Categories Menu

The end of time (2)

Bon, mes petits amis, je respecte votre chagrin, mais ne comptez pas sur moi pour verser dans les jérémiades du genre : « David Tennant a quitté Doctor Who et plus rien ne sera comme avant. »
J’ai déjà fait ma drama-queen pour le départ d’Eccleston et si c’est lui qui reste mon Docteur, ça ne m’a pas empêchée de prendre mon pied comme rarement devant les quatre saisons de Tennant, donc je sais que non, les choses ne seront pas « plus jamais comme avant ». Ce sera différent, en bien, certainement, je ne suis pas inquiète. Je pense qu’on va énormément s’amuser devant les aventures d’Eleven, et après deux saisons et demie assez déprimantes pour Ten (oui, depuis la perte de Rose, ça va pas super fort, quand même), je suis contente à l’idée de revenir à un plaisir plus enfantin, plus frais et plus innocent, chose que le machin à grands bras semble tout à fait capable d’assurer. Ca ne m’empêche pas d’être terriblement nostalgique en voyant David partir. Ca ne m’a pas empêché de pleurer devant cet épisode. Mais je refuse de dire que ce sera forcément moins bien. Et je vous serais infiniment reconnaissante de m’éviter ça dans les commentaires.

Donc voilà. Au revoir, David, au revoir, Russell. C’était une grande sortie. Pas les meilleurs épisodes à mes yeux, mais c’était un beau départ, très bien préparé, très bien accompagné, peut-être un peu trop pour moi, au point d’enlever un poil d’émotion à force de baliser la sortie, mais on ne se sépare pas d’un David Tennant comme on tombe d’une chaise donc voilà.

Pour commencer, quelques fleurs pour John Simm dont la performance ici est magnifique, beaucoup plus en ce qui me concerne que dans la première partie. Je préfère le Maître bipolaire de cet épisode. Qui passe du rire de dément au grand regard mouillé, de la colère au désespoir. Oh oui, là j’ai retrouvé mon John Simm inoubliable, celui de Life on Mars, avec ses beaux yeux verts tout tristes.

Et il y a toujours l’alchimie qui crève l’écran entre les deux petits génies.

Comme j’ai aimé l’histoire du Docteur et du Maître, dans cet épisode. Cette histoire si compliquée et qui aurait pu être si simple. Un beau gâchis que tout ça. Ils avaient vraiment tout pour faire un duo du tonnerre, et ça, Ten le sait. Et il est bien probable que le blondinet le sache aussi, tout au fond de lui. Sinon, au lieu de le garder comme ça, de jouer avec lui comme un bébé fauve qui joue avec sa nourriture, il le tuerait sur le coup.
Bon, mais dans un premier temps, il n’est pas du tout tout triste, le Master, il est tout triomphant et il nous a ligoté son vieux copain façon Bâton de berger que j’en ai ri, oui, ri, de voir Ten ficelé comme ça avec ses Converse qui dépassent.

De l’autre côté, les Time Lords manigancent et rah… j’ai adoré le thème de Gallifrey de la fin de la saison 3 revisité de manière un peu plus martiale. Vraiment, explorer de la sorte la mythologie des Seigneurs du temps, c’est super. C’est un peu comme les cylons, on n’est pas sûrs de vouloir en savoir autant, mais rien à faire, on est trop fascinés. Là, c’est le Conseil qui se réunit et on se rend vite compte que le Président, mmmmh, il n’est pas très patient.

(Ce gant me rappelle quelque chose, pas vous ?)

Intéressant malgré tout de sentir chez lui comme chez Ten cette farouche envie de vivre qui ferait faire un peu n’importe quoi. Logique.

Et puis Gallifrey, merde. Je n’aurais jamais cru qu’on verrait un jour Gallifrey en vrai, autrement que dans les flashbacks.

Quel plaisir de voir l’écriture gallifréenne, aussi.

Evidemment, profonde perplexité en les entendant parler de la Guerre du Temps. Mais j’y reviendrai plus tard. En tout cas, j’ai beaucoup aimé, et j’ai trouvé Timothy Dalton grandiose et terrible, parfait dans ce rôle avec sa voix qui tonne et ses caprices de diva.

J’ai bien aimé leur prophétesse aussi, dommage qu’elle reste aussi anecdotique, c’est un peu le reproche que je ferais de manière générale à ces deux derniers épisodes qui introduisent énormément de choses en les faisant retomber aussitôt. Typique de RTD, ça, et de son petit côté hyperactif.

Mais elle fait son petit effet, et sans elle, les Time Lords auraient bien du mal à bidouiller les quatre coups du Maître.

Back on Earth, j’avoue une petite déception en constatant que Donna allait être « off » pendant tout l’épisode. A posteriori, je me rends bien compte que c’est l’épisode de Wilf et que la ramener au premier plan aurait forcément affaibli la présence de pépé, mais ça m’a un peu déçue. Cela dit, le peu qu’elle fait est parfait.

Le « He loves playing with Earth girls » du Master m’a éclatée.

Et quand Wilf lui crie au téléphone « Run for your life », j’ai hurlé. Oh, papy, il parle comme un Time Lord, je vous dis.

Enfin, j’aurais vraiment adoré revoir Doctor-Donna. Un peu plus quoi.

Mais le sourire de Ten qu’on devine derrière son scotch face à l’exaspération du Master qui se rend compte que Donna a échappé à la transformation… hihi, c’était magistral.

Ten : Do you think I’d leave my best friend (ooooh!!!) without a defense mecanism ?

Sa meilleure amie, han, j’ai cru que mon coeur allait exploser de tendresse en l’entendant dire ça.

Non, vraiment, quel bichou, ce Ten, et quel amour on sent rayonner de lui dans ce tout dernier épisode. Pour Wilf, pour ses anciens compagnons, pour Donna, et pour le Maître, ce merveilleux ami/ennemi.
Quelle scène ça nous donne. Et quelles répliques.

Ten : You’re a genius, you’re stone-cold brilliant, you are. I swear you really are, but you could be so much more, you could be beautiful, with a mind like that, we could travel the stars. It would be my honour, because you don’t need to own the universe, just see it. You have the privilege to see the whole and time and space. That’s ownership enough.
The Master : Would it stop then ? The noise in my head ?
Ten : I can help.
The Master : I don’t know what I would be without that noise.
Ten : Wonder what I’d be without you.
The Master : Yeah.

Haaaaan ! Les garçoooons !!!

Voilà comment Koshei rate la dernière occasion qui lui est offerte de tout planter là… Il a l’air d’un petit garçon, quand Ten lui parle comme ça, et la seconde suivante, il redevient un monstre, une erreur. Persuadé que la prophétie, c’est lui.

Sauf que.

Ten : You’re still bonedead stupid, you still can’t see the obvious. That guard is one inch too tall.

Wilf : God bless the cactuses !
Ten : That’s cacti !
Cactus : That’s racist !

