Categories Menu

[GAME OF THRONES] 203 : What is dead may never die

Allez, on s’y remet ! Et pour changer, je vais faire ça par unité de lieu !

1) La campagne de Renly Baratheon.

Alors là, vingt sur vingt, rien à redire, c’est tout à fait merveilleux de n’importe quoi, je m’en remets à peine !
Premièrement, l’on découvre à travers les yeux parfaitement incrédules de Dame Stark l’ost composé de blancs-becs du gentil damoiseau dont les bois sont encore couverts de duvet, et c’est ma foi bien rigolo. Surtout qu’ils s’y croient tous à fond. En plus, ils se sont dégoté une reine toute neuve qui se trouve être la frangine au Chevalier des Fleurs (mwahahahah) et il convient de lui en mettre plein les oeils en faisant genre on se flanque des tartes pour lui montrer qu’on est des durs, des vrais.

Au demeurant, notre chevalier des Fleurs n’en mène présentement pas bien large étant donné qu’il est en train d’en découdre avec une armoire à glace d’1m90. Au garrot.

Je me souviens encore de cette séquence racontée de façon très enthousiaste par Finn Jones. « Ouéééé, Gwendoline et moi, comment qu’on s’en est mis plein la poire, uhuhuh, trop bien. » Il est mimi, ce garçon.
Car oui, malgré la présence de sa très noble s? »ur qui l’encourage de toute la force de ses… euh… poumons…

Et n’ayant pas de jument en chaleur sous la main, Ser Loras est bien forcé de mordre la poussière devant son bien-aimé.

??a le fait d’ailleurs bien chier de se faire curer les naseaux en public, c’te ptite teigne.

Mais alors, quelle n’est pas sa stupéfaction – et celle de toute l’assemblée – lorsqu’il découvre que le chevalier qui l’a rossé n’est autre… qu’une chevalière.

AAAAAAH, BRIENNE, BRIEEEENNE, EEEENFIIIIN !
Tous ces mois à t’attendre, Brienne, j’ai cru mourir.

Vous l’aurez compris, dès maintenant, je risque de trouver le moindre battement de cils de Brienne absolument fabuleux.

Nan mais comprenez. Pintade écervelée ? Damoiselle en détresse ? Pute de bas étages ? Intrigante avide de pouvoir ? Que nenni. Brienne de Tarth (Torth, en français, c’est d’un tarte) n’est rien de tout cela. Pourtant dame de haute naissance, elle, elle a voulu devenir chevalier. Eh bien voilà, c’est fait. Arya Stark, on te salue de loin au passage !
Bref, voilà Brienne membre de la garde rapprochée du roi Renly et ma foi, son empressement est un poil louche, vous ne trouvez pas ?

Je peux vous dire que je me suis sacrément bidonnée devant la tronche é-coeu-rée de Ser Loras. C’est un peu le chevalier des ronces, aujourd’hui. Voire le chevalier des orties !

Eh ben alors, on est vexé, mon mignon ?
Bref, voilà qui résume bien l’ambiance dans le camp de Renly. On boude parce que chouchou s’est trouvé un nouveau champion. Bonjour le niveau. C’est clair que Stannis n’a qu’à bien se tenir !
Et pour en revenir à Brienne (BRIEEEEEENNE !!!), ce qu’il y a de bien c’est qu’elle n’est pas chiante, comme fille. Nan, c’est bon, pas la peine de lui donner du Madame, elle n’y tient pas. Euh, Monsieur, alors ? Ser ? My lady ? Uh uh !

Brienne : Brienne’s enough. I’m no lady.

Tarth out.

*sanglote*

BRIENNNNNNE, JE T’AIIIIIME !!!

Ah. Si son personnage est un tant soit peu fidèle au bouquin – et cela semble bien parti pour – je n’ai pas fini de me tordre les mains en poussant des piaulements éplorés.
En attendant, quel casting exceptionnel : on n’a pas cherché à la rendre plus belle qu’elle n’est dans l’? »uvre écrite, non, on a casté une géante qu’on a enlaidie et qui dépasse tout le monde de la tête et des épaules et tant pis si ça rend ses scènes difficiles à filmer !

Ce qu’il y a de bien en la collant à Catelyn Stark, c’est que cette dernière n’est jamais dupe de rien.

Y compris face à l’armée de Renly qui visiblement a un peu oublié de brancher son sonotone.

– Vous êtes cuits d’avance.
– Hein, quoi, pardon ?
– Je dis que vous êtes cuits d’avance !
– Hein ? Elle peut répéter, j’ai pas entendu.
– Cuits d’avance, triple buse ! Winter is coming, ça te dit quelque chose ou pas ?
– Nan décidément, je comprends rien à ce qu’elle raconte, la dame. Tant pis !

Grosso merdo, voilà à quoi correspond le dialogue, que dis-je, les N??GOCIATIONS entre Catelyn et Renly. Une méga-réussite. En même temps, est-ce bien utile de s’allier avec un tas de boulets qui ne vont pas manquer de détaler comme des lapins au premier flocon de neige et de pleurer leur mère à la première engelure ? Rien n’est moins sûr ! Ce doit être à peu près ça que Dame Stark se dit en contemplant les jeux de guerre de ces petits margoulins.

Du coup, histoire de se donner une contenance, elle assène quelques phrases bien tournées.

Catelyn : My son is fighting a war, not playing at one.

Bing !

Catelyn : It’s a game to you, isn’t it ? I pity them.
Renly : Why ?
Catelyn : Because it won’t last. Because they are the knights of summer and winter is coming.

Waouh, Michelle Fairley est une déesse ! Et êtes-vous bien sûrs qu’elle est vraiment truite, cette bonne dame ? Parce qu’elle tourne vachement louve, ces derniers temps, je trouve !
Enfin vous le voyez, les bonnes femmes s’en donnent à coeur joie, et encore, je n’ai pas parlé de la meilleure, à savoir Margaery Tyrell. Ah, Dame Margaery. La Reine Margaery ! Alors là, autant certains traitements me débectent, autant avec les Tyrell, je trouve qu’ils maîtrisent. Ce n’est pas simple car dans les bouquins, il faut attendre très tard pour avoir ne serait-ce qu’une vague idée de qui est Margaery Tyrell. Je ne peux pas en dire beaucoup plus, mais elle est longtemps présentée comme la plus charmante des enfants, belle, ingénue, pure. Alors qu’en fait, elle joue le jeu des trônes comme une putain de boss, la garce !

Prenez par exemple son époux, qui là tout de suite est en train de folâtrer avec son frère qui lui fait le coup du « pas ce soir, j’ai la migraine ».

Sont-ils croquignolets.

Eh bien Margaery ne se déballonne pas pour un sou, d’ailleurs elle est au courant de tout mais on ne dira rien, bichon, pis le mieux ce serait de me mettre en cloque tout de suite, comme ça, on serait tranquilles !

Et là, ce con de Bambi qui décidément est un gros malin s’efforce de ne pas regarder les nénés qu’il a quasiment au niveau de la moustache et se fend d’un compliment sur la jolie robe de madame son épouse. Ah oui, c’est tout à fait comme ça qu’on fait pour convaincre les gens qu’on est hétéro. Alors là, croyez-moi qu’on tient un client !

Mais elle s’en fout, Margaery, tiens, même si tu veux, chéri, je vais chercher mon frangin pour te chauffer un petit peu et après, hop !

Margaery : Do you want my brother to come in and help ? He can get you started, I really don?EUR(TM)t mind. Or I can turn over and you can pretend I’m him.

