Categories Menu

[GAME OF THRONES] 201 : The North remembers

A y est !

Un petit mot sur la règle à respecter dans les commentaires : pas de spoilers sur les livres. Tout au plus peut-on en parler à mots couverts, ce que j’essaie d’ailleurs de faire, mais vigilance, tout le monde n’ayant pas lu les bouquins. Merci d’avance !

Aaaaah, enfin, le Hiatus de l’Enfer est terminééééé ! Brace yourselves, my sweet summer kids, ça va claquer de toutes parts. (Et par claquer, j’entends « crever », hein, on est bien d’accord.)
Alors comme ça, le Nord se souvient ? Ouais, eh ben moi aussi, je me souviens. Je me souviens que j’ai bien envie de mettre un bon coup de pied au derche de cette petite crevure de Joffrey « Baratheon », voire de lui arracher les oreilles et DE LES LUI FAIRE BOULOTTER !
Fiou, tout de suite, ça va mieux.

Bon, on va faire dans l’ordre pour cette fois parce qu’il faut que je me remette dedans, hein. Et dans l’ordre ça commence par quoi ? Ben par le générique, diable ! Et là, plus de Sean Bean, plus de Mark Addy, forcément… mais un Dinklage qui devient tête d’affiche. En même temps, qui c’est qui s’est ramassé les awards ? Ben c’est Dinklage.
Et puis il y a plein de nouveaux noms. Les acteurs qui jouent Samwell, le Vieil Ours, Shae, Bronn, le Limier, Varys – on remarquera la très jolie petite araignée dans le petit carré à côté du nom de l’acteur – …

… mais également Stannis, Mélisandre et Davos (on voit pas bien le bateau et l’oignon de son emblème, c’est dommage), tout ce petit monde est promu au générique. Sans parler d’un tout nouveau lieu où cet épisode va nous emmener : Dragonstone, en français Peyredragon. Je suis bien contente, c’est un de mes lieux préférés de Westeros. Je ne sais pas pour les autres lecteurs, mais savoir qu’il s’agit de la baraque ancestrale des Targaryen, tout en basalte, noire, isolée et bien lugubre mais édifiée par les Valyriens, je trouve que ça fait un petit peu bander. En tout cas, au cours de mes lectures, j’ai solidement fantasmé dessus.

Bref, pour faire un peu d’histoire westerosienne, une fois devenu roi, Robert avait filé les clés de Peyredragon à son frangin Stannis sous prétexte qu’il fallait une main solide pour tenir ça, tandis que Renly qui n’était encore qu’un faon avait la garde du bled des Baratheon, Accalmie (c’est pas joli comme petit nom ?), et on ne peut pas dire que cela ait fait super plaisir à Stannis qui aurait bien préféré se récupérer Accalmie.
Perso, j’adorerais habiter dans une cahute avec des dragons en pierre de partout (mais putain, quoi !) et je fantasme à mort sur le jour où fatalement, ces couillons vont revenir à la vie (sinon, où est l’intérêt, je vous le demande ?), mais Stannis, lui, trouve ça tout pourri et d’ailleurs, c’est à peine s’il y passe les grandes vacances, à Peyredragon. Faut dire qu’outre le fait que c’est pas le berceau familial, les vassaux de Peyredragon ont tendance à être un peu moins nantis et puissants que ceux d’Accalmie… ce qui aura son intérêt en temps voulu, hum.
En même temps, l’ami Stannis que nous nous apprêtons à découvrir est un peu pas content de nature, il fait partie de l’espèce que j’ai tendance à appeler « peine-à-jouir ». Mais bref. Que voulez-vous, on croit faire plaisir aux gens et puis non.
Disons que cela contribue à expliquer d’où viennent les antagonismes entre les différents frangins Baratheon. (Outre qu’on se demande s’ils n’ont pas carrément été adoptés tellement on dirait pas des frangins.)

Et maintenant, entrons dans le vif du sujet. Alors. Comment c’est-y que ça va du côté de l’Adriatique ? Hein ? Fait-il beau à Dubrovnik ? Réponse, oui. Super beau.

Je n’aime pas la Croatie, mais je dois avouer qu’elle se prête super bien à l’ambiance de Port-Réal.
A Dubrovnik / Port-Réal, il fait donc très beau et les petits oiseaux chantent tandis que le Limier nous estourbit quelque nobliau devant la trombine extatique de Sa Sinistre Majesté Joffrey Baratheon Ier *rires gras* qui fête son royal anniversaire.

Tudieu, cet enfant a-t-il grandi.

Ca met tout de suite à l’aise.
A ses côtés, tout aussi extatique, sa rougissante fiancée.

Alors, est-ce qu’elle n’est pas fabuleuse notre petite Sophie Turner, du haut de ses quinze ans au moment du tournage ? Ca c’est de l’actrice qui promet ! Réussir à rendre de cette façon l’état d’esprit de la pauvre Sansa, prise dans les griffes du monstre qu’elle doit épouser, c’est sidérant.
Le regard voilé, éteint, la voix désincarnée… voilà une victime qui tente de survivre entre chaque séance de torture. Mais attention, l’innocente donzelle a de la ressource.
Et elle nous en fait une splendide démonstration lorsque notre cher souverain décide de satisfaire ses petits penchants sadiques aux dépends d’un malheureux ivrogne, Ser Dontos Hollard.

On ne m’avait pas dit que la maison Hollard dont il est l’unique survivant était sise aux Amériques. Je l’apprends en même temps que vous !
Même pas un petit « oh say can you see » ? Non ? Bon.

