Categories Menu

103 : The great game

Ceci n’est pas une review de Kaamelott.

(Et pourtant ça aurait dû.)

Ca aurait dû, OUI, si ce traître de Mark Gatiss ne nous avait pas fait le coup du cliffhanger le plus éhonté, que dis-je, le plus SCANDALEUX de la dernière décennie ! Non mais sérieusement, même dans mes cauchemars les plus fous (genre au hasard ceux où David Tennant se fiance avec Georgia Moffett), il ne me serait JAMAIS venu à l’idée qu’un type qui se prétend scénariste et même maintenant showrunner puis oser le « à suivre » genre pistolet sur la tempe en sachant qu’il y en a pour un an à taper de la patte avant d’avoir la suite. Sachant quand même aussi que le gus, quand il a pondu sa crotte il y a plus d’un an de ça, il ne savait même pas s’il aurait une saison deux. Et depuis quand, je vous prie, on fait des saisons de trois épisodes qui se concluent par un cliffhanger de ce genre ? Hein ???

Je ne dirais qu’une chose, empruntant par là le vocable de ce cher Monsieur Dark parce que vraiment je ne vois pas d’autre mot : ce type est un MARGOULIN !

Fiou. Ca va presque mieux.

Bref, je ne vais même pas faire une review normale parce que je suis mais… trop vénère !

(En même temps, je ne vous cache pas que c’est plutôt bon signe, ce genre de réaction.)

Non, je vais me contenter d’évoquer la toute dernière scène. La magnificence de ces trois acteurs. Et les baloches éléphantesques qu’il faut avoir pour écrire un épisode auquel on capte que dalle (non parce que moi, je vous le dis tout de suite, j’ai absolument rien entravé, en même temps, vu le surmenage que je me tape et la broncho-trachéite en plus, fallait pas espérer bézef) mais qui se clôt par une scène aussi exceptionnelle, d’une tension que j’ai accueillie presque à genoux tellement je l’espérais…

(En général, c’est pas l’amoureuse qu’on barde de bombinettes histoire que le héros soit tout ramollo ? Si. Enfin, sauf ces derniers temps où sur la Bibici, les amitiés viriles légèrement tendancieuses ont le vent en poupe.)

Et avec l’arrivée d’un Moriarty… dont on n’aurait jamais soupçonné l’identité quand on le rencontre pour la première fois.

Oh, sortir de deux épisodes impériaux pour Sherlock et le voir se faire balader comme ça… c’est immense !

Lui qui ne cesse de geindre qu’il s’ennuie… ah ah ah, c’te leçon ! Le pire ? C’est qu’il s’amuse bien, l’enfoiré ! C’est clair qu’il est très agacé que son Johnny Boy se retrouve bardé d’explosifs, mais enfin c’est quand même le pied de trouver un ennemi un peu valable, quand même.
Sans parler du long calvaire du pauvre Watson, rooooh, pauvre bijou, mais regardez-moi cette petite fossette toute triste, là, vite, vite, bourrons-lui les joues de Smarties pour le consoler !

(Bibiche, va.)

Quant à Moriarty ? Ah ben il a l’air bien bien siphonné !

(Sympa à capser, ce garçon.)

Franchement, c’est gonflé d’aller caster un gamin de 12 ans pour jouer la némésis de Sherlock mais il s’en sort plutôt bien. De toute façon j’étais bouche bée pendant toute la scène, donc c’est que ça doit être du solide.

Très très fort.
Bon, je ne vais pas m’étendre sur la façon virile avec laquelle Sherlock déshabille son compère… pour virer la bombinette, mais nom de Zeus, c’était… c’est c’laaaaa, ouiiiiii !

(Etaient-ils vraiment obligés de filmer ça comme ça ? Oui, probablement !)

Watson : I’m glad no one saw that.
Sherlock : Hmm ?
Watson : You ripping my clothes off in a darkened swimming pool. People might talk.
Sherlock : People do little else

Et j’ai éclaté de rire devant les jambes de laine de Watson, arf, pitite fiotte, va… il me rappelle une autre fragile ptite chose made in Bibici, tiens. Pauvre choupinou, il a drôlement bien assuré, quel sang-froid.