Quoi, mais comment, mais pas du tout, mais qu’allez-vous croire là, douce amie.
Enfin très vite, Margaery lui sort un habile « arrête ton char, Ben Hur » et le pauvre Renly est bien obligé de fermer son bec, horrifié sans doute à l’idée de devoir se taper les deux Tyrell dans le même plumard, et encore plus sans doute à l’idée de toucher une femme.

Honnêtement, cette scène m’a coupé le souffle tellement je ne m’étais jamais imaginé à quoi pouvait ressembler l’envers du décor chez le benjamin des Baratheon. On est très éloignés de ça dans le bouquin, Renly est un personnage assez lisse et tout à fait aimable qu’on aperçoit vaguement de temps en temps, c’est passionnant de voir tout ce qu’on peut encore broder autour de sa petite histoire. Et c’est très cohérent avec la suite, alors ça me plaît. J’aime cette Margaery version fierce bitch, j’aime déjà la détester et elle ajoute beaucoup de piquant à ce morceau de l’histoire. C’est de la belle ouvrage !
Finalement, le seul truc que j’ai à reprocher à la Margaery Tyrell de la série c’est… pourquoi se faire chier à orthographier ça MargAEry si c’est pour bêtement l’appeler Marjorie, quoi !

2) Les ??les de fer, ou… THEON, THEON CA RIME AVEC : « OUPS, J’AI FAIT LE CON » !
??a fait quelques épisodes que je suis assez méfiante concernant l’intrigue de Theon, le personnage de la série étant beaucoup plus sympathique que celui du bouquin. Et encore, je dois avouer que celui du bouquin ne m’a pas déplu tant que ça, au début, j’ai ressenti une certaine empathie pour lui, même si c’était pas si évident que ça. Là, c’est plus qu’évident, on est OBLIG??S d’être désolés pour lui, et ça, c’est véritablement un problème.
Le second problème et il faut s’y faire, c’est qu’Alfie Allen est absolument génial dans un rôle qui est tout de même bien merdique. Et je me liquéfie à l’idée de ce qui l’attend encore. Sa performance en rajoute encore dans ce qui fait pour l’instant toute la grâce de ce personnage, son dilemme qui le rend tour à tour pitoyable et odieux.
Il y a certaines choses que je ne lui pardonnerai jamais et il serait si aisé de décider que je le hais de toutes mes forces… mais non. Et ça me fait joliment chier, parce que je n’ai pas que ça à foutre, d’en avoir quelque chose à battre de Theon Greyjoy. J’ai des Robb Stark, des Jon Snow, des Jaime Lannister, des Arya, des Sansa sur le feu, moi. Alors oui, c’est super bien joué de la part des créateurs de la série parce que franchement, on ne sait plus quoi penser… et quelque part, ça rend la série bien plus passionnante.
Quoi qu’il en soit, définitivement et il faut que je m’y fasse, j’ai beaucoup trop d’empathie pour ne pas être sensible à la tragédie qu’est l’histoire de Theon.

Theon : You gave me away ! Your boy ! Your last boy ! You gave me away like I was some dog you didn’t want anymore. And now you curse me because I’ve come home !

Ce que je trouve chouette, c’est que Papa Pirate, tout ferreux soit-il, ne reste pas tout à fait froid à ce vibrant discours. Il n’empêche que Theon va tout de même tout de même commettre l’ultime connerie.

Cette lettre n’existe pas dans le livre.

« Robb, I hope this reaches you in time. My father has rejected the offer and plans to attack the North, raiding the shores and taking Deepwood Motte. Mobilize your army and make for the North before it?EUR(TM)s too late. I?EUR(TM)ll write again when I can. Theon »

Robb. Theon. Pas de Votre Grâce, rien. Pas de jeune loup ni de prince de Pyk, dans cette missive. Juste Robb et Theon, élevés comme des frères.

Theon est ainsi réintégré dans la foi du Dieu-Noyé.

What is dead may never die…….

3) La cavale d’Arya Stark. Bon, là le moral descend encore d’un cran. Mais comme c’est bien géré. On donne un grand coup à la pédale d’accélérateur car dans le livre, cette partie dure, dure, dure… et dure encore un peu. Là, on laisse un peu de place à Arya l’enfant, histoire de rappeler qu’à son âge, au bout d’un moment, ça devient compliqué de vivre tout cela.

Arya : I close my eyes, I see them up there. All of them. Standing there. Joffrey, the Queen?EUR? and my sister.

Ce qui nous permet d’apprendre d’où vient Yoren. Et de mettre en place une prière culte.

Yoren : I saw my brother stabbed through the heart, right on our doorstep. Weren?EUR(TM)t much of a villain what skewered him. Willem, the lad?EUR(TM)s name was. He ran off before anyone could spit. And I just stood there, watching my brother die. Here?EUR(TM)s the funny part… I can?EUR(TM)t picture my brother?EUR(TM)s face anymore. But Willem?EUR? ah, he was a nice looking boy. He had good white teeth, blue eyes, one of those dimpled chins all the girls liked. I would think about him when I was working, when I was drinking, when I was having a shit. It got to the point where I would say his name every night before I went to bed : Willem, Willem, Willem. A prayer almost. Well one day, Willem came riding back into town. I buried an axe so deep into Willem?EUR(TM)s skull they had to bury him with it. Willem?EUR(TM)s horse carried me back to the Wall, and I?EUR(TM)ve been wearing black ever since.

Roh, Gendry qui dort tout près.

Mais il y a aussi l’ultime coup de pouce de Yoren aux deux jeunes en fuite.

Cela me rappelle d’ailleurs que dans la série, on n’est pas certains que Yoren est au courant de l’identité de Gendry. Je ne me souviens plus très bien comment c’est tourné dans le bouquin, mais il me semble bien que Varys organise avec Yoren le départ de l’apprenti forgeron de Port-Réal. Hélas, cela ne portera pas bonheur à notre Frère Noir.

Cette petite incursion des hommes de Lord Tywin a l’avantage de nous offrir une scène qui aura de lourdes répercussions.

(On reconnaît bien Mordeur, non ? )

Jaqen : A man can’t fight ! Free us !

Et évidemment, il y a le sacrifice du pauvre Lommy-Mains-Vertes, qui blessé à la patte, se voyait déjà se faire porter sur le chemin par les gentils hommes Lannister.

(Donc ça, c’est Polliver, et non Raff-Tout-Miel, si j’ai bien tout suivi. Pfiou, pas facile !)

Mais si j’ai adoré ce passage, outre la fin qui est d’une noirceur affreuse, c’est surtout à cause de la rapidité d’esprit d’Arya dont le cerveau est aussi affuté que son épée et qui a presque réussi à me surprendre.

Arya : You want Gendry ?

Arya : You already got him. He loved that helmet.

Waouh. Comment qu’elle vient de sauver son futur époux compagnon de route, celle-là ! Il a intérêt à être super sympa avec elle. Enfin, encore plus !
Mon seul regret : la charge manquante. Pas de « Winterfell !/Tourte-Chaude ! ».

4) Au-delà du Mur, c’est toujours très bien et je milite pour un Jon Snow ensanglanté, furibard et crasseux à temps complet !

James Cosmo est toujours usant de perfection dans le rôle du Vieil Ours, j’en fatigue.

Donc oui, le Lord Commandant était tout à fait au courant pour les bébés mâles que le délicieux Craster fourgue en douce aux Marcheurs Blancs histoire de pouvoir forniquer tranquillement avec ses filles. Tout ceci respire décidément la fraîcheur de vivre, mais un truc de fou !

Jon : You know.
Mormont : Wildlings serve crueler gods than you and I.

(Waouh, comment que sa voix ressemble trop à celle de Iain Glen quand il dit ça !)

Et mon Jon Snow de prendre sa petite mine choquée et déçue qui ne l’en rend que plus aimable.