C’est parti pour la grande séquence nawak qui nous rappelle que merde, c’est les fêtes, quoi !
Le coup du pauvre Ten trop ficelé pour être libéré et qu’on roule comme une merde, c’était énorme. Ah, le Time Lord, il a tout de suite l’air beaucoup moins terrible !

Cactus : Just wheel him !

Ten : Worst. Rescue. EVER !

Et le coup des escaliers, oh non, mon pauvre Seigneur du Temps, mais comment osent-ils ?

On se retrouve donc à bord du vaisseau des Cactus.

Qui ont vraiment la tête remplie de flotte puisqu’ils s’y croient très à l’abri, oubliant que le Maître a un peu tous les missiles de la Terre sous la mimine.

Ce que Ten leur rappelle avec force brâmées.
Mais est-ce que ce n’est pas super mignon de voir Wilf tout interdit en se rendant compte qu’il est dans l’espace ? Hein ? Si, trop trop mignon. Roooh, pépé avec son petit télescope qui se retrouve dans un vaisseau spatial.

Wilf : But we’re in space !

Allez viens papy, on va te faire ta petite infusion Saveurs du soir.
Bon, pendant ce temps, il y a du dossier, sur Gallifrey. Je n’ai pas tout compris, vraiment pas tout, moi, les Time Fraks, je ne suis vraiment pas douée pour, tout ce que je sais, c’est que le pauvre Master continue à chercher d’où viennent ses tambours et que ça commence à me faire beaucoup de peine.

Et ces quatre coups, il s’avère que ce sont ces enfoirés de Time Lords qui les lui ont collés dans le crâne pour pouvoir le retrouver, en prenant soin d’envoyer un petit ancrage sur Terre histoire de. (Honnêtement, j’y comprends rien, hein, c’est un poil trop abstrait pour moi, sur ce coup.)
En tout cas, j’ai adoré le « rythm of four, the heartbeat of a Time Lord ». Comment on a pu ne pas y penser plus tôt ?

Une chose est sûre : c’est des fuuuumieeers ! Je ne comprends même pas comment un type bien comme Ten peut être issu d’une race de dégénérés aussi arrogants que ceux-là.
(Vous me direz, il y a quelques traits de ressemblance, malgré tout, sa nature a tendance à le rattraper de temps en temps.) En attendant, regardez comme il est mignon, notre Ten, replié sur ses pattes de sauterelle, en train de bidouiller des câbles.

(Ca me rappelle Nine qui jouait avec des fils, aussi, le jour de sa mort. )

A posteriori, ça fait vraiment mal au coeur de voir la joie du Master quand il récupère le diamant de Gallifrey. Pauvre gamin.

Bon, l’heure est venue de saluer une fois de plus la performance de Bernard Cribbins qui est absolument stellaire. Je n’ai pas de mots pour décrire la sensibilité avec laquelle ce pépère a su incarner Wilfred Mott. Il est l’un des rares personnages de passage à avoir su toucher mon coeur et je suis bien persuadée que dans ces deux derniers épisodes, il est entré dans la légende de Doctor Who, juste à côté, en ce qui me concerne, de Sally Sparrow et du jeune Latimer.
Quelle composition il nous livre là. C’est magnifique. On dirait qu’il était né pour jouer ce rôle, pour accompagner le Docteur Ten jusqu’à la fin.

Time Lady : I was lost. So very long ago.

(Et là, j’ai pensé à Donna. Honest.)

La scène où il retrouve Ten pour discuter est sublime de simplicité, comme le bonhomme, d’ailleurs, qui parle de sa défunte femme d’une manière qui ne peut que toucher le Docteur.

Wilf : Do you think he changed them ? In their graves ?
Ten : I’m sorry.
Wilf : Not your fault.
Ten : Isn’t it ?

Tout ça, je l’ai relevé parce que c’est tellement beau et tellement naturel. Tellement rempli d’humilité de la part de ce petit vieux qui d’un seul coup prend encore une fois conscience de l’ampleur du personnage qu’il a devant lui.

Ten : I’m older than you.
Wilf : Get away.
Ten : I’m 906.
Wilf : Oh really, then ?
Ten : Yeah.
Wilf : 900 years. We must look like insects to you.
Ten : I think you look like giants.

Quelle belle réplique de la part de Ten qui n’a cessé d’être impressionné par cette petite race si fragile.

Et là, la phrase.

Ten : I’d be proud. If you were my dad.

Han !

Ok, ça manque un peu de gonzesses, mais qu’est-ce qu’ils sont choux, les mecs, dans cet épisode !!

Et puis le flingue, bien sûr. Que Wilf veut donner à Ten, qu’il insiste pour lui mettre dans la main, pour tuer le Master et faire que tout le monde redevienne humain. Et surtout pour que le dixième Docteur ne meure pas.

Flingue que Ten refuse, bien sûr, lui qui ne s’est jamais servi d’une arme et qui ne saurait tuer son vieil ennemi pour sauver sa peau. Ou celle de six milliards de Terriens.

Ten : Sometimes I think a Time Lord lives too long. I can’t. I just can’t.

Mais que Wilf le conjure de prendre et qui va finalement s’avérer bien utile.

Car pendant que le Master commence à balancer les missiles, les Time Lords, eux, se réveillent définitivement et décident que Gallifrey, c’est nettement plus classos que la Terre.

« Gallifrey rises ! »

Là, c’est le petit quart d’heure action rigolote qui m’a pas mal rappelé les manip’ du Titanic et qui a le mérite de relâcher un peu la pression avant d’aborder le gros qui tache.

Go, Wilf, go !

Et là, bien sûr, les Time Lords débarquent. Sur Terre. OMFG.

Et là, bien sûr, mon Ten, il saute. Oh. My. Fucking. Lord.

(Alors là, excusez-moi, mais l’espace de deux centièmes de secondes, je me fais pipi dessus de rire.)

(Voilà, c’est fini, je ne ris plus.)

(Mais alors plus du tout.)

Oh mon pauvre choupinou tout brisé !

Et là, le gros gros délire commence. D’abord, ces cons de Time Lords se sont échappés… d’une prison temporelle dans laquelle le Docteur les avait enfermés ? C’est bien ça ?
Parce qu’ils voulaient faire l’ascension ??? WHAT ?!?
C’est donc bien lui qui est à l’origine de l’extinction de sa race et c’est ce fardeau précisément qu’il a porté tout ce temps sans jamais nous en toucher mot à nous, ses fans !
Eh bien quand on voit ce que ces gentilles personnes sont capables de faire à un pauvre gamin, un des leurs, pour pouvoir faire leur ascension de MERDE, lui prendre sa vie et en faire de la charpie, rah ! Timothy, tu me déçois ! Profondément !

