Categories Menu

[THE GOOD WIFE] 102 : Stripped

Je n’avais vraiment pas prévu de commenter cet épisode, l’ennui, c’est que quand on revoit le tout à froid – après s’être enfilé les deux premières saisons -, parce qu’on a reçu le coffret DVD, on a du mal à s’empêcher de remarquer certaines petites bricoles fort marrantes.
Là, ok, une affaire de viol de call-girl, ce n’est pas ce qu’il y a de plus gai, mais c’est l’occasion de faire connaissance avec mon Honneur préféré, le juge Charles Abernathy, un juge tout neuf et bien vampiresque, ravi d’être là, et surtout trèèèèès libéral, ce qui enchante Will.

(Vous remarquerez que je ne me prive pas de balancer mes nombreuses captures d’écran de la bête.)

Tellement libéral, donc, que c’est un peu n’importe quoi, ses audiences. Cela dit, j’aime bien la résolution de l’affaire, il me plaît, ce juge.

Le juge Abernathy n’hésite pas à se marrer et à faire des blagounettes, ce qui peut paraître déplacé, sauf que c’est le juge, donc on endure.

Et aujourd’hui, le juge Abernathy décide qu’il faut observer un instant de recueillement en hommage aux victimes des massacres au Darfour.

Je veux dire, à la base, c’est pas drôle du tout, mais je me suis retrouvée à suffoquer de rire au fond de mon plumard tellement la situation était cocasse.

A part ça, je ne me souvenais plus qu’on balançait si vite les gamins dans le bain. Bon, ces mômes, ils sont mignons comme tout. Autant c’est des ados et tu veux juste leur coller des baffes et leur dire de la boucler jusqu’à leurs 25 ans, autant tu sens qu’ils morflent comme pas permis, ce qui te donne d’autant plus envie de coller deux balles dans la calebasse à Big.
Là, la marmaille tombe sur une charmaaaaante enveloppe déposée sur le paillasson, adressée à Maman, sans doute. Mais histoire de ne pas enfoncer davantage une reum qui souque déjà ferme pour maintenir la famille à flots, les mioches décident de remiser ça par-devers eux.

Pauvres gosses.

Et attention, le môme, il n’a que 14 ans, mais c’est pas le dernier des débiles et il sait ce que c’est qu’un montage Toshop.

(Ce qui n’empêche que Big est un pourri.)

J’adore la grand-mère qui est complètement aux fraises, au passage.

Ce que j’ai bien aimé, aussi, dans cet épisode, c’est que Will et Alicia bossent pas mal ensemble et je me souviens qu’à ce stade de la saison 1, je ne comprenais pas très très bien ce que c’était que ce trafic. Et c’est difficile, dans un premier temps, de comprendre qui est Will. En général et vis-à-vis de la Bonne Epouse.
D’abord, il est très sympa et convivial. Oui, mais il s’énerve vite. Et peut crier très fort et être très désagréable si tu as le malheur de faire une boulette.

Pour ensuite dire « non mais c’est pas grave, on est une équipe ». Un brin pénible à ce stade de la chose.
Ensuite, son comportement avec les femmes est au mieux léger, au pire insupportable. C’est bien simple, on ne sait pas pourquoi, il n’y a pas de régulière. En revanche, il y a toujours une greluche de 25 piges pour lui toucher le bras, le reluquer du haut en bas ou lui faire des propositions tacites mais pas super finaudes.

Moi, dans ces cas-là, il me prend des envies de lui arracher la tête !
Bref, qui est Will Gardner, ben ça, on se le demande.

Cela dit, il y a une grosse perle, dans cet épisode. Ca et le juge Abernathy, ça m’a convaincue d’en faire une review. Quand vous sortez à peine de la saison 2, difficile de ne pas rigoler très fort en voyant les deux lascars s’accouder à la réception de l’hôtel. Miroir, miroir.

(And so it begins.)

(Personal space ? What’s personal space ?)

Alicia : She thinks we’re getting a room.
Will : Yep !