Attends, mon chouchou… ça fait des mois que t’es là et tu crois encore en un monde de respect et d’honneur ? Si c’est pas adorable. Aussi aveugle que son père, celui-là ! (Ou son oncle ou whatever.)
Ah, mon mignon, tu n’as pas fini d’en voir !
Ce que j’aime ici, c’est que Jeor Mormont a parfaitement conscience de la déception de son poulain à son encontre, et il sait que le respect, l’adoration que lui voue le môme viennent de dégringoler d’un bon cran. Et ça le fait bien chier, le vieux. J’adore.

Qu’est-ce qu’ils sont chouettes, nos rugueux plantigrades, croquants dehors et fondants dedans !
Et toujours du côté de nos ténébreux gardiens, laissez-moi vous dire que la petite scène de demande en mariage d’adieux entre Sammy et Cassie Gilly m’a presque fait renifler. Un peu de tendresse dans un monde de brutes épaisses assoiffées de sang.

Samwell : I’m not giving it away, I’m giving it to you. Keep it safe for me. Till I come back.

Nous tenons clairement là les deux personnages les plus CHOUPI qu’il y aura jamais dans cette saga. Autant dire que personnellement, je m’y accroche et NAN, je ne les lâcherai pas, laissez-moi mouriiiiiiir !

5) Port-Réal me fait quand même un tout petit peu gerber. Bon, déjà, je ne suis pas très fan de la roulure de Tyrion qui n’est jamais contente de rien.

Ensuite, le martyr de Sansa me rend très malheureuse, surtout qu’on semble bien décidé à rendre bien tout comme dans le bouquin. Le harcèlement moral autant que physique dont elle est la victime continuelle est déprimant au possible.

Je ne me souviens plus si cette scène se trouve dans le livre, mais elle est intéressante car d’une part, elle nous rappelle qui est Myrcella (ben oui, ça devient important) et d’autre part, elle souligne à quel point Tommen et Myrcella, frère et soeur de Joffrey, sont de mignons et inoffensifs loupiots.

Tommen : Is Joffrey going to kill Sansa’s brother ?
Cersei : He might. Would you like that ?
Tommen : No. I don’t think so.
Cersei : Even if he does, Sansa will do her duty. Won’t you little dove ?

Quant à Cersei, elle n’est pas totalement conne au point de ne pas se rendre compte que le calvaire de Sansa est tout à fait semblable au sien, vendue à un homme qui ne l’a jamais aimée. L’ennui avec elle, c’est qu’elle est tour à tour bourreau et victime… mais quand même, surtout bourreau, ces temps-ci !

Voir la pauvre Sansa étouffer ses sanglots dans son gobelet, ça m’a achevée. Dieux qu’elle joue bien, cette petite Sophie Turner.
Là, pareil, gros coup d’accélérateur : Shae est placée camériste auprès de Sansa.

Bien évidemment, elle se fait fraîchement recevoir, mais le fait qu’elle soit tout à fait incapable et qu’elle ne se prosterne pas aux pieds de Sansa est une diversion qui semble bienvenue et la jeune pimbêche ne saurait la renvoyer, préférant la garder auprès d’elle pour se faire brosser les cheveux, un tableau qui renvoie douloureusement à Winterfell où il y a encore si peu de temps, c’était sa mère qui s’acquittait de cette tâche.
Pendant qu’on fait groupier avec les principaux personnages, ce qui est une habile façon de raconter l’histoire sans s’éparpiller de partout, Tyrion est, comme souvent, formidable.

Histoire de découvrir qui est le plus à même de le trahir parmi les plus proches conseillers de la couronne, il balance trois histoires différentes à Varys, Littlefinger et Pycelle… et attend de voir quelle version va arriver aux oreilles de Cersei !

Bingo, c’est la version Myrcella va épouser le jeune prince de Dorne ! (Heureusement, quelque part, parce que j’aurais été inquiète de voir Myrcella partir pour Pyk, ou pire encore pour le Val !)
Et là, la mère Cersei, elle pète un méga boulard maison. Mais comment, mais ça ne va pas bien la tête, mais hors de question que sa petite fille, la prunelle de ses yeux, la chair de sa chair soit vendue comme une vulgaire traînée aux Martell. Entre nous, je ne vois pas bien pourquoi elle fait un flan pareil, perso, j’y vais quand elle veut, moi, à Dorne. Parfois, il me prend de furieuses envie de tout plaquer pour aller écouter les noix de coco tomber sur la plage en buvant des jus de fruits sur une chaise longue ! Y a pire que Dorne, quand même.

Et là, jeune lecteur non-initié, tu te dis : mais c’est quoi ça Dorne ? Eh bien laisse-moi t’éclairer. Dorne, c’est tout au sud des Sept Couronnes, au bord de la mer. Cette principauté caillouteuse qui bénéficie d’un large ensoleillement est placée sous la protection de la maison Martell, de Lancehélion (Sunspear, pour une fois, c’est presque plus joli en français).
Mais, m’objecteras-tu, pourquoi n’entendons-nous jamais parler de Dorne ou des Martell ? Eh bien parce que ça prend du temps de regarder les noix de coco pousser, mon jeune ami !
Plus sérieusement, forts de ce que nous savons pour l’instant sur la géopolitique westerosienne, nous pouvons nous dire qu’a priori, il y a de fortes chances pour que les Martell aient encore en travers de la gorge le massacre d’Elia, l’épouse de Rhaegar Targaryen, fils, souvenez-vous, du roi Aerys le Fol (tué par le Régicide, mais oui, ça y est, vous vous y retrouvez), et frère de Daenerys et Viserys, ainsi que de ses enfants. Car je vous le rappelle, tout ce petit monde a été passé par les armes lors de la rébellion de Robert, et les gamins d’Elia Martell et Rhaegar Targaryen, tombés aux mains des hommes de Tywin Lannister dont notre fameuse Montagne, ont subi l’horrible sort que vous savez, inutile que je revienne sur ces charmants détails, j’en fais encore des cauchemars.
Enfin de toute façon, même avant ça, ça n’allait plus très, très fort entre Port-Réal et les Dorniens dans la mesure où Rhaegar avait été un petit peu « léger » envers la pauvre Elia lors du tournoi d’Harrenhal. C’est-à-dire qu’on se demande si ce n’est pas à partir de là qu’il aurait fauté avec Lyanna Stark, en tout cas, il afficha son inclination de façon un peu trop ostensible en la couronnant reine d’amour et de beauté, et ça se finit dramatiquement par un enlèvement peut-être bien un peu consentant.
Bref, pas de nouvelles, bonnes nouvelles ? Mmmmh, pas certain ! C’est sûr que c’est intéressant d’aller vendre aux Martell une fiancée histoire de se réconcilier un petit peu, d’autant que ça commence tout doucement à chauffer et qu’un peu de soutien serait le bienvenu, m’enfin c’est vrai qu’à la base, c’est couillu, comme décision !
Cersei se sent donc obligée de sortir les grands mots.

Cersei : You think the piece of paper father gave you keeps you safe ? Ned Stark had a piece of paper too.

C’est sympa ! J’aime bien voir Cersei craquer, de temps en temps ! (Le plus souvent possible, à vrai dire. )

En attendant, c’est donc ce vieux satrape de Pycelle qui a trahi Tyrion et c’est en galante compagnie qu’on trouve le bonhomme avant de le jeter au cachot.

Un petit coup de comic-release histoire de respirer un peu, merci Bronn qui se marre tant qu’il peut devant le vieux flippant à l’idée de perdre sa zigounette.

Finalement, comme on est sympa, on lui évite d’aller dépenser des sous chez le barbier !
Pour clore cette petite visite à la capitale, un échange très intéressant entre les deux hommes forts du moment, le début de quelque chose, semble-t-il, tout du moins d’une relation apaisée.