Et je suis bien contente, toutes proportions gardées, d’apprendre que le pauvre Master n’est qu’une victime, dans cette histoire et que oui, avec un esprit pareil, il aurait pu être aussi sublime que Ten et visiter l’espace et le temps à ses côtés, si seulement on ne l’avait pas rendu fou exprès.

Honnêtement, j’en étais malade qu’il découvre ça.
Et Gallifrey qui débarque, si grande, si terrifiante, et qui, tel un symbole, s’apprête à engloutir la Terre.

Alors là, je n’aurais JAMAIS cru voir ça.

Et encore une fois, bien sûr, le Docteur se retrouve face à un choix impossible.

The Master : The link is inside my head. Kill me, the link gets broken, they go back.

Sérieux. Le coups des Anges Pleureurs auxquels le Président fait référence dans cet épisode. La position, mains sur les yeux. Ce n’est pas un superbe hommage à Moffat qui reprend la suite ? Oh, si. Ca m’a bouleversée, personnellement, de voir ces deux personnages comme ça, les yeux cachés. Et surtout que cette femme se dévoile comme ça, en versant une larme. Qui qu’elle soit, elle est très chère à notre Docteur.

Assez pour le faire revirer une ultime fois.

Ten : Get out of the way.

Non, cette arme, il ne s’en servira pas pour tirer sur un des siens. J’ai crains un instant qu’il ne se tue lui-même, mais non. Dieu merci. Il détruit la machine qui détruit le Maître et qui fait disparaître Gallifrey et les Time Lords. Mais avant ça, un cadeau. Pauvre Maître dont tant d’entre nous ont cru qu’il allait tuer Ten.

The Master : Get out of the way.

Oh, merci, Maître.

Et là, bien sûr, on attend. On attend la lumière jaune, on attend les mains qui brillent, et putain, ça vient pas. On s’attend presque à ce que ce soit Matt Smith qui se relève. Et rien.

Ten : I’m alive. I’m still alive.

Non, Davies n’oserait pas nous faire ça. Mais il faut qu’il se régénère, merde, qu’est-ce qu’il attend, ce con ???
Et là… toc toc toc toc. NOOOOOOOOOOOOOOON !!!

Je vous l’avais dit, les mecs. Ce sera pas avec le flingue, mais c’est bien Wilf qui le tue. Oh putain que c’est tordu, que c’est méchant. Evidemment que Ten ne le laissera pas crever en se ramassant les radiations dans sa petite cabine, évidemment qu’il va prendre sa place puisqu’il faut que quelqu’un entre pour que l’autre puisse sortir. Et il est résigné, pourtant, Wilf. Eh oui, je suis un vieil homme, blablabla.

Ten : Okay, right then, I will. ‘Cause you HAD to go in there, did you. You HAD to go and get stuck, oh yes. ‘Cause that’s who you are. Wilfred. You were always this. Waiting for me, all this time.
Wilf : No really, just leave me. I’m an old man, Doctor, I’ve had my time.
Ten : Well, exactly ! Look at you. Not remotely important ! but ME ? I could do SO MUCH more ! SO. MUCH. MORE ! But this is what I get. My reward. Well, IT’S NOT FAIR ! Oh… live too long.

Wilf : No. No no, please. Please don’t. No, don’t ! Please, don’t ! Please !
Ten : Wilfred. It’s my honour.

Oh, ma pauvre petite biche. Il n’y a même pas d’hésitation possible.

Oh…

Et encore une fois… toujours pas de Matt Smith. Que le cul te pèle, Davies !!!

Sauf que…

Plus de cicatrices. Here we go.

Et pendant que Wilf retrouve sa famille, Ten, lui, en attendant de se régénérer, va chercher sa récompense : la sienne, de famille. Ses petits à lui qu’il a élevés et aimés. Je précise qu’à ce moment-là, La Sorcière a toujours les yeux résolument secs. De toute façon, elle a abordé cet épisode en sachant qu’elle ne pourrait jamais pleurer plus que devant Journey’s End.
Alors elle endure.

Ten : I’ll see you one more time.

J’imagine que tout le monde a fait un bond de douze mètres en réalisant que Martha avait plaqué son fiancé pour épouser Mickey. En mon fort mauvais for intérieur, je me suis dit que décidément, celle-là, à part ramasser les miettes laissées par Rose, elle ne sait pas faire grand-chose d’autre.

Ten les sauve ici des tirs d’une grosse Patatalo.

Et disparaît. Pas la peine d’épiloguer, The Idiot et Madame ont compris.

Ensuite, sauve le petit Luke de la Dame Smith.

Et le plus beau sauvetage, à mes yeux. Oh oui, celui-là, il a manqué de me briser le coeur. Outre toutes les bêbêtes rencontrées par le Doc au cours des quatre saisons passées, il y en a un qui pleure dans son verre, là, après avoir tout perdu ou presque là en bas.

Oh oui. Son nom est bien Alonso.

Je ne serais pas contre le fait qu’Alonso et ses oreilles viennent nous servir un peu de thé dans la saison 4 de Torchwood. Oh, merci Docteur qui voit tout et qui entend tout.

J’ai également été très touchée de constater qu’il vient s’enquérir d’un autre coeur brisé, celui de celle qui serait devenue Madame John Smith s’il était resté humain.

Ce bouquin écrit par sa descendante, Verity Newman… mix des deux noms des créateurs du tout premier Docteur… oui, elle lui ressemble drôlement à Miss Joan Redfern.

Ten : Was she happy, in the end ?
Verity : Yes, she was. Were you ?

Pas de réponse, bien sûr. Le sait-il lui-même ?
Oh, et ma Donna qui se marie.

La première fois que Ten l’a rencontrée, elle se mariait, bien mal, d’ailleurs. Est-ce que ce n’est pas logique qu’il la quitte au moment où elle épouse enfin un type bien ? La boucle est bel et bien bouclée.

Je vous jure que quand il tend l’enveloppe de Geoffrey Noble, qu’on devine être le mari de Sylvia, j’ai manqué moi aussi de m’étrangler. Oh mon Dieu, le déluge d’émotions.

Par contre, je n’ai toujours aucune certitude en ce qui concerne la femme en blanc. Ten ne répond pas lorsque Wilf lui pose la question. Mais son regard semble se poser sur une autre femme en blanc, celle qui se marie.

Alors qui était-elle ? Je suis très tentée de penser qu’il s’agit de la mère du Docteur, mais ce regard qui va chercher Donna, il me trouble énormément. Peut-être qu’il n’y a pas de réponse, tout simplement, et qu’il suffit qu’on sache qu’elle a été là pour l’aider à retrouver sa voie, et donner un coup de pouce au destin de Wilf. Parce qu’un Time Lord, des fois, ça vit trop longtemps.

Et la dernière visite, elle est pour Rose, bien sûr. La Rose de 2005, celle qui déambule dans sa cité, à Londres, avec sa mère qui cherche toujours l’âme soeur et qui ne se doute pas que Pete-bis l’attend bien au chaud dans son univers parallèle.