On remarquera à quel point la Garde Royale se distingue. Fuck you, Ser Meryn, fuck you VERY MUCH.
Et là, ma Sansa, elle se rebiffe. Non mais oh, c’est pas très poli de vouloir mettre à mort un pauvre neuneu qui n’a rien fait de mal à personne.

Hein, quoi, comment, s’étrangle l’ange de miséricorde qu’est le Monarque des Sept Couronnes ?
Ah mais non ! Sa Grâce n’a pas bien compris : ce que la future Reine a voulu dire, c’est que ça risquerait de lui porter malheur de tuer un gus comme ça le jour de son anniv’ !
Comme Joffrey est très con et qu’il aime qu’on lui fasse des courbettes, ben ça passe comme une lettre à la poste. Et c’est là que les jolies manières apprises par les Septas servent enfin à quelque chose. Non parce que je ne vois pas bien comment une Arya Stark s’en serait sortie, de celle-là !
Avec un instinct remarquable, notre jeune oie blanche retourne contre Joffrey le narcissisme et la cruauté de celui-ci et parvient d’une part à retomber sur ses pieds, d’autre part à faire épargner Ser Dontos, tout en faisant croire à ce résidu de fausse couche que l’idée est de lui ! Uh uh ! Et voilà ma petite Sansa qui elle aussi entre dans le jeu des trônes ! Il faut continuer comme ça, mon petit !
Et non, le regard qu’elle coule au Limier – qui d’ailleurs lui prête main forte sur ce coup – ne m’aura pas échappé, je vous rassure. Je la surveille comme le lait sur le feu, ma Sansa !
En parlant de ça, mon coeur a fait des petits bonds tout fous en voyant débarquer Tyrion, toujours prêt à rappeler à son neveu que… ben alors ? Toujours pas venu prouver sa vaillance sur le champ de bataille ?
Bon, la vérité, c’est que mon coeur a davantage fait des petits bonds lorsqu’il présente ses condoléances à la jeune Stark.

Sansa : My father was a traitor. My mother and brother are traitors, too. I am loyal to my beloved Joffrey.
Tyrion : Of course you are.

(Cette saga vous fait shipper les trucs les plus improbables.)

Tyrion s’en va donc au Conseil Restreint où il est question de la fin de l’Eté, officiellement déclarée par la Citadelle de Villevieille (non, ce n’est pas une cité gardoise, c’est où qu’on forme les mestres des Sept Couronnes, oui-da) d’où a été envoyé un corbeau blanc. (Les corbeaux blancs viennent toujours de Villevieille, je sais, ça en fait, des infos.)

On notera qu’ils sont délicieux, au Conseil Restreint : ah ben si l’Hiver dure trop longtemps, vous savez quoi, on laissera quelques pécores crever de faim, de toute façon qu’est-ce qu’on s’en fout !

(Pfiou, plus belle que jamais, Lena Headey.)

En attendant l’arrivée du Lutin, attention, les scénaristes se sont dit qu’il était urgent de nous présenter plus avant le très charmant « Lord » *rires* Janos Slynt, commandant du guet de Port-Réal, un personnage tout à fait suave et qui va nous faire bien de l’usage, gloire à lui.

Notre cher Lutin arrive donc pour remplacer Papounet Lannister, lui-même en guerroiement. Ce qui enchante cette chère Cersei qui préférerait sans doute savoir son cadet aux fers et récupérer son Jaime. C’est pas tout ça mais du coup, elle est obligée de se taper des ersatz, rappelons-le.

S’ensuit un tête-à-tête qui dégouline d’amour fraternel. Ouh que ces deux-là se détestent !

Tyrion : You love your children, that’s your one redeeming quality, that and your cheekbones.

Bon, et encore, le Dinklage est franchement plutôt beau gosse, mais imaginez la belle Cersei et l’affreux Lutin, celle qu’on convoite et celui qu’on rejette, tous deux issus du même ventre. Est-ce qu’il n’a pas toutes les raisons de la détester, sa reine de soeur ? Et elle, est-ce qu’elle n’a pas quelques raisons de le considérer comme une verrue, ce nabot ridicule qui est toujours dans ses pattes à la faire suer ? Et qui, pire encore, porte l’armure et se retrouve à jouer les premiers ministres tandis qu’elle, justement, ne cesse de répéter qu’elle aurait dû naître homme ? J’ai beau haïr Cersei, je reconnais que ce miroir est cruel. Et je pense que la haine qu’ils se vouent mutuellement a malheureusement été amplifiée par le Papounet qui les a toujours, l’un comme l’autre, traités comme de la crotte, qu’il les a montés l’un contre l’autre bien plus encore que ne l’a fait la société dans laquelle ils vivent. Et pourtant, chacun tente toujours désespérément de gagner la reconnaissance paternelle… comme le suggère Tyrion dans une réplique à vous fendre le coeur.

Tyrion : It must be hard for you… to be the disappointing child.

Ce sera donc à celui qui décevra le moins Lord Tywin. Ah, qu’il fait bon être un enfant Lannister !

Là-dessus nous partons pour Winterfell voir comment va notre petit Lord.

Il va bien, toujours infirme, on ne vous le cache pas, mais toujours futé. (Et mignon.)

Et ses rêves se précisent : Bran rêve désormais qu’il est Eté, son loup.