Voilà, donc c’est sur le retour de Moriarty qu’on les quitte, avec des flingues pointés partout après quarante secondes de soulagement où on voyait pourtant bien arriver le générique. Sauf que non. Watson, Holmes, Moriarty… et la suite l’été prochain.

En fait, maintenant, en regardant cette capture, je comprends pourquoi j’ai complètement craqué sur lui. C’est mon « type », tout simplement. (Ben quoi, on a tous un type, non ? Ben celui-là, cette-tête, là, c’est le mien.)
Donc oui, par Zeus, il me plaît, ce Watson. Outre que je l’imagine déjà trop avec des bouclettes et des oreilles pointues.

J’adore qu’il galère avec le serviteur de l’antéchrist (désolée mais c’est pas un chat).

J’adore qu’il porte des vestes en velours marron, des pulls-over tout ringards et probablement super usés aux coudes, avec des chemises en flanelle à carreaux en dessous. (Et probablement encore un petit tricot de corps parce que ça doit être frileux, ces machins-là.)

J’adore qu’il rame, rame, rame pour suivre Sherlock, intellectuellement et physiquement…

(Sa tronche quand il voit Sherlock se couler comme un félin par-dessus la barrière… j’avais envie d’aller lui faire la courte échelle.)

Qu’il soit tout content quand il ne rame pas trop. Et qu’il s’extasie sans aucune honte devant le génie de son coloc’… sans rater une occasion de rigoler de ses lacunes.

J’adore le fait que Sherlock ne puisse visiblement plus se passer de lui.

(Eyefucking alert !)

Et plus que tout j’adore le fait qu’il blogue les enquêtes de Sherlock, c’est adorable. Et un très beau clin d’oeil à la littérature de Conan Doyle qui est principalement racontée à la première personne… puisque c’est John Watson qui narre.
Quant à Sherlock… j’adore qu’il fasse des conneries grosses comme lui quand il s’emmerde.

(Oui, le Sherlock des bouquins faisait ça.)

Qu’il ait un garde-manger un peu particulier.

Qu’il boude.

J’adore qu’il joue du violon…

Et qu’il le fasse grincer jusqu’à ce qu’on relou de frangin se casse.

J’adore qu’il puisse pleurer aussi facilement juste pour faire avancer son enquête.

Mais surtout, surtout… j’adore qu’il soit Benedict Cumberbatch.

Bon Dieu, ce type, CE TYPE ! Qu’il est beau, qu’il est bon ! *petites étoiles dans les yeux*

Je n’avais pas vu un bonhomme faire roxer le manteau long comme ça depuis… eh ben depuis David Tennant, tiens !

Et pour finir cette review bien nawak, j’ai envie de dire… qu’on n’est pas sortis du sable !
Les boules. LES BOULEUH !

Posted by on Jan 4, 2011 in Sherlock | 30 comments

30 Comments

  1. Margoulins!!

  2. "J’adore qu’il galère avec le serviteur de l’antéchrist (désolée mais c’est pas un chat)."

    J’adore !!
    J’en ai encore mal au bide tellement cette petite phrase m’a fait pouffer.

    Merci !!!

  3. Ah ouais. Tu dois vraiment être dans tous tes états !
    5ème ligne, défaut de relecture. :p

    Sinon, mais VLAN, quoi. Je suis restée muette pendant 5 minute avant de hurler, tellement j’y croyais pas à ce cliff ! Salauds !
    (Et le chat ! Le CHAT !)
    Sinon, pour ce que est des beaux mâles de cette série, perso je peux pas résister aux mecs qui ont une tête pas possible et un charisme à se prendre une balle, alors forcément, Monsieur Cumberbatch… <3

    (Mais ce CHAT !)

