Categories Menu

110 : Unvanquished

Vous savez quoi ? Ca m’a tellement énervée cette reprise de Caprica que je n’ai même pas pu écrire mes commentaires sur cet épisode hier dans la foulée, de peur que ça ne me gâche la soirée.

Je HAIS ces hallucinés. C’est bon, c’est plus la peine, je peux pas, c’est physique. J’ai eu envie de gerber devant cet alignement de guignols enfarinés qui ont l’air d’avoir enfilé les chaussons du yéti. BEURK !

Le décor m’a fait penser à des moments de Star Wars et pas vraiment mes préférés, si vous voyez ce que je veux dire.

Mais c’est quoi ce délire ? Ok, dans BSG, on nous rebattait les oreilles de God toutes les trois secondes, mais la plupart du temps, c’était à travers la bouche de Tricia Helfer qui pourrait réciter le bottin et on serait tous et toutes en train de baver devant ou avec les pitreries de Baltar pour faire passer la pilule. Mais là, c’est quoi ces bouffons qui se prennent au sérieux avec leur secte de MERDE qu’on comprend même pas ce qu’ils veulent et pourquoi il y a douze factions qui se prennent le chou ? Hello ? Explicacion ?

Pareil, je suis désolée pour Polly Walker mais c’est pas possible, quoi.

J’ai beau me forcer, mais je HAIS ces hallucinés adeptes de l’attentat-suicide qui ont vu la vierge, qui font l’apologie de l’apothéose ou je ne sais quoi, avec leurs cornettes brodées sur la calebasse et leurs petites lunettes cerclées de fer et leur HYPROCRISIE à deux balles.

(Meg Tilly. C’est bien, très bien… mais donnez-lui quelque chose à faire, quoi !)

Je déteste les sectes, tout ce qui s’approche de près ou de loin de ce genre de trucs me fait dégueuler. Autant ça pouvait passer dans BSG parce que la série racontait une histoire articulée, avait un objectif déclaré et que ça faisait partie intégrante d’une intrigue, autant là, j’y comprends rien (et limite je n’écoute pas) et de ce fait, il me prend une sérieuse envie de tous les passer à la sulfateuse. Après ils nous rejouent le meurtre de César, ce qui ne doit pas dépayser Polly Walker, mais WHAT THE FUCK C’est quoi leur problème ???

Bref, seul « Connor » trouve à peu près grâce à mes yeux parce que mon cerveau de fangirl ne peut pas oublier qu’il est le tout premier acteur qu’on voit apparaître dans BSG et parce que, curieusement, je le trouve super comestible, mais le reste, AUX CHIOTTES !

(Ouf, gros lâchage, ça va mieux.)

L’explosion du stade, symbole colonial très très fort, est néanmoins d’une intensité incroyable. On a l’impression d’essayer de se secouer pour sortir d’un cauchemar. Non, ça n’arrive pas, ce n’est pas possible. Mais si, c’est possible, ils en sont bien capables. Mais non, réveille-toi. Mais en même temps ça a l’air si réel et si proche de ce qu’on a vu dans le pilote. Et ce serait tellement logique de rejouer l’attentat du Lev. Oui mais il y a des enfaannnts !

Et des gentilles mamiiiiies !

Et des gentilles jeunes filles innocentes qui jouent dans Friiinge !

Et 30 000 personnes dans le staaaade !

L’ennui, c’est qu’après, on se retrouve dans la réalité, bananés trois semaines plus tard et je ne comprends pas l’intérêt. Non, on ne tombe pas de notre chaise en apprenant que Vergis a pris le contrôle de la production de Cylons, ça aurait pu, mais non.

La descente aux Enfers de Daniel n’est pas SI bouleversante, même si Eric Stolz est toujours aussi irréprochable.

(Le jour où il se met à être mauvais, j’arrête la série.)

La seule chose qui m’a tenue à peu près en haleine c’est de découvrir le nouveau Joseph, désormais bien ancré dans la réalité, plus que jamais, même, et de le voir intéragir avec son patron Guatrau et Messire Graystone. Ca, il faut le dire, c’était délicieux.

On nous offre aussi le plaisir d’entendre pour la première fois le mot « Toaster », ce qui est adorable. (Oui, adorable.)

Et le terme d’archivage, aussi, qui refera surface bien longtemps plus tard quand il sera question des Final Five.

Bref, cet épisode est bancal. Pour plusieurs raisons. Mais je crois que ce qui est le compliqué, c’est qu’il est presque censé fonctionner comme un season premiere. Et ce n’en est pas un. L’autre souci, c’est que je commence à avoir du mal à ressentir quelque chose pour les personnages. J’ai de plus en plus de difficultés à les trouver sympathiques, à avoir envie de m’investir dans leurs problèmes. Dans BSG, il était impossible de ne pas aimer au moins Adama. Après, on aimait Starbuck, on aimait Apollo, on aimait Tigh, Boomer, Roslin, Baltar, peu importe. Il y en avait pour tous les goûts. Là, entre l’aspirante terroriste, la petite conne exaspérante, l’avocat véreux, le tueur à gages, l’industriel dépressif, l’illuminée de base et la folle inconsistante, ça devient très compliqué !