Varys : Power resides where men believe it resides. Its a trick, a shadow on the wall and a very small man can cast a very large shadow.

Autant Littlefinger, j’ai du mal, autant je trouve Varys vraiment chouette, à l’écran.

6) Winterfell reste presque anecdotique dans cet épisode, mais le rêve d’??té de Bran est tout de même super bien rendu et ça commence tout doucement à se préciser. Quand il se réveille, le gamin se retrouve nez-à-nez avec son loup, après avoir été son loup au cours de son rêve. Génial.

Maester Luwin : These are dreams, Bran, nothing more.

Bran : No, my dreams are different.

Oh, are they ?

C’est sympa d’expliquer un petit peu à quoi correspondent les maillons des chaînes de mestres. Je ne suis pas sûre que cela avait été abordé dans la série. Attention, c’est là que je réenfile ma tenue de Schtroumph à lunettes ! Sachez, chers petits novices, que les mestres servent à plein de choses, ils sont multitâches.
Dans une maisonnée, ils font médecin, nounou, secrétaire, prof, conseiller politique et aussi télégraphe puisque ce sont eux qui gèrent les corbeaux. Ils sont formés à la Citadelle de Villevieille et chacun des maillons de leurs chaînes, constitués de métaux différents, correspond à un domaine de connaissances.
Mestre Luwin, lui, est un sacré client puisqu’il maîtrise les corbeaux, l’histoire, la médecine, la botanique, l’astronomie, les langues anciennes et donc la magie, d’un point de vue théorique en tout cas. J’en oublie sans doute.
On le sait par Mestre Aemon, de la Garde de Nuit, un mestre prête serment et renie son nom, rien que ça. Il est bien placé pour le savoir puisque ce faisant, sans le savoir, il renonçait à régner sur les Sept Couronnes.
Voilà, c’est important de savoir ce qu’est un mestre quand on se plonge dans le Trône. (Ouh, ça fait bizarre, dit comme ça ! )

Maester Luwin : Maybe magic once was a mighty force in the world. The dragons are gone. The giants are dead. And the children of the forest forgotten.

Comme quoi, même Mestre Luwin peut se gourrer !
Et sinon, nous célébrons un épisode SANS Joffrey, wouhouh, deux semaines de suite, et sans Daenerys ! Du coup, pas de casse-croûte, mais que voulez-vous, on a rien sans rien !

Posted by on Avr 16, 2012 in Game of Thrones | 62 comments

62 Comments

  1. Je ne pense pas que ce soit notre araignée préférée qui prenne des disposition pour le départ de Gendry avec Yoren mais bien Ned Stark…

  2. Super détaillée encore cette review ! Y’a quand même plein de petites choses qui m’échappent même en ayant lu les bouquins, et dont je me rends compte ici (tu regardes les épisodes avec une loupe ou quoi ?). J’avoue que Brienne qui dézingue du chevalier les doigts dans le nez c’est assez jouissif, ils l’ont merveilleusement castée celle-là… Sinon le passage de la lettre m’a bien foutu les boules également… Ils ont vraiment le chic pour nous coller de ces petits ajouts au scénario de derrière les fagots, comme si le tout avait besoin d’être pimenté pour qu’on ait encore plus envie de se foutre en l’air. Et à ce propos, j’ai beau savoir à l’avance, et comme pour la S1, plus on avance dans les épisodes (je viens de visionner le 7) plus c’est difficile à regarder et plus j’ai envie de me rouler en boule dans un coin. Ce truc c’est un aller-simple pour l’asile… Merci GRRM !

  3. Ned venait à peine de comprendre le schmilblik que son prédécesseur avait mis à jour. De là à mettre un plan de sauvetage en marche SANS prévenir de plus hautes autorités, rapport à l’honneur de Nord, etc … Donc je penche pour Varys et ses oiseaux. Et j’ai le souvenir que Yoren savait pour Gendry dans les bouquins

    Par contre, excusez l’oie blanche que je suis mais Renly + Loras = WTF ! Sérieux j’ai loupé un chapitre ? Une ligne entre les ligne ? Je me souviens que Renly est décrit comme un jeune Robert dans les livres. Il est insouciant et aime faire la fête (un enfant de l’été quoi). Certes ses chevaliers sont "arc-en-ciels", mais je ne me souviens pas que ce jeune homme est un soucis avec les femmes.
    Et la Margaery Tyrell, je ne l’imaginais pas du tout comme ça. Dans mon idée, elle était plus proche de Myrcella et Sansa question âge, attitude. Côté tempérament et tirage de ficelles moins, surtout avec la reine des épines pas loin. Je me suis même demandais plusieurs fois à quel point sa relation avec Loras ressemblait à celle de Cersei et Jaime. Loras que j’imaginais plus Prince Charming comme dans Shrek (je sais)

  4. @Quantum : Pour Ned, je ne crois pas !

    @Lisa : loupe, non, mais celui-là, par exemple, je l’ai vu trois fois.

    @Breched : je sais que c’est un peu chiant de lire entre les lignes de bouquins de 1000 pages, mais jamais, JAMAIS je n’ai perdu de vue qu’ils s’agissaient de point de vue, et donc qu’ils pouvaient être biaisés ou naïfs, c’est la règle d’or, et c’est clair que c’est pas facile de mettre en perspective tout ce qui se passe, mais là c’est toute la beauté de cette oeuvre. Pour Renly, il y a vraiment des indices, et sans vouloir trop en dévoiler sur ce qui attend les téléspectateurs, la réaction du Loras du livre un peu plus tard me l’a absolument confirmé. Même vu de loin, c’était assez évident. (Pour enfoncer le clou, GRRM a confirmé il y a des années de cela dans une interview que Loras et Renly étaient amants, donc les créateurs de la série n’inventent rien).

    Pour Margaery, par contre, il n’y a aucun doute, un peu plus loin dans le livre, même si le point de vue qui la dépeint est un poil biaisé, on sait à qui on a à faire. LOL Maintenant, ils ont peut-être décidé de jarter la reine des épines (snif) ou de la garder pour plus tard. Mais je suis certaine que même sans reine des épines, Margaery est une jolie toupie ! La blague sur sa virginité m’a trop fait marrer, d’ailleurs. LOL Et puis pour Loras, tu ne le vois qu’à travers les yeux de Sansa, au début, comment peux-tu l’imaginer autrement que comme le prince charmant ? Quant à la relation de la fratrie Tyrell, ouais, clairement, on se pose des questions pis on est pas les seuls…

  5. Ah mais moi non plus j’avais rien vu venir pour Loras et Renly ! Loras, en fait, je ne le voyais qu’avec les yeux de Sansa, c’est dire ! LOL Il m’a fallu pas mal de temps et un certain dialogue à son sujet entre Margaery et Sansa pour capter un truc LOL

    Un épisode sans Jeoffrey, purée, ça fait du bien ! ??a aère un peu !

  6. Le joyeux épisode qui m’a réconcilié avec cette saison 2 (j’avais eu beaucoup de mal avec les deux premiers). En te relisant, je pense que c’est d’autant plus évident… Mais quel casting !!

    Même si certains n’étaient pas comme ça dans ma lecture (La Tyrell notamment), c’est tellement bien amené que ça coule de source 😀

    Merci pour le très beau rappel 🙂

  7. Il me semble avoir relu un passage qui ne laissait pas tellement planer le doute sur le cas de Loras, alors que ça m’avait totalement échappé la première fois… En même temps quand on a cinquante intrigues en tête…

  8. C’est rageant de ne pas pouvoir spoiler les bouquins, mais de toute façon, à un moment donné, une fois qu’il a pris certaines fonctions dans une certaine ville, il le dit presque clairement à un certain personnage qui lui demande si c’est pas trop difficile de se priver d’une certaine chose. Une vague histoire de soleil et de chandelles qui ne laisse planer aucun doute sur son orientation et ses sentiments.