  4. John Barrowman il a aussi une certaine allure avec son manteau, même s’il se la joue un brin…
    Sherlock a une gueule tout à fait fascinante, il est pas vraiment beau pourtant, il a un peu une drôle de tête. Sur certaines de tes captures on dirait une statue de marbre…

    Les paris sont ouverts pour la suite, est-ce que Sherlock compte sur Watson pour les balancer tous les deux dans la flotte après qu’il a tiré? Mais quand même, ce suspense de malade… C’est le cas de le dire avec Moriarty, très très belles captures, on sent bien le psychopathe incontrôlable! J’ai bien aimé les quelques secondes où Sherlock a un doute et se dit que son Watsonnouchet est son " arch enemy", alors que Watson lui il cligne des yeux pour dire SOS….
    Grandiose, sadique, mais grandiose!

  5. ce type est un MARGOULIN
    ——–
    je plussois !!! C’est quoi cette façon de faire des cliffhanger pareil ? Et puis déjà que les séries anglaises sont plus courtes, mais 3 zodes !

    Je trouve ça fort de nous sortir Moriarty maintenant. Si on suit la logique de l’épisode, il a le même âge que Sherlock (l’histoire des baskets), qui ne fais lui-même pas son âge (l’acteur en tout cas).

    j’ai peut-être rêvé, mais on ne dirait pas que Watson et Sherlock se lance un regard "ok vas-y" avant qu’il pointe son flingue sur la bombe ?

    Martin Freeman a quand même fait un film entier en robe chambre (avec un serviette, important la serviette) et un autre ou il était très souvent nu, après ça il peu portait n’importe quoi

    reste plus qu’à attendre automne 2011 … snif

  6. Oui, oui, il y a un petit « ok ? ok » entre eux juste avant la fin. Rah !

  7. Petite réserve sur la fin : nos deux compères savaient bien qu’il y avait des tireurs, mais dès que Moriarty fait mine de se casser, hop, ils sont tout jouasses, comme s’ils étaient seuls au monde, franchement, ça ne ressemble pas à Sherlock, ça, d’en oublier les autres menaces ou de prendre comme acquis qu’ils sont partis avec leur maître.
    Réserve sur l’épisode : je l’ai trouvé trop long, trop tordu.
    Bref, Sherlock, je trouve ça sympa mais je ne suis pas accro. Franchement, plutôt qu’un format d’épisodes longs et de saison courte, j’aurais préféré l’inverse?EUR?

  8. Oui, il y a clairement un regard d’entente entre les 2 compères.
    Alexandra, on peut peut être expliquer ce que tu dis par le fait que Sherlock est plus pressé de débarrasser son pote Watson de la menace des explosifs. ??a montre que même lui peut être humain. Au vu de sa personnalité, j’espère qu’il ne va pas se dire que les liens humains le freinent et envoyer paître Watson…

  9. Oui, pareil, du coup je me dis que pendant toute la scène, le seul truc auquel il pense c’est de virer les explosifs (ce qui est trop… aaaaawwwww). Eridani, je ne pense pas qu’il va envoyer paître son Wiwi… euh, Wawa… leur relation aura des hauts et des bas, mais Watson sera toujours là.

  10. Super review dans le désordre ! J’adore !!!!!

    J’adore Sherlock, j’adore son acteur, j’adore Watson, j’adore son acteur, j’adore leur couple !

    Et je trouve la série quand même super bien écrite.

    Mon seul bémol est également sur le format mais à part ça, tout roule !

    Ce Sherlock… ^^ Tout a fait mon genre… à la télé !!!! mais dans la vie, quelle horreur ! Tiens, j’ai déjà dit ça dans l’temps… ^^

  11. Hé hé, ouais, ce final explosif, c’est un des pires cliffhanger que j’ai vu de toute ma vie !
    Et moi qui avait déjà un gros, GROS faible pour Martin Freeman, depuis Sherlock, j’ai parfois l’impression d’être redevenue une ado gloussant un peu trop quand son acteur préféré apparait à l’écran… Et les interactions de John-Freeman avec Sherlock-Cumberbatch sont juste un pied total à regarder, ils se complètent tellement bien…

    Vivement la fin de l’année, même si des quelques infos qu’a donné Moffat (3 mots clés), j’ai un peu peur qu’il n’y ai pas de saison 3…

    En tout cas, The Hobbit est attendu avec impatience : acteur favori dans le rôle principal, réalisateur chéri depuis le seigneur des anneaux, et société favorite pour les effets spéciaux / costumes. Vivement.

