Categories Menu

202 : Serpent’s tooth

Pas mal, cette saison 2 de V… Ils commencent à balancer des trucs intéressants. A commencer par une bonne dose de philosophie à laquelle j’aurais sans doute été plus réceptive si je n’avais pas encore quelques miettes de Battlestar Galactica et Caprica coincées dans les dents. Un grand classique de SF que de se demander ce qui fait de nous des humains, et où tracer la limite entre l’humanité et le reste. Cela dit, tout cela était plutôt bien traité et du coup, j’ai pas mal accroché à cet épisode.
Au passage, permettez-moi de me demander si ces Vvvvvisiteurs ne seraient pas une sous-espèce venue de Vvvvvulcain ou truc du genre parce que leur rejet des émotions au profit de la logique de la survie, elle me rappelle une problématique très familière ! (Même si les Vulcains, au fond, ils s’en foutent de la survie, ils sont déjà les maîtres de l’Univers. Enfin, si on exclue le reboot de JéJé Abrams, of course. Ah ah ah, j’en ris encore !)

Donc, nos chers amis V ont quelques petits problèmes de peau liés à l’adolescence. Une peau dont ils s’habillent pour faire bien devant les Terriens, mais qui a pour regrettables effets secondaires d’apporter les émotions qui vont avec. Cela les rend quelque peu nerveux. Hé hé hé.

Ce qui est génial, c’est que j’entrevois déjà la chute des V… à cause d’une caractéristique qui n’est pas la leur, qu’ils ne savent donc pas gérer et qu’ils n’avaient pas prévue, l’arme absolue des Terriens : l’émotion. O-bli-gé.

Alors là, je vais vous dire : le temps que ces niais de Résistants entravent ça, on n’est pas rendus !

En fait, j’ai l’impression que les malheureux, tout en voulant bien faire, ils ne font qu’empirer les choses. C’est quand même extraordinaire, non ???

Et de me dire, encore et encore, qu’il leur faudrait un pur pro de la Résistance pour les guider. Au hasard : John May/Sammy Anders !

En parlant de BSG, oh, cette ironie splendide ! Ce n’était pas exceptionnel de découvrir que cette petite fouine de Tory Foster, après avoir été FF, est maintenant… V !

Franchement, c’était formidable, j’ai couiné, trépigné, hurlé, j’étais au anges.

Dur, le karma, hein Rekha ?
Là où ça devient encore plus compliqué pour oublier BSG, c’est le coup de the shape of things to come l’enfant stellaire dont on se sert pour faire pression sur la Résistance. Ahem !

Et laissez-moi vous dire que j’ai failli mourir de rire en voyant comment cette taupe tient le machin qu’ils sont en train de déguiser en petit humain.

On dirait qu’elle tient un gros caca enroulé dans un papier d’alu !

Pareil, je la vois d’ici s’attacher au truc et ne plus vouloir s’en séparer alors qu’elle fait la grosse maligne genre : « Ah ah ! Je vais obliger ce petit insecte à m’adorer ! »

Marcus : I believe it’s hungry.
Anna : She wants her mother. She has me. (Déjà, elle dit « she ». T’es cuite, la radasse !)

Après le come-back de Jane Badler, nous apprécierons d’ailleurs le retour d’un autre élément central de la série d’origine.

« Yummy ! »

Hi hi hi ! C’est abject.

Ca l’est tout autant de se servir de la môme pour foutre la pression sur cette grosse endive de Ryan.

(En même temps il m’agace, donc bon.)

Alors, le cas Jane Badler. Eh ben dites donc, j’ai été très impressionnée. Elle ne fait pas grand-chose, mais le peu qu’elle fait et l’écho que cela apporte à son personnage des années 80, c’est tout à fait sympa. Et surtout, son duo avec Morena Baccarin est formidable.

(Les fringues rouges : j’aime !)

Après de longues années sur Terre, la mère d’Anna a donc été rejetée par les siens et planquée sur Terre parce qu’elle aussi avait eu le malheur de ressentir des émotions. Et regardez donc où elle en est arrivée : à mouiller son mouchoir en écoutant de la musique. Vous avouerez que c’est la meilleure !

Ce qui agace grandement la Queen Bitch, au passage.