  9. J’ai l’impression de m’entendre parler à mes collègues spectateurs non lecteurs 😀
    (L’option "je me bouche les oreilles en hurlant aaaaah, tais-toi tais-toi" en moins…)

  10. Oui, c’est sûr que l’abondance d’intrigues nuit parfois aux détails, et puis il faut bien dire que les chapitres Sansa ou Renly n’étaient pas mes favoris, j’ai peut-être lu certains trucs un peu vite.

  11. J’ai beaucoup aimé l’éclairage que cet épisode apporte à Marjorie (marre d’essayer d’écrire son nom!!). On n’a pas son POV dans les romans et je trouve ça bien d’en savoir un peu plus.
    La relation Renly/Loras est très clairement suggérée dans les bouquins. Pour Loras et Margeary (j’ai bon?), je me suis très fortement posé la question donc c’est suggéré aussi. La différence avec Jaime et Cersei c’est qu’ils ne m’ont pas l’air d’être exclusifs…
    Brienne, perfect, just perfect… Elle me rappelle Kara, allez savoir pourquoi!

    Le parallèle entre Sansa et Cersei existe, mais à la base Cersei ça lui plaisait d’épouser Robert, c’est à la nuit de noces qu’elle est tombée des nues la pauvrette… Là Sansa elle sait d’emblée qu’elle va épouser un époux cruel et sadique.

    Pour Myrcella, j’ai dû rater une marche parce qu’il me semblait que les dorniens n’avaient pas de prince à marier. A noter que c’est gens très progressistes acceptent que des femmes héritent du trône…

    Théon, d’un côté je le hais de toutes mes tripes mais d’un autre je le plains tout autant. Ce pauvre gars est aussi scindé en deux que moi à son sujet… Mais pour le moment, je le déteste!!

    Bref, tout cela est une torture que l’on s’inflige avec un infini plaisir. Je crois bien que c’est pire une fois qu’on a lu les livres et qu’on est viscéralement attachés aux personnages.

  12. Par contre le truc frappant quand on voit la série après avoir lu le post sur le casting, c’est la différence parfois incroyable entre l’allure de l’acteur au naturel et dans la série, parfois. Enfin, quand je dis "au naturel", il faut bien dire que pour les actrices le naturel est rarement là :p Pour Gilly, je n’en reviens pas ! Cersei non plus d’ailleurs.
    ??a me rappelle qu’hier on a regardé Transamerica et que Lynette Scavo m’y a laissée sur le derche à tous points de vue, tant pour son boulot d’actrice que son apparence physique !

  13. Je suis aussi admiratif du traitement de Théon. Dans le bouquin je n’avais qu’une envie, de survoler ses chapitres pour passer à la suite. Ici, sans ses pensées intérieures, la tragédie de sa situation est mise en avant. Je suis sensé chialer pour Winterfell, merde ! Et son thème musical est mon préféré de la saison. Ca va chauffer mes enceintes le jour venu…

    + 1 pour Marg’ ! Hail the bitch Queen !

  14. Je sens qu’on va avoir un fight mémorable pour le poste de Queen of the Bitches!!

  15. @Eridani : les Martell ont deux princes célibataires, un grand genre 17 ans (Quentyn) et un petit genre 10 ans (Trystan). Dans le bouquin Myrcella est destinée à épouser Trystan quand ils auront dans les 15 ans.

  16. Dites donc il en faut des mouflets dans chaque famille pour pouvoir en marier à suffisamment d’alliés ! LOL

  17. C’est clair, regarde les Frey ! Ils ont tout compris, eux, avec leur famille tentaculaire ! ??a leur permet d’être alliés avec tout le monde et de choisir le bon cheval aussitôt que le vent tourne ! Pour Cersei et Sansa, disons que finalement on s’y retrouve, la seule différence, c’est que Sansa a déchanté avant le mariage.

  18. ahlala cette série me fait vraiment du mal, et j’ai beau savoir ce qu’il va advenir de nos chouchous je ne peux m’empêcher de trépigner devant mon écran à chaque nouvel épisode. Brienne, Theon, Sansa, Arya, venez voir maman mes petits canards * gros hug de la mort pour ces ptits loulous*

    En ce moment, je vis une regression theonesque, je ne peux m’empêcher d’adorer ce personnage. Allez savoir pourquoi, déjà dans les bouquins, contrairement à vous, je lisais ses passages avec avidité. (oui je suis maso) Mes amis ne comprennent pas que je puisse adorer Theon et Jaime.
    Mais le pauvre gars quoi. Tiraillé entre l’envie de vouloir retrouver le respect de ce père indigne et sa loyauté envers celui qui ressemble le plus à un frère. J’adore les personnages torturé de la sorte. Quel choix faire. La méchante baffe dans son petit museau m’a fait hurler comme Balon. Et comme tu dis, certainement que le jeu d’Alfie rajoute beaucoup au fait que je n’arrive pas à le détester. Malgré ce qu’il adviendra. On sent vraiment le mec qui nage à contre courant, qui se débat mais qui au final va sombrer. Et cette lettre. Non mais cette lettre quoi. Balon. Robb. Robb. Balon. Dilemne.

    Ah et Brienne. Je l’adore. Elle est exactement comme je me l’imaginais. Quand j’ai vu l’épisode avec des amis non lecteurs du bouquin j’étais là "vous allez voir, elle est géniale. Regardez c’est elle c’est Brienne \o/ "mode hystérique sur le canapé sous l’oeil dubitatif de mes amis*

    je passe aussi le fait que je suis membre de la ligue de défense de Sansa. Pauvre choupette. Elle me fait vraiment de la peine.

  19. Je peux pas m?EUR(TM)empêcher de trouver le sort de Sansa pire: son futur est un sadique, qui a décapité son père et veut faire pareil avec toute sa famille, et je pense pas qu’elle irait se consoler dans les bras d’un beau chevalier…. Même si certain pas beau et pas chevalier dirait probablement pas non! En fait, j’aime beaucoup le tournant qu’a pris ce personnage. Dans le tome 1, elle est chiante et pisseuse et snob, et là, je l’admire et je la plains. Mais je suis sûre qu’au fond c’est une louve et qu’on la verra bien un jour pointer sa fourrure sous la lady (rah, qu’est-ce que Lady doit lui manquer…)!

  20. C’est moi ou tes reviews sont de plus en plus marrantes ? Ou c’est peut-être que ça faisait longtemps. Tu as l’oeil pour choisir les bonnes captures d’écrans aussi (Loras se faisant curer le nez).
    L’histoire de Théon est ce qui m’a le plus intéressé dans cet épisode. c’est pas trop trop beau la scène où on voit juste Theon, son bureau, la lettre qui s’enflamme, et le reste tout noir? Et juste après, le baptême, avec la musique et l’expression d’Alfie Allen, je sais pas si c’est l’eau qu’il a sur le visage ou s’il a vraiment les larmes aux yeux, mais on dirait plus que jamais un pauvre gamin égaré.
    Et Sansa, je sais pas ce qu’elle a Sophie Turner, ou si c’est juste son histoire ou quoi, mais à chaque fois elle me fait verser une petite larme…
    Sinon, vive Brienne, vive Margaery (grave, wtf "marjorie"?), vive Cat, vive les femmes quoi. J’adore le fait que les nanas de Game of thrones sonnent toujours juste, fortes sans forcément être des chieuses, et les combattantes, c’est des vraies de vraies, pas des guerrières sexy vues et revues.

