Categories Menu

[HOMELAND] 101 : Pilot

Ahlala, je vous jure, commencer des nouvelles séries, c’est TROP la prise de tête !
« Ah tiens, ça a des bonnes critiques. » « Ah ouais mais le sujet, pffff. » « Ouais mais bon, splendide distribution, quand même. » « Ouais mais casse-gueule, quand même. Et s’ils nous faisaient un coup à la Prison Break/Flashforward, voire pire encore, si ça tournait façon 24 ??? »

Ca devient compliqué de s’investir dans quelque chose, surtout quand vous vous dites que le Blog n’en verra peut-être pas plus de cinq ou six épisodes.

A la base, je ne vous cache pas que le sujet me met un peu mal à l’aise. J’ai un peu l’impression d’être au taf, sans parler de la crainte qu’on me balance de la propagande l’air de rien. Pas envie de me coltiner ça, pas envie d’un Jack Bauer bis qu’il est gentil et que les autres basanés sont les méchants, pas envie d’un truc trop américano-américain, bref, je ne suis pas prête à transiger là-dessus, j’te préviens, « Homeland » !

Eh ben à première vue, « Homeland » m’a entendue.

Alors, kéçéçéçaraconte ? Hé bé je ne te cache pas que ça parle un peu de terrorisme. Et le terrorisme, çétrémal et çafétrépeur.
Ca fait tellement peur que Carrie Mathison, agent de la CIA, traîne ses guêtres au Moyen-Orient, plus précisément à Bagdad, pour tenter d’approcher un prisonnier de guerre qui semble savoir des trucs. Et de toute évidence, quand Carrie Mathison (que c’est Angela 15 ans) a décidé que ça allait se passer comme ça, ça ne se passe pas autrement, quitte à foutre en colère une meute d’Irakiens déjà probablement pas commodes à la base.

Voilà, autant dire que ça met tout de suite très à l’aise, cette mise en bouche étouffante, filmée à l’épaule. Très très à l’aise.

Dans un premier temps, on ne saura pas ce que ce monsieur a glissé à l’oreille de notre gentille blondinette.
On la retrouve quelques mois plus tard au bled, rentrant visiblement d’une soirée plus que galante. Scène TRES classe s’il en est.
Bref, après s’être sommairement savonné un endroit qui de toute évidence sert assez régulièrement, la voilà à un briefing (elle y arrive en retard) où elle découvre que TADAAAA!, on a retrouvé un héros, mes enfants, oui, un soldat américain, le sang de notre sang, dans des souterrains lors d’une opération commando menée contre… contre… Al-Qaïda, OF COURSE !

Le brave homme était prisonnier depuis 2003, ce qui explique sa dégaine quelque peu… touffue.

Là, le sang de Carrie Mathison ne fait qu’un tour. Mais oui, mais c’est bien sûr, voilà ce que le prisonnier a voulu lui dire à Bagdad !

Prisonnier chelou : An American prisoner of war has been turned.

Autant dire que Carrie Mathison elle se met à monter dans les tours, mais qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir faire, hein ?
A ce moment de l’épisode, précisons tout de même que plus ça va, plus on se dit que la dame est bien gentille mais qu’elle présente quelques signes d’agitation un petit peu bizarres. Genre elle s’envoie OSTENSIBLEMENT des petites pilules bien planquées dans le flacon d’aspirine et tout le tintouin.
Néanmoins, elle dispose d’un atout dans sa manche en la personne de Saul Berenson qui est son mentor et qui fait preuve d’une grande indulgence envers elle, ce qui ne semble pas être quelque chose de très répandu du côté de la CIA. Notamment parce que cette gourde-là a un peu foiré son coup aux alentours du 11 septembre 2011, et aussi parce qu’à force de vouloir très fort rattraper sa boulette, elle a manqué de peu l’incident diplomatique à Bagdad.
Mais Saul, lui, il est cool. Et pis Saul, ben si vous tuez son père, vous pouvez tout de suite vous préparez à mourir.

Pendant qu’on s’apprête à rapatrier le héros de guerre, Carrie qui est quelqu’un de très prévoyant décide cash de faire équiper la maison du monsieur de quelques caméras. Mais ça, attention, elle le prend sur elle, hein, c’est-à-dire que cette grosse maligne fait appel à un vague copain à elle et n’en parle suuuurtout pas à ses supérieurs qui visiblement la prennent pour une grosse parano.
Histoire de rendre le truc encore plus facile à suivre, le frère du copain n’a pas l’air tout à fait convaincu du bien fondé de cette opération.

Et de l’autre côté, on procède à la tonte de notre grand héros national, Nicholas Brody, ce qui nous permet de reconnaître tout doucement Damian Lewis, bonjoooouuuur !