J’avoue que l’intrigue de Winterfell m’inquiète un petit peu ; dans le livre, à ce stade, nous avons deux jeunes personnages importants pour la suite de l’histoire et je me demande bien comment on peut s’y prendre sans eux. (Je parle des Reed, pour ceux qui savent, mais évidemment, on ne va pas développer.)
Il semblerait que pour l’instant, ce soit Osha qui endosse leur rôle, et elle s’en sort pas mal… après, eh bien on verra.

En attendant, c’est ici que nous ramassons le fil rouge (!) de cet épisode : la Comète, qui pour chacun possède un sens différent.

Osha : Stars don’t fall for men. A red comet means only one thing, boy : dragons.

Habile transition vers le Désert Rouge où Daenerys (qui aurait bien besoin d’un shampoing-coupe-brushing) et son maigre khalasar en sont quasi-réduits à brouter les rares touffes d’herbe-au-diable. Sans compter que les petits dragons boudent la bonne bouffe offerte par manman. (Ca me rappelle quelqu’un.)

C’est pas pour dire mais Drogon, c’est quand même son petit préféré ! C’est bien, ça évite de devoir en montrer trois à chaque fois !

Bizarre, le coup de faire crever l’Argenté. Je me demande si ce n’est pas pour remplacer un autre tragique décès. L’avenir nous le dira. En attendant, les boules : le cadeau de noces de Drogo, quoi.

Heureusement que le casse-croûte est là !

Ser Jorah : You must be their strength.
Daenerys : As you are mine.

Nan mais voilà, tout est dit, quoi !

Voilà, voilà, voilà. (Ils n’insistent pas du tout, hein.)

En même temps, je ne lui jette pas la pierre, à la blondasse.
En tout cas, gros moral dans le khalasar où il ne se passe strictement rien. (Bienvenue dans l’intrigue de Daenerys !) Pour ambiancer un peu le truc, la Khaleesi décide d’envoyer trois de ses preux chevaliers (mais pas le casse-croûte, t’es fou, toi) en éclaireurs histoire de trouver elle sait pas quoi, mais quelque chose. Brillante idée.
Là-dessus un petit travelling circulaire, un coup d’oeil sur le fil rouge et roule ma poule.

Ce qui est sympa avec cette Comète, c’est que oui, malgré les distances géographiques et tous ces noms de bleds qui ne nous sont pas familiers, on se rend bien compte que tout ce petit monde vit sous le même ciel. Y compris ceux qui arpentent le désert, qu’il soit brûlant ou glacé.

De casse-croûte en casse-croûte, nous voilà donc chez Jon Snow qui lui aussi se fend la gueule un truc de guedin. Il faut dire que le voilà, lui et son escouade, arrivé chez Craster, première étape de son premier voyage outre-Mur.

(Oh, Edd-la-Douleur !)

Et là, attention, chez Craster, c’est la fête du slibard. Mais seulement pour Craster, par contre.
Ah, ce Craster, c’est tout un poème ! Un homme aimable, raffiné, cultivé, que dis-je, un esthète. Voyez-vous, ce délicieux sacripant aime tellement la vie qu’il épouse toutes ses filles, les engrosse et épouse ensuite leurs filles ! C’est pas beau, ça ? C’est pas célébrer l’existence de la plus belle façon qui soit ? C’est pas croquer la vie à belles dents ? Si. C’est Craster.

Et ce qu’il fait de ses fils ? Ah ben attendez, on va pas tout vous raconter tout de suite, sinon, c’est pas drôle !
Bref, parmi les « filles » de ce charmant personnage, nous avons… Gilly. (Ah ben ouais, par contre j’aime pas son nom français, Vère.)

Et Gilly qu’on aperçoit là, ben c’est Cassie de « Skins ». CHRIS ET CASSIE DANS « GAME OF THRONES » ! HAHAHAH !
Histoire de dévier l’attention sur ses « épouses », le père Craster se fend d’un petit compliment.

Craster : You’re prettier than half my daughters.

Et là, le Snow, il se dit : « EH MERDE ! »

Bon mais bref, l’heure est grave, on nous parle encore un coup de ce mystérieux Mance Rayder qu’on n’a toujours pas vu. (OUI, toujours PAS et ça commence à faire LONG !) On apprend quand même que ce chef sauvageon, ce Roi d’au-delà du Mur, fut autrefois Frère Noir et qu’il a pris le maquis, ce qui est tout de même hyper sexy !

Bon, en attendant, le jeune Snow se fait un peu remonter les bretelles pour s’être montré malpoli avec le gentil monsieur. Effectivement, va falloir qu’il apprenne à se montrer un peu plus aimable s’il veut un jour devenir Vieil Ours lui aussi.

Jeor Mormont : You want to lead one day ? Well learn to follow.

C’est vrai qu’il prend vite la mouche, le mignon.
S’ensuit la scène qui aurait pu figurer au tout début de cet épisode étant donné que j’ai tendance à trouver l’ouverture un peu faiblarde pour entamer une saison. Franchement, je m’étonne que l’entrée en matière du bouquin n’ait pas été reprise par la série. J’imagine qu’il y a de bonnes raisons à cela, mais je trouve que ça aurait été mortel de balancer Stannis comme ça, lui dont on a tellement entendu parler la saison dernière sans jamais l’apercevoir. Et la crémation des Sept a quand même de la gueule. (Le seul truc c’est qu’on a un peu l’impression que mestre Cressen apporte la flamme olympique sur la plage, mais bon.)