Je suis certaine que Ten ne l’aurait pas arrêtée si ce petit hoquet pré-régénération ne l’avait pas trahi.

Bonne fille comme elle est, elle s’arrête, Rose.

Rose : You all right, mate ?
Ten : Yeah.
Rose : Too much to drink ?
Ten : Something like that.
Rose : Maybe it’s time you went home.

Et nous sommes en 2005, donc. Oh, Rose, dans quelques mois, tu vas rencontrer un type formidable qui va te faire voir les étoiles.

Ten : I bet you’re gonna have a really great year.

Mon pauvre Docteur. Comme tu as aimé cette femme. Comme tu as du mal à la quitter des yeux, cette Rose qui ne sait pas encore tout ce qu’elle va vivre avec toi.
Mais maintenant, il est l’heure, mon cher Docteur. L’heure de partir. Tout seul, hélas, ce qui me fait bien de la peine. Tout juste accompagné par la chanson des Oods.

Ood-Sigma : We will sing to you, Doctor. The universe will sing to your sleep. This song is ending, but the story never ends.

Pauvre bichon qui se traîne jusqu’à son fidèle Tardis pour y mourir en paix, discrètement. Et qui se regarde tout doucement partir, sans témoin.

Avant de lâcher une dernière phrase, tellement triste.

Ten : I don’t want to go.

Non, David, tu ne veux pas partir, mais il le faut bien et tu le sais puisque c’est toi qui l’as voulu, tout comme Ten.
Pardonnez-moi mais je ne peux m’empêcher de lire là dedans la difficulté de l’acteur à céder sa place au suivant. C’était le rôle de sa vie et il le sait. Et c’est chose bien ingrate que de devoir laisser les commandes à un autre homme, plutôt que de faire mourir tranquillement son personnage.
C’est un bien joli parallèle, je trouve. Docteur, acteur, même combat.

Et zou.

Et voici la dernière image de David Tennant dans le rôle du Docteur.

Le Docteur est mort, vive le Docteur.

J’ai lu pas mal de critiques sur l’arrivée d’Eleven et ça me peine un peu que les gens voient dans cette poignée de secondes une « imitation » de David. Franchement, le mec, il vient de naître. Il est surexcité. Il se demande qui il est, il déborde d’énergie dans ce nouveau corps et ces nouveaux coeurs qui en remplacent d’autres à moitié brisés. Mais évidemment qu’il saute partout en hurlant, le gus !

Et alors là, attention, on tient le meilleur. Quand Eleven s’empoigne les cheveux, son cri viscéral à ce moment-là m’a fait pousser un véritable hurlement. Trois éclats de rires monstrueux, toute la pression libérée d’un coup.

Eleven : I’m a girl ! No ! NOOO ! I’m a girl ! And still not ginger !

Pas une larme avant la 71ème minute, les amis. Pas UNE. Jusqu’à cet instant. Car là, je n’ai pas pu continuer à rire, je me suis effondrée et j’ai chialé. J’avais jamais connu un truc pareil. AH AH AH BOUUUUUUUUHOUUUHOUUUH !

J’ai arrêté la vidéo pendant quatre ou cinq minutes, le temps de me calmer, et j’ai pu assister à la fin et au superbe cri de ralliement de notre nouveau Docteur. « Geronimoooooo ! » J’adore. Rien à dire de plus. J’adore. Et j’ai hâte. Très très hâte.

Sur ce, mes braves, have a nice day. Rendez-vous ce soir ou demain pour le Confidential. Et gardez la foi. Longue vie, très très longue vie au Docteur !

Posted by on Jan 2, 2010 in Doctor Who Episodes | 36 comments

36 Comments

  1. Franchement on pourra dire ce qu’on veut de RTD, je l’ai moi même maudit pour la mort de mon cher Ianto mais ce type là est un génie et un bon.
    Dans cet épisode on alterne entre rire et pleurs, j’ai beaucoup ri et j’ai beaucoup pleuré, je suis tombée en amour devant wilf, les casts de DW sont spectaculairement bons.
    Et la fin, mon dieu quand il fait le tour de ces compagnons, à briser le coeur d’une vieille carne.
    Surtout Jack et Rose, mon dieu, RTD tu es fort, vraiment fort et la fin, le petit gars je pense qu’il a le potentiel, Matt est un digne eleven, il a le truc je pense.

  2. David et RTD s’en vont d’une bien belle manière. J’en suis contente. Je n’arrive pas encore à réaliser qu’ils ne seront pas là pour la prochaine saison.
    J’ai pleuré et j’ai ri. J’ai aimé que le Docteur aille voir une dernière fois (tant qu’il est encore lui) tous ces compagnons des 4 dernières années. J’ai aimé qu’il garde sa dernière visite pour Rose.
    J’ai pleuré quand il a dit qu’il ne voulait pas partir. Et j’ai aimé l’entrée d’Eleven. Son "I’m a girl ! And still not ginger !" m’a fait sourire entre mes larmes. Si Ten s’en va, le Docteur est toujours bien là.

  3. "Mais le sourire de Ten qu’on devine derrière son scotch face à l’exaspération du Master qui se rend compte que Donna a échappé à la transformation… hihi, c’était magistral."
    -> et le petit clin d’oeil qui’l fait! Je l’avais pas vu au premier visionage mais quand le maitre regarde ten surpris, le docteur lui fait un clin d’oeil. Roooooh

    j’avais des craintes pour Smith (passer après Tennant) mais joli entré en matière qui donne extrêmement envie de voir la suite. Oui il découvre son corps comme Ten mais en même temps il doit bien vérifier que tout est en place. Tout le monde le ferait. Et j’aime la remarque "Still not ginger". Peut-être la prochaine incarnation ^^ Et le "geronimo" final prélude à la nouvelle personnalité, au nouveau costume, au nouveau Tardis (RTD pète tout avant de partir quand même).