Dans le même temps, nous faisons également connaissance avec la famille de notre bougre, qui bien évidemment n’a pas entendu parler de lui pendant huit ans. Et de fait, nous découvrons Mrs Brody en train de se payer du bon temps avec un autre monsieur.
Scène classique de miches que je regarde d’un air blasé, y a de la fesse, du nichon, normal quoi, et là… c’est Morena Baccarin. AH MON DIEU. J’ai vu Morena Baccarin à oilp. Mais j’avais rien demandé, moi !!!

Bien entendu, c’est là qu’elle reçoit le fameux coup de fil. « Allô, chérie ? »

Honnêtement, elle déchire, la petite mémère. Maintenant, j’avoue que j’ai du mal avec le fait qu’elle ait une fille ado alors qu’elle a quoi ? Trente-deux piges ? Mais c’est super bon de la voir dans un autre rôle que : courtisane canon/méchante mais canon/méchante mais canon à écailles. Elle m’a sciée.
J’ai beaucoup aimé toute la partie qui suit les retrouvailles forcément hyper tendues du slip avec la family. Déjà, les mômes, genre leur paternel à peine ils s’en souviennent. Ensuite, la reum, mais purée, c’est bon, mets ta belle robe et va gentiment pleurer devant les caméras.

Sans parler des retrouvailles intimes qui sont évidemment suivies de près par l’autre timbrée, là !

Scène gerbante, au passage. Iiiiiick, la bestialité du truc !

Bref, sur ce front-là, on ne nous épargne rien.
Mais alors. Carrie Mathison a-t-elle raison de penser que son fameux tourne-casaque, c’est Nicholas Brody ? En tout cas, on peut dire qu’elle n’est pas méga-discrète avec ses gros sabots. Comment qu’elle se fait calculer au débriefing du gus !

« – Bon, mais dites-moi, mon petit Nicky. Le monsieur, là, Abu-Ben-Nazir-Laden, il ne vous dit rien ? »

« – Ah non, là tout de suite, non. »
« – Vous êtes sûr de sûr de sûr ou bien ? »

Et là, toute la salle de la regarder de traviole.
Cela dit, histoire de bien nous balader, on nous balance une petite scène de flashback légèrement troublante où on voit justement le fameux Ben-Nazir-Laden donner à boire à notre ancien détenu. Mmmmmmh. Voilà qui est pour le moins singulier !

Et de scènes de ce genre, c’en sera truffé. On se posera des questions jusqu’à ce que l’agent Mathison, aux abois et en sortie baise après s’être quasi jetée sur son mentor (cette jeune femme a décidément quelques soucis) ne découvre une petite chose qu’on peut difficilement considérer comme une coïncidence :

Notre innocent rescapé semble communiquer en faisant de petits signes avec ses doigts, et ce à chaque fois qu’une caméra est braqué sur sa pomme. Voilà qui est plus qu’étrange !
Et nous, eh bien on se rend compte que le Marine Brody, ben d’une part, il a zigouillé son copain avec qui il avait été fait prisonnier, chose qu’il évite tout de même de raconter à la veuve.

Et d’autre part, c’est vrai que sa façon de zyeuter le Capitole genre « miam-mioum chtite bombinette là-dedans » n’a rien de très rassurant !

C’est choupi, non ?
Nan, c’est vrai que niveau ambiance, c’est bien intense, bien étouffant, l’anxiété est à son maximum. Pis la composition est riche, les acteurs PHENOMENAUX, les personnages tous aussi ambivalents les uns que les autres. Vraiment, c’est un des pilotes les plus solides que j’aie vu ces derniers temps. Très intriguant, tout ça. Rien n’est réellement affirmé, tout est suggéré et pourrait vouloir dire tout et son contraire. Passionnant, non ?
En plus, Showtime vient de commander une nouvelle saison. Allez, ça mérite que je lui laisse une chance. Par contre, si ça vire comme 24, alors là babaille !

Posted by on Déc 1, 2011 in Fourre-tout | 18 comments

18 Comments

  1. Pour moi la meilleure nouvelle série de l’année…

    J’en suis à l’épisode 9 et c’est toujours bien… Vous pouvez y aller…

  2. Ah ben tu vois, j’ai un lecteur qui disait ce matin qu’il ne se passait rien. LOL Du coup, j’écoute qui, moi ? Personne ! LOL

  3. N’écoute persoooonneuuuh ! Mais c’est sûr que si on la compare à 24, ça fait très lent xD C’est pas franchement basé sur l’action (encore que y ait un bon mélange) mais, c’est vraiment une série ambiancée comme le montre ce pilot. Mention spéciale pour tout le monde, tous au top !