Bon, je ne vous cache pas que j’ai eu une petite angoisse en découvrant Mélisandre d’Asshai (c’est de l’autre côté du Détroit, si vous vous demandez), alias la Femme Rouge. Là je me suis dit : « Eh merde. Je suis lesbienne. »

Nan mais là, encore, ça va. Mais dans la scène du toast… nom d’un chien, j’étais hypnotisée.

Elle est vraiment très très belle, Carice van Houten. Sa Mélisandre est mystérieuse, sans concessions, mais par moments, elle dégage une douceur surnaturelle. Je ne voyais pas Mélisandre comme ça, je l’imaginais plus fanatique, plus hystéro, plus folledingue évangéliste. Mais elle me plaît beaucoup, cette version-là, elle est très convaincante, moins caricaturale. Après tout, dans les bouquins, elle n’hésite pas non plus à jouer de ses charmes.
Notre amie sorcière est donc, si vous ne l’avez pas compris, en train de cramer les dieux traditionnels qu’on commence à connaître, pour imposer sa foi en R’hllor, le maître de la lumière, dont Stannis est censé être une réincarnation du champion.
Stannis ? Bah écoutez, pour un homard, je trouve que ça va. Il pense qu’on gagne au jeu des trônes en étant… direct. Non mais c’est bien, c’est… mignon, quoi. Sinon, ça m’a fait plaisir d’apercevoir Dame Selyse à ses côtés pendant le feu de joie, je la voyais tout à fait comme ça.

Pis elle est sympa, sa carte de Westeros, je veux bien la même !

Quant au cher Davos… non, ne dites rien, je sanglote déjà tellement j’aime ce personnage. Je savais que Liam Cunningham serait parfait en Chevalier Oignon, il fait la plus belle expression « on est dans la merde » que j’aie vue.

J’aurais bien aimé apercevoir ses doigts, toutefois.
Là-dessus, je prends des nouvelles du casse-croûte numéro trois, désormais aux mains de mon cher Roi du Nord. (Hiiiiii !)
J’aime bien l’idée que Robb fasse confiance à ses bannerets, mais les croit bien capables de zigouicher le Régicide et préfère donc se le garder avec lui. Non parce qu’attends… crever le Régicide, c’est signer l’arrêt de mort de Sansa. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas jouer un peu avec lui, n’est-ce pas ? Après tout, c’est si bon de voir ser Jaime Lannister perdre un peu de sa superbe et chier dans son froc comme tout le monde.

Nos boules de poils ont bien grandi. Et encore, ils ne sont pas encore adultes, là. (On est passé aux effets spéciaux, pour les loups, tiens. Ca va, pas trop moche.)

Regarde son battlestar de quatre mois. Regarde Vent-Gris. OK !

Et en plus, c’est des chiens ninjas ! Hop, t’ouvres les yeux : plus là !

C’est fou comme par moments, Nikolaj Coster-Waldau peut ressembler à Charles Dance, qui joue Papounet. Prodigieux casting de Nina Gold, pas à dire.
Quant au roi Robb ? Nan mais ne me lancez pas sur le sujet, je… je…

Retour à Dubrovnik… ça me fait bien chier mais Shae et Tyrion sont plutôt mignons. Elle, comme prévu, je ne peux pas la blairer !

S’ensuit une de ces scènes WTF qui pimentent la série tout simplement parce qu’elles sont purement inventées. En même temps, celle-ci aurait pu se passer qu’on en aurait jamais entendu parler vu que dans « A clash of kings », point de PoV de Cersei ou de Littlefinger. (Genre. Un PoV de Littlefinger. Arf arf arf.)
Ca commence plutôt tranquillou entre Cersei et Littlefinger, et puis d’un seul coup, on sait pas pourquoi, le Petit Doigt dit un mot de trop, Sa Grâce est contrariée et ça commence à monter.

Cersei : I heard a song once, about a boy of modest means, found his way into the home of a very prominent family. He loved the eldest daughter, sadly she had eyes for another.
Littlefinger : When boys and girls live in the same home, awkward situations can arise. Sometimes, I’ve heard, even brothers and sisters develop certain…affections. And when those affections become common knowledge… well, that is an awkward situation indeed. Especially in a prominent family. Prominent families often forget a simple truth, I found.
Cersei : And which truth is that ?
Baelish : Knowledge is power.

Bon eh ben puisque c’est ça, qu’on lui coupe la tête. Allez, hop !

Alors, le Littlefinger du livre aurait-il joué à ce petit jeu ? Je ne sais pas. Je le crois assez futé pour ne pas trop chercher Cersei, en même temps, son histoire avec Catelyn Tully est clairement ZE point faible, ZE complexe, ZE truc qui va lui faire péter un boulard, pour autant que Littlefinger puisse péter un boulard. Donc why not.

En tout cas, j’avoue que j’ai bien kiffé de le voir tout tremblant pour sa vie. Pas volé !

Cersei : Power is power.

Et ta soeur ?
On nous présente ensuite un certain Alton Lannister qui semble prétendre endosser le rôle du Cleos Frey du bouquin.

Ce qui me contrarie beaucoup. J’adore Cleos, il m’a fait rire comme rarement, c’est le Gaston Lagaffe de GoT. Enfin bref. Cet Alton Lannister semble assez limité, poltron et ahuri pour être Cleos. Dommage qu’on perde la dimension Frey qui n’est quand même pas négligeable.
Cet Alton, donc, fait prisonnier en même temps que Jaime, vient entendre les offres de paix de King Robb qu’il est chargé de transmettre à la Reine Cersei. Dont le retour de Ned à Winterfell. *sanglots*

Ah, mon beau Roi du Nord !