    Bon sinon le reste j’ai adoré. Les acteurs sont parfaits et on alterne entre émotion et rire. Parce que c’est ça DW. Ces petits bouts de n’importe nawak entre des moments de yeux tous n’humide. J’ai aimé aussi qu’on ai enfin une réponse pour le pourquoi du comment de la fin de Gallifrey. Oui les time lord on pété un boulon à la fin. Ils se sont cru tout puissants et on oublier leur idéaux (et utilisent des gants qui font furieusement penser à ceux de TW). Et le docteur a mis fin à tout ça, même si cela voulait dire annihiler sa race et ceux qu’il aime. Dont cette femme qui vient joué les messager auprès du pauvre pépé Wilf (émouvant de fraicheur). On ne sera pas qui elle était pour le docteur : sa mère, sa s? »ur, sa femme, sa fille (mère de Susan), une bonne amie ? Quelqu’un qui a compté assez pour lui faire prendre sa décision finale.

    j’ai eut plus de mal avec la dernière visite à ses compagnons. Je n’avais pas du tout saisi cela quand il parler de reward (mais c’est une bonne théorie sorci).J’ai trouvé ça un peu long. J’ai été surprise de voir Martha (Freema étant sur une autre chaine) et pour Mickey ça fait un peu casage du perso à la dernière minute mais bon. Pour madame SJA j’ai toujours autant de mal avec l’actrice.
    Le "sauvetage" de Jack je l’attendais tellement. Même si j’aurais préféré un peu plus de notre capitaine dans l’épisode pour revoir encore le duo Barrowman/Tennant. A partir du moment où les humains étaient revenu je guettais son uniforme mais non. En tout cas ça me fait rire que Ten lui présente quelqu’un après lui avoir dit si souvent "enough". Maintenant faut que le capitaine ramène ses fesses à Cardiff avec ou sans Alonso.
    Et bien sur une visite à sa best friends (qui en se réveillant demande si elle a encore tout raté ^^), qui a enfin le droit à son mariage et aux sous visiblement. Et une ultime pour celle qu’il aime. Que cette incarnation aura aimé (je ne l’ai pas vu comme ça avec nine).

    je suis toute tourneboulée mais pas autant que je le craignais. Même si ce n’ai pas le meilleur épisode comme tu dis, ça n"a pas viré au pathos. Un double adieu magistral. J’attends la nouvelle saison avec fébrilité.

  4. Je crois que pour moi le moment le plus fort des 2 épisodes a été le "get out of the way" du Maître. Parce que ce petit mec tellement attachant mais fou comme un lapin méritait vraiment ça, une rédemption finale. Je sais que c’est un grand classique de tous les personnages troubles que la littérature, le cinéma et les séries ont pu produire mais je marche à tous les coups. Je suis quand même contente qu’il ait disparu avec ces ordures de Time Lords, parce que je crois, au vu des scènes que les deux survivants ont, que je n’aurais pas supporté une fois de plus de voir Ten se pencher sur le corps de son ami raté…
    Sinon que dire des acteurs que tu n’aies pas déjà dit Sorcière?… Tous extraordinaires comme il se doit. Et quelle impatience de voir Eleven à l’? »uvre!!! Il sera forcément différent, il doit évidemment l’être, comme Ten est différent de Nine. On a d’ailleurs l’explication dans ces épisodes, vu que si j’ai bien compris la régénération n’est pas juste un changement de corps.
    Voilà, très bonne année à Eleven, à Moffat et au Blog de la Sorcière!!

  5. "C’est un bien joli parallèle, je trouve. Docteur, acteur, même combat." J’ai pensé la même chose. Et les derniers mots de Ten m’ont fendu le coeur…

    Pour le bilan de l’épisode, je dirai que c’est du pur RTD, et je suis bien contente que l’ère Davies/Tennant se finisse de cette manière!
    Et j’ai beaucoup aimé l’entrée d’Eleven. Vivement mars! (c’est bien en mars que la série reprend?)

  6. Mars/avril, c’est toujours vers là que les nouvelles saisons arrivent… yihiiii ! 🙂

  7. Sur le coup (en le voyant en direct) je n’ai pas digéré qu’ils nous servent de l’humour juste après qu’on ait vu Ten partir (un peu comme la fin de Doomsday avec Donna), mais en revoyant l’épisode, j’ai trouvé ça vraiment bien joué et j’avoue que j’ai rit, que Matt Smith m’a donné envie de voir la suite et qu’il peut faire un bon Docteur, j’ai de l’espoir et j’ai vraiment hâte de voir la saison 5. Le "I’m a girl" est énorme !

    Sinon bon moi mon Docteur c’est David, je n’ai pas vraiment accroché avec Eccleston, alors j’ai eu de la peine en voyant cet épisode, et les 15 dernières minutes m’ont rendu vraiment triste. Le "I don’t want to go" m’a tué. Et moi aussi j’ai pensé que c’était une déclaration de l’acteur comme du personnage ^^ Bon maintenant, j’espère que son pilot de série sur NBC sera retenu, comme ça je pourrais le revoir ^^ Et il mérite vraiment d’avoir une belle carrière après Doctor Who (alors qu’Eccleston s’est perdu dans les daubes au cinéma, le pauvre).

  8. Honnêtement, j’ai du mal à imaginer une meilleure sortie pour Ten. J’ai été en miette comme rarement devant Doctor Who. Après je n’sais pas, peut être suis-je bon public quand ça concerne le sir Tennant, mais en tout cas, ce fut une fin magistrale pour ma part : A partir du moment où Ten traverse la coupole de verre, c’était vraiment le festival des 35 OMFG débités à la seconde. La scène avec le pistolet, je l’ai passée en apnée. Un simple petit clic de gâchette et j’ai sursauté comme pas permis. Quand le thème du Docteur commence, ohmy, au bord de l’apoplexie comme jamais. Mais ce qui m’a vraiment mis le c? »ur en miette c’est le dénouement final des 4 knocks, et toute la tirade du Doc’ qui suit.. C’est vil, cruel, atroce, mais ô combien magnifique. (et David, si tu n’existais pas, on se presserais de t’inventer, très très très vite).

    Bien sûr, la "reward", un dernier tour d’honneur pour le Docteur, comment ne pas se liquéfier? J’ai été soufflée par la visite finale chez Rose. Je craignais un peu le prétexte en carton pour la faire revenir une ultime fois et là (pas que ça m’aurait dérangée de toute façon, hum), c’est parfait. Genius, brilliant, fantastic. Une vraie façon de boucler la boucle. Un vrai cadeau. (à ce stade, le carnage lacrymal est déjà bien entamé..)

    "I don’t want to go". Là je m’étrangle d’ironie, tout en étant à genou devant la beauté de la scène mais une violente envie de faire sauter la BBC tout de même.. Bien sûr, il fallait que ça finisse comme ça, quoi d’autre ?

    Sir Gold, vous vous dépêchez de sortir la galette avec toutes ces pistes incroyables s’iouplaît. Il me faudra au moins ça pour faire le deuil doctorien. (la scène finale dans le Tardis et j’en passe, magnifique, rien d’autre, simplement magnifique.)

    Un peu plus trivia, ils se sont éclatés au niveau des clins d’? »ils : il y a du Star Wars dans cet épisode (La bataille vaisseau contre missile – le bar de Jack) ou même du Hannibal (Ten et le Master saucissonnés sur leur fauteuils), et intentionnel ou pas, j’adore.

    Enfin, en doctorland, tous les espoirs sont bons :
    – 2012: les JO, on peut espérer un Tennant avec une flamme à la main ? 😀 (sérieusement, aussi improbable cela puisse être, je crois que je meure sur le coup si miracle il se produit)
    – 2013: Anniversaire de la série et hum *cough* blue suit qui traîne dans le coin *cough*, non ?

    Allez, "allons-y" ! Et bonne chance les mecs pour la suite.