  12. Non, il ne l’enverra pas carrément paître mais bon, j’ai peur qu’il le fasse souffrir! On peut pas s’empêcher de s’inquiéter pour ce genre de mecs quand ils s’accoquinent avec des génies mégalomanes (ou des mégalomanes tout court, comme Arthur…)!

  13. Très chouette review… J’aime beaucoup la dynamique entre les deux acteurs/personnages, et pour ma part, je trouve Sherlock très beau. Pas forcément fan des cheveux, même si glisser les mains dedans ça doit être un vrai bonheur, mais il a une allure d’enfer et un visage magnifiquement sculpté 🙂

    Je pense aussi que le format est un peu long, je dois avouer que pour chaque épisode, je me suis ennuyée un peu en plein milieu en attendant la résolution…

    Merci de m’avoir fait découvrir cette série 🙂

  14. On en bave forcément quand on partage la vie de ce genre de personnage, il faut bien que le côté trépidant ait un revers… je crois Watson suffisamment futé pour l’avoir très vite compris et accepté. Et oui, moi aussi je trouve Benedict super beau ! En tout cas, il est très bien filmé, ça met son physique atypique très en avant et l’acteur en joue très bien pour incarner son Sherlock, c’est fou la rapidité avec laquelle il s’est approprié le personnage et lui a donné vie. J’ai toujours eu tendance à trouver les autres incarnations de Sherlock un peu raides, mais là, c’est tout l’inverse.

  15. (Oui, et pareil, la tronche de Sherlock – et la mienne ! – quand il voit débarquer John et qu’il se dit pendant une demi-seconde qu’il s’est peut-être fait avoir tout du long… hihihi, que c’était bon.)

  16. ça fait un petit moment que je dévore tes review quotidiennement, sans jamais oser poster. Mais là….. Sherlock…. Mais MERCI Sorcière pour cette découverte!!!!!! J’ai regardé les 3 épsiodes dimanche en tentant sans réussir de les faire durer. et c’est génial! Un vrai bonheur. Moi qui suis une inconditionnelle des livres, qui ont bercé mon enfance, j’avais un peu peur je l’avoue, hé bien quelle claque!

    Et ce dernier épisode….. ce cliff haaaaaaa l’été va être très très long à venir. Et maintenant je suis en manque de Watson! terrible!

    Par contre moi, dès qu’on voit Moriarty pour la première fois, je savais que c’était lui. J’en étais sure! Trop d’indices qui font qu’on doit pouvoir se rappeler de ce personnage. Qu’est ce qu’il viendrait faire là sinon?! Donc obligé j’ai pensé" lui on va le revoir et pas en gentil, il a l’air trop fan de sherlock……. et si c’était lui??" et après le moment de blanc en voyant watson "heu……ben non quand même" il me semble avoir sauté sur mon canapé "J’en étais SUUUUUUUURE!!!!!!" Ha mais cette fin….. la tension!

    Bref en résumé: MERCI sorcière! Et la BBC, qui nous prouve une fois de plus qu’elle est vraiment doué dans l’adaptation des grands classiques!

  17. Au vu de sa personnalité, j’espère qu’il ne va pas se dire que les liens humains le freinent et envoyer paître Watson…
    ————-
    mmmh, Moffat semble bien suivre le Sherlock d’origine, donc je ne pense pas
    Ensuite je pense que Sherlock a autant besoin de Watson que House à besoin de son Wiwi (logique) ou que le Docteur a besoin d’un compagnon.

    pour avoir vu des capture de The Last Ennemy, Benedict est bien mieux avec des cheveux ^^ Et puis après deux Docteur très "capillaire", Moffat savait ce qu’il faisait

    Sinon le chat me fait terriblement penser à Friends. Et moi qui adooore les chats, je ne supporte pas cette race? Trop bizarre

  18. C’est pas que je le trouve moche hein, Benedict!! Loin de là (pas taper pas taper!) même. Si je trouve beau des types comme euh.. au pif Alex Skarsgaard, je préfère les physiques un peu atypiques et Sherlock est franchement fascinant de ce point de vue. Il a effectivement un visage bien sculpté, qui lui donne une allure très hiératique et marmoréenne.