  21. OK, mais c’était pas une question de pire ou pas pire, dans l’absolu, juste d’établir le parallèle… évidemment que le sort de Sansa est pire, même Cersei le sait. 😀

  22. Ah mais j’ergote pas sur le pire ou pas, hein!, leur sort de filles de grande famille, et de gibier à marier pour conclure des alliances est horrible! Celui d’Elia de Dorne n’est pas mal non plus, comme tu le rappelais… C’est juste que je plains tellement Sansa… et aussi Cersei parce que même si elle se rend compte que son fils est, disons le franchement, un monstre, elle fera tout pour le défendre.
    Sur ce, je plussoie avec ton commentaire sur ne pas spoiler les bouquins, parce qu’il y aurait des comparaisons intéressantes à faire!

  23. Raaaah, que tes reviews de Game of Thrones m’ont manqué!!! Et c’est bête, parce que sans ton décodage de ce qu’il faut voir et comprendre, je n’ai carrément pas aimé cet épisode et les deux suivants! 🙁
    En fait, depuis que j’ai lu (dévoré, pardon…) le tome 2, je n’arrive plus à apprécier la saison 2…
    Toutes les différences avec le bouquin et les libertés qu’ils prennent par rapport me retournent l’estomac, c’est bête, je suis tellement pointilleuse là-dessus que ça me gâche le plaisir…
    …alors que ta review me montre tout ce que ces écarts et improvisations peuvent avoir d’intéressant! Tout le truc sur Margaery/Renly/Loras, qui m’avait plutôt gonflée au visionnage, notamment.
    Ceci dit, j’ai quand même trouvé des qualités évidentes à cet épisode. La scène des trois mensonges de Tyrion qui s’enchaînent est prenante et bien filmée, celle du rêve de loup de Bran est un petit bijou qui m’a clouée sur place, Sam est encore une fois génial, et l’idée de la lettre à Robb que Theon décide de brûler est, à mon sens, le clou de l’épisode: Theon seul dans les ténèbres avec pour seule lumière celle que projette la lettre en train de brûler, le dernier espoir de paix qui part en fumée, et c’est fini; d’où j’applaudis des deux mains la scène du baptême par l’oncle Aeron Tifs-trempés qui tombe à pic à ce moment-là.
    Bref, bien contente que tu sois revenue et que tu nous reviewes ces épisodes, ça va m’aider à les voir d’un autre oeil et mieux les apprécier.

  24. Ouiiiiii la GoT revioouve de la Sorciiii! Génial! Vous voyez le petit garçon de la pub pour EuroDisney qui fait une mini danse de la victoire quand ses parents lui annoncent où ils vont pour son anniversaire? http://www.youtube.com/watch?v=a... à 0:17 Et ben pareil!

    D’abord une remarque étonnée : les gens qui n’avaient pas vu venir Loras et Renly, aviez-ous oublié Le 5e épisode de la saison 1? On y voit pourtant une scène "muy caliente" pour reprendre les mots de la sorcière entre nos deux amants…

    Ensuite que des fleurs à jeter :
    *Alfie Allen et les scénaristes qui nous rendent très compréhensifs vis à vis de Theon, parfois, c’est limite téléguidé, mais peu importe, je like quand même.
    *Margaery qui déchire (mais ces robes! ah elle est belle la prude jeune fille!)
    * A man is finally speaking!!!!!! J’ai dû m’éventer frénétiquement de peur de défaillir lors de cette scène.
    * La grognasse de Cersei qui est géniale, j’adore la détester, presqu’autant que son fils aîné, même si, ça se défend, elle a des circonstances atténuantes. Jeoff-man par contre, à part la génétique qui a les fils qui se touchent…
    * Sansa! Je la trouvais vraiment nunuche dans les bouquins – admirable de courage, mais nunuche tout de même – mais là, comme pour Theon, Sophie Turner fait un tellement beau boulot que j’en viens à bien l’aimer notre rouquine aux abois préférée.
    * Tyrion, énorme et sa petite passe d’armes avec Varys, délectable.
    * Jon qui saigne et qui quitte le monde des bisounours à grands coups de torgnoles, il était temps! Mais, comme tu le fais si joliment remarquer, il arrache en partant un ptit bout du coeur de Lord Commander Mormont, bien fait!
    * Arya! Gendry! Arya et Gendry!
    *Yoren :'( et Lommy :'( :'( lui aussi il le quitte violemment le monde innocent des calinours…

    Bref, merci Sorci pour cette review qui nous permet d’apprécier 10 fois plus chaque épisode. On va voir si tu peux être aussi drôle pour le 2×04…

    Et finalement, mon challenge au DarkSide a-t-il été reçu et forwardé?

    Bises à tous, malf’ xx

  25. Non non, quand je disais que je n’avais rien vu venir, c’était avant la scène de la saison 1 bien sûr 😉 Mais bon, encore une fois, le chevalier des fleurs, ça n’a jamais été mon personnage favori, donc je pense qu’il y a des "alertes" que j’avais simplement lues trop en diagonale, tellement pressée des fois de retrouver les chapitres de mes préférés ! 😉

  26. Les mormonts, c’est comme la Sorcière l’a dit: craquants dehors, moelleux dedans. Tout à fait comme les oursons chocolat-guimauve de notre enfance! En plus, comme le monde est bien fait vous avez une version rafraichissante pour le canicule, et la version bouillotte!
    Et si je me souviens bien, il y a des Mmes Mormont qui combattent dans l’armée du jeune Loup, elles ont grave la classe aussi!

  27. @Eridani : lol pour les Mormonts 4 saisons! Je kiffe grave la madame Mormont, dommage qu’on ne la voie pas dans la série… En même temps, dans la famille on a le père et le fils, c’est déjà pas mal!
    @Alexandra : ah d’accooooooord, jme disais aussi… 😀

  28. +1 pour Sophie Turner qui rend la Sansa de la série carrément moins insignifiante que la Sansa des bouquins tellement je la trouve juste et bouleversante sans en faire des tonnes…

  29. Je ne trouve pas la Sansa des bouquins insignifiante du tout, perso, c’est marrant, ça. Au contraire, c’est génial de voir les intrigues de Port Réal à travers des yeux innocents. A part si on se contente du premier bouquin, c’est difficile de ne pas s’intéresser à elle, je trouve.

  30. C’est clair que le premier bouquin ne la présente pas sous son meilleur jour… Surtout qu’on a beaucoup le point de vue d’Arya, qui est peu flatteur!

  31. J’aimais beaucoup les points de vue de Sansa durant mes lectures. Je trouvais vraiment intéressant de suivre son évolution, de petite fille gatée rêvant du preux chevalier à sa descente aux Enfers et la dure réalité de la vie à la capitale. Elle doit apprendre à survivre dans ce nid de vipère et jouer elle aussi au jeu des trônes pour garder sa jolie ptite tête.

  32. Personnellement son obéissance aveugle a fini par m’agacer, d’où le fait que je la trouve moins intéressante que les autres personnages, mais je parle surtout des premiers bouquins, en parallèle d’où on en est dans la série, mais je n’en dirai pas plus histoire de ne pas spoiler.

    Cela dit je pense que ce qui a fini par me saouler est sans conteste une preuve d’intelligence de la part du personnage (ce qui n’a pas échappé au Tyrion de la série quand il dit en aparté qu’elle risque bien de leur survivre à tous).