  9. je sais pas trop quoi dire, donc je vais dire beaucoup de choses :’) …

    d’abord, Galifrey, quelle claque quand même!!! le lord president/timothy Dalton est vraiment impressionant de présence, de folie et d’enivrement de puissance!!! et je trouve qu’on a enfin une véritable explication sur la "time war", et pourquoi ça a miné le Doctor à tel point!! parce qu’on apprend qu’il a d’abord tué son peuple, et que l’extermination des Daleks n’était qu’un Bonus!!
    ensuite, le wilfred, il m’a d’abord tué avant de tuer Ten!!! les deux scènes, d’abord dans le vaisseau, et ensuite dans la glass box!!! ces deux échanges sont tellement beau!! les dialogues sont déjà très bon, et ils sont tellement bien servis par les deux gailleurs!!
    et sérieusement, on a un quator d’acteur comme j’en avait rarement vu!!! parce que pareil, le duo Master/Doctor est brillant, et ça nous fait tellement mal que les Time Lords l’ait rendu fou, avec son battement de coeur (pas mal de l’avoir trouvé, même s’ils nous a fallu du temps!! un peu fier pour ma part de m’être dit que cette folie avait été mis dans sa tête par les Time lords (même si je me suis trompé de moment…))

    bon, et enfin, de beaux adieu tout de même!! même si ça fait un peu catalogue dans un sens, sa reward, avec tout ses anciens compagnons, il en avait besoin!! et je pense que ça poussera Eleven a prendre un compagnon (dont j’attends avec impatience les gambettes 😀 )

    Merci Ten, Bonjour Eleven!

  10. je suis contente qu’il y ait une pause entre cet épisode et le premier de la prochaine saison, car je suis en période de rejet du nouveau docteur… mais je ne m’inquiète pas, ça m’a fait la même chose quand Ten est arrivé (vu que j’adorais Nine) et j’ai été obligée d’attendre avant d’entamer la deuxième saison, pcq je n’arrivais pas à faire mondeuil… J’ai beaucoup aimé le "still not ginger", un peu moins le "geronimo", mais on verra bien. Il a du potentiel.

    Effectivement, c’est Wilf qui tue notre docteur. Et j’ai trouvé ça 1000 fois plus cruel que s’il lui avait tout simplement tiré dessus. Les 4 coups finaux… quel joli final…

    Et aller voir tous ses compagnons… Ca c’était cool. Et j’ai aussi adoré le sauvetage du Captain Jack. Vivement qu’il revienne ce cabotin ! Et le regard qui se pose sur Donna lorsque Wilf lui demande qui était la femme en blanc… Donna ? Si on ne se fie qu’à la réplique "I was lost", on peut penser à Rose (je sais c’est complètement tiré par les cheveux…). Le Guardian dit texto que c’est la mère du Docteur, mais je vois pas bien comment ils peuvent en être sûrs.

    Et le Master, que j’ai détesté dans la saison 3 et adoré ici ! Wow ! Ca me réconcilie avec le personnage !

    Long live the Doctor…

  11. Je cite six :

    The Doctor : "In all my travelling throughout the universe I have battled against evil, against power mad conspirators. I should have stayed here. The oldest civilisation: decadent, degenerate, and rotten to the core. Power mad conspirators, Daleks, Sontarans… Cybermen, they’re still in the nursery compared to us. Ten million years of absolute power. That’s what it takes to be really corrupt."

    En gros les time lords ont toujours étaient des enfoirés , et le fait que le doc soit nostalgique de Gallifrey m’a toujours parrut bizarre :

    Vus qu’il s’est enfuis il y a plusieurs centaines d’années et qu’a chaque fois qu’il est forcé d’y retourner il le fait en trainant les talons . ( La seule personne de son espèce avec qui on l’a vu sympathiser c’est Romanadvoratrelundar ( appelée Romana ) qui fut sa compagne durant 3 saison ( fourth doc )

  12. Beaucoup aimé la descendante de Joan Redfern durant les adieux (je veux son bouquin !), ainsi que le bar alien où c’est l’occasion de ramener toutes les créatures…

    Wilf. La conclusion ultime de Ten après le Time Lord Victorious, se sacrifier pour le petit peuple, ces géants. 🙂

  13. "C’est donc bien lui qui est à l’origine de l’extinction de sa race et c’est ce fardeau précisément qu’il a porté tout ce temps sans jamais nous en toucher mot à nous, ses fans !"

    Il le dit dans l’épisode 6 (et dans un autre)

  14. J’ai vraiment beaucoup aimé cet épisode, surtout après la 1ère partie que j’avais trouvé très moyenne !
    Pour la Dame en blanc, j’ai pensé comme toi à Donna à ce moment précis où elle parle à Wilf mais après quand Ten la voit, je me suis dit mais c’est sa mère alors ?!
    En tout cas, épisode éprouvant et intense !
    Dégoutée pour le Master, d’apprendre que ce sont ces fameux Timelords qui lui ont mis ça dans le crane alors qu’il n’était qu’un gamin !
    Et tout ces moments où on croit que c’est la fin pour Ten, et à chaque fois elle est retardée. J’ai aimé que ce soit quelque chose d’aussi simple qui soit la cause de sa régénération et c’était vraiment inattendu… Quand il se met à hurler qu’il ne veut pas mourir, toute cet rage, impressionnant ! David Tennant était excellent !
    La dernière image de Wilf m’a presque fait craquer quand il voit Ten pour la dernière fois avec ces yeux tout humides ! Ce Wilf était parfait en tant qu’ultime compagnon, tellement juste…
    Tout le bilan avec tous les personnages, aliens qu’on a rencontré durant l’ère RTD était très touchant. Et c’est ça qui fait que, en plus de perdre Ten, ce qui est déjà vraiment dur, c’est en plus de se rendre compte qu’on perd tout ça, tout cet univers et ces personnages et cette équipe qu’on a tant aimé…
    Le moment avec Rose est tellement doux et triste, à l’image de toute leur relation… Je l’ai trouvé très réussi !
    Et à la fin, le "I don’t wanna go" m’a brisé le coeur et ne m’aide pas à accepter Eleven d’emblée !
    Mais pourtant je suis curieuse de voir ce que tout ça va donner…!

    Heureusement qu’il a un peu de temps pour se reprendre et nous permettre de commencer ce new new Doctor Who en aillant pris du recul !

  15. il dit plusieurs fois qu’il a exterminé Gallifrey et ce dès la saison 1. Le Master lui demande même dans la saison 3 ce que ça fait de commettre un génocide. Mais il n’en parlait pas plus et je crois qu’on en avait tous déduit que les time lords étaient un dommage collatéral dans l’extinction des daleks.

    quand la femme dit "I was lost", j’ai aussi pensé à Donna mais elle se trouve derrière le Lord président donc c’est une time lord. Il est dit que tout les time lord ont accepté le plan concernant leur retour sauf 2 = ceux que l’on voit les mains sur le visage comme en signe de honte ( "Only two stand against. And will stand as monument to their shame, like the Weeping Angels of old"). La femme intervient auprès de Wilf pour empêcher le plan. Après quand à son identité, en repensant au regard du docteur vers Donna, c’est soit sa femme, soit une amie très proche.Mais j’aime bien l’idée que le mystère reste entier.