    J’avais les mêmes appréhensions (dans le genre pas mon style et trop d’actu) mais il était temps qu’une bonne série post 11 Septembre sorte.

    Belle review qui me remet le pilot en tête !

  4. Je suis comme Arnaud, je viens de finir l’épisode 10 là (quel timing Sorcière!) et il n’y a rien à jeter!! Si Damian Lewis ne récolte pas une nomination aux Golden Globes ou aux Emmys, je pète un scandale!!
    AMBIVALENCE, c’est vraiment le mot qui résume bien cette série, qui nous balade bien tout en avançant.

    Et puis +10000: il y a Inigo Montoya dans cette série, donc voilà quoi! :p

  5. Je suis comme Arnaud, je viens de finir l’épisode 10 là (quel timing Sorcière!) et il n’y a rien à jeter!! Si Damian Lewis ne récolte pas une nomination aux Golden Globes ou aux Emmys, je pète un scandale!!
    AMBIVALENCE, c’est vraiment le mot qui résume bien cette série, qui nous balade bien tout en avançant.

    Et puis +10000: il y a Inigo Montoya dans cette série, donc voilà quoi! :p

  6. Enfin… la meilleure série de la rentrée trouve enfin place sur ton blog. Tu vas kiffer sorci !!!!

  7. Découvert hier soir, j’en discutais sur un forum et j’ai vu dans la Witchweek que tu t’y attaquais donc j’ai sauté le pas.
    Alors, on ne nous réinvente pas l’eau chaude (services secrets, terroristes, agents double) c’est du classique mais effectivement, les personnages sont intéressants, on sent une violence contenue dans cette histoire qui est formidable (passage brutal de scènes et de dialogues feutrés vers des moments de tensions qu’on ne voyait pas venir), la caméra est pas mal et on ne nous prend pas pour des idiots.

    J’ai hâte de voir où tout ça nous mène ! =)

  8. une série dont je n’avais rien vu tiens, mais que j’aurais probablement mise de côté à cause du thème. Depuis le 11 septembre, les séries (et films) d’espionnages et militaires ont du mal à se renouveler je trouve. Mais si ce n’est pas le genre 24h ça va. Et puis une héroïne pas trop lisse jouée par Claire Danes, je demande à voire. En pluis si on est sur d’avoir une suite …

    Je ne veux pas dire de bêtises, mais sur tes quelques captures de Morena Baccarin, on dirait qu’elle a repris un peu de poids. Je n’aimais pas du tout sa version filiforme dans V. Je la trouvais bien plus belle dans Firefly avec ses cheveux longs bouclés et ses rondeurs 🙂

  9. Et zut, Morena Baccarin, je vais être obligée d’aller voir si c’est bien. *et se permet de râler, en plus ! :D*

  10. Ah ah ah ! LOL

  11. J’ai également commencé la série à reculons.. La thématique ultra américaine, terrorisme, toussa, toussa, très peu pour moi! Et puis, "poussé" par les critiques positives, j’ai commencé! J’avoue que c’est plutôt pas mal. On est loin de l’image d’épinal du terroriste avec ce soldat qui a vécu des choses terribles et qui semble avoir basculé du coté "obscur" de la force. Ou pas d’ailleurs, car ce qui est vu d’un coté comme du terrorisme est perçu comme de la résistance de l’autre..
    Car les résistant français pendant le seconde guerre mondiale n’étaient rien d’autre que des terroristes pour les allemands…
    Question de point de vue!

  12. J’adore les acteurs qui sont dans cette série mais vu le thème qui m’ennuie profondément… Devrais-je quand même regarder d’après vos avis ou non ? Parce que bon, terrorisme, patrie, soldats, agents doubles, tralala… Pas trop ma tasse de thé, comme vous l’avez dit, ça ne se renouvelle pas vraiment.

  13. Ben disons que c’est quand même assez prenant dans le genre thriller psychologique. Moi je t’encourage à regarder.

  14. Désolé si je suis hs, mais je me demandais si tu regardais encore des épisodes de mad men ?
    Les résumés ne vont pas plus loin que la saison 1.
    merci

  15. Je regardais avec le Dark Side mais force est de constater qu’on a bien du mal à se retrouver pour regarder des séries.

  16. Ca fait un moment que je lorgne sur cette série. J’adore Damian Lewis (qui était très bien dans la série Life) mais j’avoue que l’ambiance très anxiogène me rebute un peu.

  17. C’est malin Sorci, tu viens de me donner envie , alors que mon carnet de bal est déjà bien rempli !!!!

    Je m’y met dès que possible .

  18. Ben voilà, je m’y suis mise aussi. C’est bluffant !

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top