  33. En même temps, c’est comme ça qu’on élève les jeunes filles de haute lignée, de leur point de vue à tous, Sansa est parfaite ! ??videmment, du haut de notre culture moderne, ça nous énerve, mais je ne crois pas qu’on puisse en tenir rigueur au personnage qui est gâté pourri, on est d’accord… mais en même temps, y a de quoi. Et finalement, elle n’est pas tellement différente de nos petites filles à nous qui rêvent aussi au prince charmant merci Disney et qui sont pourries de jouets et de Barbies. C’est sûr que son intelligence se révèle dans un contexte extrême, mais c’est de la bonne graine, quand même. Et à la base, c’est une ado qui envoie un peu péter son paternel, déteste sa petite soeur et veut sortir avec son mec… on a pas toutes été un peu comme ça, vers son âge ? 😉 Perso, elle ne m’a jamais soûlée plus que ça, je lisais ses chapitres avec un peu de pitié parce qu’elle ne pouvait que chuter lourdement, on le voit venir à cent bornes. Finalement, elle fait instinctivement de sa fine éducation une force exceptionnelle qui attire les protecteurs comme des mouches. C’est du solide cette petite chose-là ! Et le plus fou, c’est qu’on s’en rend compte dans le bouquin… elle continue à rêver. Fou…

  34. Moi je dis comme Sorci. ??levée comme ça, nourrie aux princes charmants, adolescence, essaye de sauver sa peau jour après jour…. bref, on peut pas lui en vouloir. Elle fait son max. Et elle est encore vivante, c’est déjà un bel exploit!

  35. Et puis, faut pas oublier que dans le bouquin elle a quoi, treize, quatorze ans? C’est qu’une enfant qui se retrouve seule dans un endroit hostile avec personne à qui accorder sa confiance. Elle est retenue en otage, à la moindre faute le taré de Joffrey peut péter un cable et l’envoyer retrouver papa Stark sur les piques du chateau. Donc elle fait profil bas, attendant que l’orage passe et elle a bien raison. Elle n’a pas été éduqué pour faire de la résistance. Alors oui, on peut dire qu’elle obéit aveuglément mais que peut-elle faire d’autre? Comme dit Sorci, elle se sert de ses atouts, son éducation pour réussir à survivre.

    C’est marrant j’ai l’impression de me voir avec l’une de mes meilleures amies qui ne peut pas sentir Sansa. Comme quoi, le personnage fait débat 🙂

  36. Ben c’est le fait qu’elle reste assez naïve justement qui m’avait étonnée, certes avoir une septa qui vous endort tous les soirs à coups de contes et de légendes ça doit laisser des traces, mais Winterfell (et Westeros par extension) c’est pas non plus Disneyland. C’est dur comme environnement, rêver au prince charmant quand on n’a connu que la paix ok mais s’imaginer que c’est encore possible quand tout se casse la gueule et que le monde qui vous entoure révèle sa noirceur c’est autre chose. En même temps le monde réel est bien dégueulasse aussi et ça ne m’empêche pas de fanstasmer sur François Arnaud…

  37. @Enora : Ah mais je n’ai jamais dis que je ne pouvais pas la sentir 🙂 Juste que ses PDV m’ont un peu agacée à la lecture et que je trouvais que le personnage du livre était un peu insignifiant par rapport à celui de la série que je trouve très bon du coup, peut-être parce que je le vois en images si ça se trouve c’est juste ça. Cela dit y’en a pas mal d’autres dans les bouquins à qui j’ai eu envie de coller des tapes derrière la tête, mais là c’est un vaste débat ^^

    Et sinon j’ai également des discussions très animées avec une amie qui a tout lu elle aussi, faut croire que ça déchaîne les passions !

  38. Je suis un peu comme Lisa sur ce coup-là. Ce qui m’agace le plus chez la Sansa des bouquins c’est qu’on se demande un peu ce qui pourrait venir déchirer ses belles illusions et fracasser son doux rêve rose-disney et lui OUVRIR LES YEUX. "Non, Joffrey n’est pas l’infâme exception dans ton monde de m— et ceux qui te veulent du bien ne sont pas nécessairement des gravures de mode and by the way, le chevalier aux Fleurs ma douce… Pas intéressé. Du tout."

    Je l’aime bien cette petite mais j’ai envie de la secouer. En même temps, je vois bien que c’est sa protection, sa manière de pas sombrer complètement etc. Donc j’ai beaucoup d’empathie pour elle. Mais je préfère nettement les personnages un peu plus lucides, même s’ils en deviennent borderline (Arya, Rickon).

    Du coup ce qui me plaît dans la série c’est qu’elle fait beaucoup moins "autiste" et coupée de la réalité. Bravo Sophie Turner.

  39. Moi qui déteste tout et tout le monde, je l’admire de garder intacte sa foi en l’être humain et j’espère bien qu’elle va durer tout du long car quand il faudra reconstruire une fois l’hiver passé, elle sera là et elle y croira. Elle. De toute façon, c’est survoler ou se jeter par la fenêtre.

  40. Excusez-moi, j’interviens sur divers commentaires, parce que j’ai souvent lu "un tel me fait gerber", "une telle m’agace", "je le/la déteste tellement que je lis en diagonale/saute ses chapitres" etc., et ça me surprend beaucoup, parce que pour ma part aucun point de vue ne m’agace, je les lis tous avec le même plaisir. Ou, justement, un plaisir différent pour chacun, mais de même intensité pour tous: je me délecte autant de lire Theon et Sansa que de lire Jon ou Arya; j’ai bien compris pourquoi vous dites tous que Theon vous fait gerber, mais justement ça me fait sourire de le voir aussi vulgaire, prétentieux, capricieux et, au fond, incapable et désemparé, et je comprends pourquoi Sansa peut en agacer certains, mais je trouve très finement et justement dépeint son mélange d’intelligence, doigté, tact et diplomatie de dame et de candeur, naïveté et optimisme d’enfant. Je crois que le secret est de lire chaque PoV non pas en tant que soi, lecteur lisant le PoV de quelqu’un d’autre, mais en se mettant à la place du personnage dont on lit le PoV, en essayant de devenir lui, donc en étant un lecteur différent pour chaque chapitre au lieu d’être toujours soi-même. Je pense que ce roman est bien assez immersif pour y arriver, non…? 😉

  41. Moi il n’y a qu’un seul PoV pour lequel c’est impossible et qui me fait véritablement gerber, mais bon, je ne suis pas sûre de pouvoir le nommer puisque c’est dans le quatrième bouquin. J’ai eu de super surprises, avec les PoV (dont un en particulier) et même ceux de Theon qui m’ont procuré des… hum… émotions diverses et variées, je les ai dévorés. Justement, on est aspirés par le personnage, c’est assez génial, même si des fois on a envie de lui tirer des claques. Ouh, Jon Snow, des fois ! LOL Mais c’était si bon de le voir découvrir… certaines choses et de vivre avec lui ses dilemmes… puis de les vivre de l’extérieur, vus cette fois par un autre personnage. ??a, c’était un exercice absolument magique ! Et puis lire leurs chapitres, c’est forcément s’attacher un peu à eux tellement ils se dévoilent.