Nan mais franchement, ce Richard Madden, il est incroyable ! Il a ce petit côté tout mimi mais en même temps il arrive à en imposer, tout en donnant l’impression que son personnage en rajoute un tout petit peu pour être sûr d’être crédible devant les copains. C’est fou !

Ca marche si bien que Theon Greyjoy qui a été élevé avec lui lui balance du Majesté sans même s’en rendre compte. Dans un grand élan d’enthousiasme, voilà l’héritier des Iles de Fer qui propose de mettre au service du Jeune Loup la flotte de Fer de Papou Balon, histoire d’attaquer… Port-Réal ? Comme vous y allez ! C’est un peu de l’autre côté, quand même. Castral Roc, plutôt, non ?

Folie estime la maman du gamin qui en a ras la frange, un peu. Elle, elle veut récupérer ses mouflets et rentrer chez elle. Sauf que… le fiston a d’autres projets pour elle, là tout de suite. (Han, dans le livre, c’est elle qui propose d’aller à Accalmie pour tenter de rallier Renly à leur cause, c’est elle qui se charge de tout ce qui est politique !)

Enfin, outre que des millions de trucs m’ont traversé le cerveau pendant cette scène, pour des raisons diverses…

Catelyn : You’ve done so well. Your father would be?EUR? proud.

Beuheuheuheuh.

Robb : We?EUR(TM)ll be together again soon, I promise.

J’ai trouvé qu’il y avait une vibe un peu « particulière », dans cette scène. Enfin bon, ça doit être ces salopes de Lannister qui me pourrissent mon radar.

En parlant de ça…

Game of SLAPS !

J’A-DO-RE le contraste entre la scène des Stark et celle des Lannister. J’adore la tronche de Cersei qui a enfin compris, cette grosse débile, que Joffrey est définitivement hors de son contrôle et qu’elle a bel et bien engendré une abomination. J’adore le mépris qu’il affiche pour sa mère, la menaçant de mort, alors que Robb tient la sienne pour sa meilleure diplomate. J’adore le fait que Joffrey soit au courant des rumeurs qui courent sur sa légitimité.

Et je trouve que Jack Gleeson se sort à merveille de ce rôle atroce. Ca ne doit pas être simple quand on est si jeune.
En tout cas, pour Joffrey « Baratheon », la situation actuelle est très simple : on va faire zigouiller tous les bâtards de Robert pour être sûr !
Ce qui nous amène à une petite scène de fion bien gratos et bien gavante qui nous rappelle que Ros, la head bitch du bordel, existe toujours. On dirait bien qu’elle est partie pour récupérer les rôles de Chataya et Alayaya.
Bon, ce qui s’ensuit est atroce, hein. Dans le bouquin, c’est une chose d’apprendre que ce petit scélérat fait liquider des bébés, des enfants. C’en est une autre d’assister au truc à l’écran.

Pauvre Barra. Et encore, je reste soft, il y a une capture que je ne posterai pas mais qui est horrible.
Et… et… et… nous avons un bâtard qui s’ignore dont la tête est désormais recherchée.

Et qui se balade avec une dame de haut rang elle aussi traquée par les Lannister.

Ah, mon pauvre Robert, si tu l’avais vu, ce fils magnifique, toi qui voulais tant marier le Nord et le Sud… Ah. Snif. Bouhouhouh.
Une chose est sûre, outre le fait que je surkiffe ces deux personnages, je trouve ça génial que les enfants de Ned Stark et Robert Baratheon se retrouvent sur les routes comme ça. Ca me… ça me fait du bien dans le dedans de moi.

Bon ! J’espère que je n’ai pas raconté trop de conneries au sujet des bouquins, le deuxième tome, c’était il y a déjà super longtemps, pour moi. Quelques milliers de pages sont venues se jeter par-dessus. On peut en causer dans les commentaires, pas de souci.
Et je sais que le deuxième épisode est d’ores et déjà visible, je l’ai d’ailleurs moi-même déjà visionné, par contre, on évite d’en parler dans les commentaires. Merciiiii !

Posted by on Avr 2, 2012 in Game of Thrones | 35 comments

35 Comments

  1. Ah, mais quel reprise mes enfants ! Et tiens, Sorcière, si tu veux regarder le second épisode, sache qu’il est déjà disponible sur les réseaux du mal.(Et sur le streaming d’HBO, mais bon… faut être mangeur de McDo pour ça ) Et il envoie du lourd.

    ( A chaque épisode, on se rapproche des N*** P***. J’ai peur.

  2. Ben alors, on lit pas les billets ? J’ai dit pas de spoilers sur les bouquins et également que j’avais déjà vu le deuxième épisode. 😉

  3. Le jour où on l’aura en PoV, ce sera… le jour des réponses! L’épilogue!! 🙂

  4. Awww c’était bien!!!!! Bon et vu que je n’ai pas lu les bouquins, (enfin juste le premier tome – je lis après avoir regardé), ta review elle aide pas mal a remettre des trucs en place et à s’y retrouver donc c’est plutôt cool!

    Bon et puis on se marre toujours autant en la lisant malgré le fait que c’est GoT et que bouhouuuuuu la plus part du temps quand même xD!

    Sir Jorah est ma foi très clairement toujours aussi agréable a regarder..Ahem…
    Je reste accros à la storyline Daenerys même si "il n’y en a pas" pour le moment en fait!