  16. Bon eh bien, c’était vraiment une très belle fin en effet, pour Ten comme pour Tennant. Revoir tout le monde c’était juste génial!
    La boucle est vraiment bouclée dans tout les sens possibles.

    Martha & Mickey sur le coup je me suis dit "ah ba oui pourquoi pas". Et quand je me suis rappelée de son docteur de fin saison 3. J’ai trouvé ça bête mais bon XD! Après oui elle prend les restes de Rose hihi!

    Revoir Jack après les événement de Torchwood, ça fait tout drôle. Et justement je me demandé comment il allait bien pouvoir faire une saison 4 à Torchwood, sans que ce soit completement tiré par les cheveux. Eh bien le Alonzo je le veux bien dans la quatre aussi.
    Pour le gant du Lord President, j’avais pas tilté mais c’est vrai que ça rappel quelque chose ^^

    Bon et puis Donna et Rose. C’est juste beau et triste en même temps. Par contre la Dame en blanc vu le regard qu’il lance vers Donna, pour moi, c’était sa femme. Mais bon, après sa mère…Sait on jamais…

    John Simm était absolument superbe. Et le dialogue Doctor/Master est magnifique, je crois que ça reste une de mes scènes préférées de l’épi. Si on y ajoute celle Doctor/Wilf. Bernard Cribbins c’est juste l’homme capable de vous faire pleurer en trois secondes.

    Bon et l’arrivée de Matt Smith. Je n’ai pas trouvé ça du tout copié, ou imité. De toutes façons même si chaque acteur à sa propre façon d’interpréter le doc, y a un certain coté qui est celui du personnage tout simplement qui se transmet toujours. C’est bien pour ça, que ça s’appel jouer. Je sais pas si je suis claire mais je me comprend.XD

    Bref je pensais que je serais triste, dégoutée et méchante envers ce pauvre garçon mais en fait non XD! Je pense que ça va être bien comme tu le dis d’avoir quelque chose d’un peu mois lourd. Cette fin trouve sa place, la faire trainer plus lontemps, ça aurait paut etre était une erreur.

    Voilà… Quoiqu’il en soit, Russel T Davies, David Tennant, et Julie Gardner (que je trouve toujours trop chou dans les confidentials!) étaient superbes, et merci à eux pour tout ces épisodes…

    Et merci à toi Sorcière pour cette review 😉

  17. Il y en a vraiment qui croient que j’ai oublié que le Doc nous a déjà parlé de sa culpabilité ? LOL Non, bien sûr, mais vous et moi, on est toujours partis du principe que c’était un accident. Franchement, par défaut, on ne va pas s’imaginer que le Docteur fait exprès d’anéantir sa propre espèce, non ???

  18. c’est ce que je disais : un dommage collatéral. Depuis le début c’étaient les Daleks qui étaient pointé le plus du doigt. Mais comme le docteur le dis lui-même, c’est parce qu’il avait décidé de se souvenir des Time Lord des temps anciens qu’il n’en disait pas de mal

    c’est malin après avoir re-regardé le zode, j’ai vachement envie de voir Smith en docteur.Et puis TW aussi. J’ai hâte de voir comment ils vont nous ramener le capitaine après qu’il ait fait plus ample connaissance avec "allons-y Allonso). Enfin le tournage ayant pas commencé, je sais pas pour quand sera la diffusion 🙁

  19. Perso je n’ai jamais ressenti ça comme un accident. Peut-être au tout début, mais "I made it happen" me semblait bien clair sur ça. Un peu comme Pompei, j’y ai plus vu un choix, Gallifrey ou le reste de l’espace et du temps. Maintenant, que les Time Lords sombrent dans le dark side du dark side…

  20. Ah c’est marrant j’ai j’amais considéré que c’est un accident la fin de la guerre du temps, mais je n’ai vu cet épisode 6 qu’en français ou en lisant les sous titres

  21. Wah, pas grand chose à dire de plus à part qu’ils s’en sont vraiment bien sortis hein, dans la trame du scénario !
    La boucle est bouclée, tout s’explique (bon, pour être sincère, je dois avouer que je manque grave de réponses pour certains trucs au potentiel de questionnement énorme, mais je me suis résignée à ne jamais en avoir ^^)
    Et notre Ten part dans un feu d’artifice d’action et d’émotion, c’est ce qu’il lui fallait (pauv’ bichoooooonnnn !!! *v*).
    Bon, dans tout ça, le spectateur est traumatisé par les douzes fausses mort de Ten dans l’épisode, jusqu’à ce qu’on tienne la bonne, et c’est épuisant hein.
    Bref, un départ doux-amère pour le doctor (franchement, pour Rose, j’y croyais pas et là…vlan dans ma tête, j’ai rien compris), et un Matt Smith qui se débrouille pas trop mal (j’avais telllleeeement peur qu’il fasse trop gamin…mais alors là, dites donc, la grosse voix O_O !!! ça contraste grave !)

    Suis prête à recevoir Eleven donc. Mais pas tout de suite ! 😉

  22. "Only two stand against. And will stand as monument to their shame, like the Weeping Angels of old"
    Merci, Breched, je n’avais pas calculé parfaitement cette phrase!!

    "il dit plusieurs fois qu’il a exterminé Gallifrey et ce dès la saison 1" par contre, comme le souligne la Sorcière et toi même par la suite, je pense que personne n’a pu imaginer qu’il voulait aussi exterminer Galifrey et les Time lords dans la bataille!! on sait qu’il était la cause de la fin des Time Lords, mais jamais qu’il le voulait!! par contre, je n’ai jamais pensé que c’était un accident, la fin de Galifrey!! mais il n’avait pas eu le choix pour arrêter les Daleks!

    sinon, je crois pas que je l’avais assez souligné, mais la rencontre avec Rose (j’avais eu un peu peur quand j’avais vu quelques photos de tournage en revoyant Billie Piper), elle est vraiment magnifique!! on retrouve un peu la Rose du début, toute gentil qui s’inquiète pour tout le monde!!!