  19. Argh! Ce cliffanger !!! Depuis cet été, ça m’a frustrée grave surtout quand on pense qu’ils n’étaient même pas surs de faire une saison 2, vraiment culottés ces Moffat et Gatiss ! Ils font bien la paire !
    Et qu’est-ce que j’aime ces bromances chez la BBC, encore plus évident que Merlin/Arthur et c’est vrai qu’avoir Gatiss dans l’équipe scénariste doit aider de ce côté là !

    Au début, je ne l’avais même pas reconnu le Jim de Molly=Moriarty, ça avait pas fait tilt, je me suis totalement faite avoir ! ^^
    Et pis, y a pas à dire, je suis une Cumberbitch total, Benedict est exceptionnel et ils le filment de façon à le mettre tellement bien en valeur… *sigh*
    (c’est ce que je pensais aussi, personne n’a roxé le long coat aussi bien depuis Tennant ! :))

  20. Après une petite recherche sur Google Images, il fait encore plus jeune les cheveux courts le lascar, il ne l’est pourtant pas tant que ça!

    "Cumberbitch", c’est un lapsus, ou c’est voulu? 🙂

  21. C’est une société occulte regroupant les groupies de Cumberchouxe. 😉

  22. Dans le genre qui fait plus jeune que son âge, je suis tombée à la renverse en voyant la date de naissance du môme qui joue Peter Campbell dans Mad Men !!!!!

  23. Hi hi hi… c’est vrai qu’il a une bonne bouille de bébé, lui… il a quoi, 35 ans ?

  24. Oui, quelque chose comme ça, j’ai déjà oublié tellement je suis sous le choc LOL

  25. Rah, nom de Zeus !

  26. Rha la la quand j’y repense à cette fin…. Ce qui m’amuse le plus c’est de voir à quel point je me suis fait avoir pendant TOUT l’épisode.

    Je vois Tim arriver la première fois dans le labo, je me dis "Rha à tous les coups c’est luiiiii" (oui j’avais un comportement d’ado hystérique toutafé). Et après pouf, happée par la suite je n’y pense plus, et même pas je le reconnais quand il arrive à la piscine!

    Pareil quand Watson arrive, j’aurais voulu qu’on me filme^^ "Naaaaan c’est pas possible pas lui!!" …. "Mais pourquoi le manteau…" ….. "Aaaah une bombe!!" Avec les expressions qui vont avec bien entendu. Bref j’ai réagit exactement comment Gatiss l’avait prévu je pense.

    Quand à la fin, j’avais tellement envie de leur dire que non mais attendez moi aussi je veux savoir ce que vous avec tous les deux compris!! 🙁

    Vivement les 3 prochains^^

  27. "Trop frustrant de s’arrêter là. Ils savent nous tenir !!! Apparemment la diffusion sur F4 a fait un très bon score"

    euh oui moi j’y étais, malgré la trachéite et les restes du jour de l’an… et je crois que samedi prochain j’y serai encore (pas tout compris au visionnage en anglais, j’ai le cerveau en carafe)…France 4 a bon goût en matière de séries: DW, Life on Mars, Sherlock Holmes….
    Et moi je deviens accro aux séries de la BBC…Bon ben Firefly et Farscape étant faites depuis un moment va falloir que je me lance dans BSG moi…

  28. Sorcière, as tu vu qu’on pouvait trouver le pilot jamais diffusé de la série qui durait à la base 50 minutes? Il est disponible dans les épiceries habituelles, et est assez intéressant pour voir l’évolution de la chose.
    (Sans compter Benedict qui nous fait péter les pantalons ajustés et chemises entrouvertes *drool* )
    Merci encore une fois de m’avoir fait découvrir cette série, je suis complètement mordue!

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top