    Arya et Tyrion, je les aime. *v*
    Voir Cassie et Chris dans le même épisode c’est trop chou! Et je sens que cette femme rouge, elle va me plaire. Folle, manipulatrice, sorcière… Cocktail parfait quoi!xD Et puis "Mélisandre d’Asshai" ba c’est classe tout de suite! ^^

    Ahlalala ça fait bien plaisir tout ça! Bref je profite du calme relatif de la chose en m’extasiant devant les paysages, les persos, les tenues etc… J’imagine que ça va bien vite se compliquer tout ça! 😉

    Merci pour ta review Sorci! 😉

  5. Donc le guyliner, nouvelle mode à Westeros ?

    Le coup du prologue, ça m’a beaucoup fait bizarre aussi. C’est clair que commercer dans le vif, à Port-Réal, comme si c’était un zode lambda, bof quoi. Alors que d’entamer en disant: "Voilà qui va venir foutre le borel cette année", ça donne plus d’élan… Et puis attendre 20 minutes pour la comète aussi…

  6. Ben dis donc… moi j’ai lu les bouquins il n’y a pas si longtemps (là je suis au début du T4 de l’intégrale), et je ne me souviens pas d’autant de détails que toi !…

    Donc sans spoiler je dirais que Peter Dinklage a vraiment la classe, trop peut-être… les descriptions qui en sont faites dans le bouquin parlent de quelqu’un de vraiment moche !… Encore plus après que… alors que là, il a une super présence !…

    Bravo aussi à l’acteur qui joue Joffrey… un beau salopard à faire passer Draco Malfoy pour un bon copain sympa en comparaison…

    Cela dit je me demande comment s’en sortent ceux qui n’ont pas lu les bouquins… Parce que même moi j’ai parfois du mal…

  7. Je vérifie quelques bricoles plus de peur de raconter des conneries mais plein de choses me reviennent devant la série. En plus faut dire qu’on est tout le temps en train d’en parler avec Marge (qui elle est une véritable encyclopédie, je suis sûre qu’elle a dû relever plein d’inexactitudes dans mon billet ! LOL ), ça aide, surtout pour les trucs qui se sont passés « avant », on aime bien. 🙂

  8. Ayé, la revue Sorci est sortie! Toute belle toute fraîche!
    ———
    Bon ben un épisode d’intro, quoi. Ca fait du bien (ou pas, ça dépend) de revoir tous ces personnages, mais purée, ça va être dur, ça va être moche, ça va saigner et comploter à mort, je le sens.

    Je trouve cette version de Mélisandre moins facile à haïr d’emblée que dans les bouquins, ça me perturbe. The Onion Knight a l’air de grave déchirer et le côté "la loi c’est la loi et basta" sans concession de Stannis est également très bien rendu." C’est SER Jaime Lannister le Kingslayer, scribe, on t’a jamais appris les bonnes manières?"

    J’ai adoré la scène entre Catelyn et Robb, même si elle m’a fait très très mal au dedans de moi. Grave classe la remarque de Maman : "King Renly… It seems there’s a king in every corner these days." Tu m’étonnes, heureusement qu’on a Sorci pour nous empêcher de nous emmêler les pinceaux…

    Merci pour la review et les différentes captures des casse-croûtes of the world. Perso, vu que le créneau a l’air libre, je me réserve notre ami le bâtard du Nord que j’ai trouvé ma foi ultra beau après son remontage de bretelles chez Craster (qui est moins dégueu en vrai que dans mon imagination). Et Dolorous Edd me plaît bien, si quelqu’un me trouve un baillon, je me le garde aussi 🙂

    A bientôt pour l’épisode 2!

  9. Le scribe, c’est Matthos Mervault, non ? Sinon, Jon Snow est réservé, aussi… Joffrey est libre, par contre, fou, non ? 😀 Dolorous Edd est génial, je savais qu’il serait bon, l’acteur.

  10. Des reviews toujours aussi détaillées.; 🙂
    Une bonne remise en bouche pour cet épisode d’intro qui nous permet de nous remettre dans le bain en douceur (surtout pour moi qui n’ai toujours pas lu les livres).
    Il y a quelques morceaux de bravoure (comme Cersei avec son "power is power"). Les personnages sont toujours aussi détaillés et complexe, c’est un plaisir! La vaste galerie de personnages est toujours parfois difficile à appréhender, mais c’est la marque de fabrique!
    Le deuxième épisode est tout aussi bon, quoique à force de passer d’un camp à l’autre, on a l’impression que l’intrigue n’avance pas assez!!

  11. @Sorci : Ah jme disais aussi que Jon Snow devait être pris… pourtant c’est pas ton style, tu les aimes un peu plus rugueux, abimés par la vie et blonds d’habitude, je me suis dit sur un malentendu… ça peut passer. Bon par contre Edd, il est pour moi, je le réserve! Joffrey… nan, trop jeune pour moi. Par contre son Molosse…

  12. Excellent review comme d’hab! C’est réconfortant de voir les lecteurs vibrer/avoir des envies de meurtres/pleurer au mêmes passages xD

    Perso, j’ai retenu mon Oignon qui est formidable, le Robb/Jaime smackdown et Dolorus Edd. Merci HBO!! Merci Sorci!