Et Alicia, dans tout ça ? Alicia rit aux blagues de Will, Alicia est un petit peu gênée, Alicia se vautre, Alicia se relève, Alicia perd au tribunal mais gagne dans les couloirs, Alicia court sur ses talons hauts entre une visite à son taulard en qui elle ne peut plus avoir confiance et une audience au tribunal.

Alicia rentre à la maison embrasser des enfants couchés.

Et Alicia continue à morfler, en silence, le soir.

Et pour la petite histoire, l’inconvénient des DVD…

… c’est qu’on voit un peu trop bien certains détails. (Ok, pas si flagrant sur la version redimensionnée, mais avec les dimensions d’origines, ça saute aux yeux.)

C’est con mais j’ai été choquée de me rendre compte que Julianna porte une perruque pour la série. Je veux dire, je ne sais pas vous, mais moi, je trouve ses vrais cheveux… waouh, quoi ! C’est vrai que ce côté bien lisse, un peu terne et classique correspond pas mal à Alicia Florrick et que ça permet de remiser très très loin l’infirmière Hathaway. Depuis, j’ai appris que ce détail figurait dans son contrat quand elle a signé pour la série. Tout de même. En tout cas, nom d’un chien que je n’aime pas cette perruque !
Ce que j’aime, en revanche, chez Julianna Margulies, ce que j’ai toujours aimé, du temps d' »Urgences », déjà, c’est sa beauté vraiment singulière, mais très télégénique.

Et je trouve que l’âge met celle-ci encore plus en valeur. J’adore les lignes de son visage et j’espère vraiment qu’elle ne fera pas la connerie de vouloir les effacer. D’autant que ça va si bien à Alicia Florrick…

Posted by on Août 25, 2011 in The good wife | 5 comments

5 Comments

  1. Je me souvenais pas que c’était si tôt l’histoire de l’enveloppe! Ils sont pas mal ces mômes, Dieu sait pourtant que le "j’ai deux enfants à élever" ça m’a un peu inquiétée a début…

  2. Puisque tu parles du juge Abernathy, ça me permet de signaler que l’un des éléments que j’aime le plus dans cette série est qu’on voit régulièrement toujours les mêmes juges et les mêmes avocats de la partie adverse: ça n’a l’air de rien, mais ce genre de cohérence est le signe des bonnes séries bien pensées. Dans une série B, on aurait eu un nouveau figurant à chaque fois sitôt vu sitôt oublié…

  3. Oui, c’est quelque chose que j’aime beaucoup aussi, surtout que ce sont des personnages « satellite » mais forts. C’est toujours un plaisir de voir débouler Patti Nyholm ou Louis Canning. 🙂

  4. ah Patti Nyholm je l’adore, et l’actrice (Martha Plimpton) est géniale! A voir notamment dans Raising Hope, série excellente, si quelqu’un cherche une nouvelle série à regarder je conseille fortement.

  5. En regardant la première photo, je me suis encore fait la même remarque : C’est moi ou la Alicia fait un peu penser à une vieille lionne ? *attention j’ai pas dit prête pour le MAPAD, loin de là*

    Elle a une vrai beauté, cette fille, et une espèce de port altier qui malgré ces silences ou ses hésitations la font apparaître comme une présence que l’on ne peut ignorer, comme si on sentait sa force et se ses sentiments bouillonner à l’intérieur.
    Enfin, je pense que c’est le jeu de l’actrice qui veut ça mais ça me bluffe à chaque fois *même si j’en suis qu’au 1×05*
    Comme une chasseresse mise au placard, mais qui posément pose ses marques.

    Bref. C’était "la" réflexion du jour face à une magnifique capture d’écran 😀

    PS : Mouarf quant à moi, j’ai toujours adoré les séries du style "Law and Order" quand j’étais gosse. J’ai un peu honte (moui, enfin je le cache pas non plus) de dire que c’est un des multiples facteurs qui m’ont poussé à faire des études de Droit ^^’ *thank god, j’adore ça*

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top