Elle même – nous l’apprenons des mandibules de Mommy – le dos au mur car si elle foire sa mission terrienne, elle est dans la mouise totale pour sauver son espèce. Rien que ça.

Elle ne se doute pas, cette grosse cloche, qu’elle est entourée de traîtresses. Pareil, c’est très drôle de découvrir la mémé tandis que de l’autre côté, la troisième génération est en train de faire des pieds et des griffes pour contrecarrer les plans de la mother.

(Je continue à trouver que Tyler devrait VRAIMENT se poser des questions.)

Et elle a du cran, la troisième génération, franchement, chapeau bas.

Je ne vous dis pas mon état quand la tronche d’Erica est apparue. Mais non, trop tôt, encore.

(Respire, chouchoute. Respire.)

Alors, forcément, pour en revenir au douloureux rapprochement entre V et BSG… ben les attentats-suicide, quoi. Comment voulez-vous qu’on réussisse à regarder des séries de SF, maintenant que BSG a tout fait, hein ???

Encore une fois, aucun reproche à faire, c’était excellent d’exploiter ce concept. Et terriblement flippant. Mais je pense que la série aurait pu se permettre d’aller encore plus loin. Cela dit, la résonnance que ça trouve chez le Father Jack, par exemple… ah, le pauvre. Il a presque réussi à exister à ce moment-là. Dure dure, la vie de résistant, hein ?

Ouaip, tout le monde ne peut pas s’appeler Saul Tigh.
A propos de ça, il serait de bon ton de me réveiller pour de vrai mon JoshuaChou parce que lui, par contre, il déchirait !

Joshuaaaaa, tu ne peux pas nous faire çaaaaa !

Posted by on Jan 12, 2011 in V | 6 comments

6 Comments

  1. J’ai de la chance je n’ai pas encore commencé BSG (oui je sais faut que je m’y mette sérieusement, pour le salut de mon âme). Du coup je suis bon public avec V et pis Jane Badler quoi… c’est toute ma jeunesse lol!
    Mais bon je suis d’accord avec toi sorci, si ils pouvaient nous réveiller Joshua qui m’a eu dès son "fifth column says hello" hein, ça serait pas du luxe, parce que déjà que j’ai plus Gwaine, ni le Doc, ni Sherlock et oh! faudrait pas exagérer!

  2. John May/Sammy Anders
    —-
    mon espoir : on ne l’a pas vu mort. Le black dit qu’il l’a tué, mais on a pas vu la scène. J’ai du mal à parler de résistance quand je vois ce petit groupe. Evidemment si on prend BSG et Caprica comme référence c’est encore pire

    Par contre le reste j’ai adoré. J’ai poussé un "Heeek" bien sur en voyant the queen nourrir le chiard. D’ailleurs ça m’aurait pas mal fait marrer qu’il lui renvoi le tout à la figure 😀 J’avais capté le côté "lézard" mais, n’ayant pas vu la série d’origine, je ne connaissait pas vraiment cet aspect là. C’est agréable de voir à quel point ils sont différents de nous. Le côté extra-terrestre enfin !

    J’attends de voir ce que va donner l’intrigue autour de Tyler. Vu que tu as zappé un bout de la saison 1 sorcière : avais-tu vu le moment où on découvrait que le père de Tyler n’était pas son père biologique ? Et ce malgré que maman ne soit pas allé voir ailleurs ? (ça fait un peu Fringe, "hello Olivia")

  3. Je crois me souvenir de ça, oui !

  4. d’ailleur papa Tyler (ou pas) c’est le Alex Krycek de X-fils 😀

  5. Bon , le trucage d’Anna qui bouffe un rat est aussi mal fait que Diana bouffant un hamster dans l’original !!!!!
    Mais qui s’occupe des SFX ? C’est ignoble !!!!!
    Encore heureux que Diana soit là

  6. Moi j’y vois un joli hommage au trucage des années 80 qui était tout aussi ignoble, effectivement, et je trouve ça très mignon ! 😀 Parce que si on commence à parler des trucages, que dire du triste fond vert devant lequel Morena et ses copains jouent les trois quarts du temps… Clairement, question thunes, ils sont hyper ricrac… moi qui ai pu comparer avec le tournage de Fringe, ça n’a vraiment rien à voir !

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top