  13. Les oignons ça fait PLEURER ! ;-(

  14. Mon dieu, que c’est bon!!

    Un peu bizarre en effet, de nous faire commencer directement à King’s Landing, même si ça nous permet de voir très rapidement ce bon et magnifique Tyrion!
    dans le grand Nord, chez Craster, c’est quand même assez flippant, bien rendue l’ambiance des lives, je trouve.
    la pauvre Daenyris, avec ses dragons qui bouffent pas et tous le monde qui se meurt… pas beaucoup d’espoirs pour le moment!
    Robb, tellement magnifique son entrée en scène!! ainsi que Grey Wind qui a bien grandi… et la scène avec Maman, elle fait monter les larmes aux yeux!

    Pour ce qui est de Stannis, même si on aurait préféré de le voir en tout premier (je comprends un peu leur choix, ça aurait pu déstabiliser certains spectateurs de se voir balancer direct de nouveaux personnages), l’intro est très bien faite!! et Mélissandreï est très bien, comme notre Onion Knight!

    et enfin, même analyse que toi pour Joffrey, et sa mère qui réalise qu’elle n’a plus aucun contrôle sur lui (je pense qu’elle s’en doutait déjà lors de la condamnation de Ned), et ça lui fait peur!!

  15. Bravo pour la review ! Tu as su capter tous les moments intéressants 🙂
    Bon, maintenant, le plus dur, c’est d’attendre la suite !

  16. Tu nous as fait un petit mix entre Mélisandre et Missandei, toi ? 😀

  17. C’était une super reprise de review voilàààà 😀 C’était évidemment une super reprise de GoT aussi mais dans les deux cas, c’était pas une surprise.

    J’avais regardé le pilot sans connaître les livres mais là, c’était pas le cas et ça m’a un peu perturbé. J’arrêtais pas de me dire "mais ils pigent là, les gens qu’ont pas lu ?"…

    Sinon, voilà, j’aime tous les nouveaux persos, comme pour la première saison, je les trouve tout top (Nina, tu gères) avec une grosse pensée pour Mr Oignon. Dragonstone déchire grave, les scènes rajoutées sont toutes excellentes (quoique, si le Robb/Jaime m’a fait tourner de l’oeil, je reste à la fois ravie de l’entretien Cersei/Littlefinger et un peu déçue, je trouve ce dernier un chouilla moins subtil…).

    Le Grey Wind, il a de la gueule et le Tyrion, il mérite son Emmy. Et Jack Gleeson aussi d’ailleurs !

    Merci la Sorcière !

  18. ah bah oui, c’est Mélisandre… elle n’en est pas moins très bien!

    Sinon, je trouve qu’ils font un bon travail sur les scènes rajoutées par rapport aux bouquins!! elle est très bien Cersei avec son "Power is Power"!!
    Je me demande d’ailleurs si GRRM a son mot à dire sur ces petits rajouts??

  19. Qu’elle m’a serré le kiki cette scène avec Robb, Vent-Gris et Jaime… Ce loup c’est quand même bien la classe soit dit en passant. Super et très complète review, j’avais pas fait la comparaison entre les scènes mères-fils mais c’est vrai que c’est un peu hallucinant du coup… Cette tronche de Cersei après avoir giflé l’abomination…

  20. J’ai lu ton excellente review juste après avoir vu l’épisode hier soir et ça m’a permis de rester un peu dans le bain ! 🙂 Et de comprendre certaines choses comme le fait que Stannis était à Dragonstone. N’ayant pas (encore) lu la 2e intégrale et à peine la première (je suis dedans), je n’avais pas capté !
    Et boudiou, si tu dis que les loups n’ont pas encore leur taille adulte, ça promet ! ^^

  21. Merci Sorci pour cette review géniale ! Comme d’hab, c’est parfait, je ris, mais je ris à tes conneries ! Et c’est cool, parce que je me rends compte que j’ai les mêmes réactions (peu ou prou) que toi, c’est marrant !

    Ah tiens, d’ailleurs, la scène entre Catelyn et Robb, j’ai aussi trouvé un truc bizarre. Comme un regard, un truc, je sais pas, mais… Un truc où tu vérifies le patronyme en te disant "merde, pourtant je suis chez les Stark, pas les Lannister…"
    (d’ailleurs, j’me suis dit que les acteurs se plaisaient peut-être l’un l’autre et que ça venait de là, mais l’autre super bô king de mon coeur est avec la New Companion, alors…)

    Merci pour tes réactions, tes billets et tes captures. Après avoir matté toute la première saison d’affilée, et n’avoir attendu que deux jours avant d’avoir le new episode, ça me fait étrange de pas avoir ma dose de GoT tous les jours !

  22. Aaahhh, Game of Thrones, enfin! Vous m’excusez si je dis que quand le générique a enfin retenti je n’ai pas pu m’empêcher de le fredonner à tue-tête par-dessus tout en sentant les larmes me monter aux yeux…?
    Et Aaahhh, la review de la Sorcière, enfin! Complète, précise, drôle, passionnante, qui aide à mieux comprendre et voir ce qui a pu nous échapper au visionnage… Merci!
    J’adore tous ces personnages, et leurs interprètes font tous un boulot extraordinaire. J’adore l’aplomb et le bagout de Tyrion, le doigté de Sansa dont la scène de manipulation de son royal bâtard dégénéré consanguin de fiancé était jouissive, l’atmosphère oppressante tellement réussie de la série était bien au rendez-vous et, moi aussi, même sans avoir lu le bouquin, je suis un peu déçue que les producteurs aient fait de Cleos Frey un Alton Lannister; c’est bête, il était plus intéressant de montrer les relations très complexes qui existent entre les familles, où on peut avoir à la fois des alliés et des ennemis (je veux dire, moi aussi j’ai des cousins qui ne portent pas le même nom que moi, tout le monde a des cousins qui ne portent pas le même nom… les scénaristes ont pris les téléspectateurs pour des benêts incapables de comprendre ça?)
    J’ai juste trouvé que les nouveaux personnages n’étaient pas présentés avec tout à fait assez d’emphase (Craster pas aussi répugnant qu’il aurait pu l’être et Stannis un peu effacé, mais j’imagine que ça c’est fait pour…), mais en revanche, la scène d’horreur pure de la fin qui laisse complètement muet d’effroi rattrape tout, c’est bien Game of Thrones comme on l’aime (masochistes que nous sommes…).
    Juste une question: tous ces gosses assassinés, ce sont bien les bâtards de Robert ou Cersei a fait assassiner au hasard tout gamin de 0 à 15 ans brun aux yeux bleus…? Parce que selon, ça dépasse tout ce que j’avais imaginé en terme d’horreur…