Néanmoins, la scène des frères Adama et de Daniel était très forte, haletante.

Et la démonstration de Zoe-A désormais à la recherche de sa frangine d’infortune a de quoi séduire les fanboys. (Et même un peu moi car graphiquement, c’est très chouette, et le piano, c’est un ressort désormais familier mais qui fait toujours son petit effet.)

Et j’ai hâte de voir les deux fifilles se retrouver.

Mais balancez-nous de l’action ! De la vraie. Pas juste une petite bagarre à la Buffy en fin d’épisode pour nous donner un peu de steack à grignoter. Faites péter le big business, quoi, on veut du robot, merde, on parle de la naissance des cylons, là !
Il faut… je ne sais pas… revoir les ambitions à la baisse, recentrer l’intrigue, arrêter de s’éparpiller, nous donner les clés de la série. Je suis très patiente pour tout ce qui entoure l’univers Battlestar Galactica et j’apprécie la lenteur de Caprica, mais là, ça devient trop pour moi.
Bref, j’en sors très frustrée, avec l’impression d’avoir passé une heure et demie devant l’écran. Ce qui n’est pas très bon. Et tout ça pour apprendre qu’Amanda n’est pas morte. Ah ah, on s’en doutait pas du tout !

Et puis je précise que je n’ai pas vu l’épisode suivant alors le premier qui dit un mot dessus, je l’empale. Aimablement.

Posted by on Oct 16, 2010 in Caprica | 21 comments

21 Comments

  1. Mouais effectivement ça cassait po trois pattes à un canard leur reprise, et puis bon c’est peut être de ma faute mais j’ai juste regardé un sneak peek parce que la reprise était longue, et ça m’a vraiment énervée de voir qu’en fait le sneak peek (qui était la scène de fight de Zoé sur fond de piano) était la seul scène que j’avais aimé de l’épi ^^’

    Bref, et pour ce qui est de l’actrice qui joue Amanda, je l’aime beaucoup mais pour moi maintenant vu que SOA à repris depuis bien six semaines, ba c’est carrément plus la même personne avec son accent irish de malade…XD

    Enfin faut espérer que ça s’améliore tout ça! ^^’

    Merci Sorci pour la review 😉

  2. Ah ben pareil ! Le cirque des monothéistes, franchement, rien à cirer ! Ils sont ridicules, leurs motivations sont incompréhensibles, la bagarre entre les factions est totalement obscure, on en est juste à souhaiter qu’ils s’exterminent les uns les autres, mais vite si possible. Quant à leur papesse, franchement, j’ai trouvé ses scènes interminables et complètement gratuites, puisqu’au final elle a l’air de dire oui à tout le monde tout en les laissant se poignarder les uns les autres, tout ça en "hum-humant" pour seul dialogue, le néant absolu !
    Heureusement qu’il y a les gangsta brothers pour mettre de l’ambiance?EUR?
    Et je suis déçue qu’Amanda ait survécu, parce que du coup on se demande pourquoi Daniel était dans un tel état au début de l’épisode (bon, OK, elle ne veut plus le voir, mais bon).

  3. Ta review m’étonne… Cette reprise est quand même extraordinaire en ce qu’elle nous balance d’emblée la réponse à un gros mystère semé depuis le début de la série : l’Apothéose. Et la réponse est simple (beaucoup plus qu’on ne l’imaginait, d’ailleurs), bien expliquée, cohérente… Toi qui avais été très énervée par les logorrhées cryptiques de Chlarice auparavant sur ce sujet, je pensais que tu aurais au moins été soulagée de ne plus avoir ça dans les pattes. Surtout qu’en plus, la réponse est TERRIFIANTE, quoi.
    Et tu dis ne pas blairer les monothéistes, heu… C’est un peu le but de l’épisode, hein. XD Même si j’ai moi aussi détesté le design de Gemenon et de leurs anoraks en moumoute.

  4. Oui, je suis soulagée que ce soit fait, j’aurais dû le préciser. 😉 (Il faut dire que j’ai eu beaucoup de soucis techniques avec ce billet, j’ai perdu ma première version, ce qui m’a encore plus énervée et je l’ai retapé un peu en hâte, donc du contenu est passé à la trappe, je pense que ça a joué sur le ton. C’est exaspérant de réécrire un billet quasi finalisé.)

  5. Alex : je ne suis pas sûre que ce soit tant la « perte » d’Amanda que celle de son « bébé » qui anéantit à ce point Daniel. C’est assez flippant, d’ailleurs.