  42. Dans le quatre??? Tiens ça m’étonne j’aurais plutôt pensé à quelqu’un du cinq….

  43. Mmmmmh… Elle ouvre bien sa gueule dès le 4, non ??

  44. Zut, maintenant j’ai envie de savoir de qui vous parlez… -_-‘

  45. Si vraiment ça te démange, tu me mailes, je te réponds !

  46. Moi aussi tu m’intrigues mince alors. Une fois le mémoire terminé, je me lance dans la lecture du 4.

  47. Oui, of course, bien sûr, c’est dès le 4. My bad 😉

  48. Le 4 de l’intégrale ? Purée, j’ai la mémoire qui flanche !

  49. Il est vrai qu’il y a des personnages dont on aimerait bien avoir le PDV à la place de certaines raclures de bidet qui débarquent sans prévenir…

  50. Ah bah non, moi j’aime bien lire les POV des raclures, ce serait trop facile d’avoir que ceux des gentils bisounours. (Oui, Alex, le 4 de l’intégrale, je ne parle qu’en intégrale. :-D)

  51. Loin de moi l’idée d’insinuer qu’il n’est pas intéressant de les lire, juste qu’on n’a jamais le point de vue de certaines personnes et c’est dommage 😉 En même temps, je pense qu’il y aurait de quoi s’arracher les cheveux, y’a déjà assez de monde comme ça…

  52. En fait quand je dis que je lis les chapitres de Théon en diagonale ce n’est pas tout à fait vrai, je les lis parce que je sais qu’ils sont importants pour l’histoire mais je n’arrive (pour le moment, ça viendra peut être) à m’attacher ni à ce personnage ni à m?EUR(TM)intéresser vraiment aux Fer-nés. Je pense que c’est vraiment une question de sensibilité personnelle, et par rapport à ce que tu dis, Camille, je n’arrive pas à me "mettre" dans le POV de ce personnage, alors que j’y arrive avec tous les autres (pour le moment en tous cas!). Donc fatalement, quand j’ai envie de savoir ce qu’il arrive aux autres personnages et que je tombe sur un chapitre Théon/Fer-nés, je râle! Mais bon, ça n’enlève rien au plaisir que j’ai de lire un bouquin construit de cette manière! J’adore voir l’évolution des personnages, parce qu’il n’y a de loin pas que les loupiots Stark qui changent beaucoup au fil du récit.

  53. +1 avec Eridani, il y a des personnages qui m’énervent prodigieusement, mais au fond j’adore tellement cette histoire que je trouve génialement construite qu’au final tout est un régal à lire !

  54. Mais Sorcière, où es-tu? 🙁

  55. Je plussoie Camille! plus rien à lire ni à la poubelle, je suis en manque!j’espère que c’est parce que tu es trop occupée avec des vacances ou des séries et qu’il n’y a rien de grave?

  56. Mais si il se passe des choses à la poubelle, Loki (et donc Tom Hiddleston) y est apparu…

  57. Tout va bien, je suis « juste » débordée…

  58. Courage Sorci! Et reviens nous vite, sinon on va être obligés de refaire un concours d’orthographe ou une connerie du genre, pour occuper notre désespoir… 😀

  59. Alors là, c’est cadeau :
    http://www.youtube.com/watch?v=j...

    Je suis tombée sur cette courte vidéo d’une partie du cast de Game of Thrones sur un photoshoot de Rolling Stones, en train de s’amuser un peu. Ils ont leurs vrais cheveux et tout.

    C’est sans spoilers, sauf qu’à un moment on dit que la saison 2 est plus dark que la 1. J’ai bien aimé, donc je partage la joie. (Sorci si tu veux déplacer mon com, feel free)

  60. Nan mais comment j’arrive TROP après la bataille de comm’s moi! En même temps, vu que je me pointe avec un avis très mitigé, ça va p’t’être m’éviter la fatwa collective ^^"

    Alors déjà : Brienne. Franchement, je suis pas super emballée par la prestation de l’actrice jusque là. Et ça m’embête parce que j’aime tellement ce personnage dans la saga…! J’aime sa mentalité, son originalité, son sens de l’honneur… mais aussi sa surprenante humanité. Or, jusqu’à présent, avec sa mono-expression faciale et sa façon d’être en général, Brienne-TV me semble présenter plus de similitude avec "L’Homme de Fer" du Magicien d’Oz qu’avec la Brienne des bouquins. ‘fin bon, c’est de ma faute, j’en attendais trop sûrement. (Et puis, je pense aussi être influencée par sa façon de marcher hyper rigide ; à sa décharge, porter une armure n’est pas idéale pour faire son shopping non plus.)

    Quant à ce qu’ils ont fait de Margaery, j’émets de grandes réserves. Entre ses dents qui rayent le parquet, ses actes et paroles de radasse ayant déjà bien roulée sa bosse et son absence totale de subtilité, je ne la reconnais pas. Littlefinger a déjà été pas mal amputé de ce côté là mais pour Margaery c’est encore plus flagrant. Toutefois, toutefois…! Je suis bien consciente qu’en 10 épisodes il faut savoir accélérer les choses, aussi j’essaye toujours de trouver un "oui, mais!" aux scènes me contrariant. Mission accomplie : […] oui, mais
    ! Margaery était de toute façon prédestinée à emprunter cette voie royale où chaque pavés répondent aux noms de complot, stratège et cupidité alors tant qu’à faire! Je regrette seulement que ce soit aussi évident et j’espère que la Reine des Epines fera son apparition et rattrapera un peu le coup.

    Question digression, j’ai bien aimé la lettre de Théon à Robb… moins le baptême par Tifs-Trempés qui a quand même plus de gueule dans les bouquins qu’un peu de flotte salée sur le front…

    Puis pour en finir avec mon post de vieille aigrie, une note positive : Arya/ Jaqen : mes z’amours! Ils sont géniaux, dame oui! Je les z’aime! Mais je les z’aime!!

    (Je n’ai pas encore vu le 09 et le 10 mais… on y est. C’est… fini. Les Mayas avaient raison de toute façon, je le savais… voilà encore un signe annonciateur!)

    @ Malfaou : Merci pour ce partage! Emilia Clarke est sooo cuuute! Et Kit-sexy-Harington est à croquer! Les images où ils "dansent" ensemble… Si seulement *_* " !!

  61. Salut la Sorcière!

    Je viens de passer des heures creuses au boulot à lire tes reviews des épisodes de Game Of Thrones, et il fallait que je laisse un petit com’ pour te féliciter !
    Le "travail" que tu fais (ou faisais, vu qu’on s’arrête au 2×03 ><) est assez impressionnant!
    Je veux dire, des reviews aussi détaillées, avec un nombre incalculable de screeshots intégrés, mélangeant résumés, commentaires, points de vue, rappels et théories, moi j’appelle presque ça de l’art!

    Ce qui ne gâche rien non plus, c’est ton excellente prose, plutôt drôle où se côtoient juste ce qu’il faut de "trop je veux" et de "eussent-t-ils été". J’avoue que quand on s’enfile tes 13 reviews d’affilée, il y a quelques redondances, mais en grand seigneur je te les pardonne car tes articles sont dans l’ensemble un pur plaisir à lire! Encore faut-il aimer le sujet aussi, je suppose, dans mon cas pour ta section GoT c’est évidemment gagné d’avance sinon je ne serais pas là!
    D’ailleurs tu as l’air assez bon public, en tout cas pour cette (oeuvre) série parce qu’à chaque apparition d’un personnage il se trouve que tu l’adores, que tu l’aimes, que tu en rêves la nuit! 😉 Et puis apparemment durant ton visionnage des épisodes tu pleures toutes les 10 min, quand tu ne t’absentes pas 20 min pour hurler. Ce doit être quelque chose un marathon Trône de Fer avec la Sorcière! 😀

    Et encore, je ne parle pas des innombrables autres billets qui ne traitent pas de la série de HBO! On se demande comment tu trouves le temps et l’inspiration d’écrire tout ça, faire les captures, la mise en page etc. Parce que tu ne vas pas nous faire croire que ça n’est pas un minimum travaillé tes tartines! 😉

    Bref, félicitations j’ai kiffé lire tes reviews du Trône de Fer, à travers elles tu donnes l’impression d’être à la fois passionnée et un sommet de coolitude de part ton aisance au clavier !

    Allez au boulot j’ai envie de me marrer et de vibrer à nouveau en lisant tes reviews des autres épisodes de la saison 2!

    Tchuss!

  62. Thanks ! Et pour le reste : it’ll come. In time.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top