  23. Ca a l’air quand même assez ciblé, comme attaque, même si effectivement, ça ferait quelques culs terreux de moins à nourrir pendant l’Hiver ! LOL

  24. Non, je suis allée chercher trop loin.
    Je pense que ça doit être les bâtards de Robert, parce que quand même aller chercher précisément Barra et Gendry ça prouve que Cersei savait qui chercher…
    …mais ça n’empêche pas que quand j’ai vu la scène, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que c’était une purge aveugle et arbitraire et de frémir d’horreur devant l’étendue de la cruauté et de la folie des Lannister.
    Donc, vivement la suite! 😀

  25. Génial comme toujours, j’ai bien ri 🙂

    Si vous regardé bien l’Astrolabe, la grosse "boule" dans le générique, les dessins on changé,
    saison 1 on voyait un dragon combattre un cerf, et un lion qui attaquais par derriere, puis apres le cerf victorieux.

    saison 2, on voit le dragon s’attaqué a une ville en flamme avec un groupe de personne derriere lui.

    <3

  26. Quelle review, quel épisode !

    C’est dingue comme tu remarques toujours tout, les parallèles entre les personnages, les relations, les ressemblances… Je me surprends à être plus attentive à ce genre de détails quand je regarde une série, depuis que je lis tes billets.

    Quel plaisir de revoir toutes ces bonnes (et moins bonnes) bouilles.

    Les paysages, on face du désert de Daenerys au grand Nord de Jon, ce que c’est beau !

    La scène à Dragonstone aurait sans doute été parfaite pour commencer l’épisode. L’ambiance, la musique, Stannis, Liam Cunningham <3, et surtout Mélisandre ! Mystérieuse, intriguante, effrayante… Je suis conquise !

    J’ai aussi adoré la musique de la scène finale (et du générique de fin), une reprise de l’arrivée du roi Robert dans la saison 1 me semble t-il, mais en vachement plus sinistre et brutale, ce qui sied donc parfaitement à ce cher petit Joffrey.

  27. L’attaque contre les bâtards de Robert ça vient pas de Cersei….

  28. @ Marge : on ne l’apprend vraiment que dans le deuxième épisode, ça. et j’en suis un peu moins sur, car je me demande comment les gold cloak savent aussi bien où et qui chercher?!

  29. Ah oui effectivement, my bad, c’est après. Désolée.

  30. Excellente rewiew comme d’hab 🙂
    Pour parler des choses qui fâchent un peu moi j’ai détesté la scène Cersei/Littlefinger. Même si effectivement elle tape sur son point faible, littlefinger est bien trop malin pour agir comme çà à mon avis…
    La scène de fin (et la musique) était très bien mais comment on t’ils fait pour savoir ou étaient tous les bâtards? Ce pauvre Ned a quand même mis toute une saison pour découvrir la vérité là dessus…(mais peut être est-ce expliqué dans l’épisode 2 que je n’ai pas encore vu)
    De toute façon il est inévitable qu’on s’éloigne de plus en plus des bouquins, on aura sans aucun doute plus de Renly, de Robb et de Jaime dans la série que dans les livres, mais j’avoue que ça me fait un peu peur…

  31. Juste vous rappeler si vous ne le savez pas déjà que la 3em édition du festival "Séries Mania" a lieu au Forum des images du 16 au 22 avril. Soirée d’ouverture : Game of Thrones (saison 2 épisode 1 et 2)
    Ce festival est en total libre accès (il faut cependant récupérer vos places à l’avance au Forum). Au programme des séries du monde entier, inédites, récentes ou en avant-premières de leur diffusion française.
    Toutes les infos : bit.ly/FRoiSb
    Voir la bande-annonce : dai.ly/HnSbHP

  32. J’ai bien aimé moi aussi, mais pas très bien compris en quoi ce que dit John est offensant pour le bon père de famille…

  33. Je découvre ton blog aujourd’hui. J’ai beaucoup ri en lisant ton article. Je reviendrai (souvent)

  34. J’adore ! J’aime ! Je kiffe ! Je vais venir te lire après chaque épisode tellement je suis contente d’avoir découvert ce blog !

    Sur ce commentaire des plus constructifs, on l’aura remarqué, je m’en vais me pencher sur les autres séries qu’on a en commun 🙂

    Bises
    Isa

  35. Une fois de plus, merci beaucoup pour tes reviews détaillées et très claires, elles me sont indispensables pour comprendre parfaitement l’épisode. J’ai lu toute ta saison 1 en même temps que je la voyais. Au tour de la saison 2 à présent !

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top