  6. de ses 2 "bébés" : le cylon et l’équipe de pyramide

    j’ai eut du mal avec cette reprise aussi et je n’ai pas tout compris de l’histoire avec sister Clarisse. La mother je la situe pas du tout. Elle assiste a l’assassinat du César, mais prétend que non. Et on dirait qu’elle a un lien avec sister Clarisse à la façon dont elle hésite presque à ordonner son assassinat

    j’avoue que j’ai quand même eut une sourire en entendant le mot "toaster" et quand "le corps" inerte de Zoé 2.0 est rangé, j’ai pensé à D’Ana. Mais, moi ce qui commence le plus à me géner c’est que je n’arrive pas à faire le lien avec BSG.
    Bon après la guerre avec les cylons, j’imagine que les humains y sont allé mollo sur la technologie. Adama ne l’aimait pas et ils étaient en fuite, ok. Mais toute cette histoire de monothéisme et de terrorisme n’avait pas été évoqué dans la série mère. Même pas après les attentats suicides commandé par la 6 du Pegasus. La série se déroulant pas si longtemps avant, les plus âgés,comme notre Général, auraient du en être marqués, surtout les capricans.
    Autre chose qui me gène, comme je l’avait mis dans un précédent com’, c’est le "So say we all" que prononce les terroristes monothéistes (en se touchant le front) et qui est entonné en c? »ur par les troupes polythéistes dans BSG. J’ai envie de crier "blasphème" à chaque fois du coup.

  7. Pour ton dernier point, j’imagine qu’il y a une raison logique à cela et que c’est un des nombreux mystères de la série. Comment on en arrive de ce point A au point B qu’est BSG.

  8. le So Say We All on l’entend aussi lors d’un match de Pyramide. Hymne de Caprica non ?

  9. Je crois que c’est ce que Breched voulait dire, oui. 😉

  10. Au faite, c’est "l’apothéose" ou Apotheosis (nom d’une personne, le gars avec Clarice Willow dans le "confessionnal" virtuel) ? Là, je comprend plus ??

  11. C’est Apotheosis, oui, oui… mais ça sonne tellement cheesy leur truc. Dès le début ça ne m’a pas trop plu, le coup du magicien d’Oz derrière son rideau.

  12. OUi c’est sûr, on sait enfin où veut en venir Clarice, même si je trouve qu’elle vend la peau de l’ours avant de savoir comment elle va s’y prendre, mais bon.
    Vivement qu’on voie du robot !

  13. en gros sister Clarisse utilise des humains comme bombe, mais au lieu de leur promettre le paradis et un paquet de vierge (hum), elle leur promet la vie éternel dans le V world. Mieux d’avoir une seconde vie dans des robots/cylons comme Zoé 2.0. Am I right ?
    Bref en gros madame a très peur de mourir et qu’il n’y est pas de big lumière au bout du tunnel, donc elle trouve un moyen de contourner ce problème. Et, comme le dis le prêtre, elle a un complexe du messie. Mauvais Cocktail. N’est pas Gaïus qui veut
    Imaginer que les cylons de BSG soient les membres de STO de Caprica, uh

    Sorcière, je sais que c’est le point de la série. Expliquer comment on en est arrivé à la première guerre avec les cylons, mais j’ai du mal à connecter A et B là. En fait je crois que j’ai un coup de Starbuck blues. Je suis en manque de Lee et du couple 6/Gaïus. C’est la faute à Eureka et TBBT. Je n’ai même plus Dollhouse pour avoir ma dose de Tahmoh Penikett. Je sens que dans pas longtemps je vais me faire un marathon BSG

  14. Moi j’en sors, le marathon je l’ai terminé il y a deux semaines, c’est encore tout frais dans ma tête. D’où ma frustration, j’imagine. Sinon, pour Clarice, j’ai à peu près compris comme toi et ça m’écoeure, en fait. Mais sans profondément m’attrister comme BSG avait le don de le faire.

  15. J’ai détesté cette reprise… Les scènes sur Gemenon, on dirait les Rois Maudits, par Josée Dayan.

    Et puis c’est juste moi ou les SFX sont bien plus cheap que dans la première partie ?…

    Faut se reprendre là… Et dire que j’en suis réduit à regarder The Big Bang Theory pour avoir ma dose de****!…

  16. Tu sais que si je n’avais pas vu l’épisode en question je te ferais décapiter ? Il a été diffusé y a trois jours, il faut penser à ceux qui ne l’ont pas encore vu, flûte, quand même. 😉

  17. Ce qui est rassurant en te lisant, c’est que j’arrive enfin à comprendre ce qui m’exaspère dans caprica ! Merci donc, je comprends pourquoi je commence à ne pas du tout aimer cette série, à mon grand regret.

    Par contre, niveau "image" et graphisme des univers, rien à redire !

  18. huhu sorci, je me demandais justement. Du coup j’ai fait une légère allusion à TBBT. J’ai été si surprise. Hâte de lire ta review à ce sujet

    au fait, la santé va mieux ?

  19. Tsss.. Sorcière… je pensais à un épisode beaucoup plus anciens, dans la baignoire, tout ça…
    😉

  20. Ah ah ah, cte mauvaise foi !!! LOL J’adore !

  21. Moi ?… Alors ça c’est vraiment pas mon genre !!!
    D’ailleurs j’ai même pas dit que dans le même épisode on voyait aussi… aie ! pas taper !

Répondre à La Sorcière Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top