chasseur qui drague tout ce qui bouge, que le Time Lord décide de rediriger les missiles terriens vers le vaisseau du pirate.

Même si reconnaissons-le, c’est bien fait pour sa face de rat !

« Boum », fait Walder.

(On aimerait bien qu’il fasse aussi un peu plus « boum » du côté de GoT.)

Enfin, cet épisode, outre qu’une fois de plus, il semblerait que le thème du Docteur non-reconnu soit évoqué…

… c’est aussi l’occasion de tout doucement introduire un avenir sans les Pond, lors d’un joli dialogue avec Amy.

Amy : I can?EUR(TM)t not wait for you, even now. And they?EUR(TM)re getting longer, you know. The gaps between your visits.
Eleven : Are they ?
Amy : I think you?EUR(TM)re weaning us off you.
Eleven : I?EUR(TM)m not, I promise. Really promise. The others, they?EUR(TM)re not you. But you and Rory, you have lives… each other. It was what we agreed.
Amy : I know. I just worry there?EUR(TM)ll come a time when you never turn up. That something will have happened to you and I?EUR(TM)ll still be waiting, never knowing.
Eleven : No. Come on, Pond. You?EUR(TM)ll be there ?EUR(TM)til the end of me.

Amy : Or vice versa.

Il l’a vue grandir… Peter Pan verra-t-il sa Wendy vieillir ? Mourir ?

Et puis il y a cette fin super mignonne, aussi. Oh, Joli-Papa qui admire la vue sur la Terre en prenant son thé limite le petit doigt en l’air et tout décontracté, c’est tellement décalé, tellement chou, tellement british, tellement Who.

Oh oui, Brian Pond, vous êtes vraiment délicieux !

(Ce serait pas « Amélie », son deuxième prénom, des fois ?)

Quant à Nefertiti qui décide de rejoindre Lestrade dans sa tente, alors là, ça m’a bien fait marrer.

Car il est vrai qu’on n’a jamais su quand et comment la grande épouse royale était morte, ni pourquoi elle disparaît tout soudainement des archives connues. Alors qui sait si effectivement, elle n’a pas été ramassée par un Time Lord et si elle n’a pas fini ses jours au début du siècle dernier ? L’épisode ne met pas forcément l’accent sur ce mystère, mais quand on connaît un peu l’histoire de Nefertiti, ben c’est marrant. Une fois de plus, « Doctor Who » s’amuse à accorder l’Histoire à sa sauce et c’est tout mimi.

Sur ce, étant donné les hurlements suraigus que m’a occasionnés la bande-annonce de l’épisode suivant et que j’ai attendu d’avoir fini cette review pour le regarder (un supplice, cette semaine), je file ENFIN voire ce que ça donne. Hiiiiiiiiii !!! J’arrive mon Bennyyyyyyyy !!!

Posted by on Sep 15, 2012 in Doctor Who Episodes | 15 comments

15 Comments

  1. Ah ça c’est sûr qu’il aurait fini pendu par les pieds à la Tour d’Astronomie le Rory… En plus ça aurait été un petit, on lui aurait collé une sacré misère !!

  2. J’ai trouvé cet épisode bien fun et j’ai adoré Daddy Pond ! Dommage qu’il n’apparaisse que cette saison !

  3. Ouais, regarde, il a quatre ans de moins… putain, le pauvre, qu’est-ce qu’il aurait morflé !

  4. Oui, un chouette épisode bien distrayant, marrant, léger, beaucoup plus que le suivant, pour le coup ! Mais alors, les Pond, ils font encore toute la saison ? Je croyais que le Docteur allait changer de compagnon, je comprends plus !

  5. Ben il peut aussi changer en cours de saison, non ? 😉

  6. On aurait pu lui racketer ses chocogrenouilles…. ou changer sa chaise en cochon pendant un cours de métamorphose…. plein de trucs qui viennent là !

  7. Arf, forcément, t’en sors ! LOL

  8. Super review !!!

    Et tout d’accord avec toi et je savais que Marge et toi adoreriez voir le suivant 😉

  9. Bon épisode pas prise de tête, léger et agréable à regarder bien au chaud sous la couette. Le daddy m’a bien fait marrer, et je crois que la plupart des spectateurs se sont imaginés Rory au sein de la famille Weasley, devant subir les attaques surprises des jumeaux. Tout comme un grand nombre ont du grincer des dents et maudire l’arrière arrière arrière arrière arrière arrière petit fils de l’espace de Walder Frey. Même là haut, il faut qu’il vienne mettre son horrible grain de sel.

  10. Sale type !! Enfin, ça aurait pu être pire, il aurait pu exiger du Docteur qu’il épouse une de ses Walda.

  11. D’ailleurs, quand tu dis que Amy se comporte de plus en plus comme sa fille, eh bien j’ai remarqué qu’ils l’avaient habillée comme la petite fille du premier docteur ! =D

    Très chouette Reveiw, j’ai adoré les commentaires sur Rory Weasley, et Walder Frey ! xD

  12. C’est clair que Lestrade est carrement sous employe! Scandale! Nefertiti ne m’a pas convaincue non plus vu que je suis aussi une grande fan. Pas assez fascinant, pas credible question autorite.
    Mais sinon c’est un episode marrant, a part le zigoullage sans scrupule de Walder Frey, parce que meme si onest contents que qq fasse un sort a ce sale type ca fait bizarre que personne ne sourcille….

  13. Marrant, moi j’ai sourcillé au dégommage de Walder Frey. Mais j’ai l’impression que ça va être une des thématiques si ce n’est LA thématique de la saison, comme au changement entre ten et eleven avec les eaux de mars.

    On devait pas changer de docteur aussi ? Me souviens plus bien !

  14. C’est presque perturbant de voir avec quel naturel on arrive tous à passer en permanence de Harry Potter à Doctor Who et de Doctor Who à Game of Thrones comme si ce n’était qu’un seul univers… O_o
    …l’univers Fan de fictions britaniques!
    Sérieux il nous faudrait notre propre planète!

  15. J’avoue que quand j’ai vu Walder Frey se faire dégommer, je me suis qu’avec le karma qu’il se tape, il l’avait pas volé ! 😮

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top