  23. "Only two stand against. And will stand as monument to their shame, like the Weeping Angels of old"
    Merci, Breched, je n’avais pas calculé parfaitement cette phrase!!
    -> de rien c’est en reregardant le zode que j’ai accroché la phrase et que j’ai compris qui étaient les deux personnes derrière le président. Il me fallait bien 2 visionnages pour l’apprécier pleinement ce final (trop excitée la 1ère coup). Comme je l’ai dit, je n’avais même pas vu le clin d’oeil de Ten la première fois.

    oui j’avais toujours perçu ça comme ça : que le docteur avait voulu mettre fin à la guerre du temps en stoppant les daleks même s’il devait sacrifier sa race pour ça (un sacrifice qui m’en rappeler un autre pour le coup). Et ça fait en choc de voir que non, les pires dans cette guerre s’étaient les time lord eux-mêmes et leur folie des grandeurs. Détruire l’univers et être les seuls être vivant libéré des contraintes du temps.

    pour le passage de Rose je trouve ça magnifique. Il avait des rumeurs de mariage en série dont celui de Rose et du docteur-humain mais ils ont fait un truc simple et poignant. Quand elle lui dit "See ya" j’avais les larmes aux yeux

  24. Certainement pas le meilleur épisode de la série mais l’émotion était présente… Que ce soit la tristesse de dire au revoir à Ten ou la rigolade avec l’arrivée de Eleven…
    Une page se tourne, mais je serais présente pour la suite des aventures du Docteur le plus farelue de la télé anglaise, yep !

  25. Allons-y ! J’ai pris mon courage à deux mains, un paquet de mouchoir, débranché tous les téléphones…

    … et donc épisodes vus… et c’est pas les meilleurs de RTD. Il manquait un petit truc. Par contre j’ai beaucoup aimé la peur de mourir du Docteur, ça le rend tellement humain, surtout après « Water of Mars » ! Faire de Wilf sont compagnon pour cette aventure est une brillante idée (maintenant il a une idée de ce que Donna a pu vivre !).

    Bon, déjà, Moffat s’amuse à semer des petits cailloux pour sa saison (entre le bus de Wilf et ses amis qui appartient à la compagnie Sparrow, les Time Lady qui ressemblent aux Anges pleureurs et l’allusion de James… ça fait beaucoup pour un simple hommage !)

    Moi j’ai pleuré lorsque le Docteur dit adieu à sa petite armée. Je me suis fait à l’idée que Ten partait, mais là, c’est RTD qui fait ses adieux. Une page de plus se tourne dans le Whoniverse. Savoir qu’il est peu probable de revoir Donna et sa famille, Rose, Jack… ou Martha (nah, la je déconne !) ça m’a fait un peu drôle.
    Peut-être que c’était un peu facile cette fin, mais de voir que certains de ses enfants sont heureux, sont capable de se débrouiller sans lui (sauf cette andouille de Martha), il sait qu’il peut partir. Et je suis contente de la conclusion pour Donna, la voir enfin heureuse, bon choix. Jack, qui mieux que le Docteur peut le comprendre ! Et Rose… ha, Rose ! Et la boucle est bouclée !

    Par contre, je n’ai pas aimé la régénération dans le sens qu’elle est trop copiée sur celle de Ten en fin de saison 1. Par contre, Matt Smith, je crois que le choix est bon. En tout cas, bon courage à lui, car arriver après 10 interprètes, ça ne doit pas être facile !

    Le Docteur est mort, vive le Docteur. Et Geronimo !

    Et je ne pense pas qu’Alonso va rejoindre Torchwood, il est occupé à jouer au Big Bad Wolf dans « Being Human » !

  26. Petits truc que j’ai du mal à comprendre : pourquoi finalement Donna est épargnée en se souvenant de Ten/Doctor Donna ("her mind will burn" etc..) ? ??a me paraît un peu tiré par les cheveux l’explication du "defense mechanism". (à moins qu’il y ait quelque chose que je ne saisisse pas dans l’histoire..). Ten aurait inconsciemment prévu cela depuis le début ? (retour du Master, besoin d’un plan b etc.. ?)

  27. "Et je ne pense pas qu’Alonso va rejoindre Torchwood, il est occupé à jouer au Big Bad Wolf dans « Being Human » ! "

    Philip Glenister a joué dans deux séries l’année dernière, pratiquement en même temps : Ashes to Ashes et Demons. Pareil pour une des actrices de cette même série qui était apparue dans "Survivors". Donc je ne pense pas que ce soit un problème, surtout que la saison 2 de "Being Human" a du déjà être entièrement tournée, et il me semble qu’il n’y a que 6 épisodes.

  28. Moi je ne veux pas que Alonso il débarque à Cardiff. je ne suis pas contre une liaison avec Jack, Il faut bien aller de l’avant, mais je ne veux pas d’un Ianto 2. Ca aurait été génial s’il avait accompagné Ten pendant un bout de temps… Bah, je vais imaginer que c’est ce qu’il a fait, pendant une période où Ten était seul entre deux zodes ! 😀

  29. expliquer moi pourquoi j’ai l’impression que sa ne vas pas être la même serie avec matt smith dans le rôle du doc . j’espère que l’on reverra au moins martha ,wilf ou ses ancienne compagne pour faire un petit lien entre ten et eleven ( c’est aussi pour voir leur tête lorsqu’ils seront qu’il c’est régénéré )sa m’aidera a me convaincre que ten et eleven est la même personne .non franchement décidé que toutes les personne que nine et ten ont conus ne pas partit de la 5° saison et celle qui suivra c’est n’importe quoi !!! sa nous fera seulement pensé que ce n’est pas la même serie . mais bon bonne chance au nouveaux .
    sinon super fin j’ai pleure tout le long mais le" i don’t want to go " m’a achevé j’en suis morte de tristesse devant l’ordinateur.
    *nettoie la flaque d’eau sous ses pieds*

  30. Salut, je suis tombée sur ton site par hasard en cherchant des répliques de EOT… franchement, j’adore la façon dont tu racontes l’épisodes. Moi, j’ai pas su pleurer du tout, mais j’ai acheté les DVD et chaque fois que je revois cette épisode, au toc toc toc toc, c’est comme si ma vie s’arrêtait… magnifique performance, comme toujours, de David Tennant. Magnifique performance de Griffith aussi.

    Quelques élémentds de réflexion en plus:
    – Gallifrey brûle suite à la guerre avec les Daleks (d’ailleurs on ne les voit pas alors qu’ils sont censés être timelocked aussi), mais pas la neige dans les montagnes???
    – Après que le docteur ait donné l’enveloppe à Wilf et sa fille, on voit un plan du Tardis (que tu as mis en photo), masqué en partie par les pierres tombales du cimetierre… annonciatrice de la mort de Ten
    – Quant-à la femme en blanc, puisque tu fais le parallèle avec Donna qui se marie, ne pourrait-elle pas être sa femme? (Doctor’s Daughter: il aurait perdu sa famille pdt la Time War) ou encore sa petite-fille Susan?

    Quoi qu’il en soit ça restera mon épisode préféré de DW, loin devant Midnight, Journey’s End, Gridlock, Last of the Time Lords… Au revoir David & Ten!

  31. Damned, j’ai oublié, le Master n’a pas été pulvérisé par la machine… en combattant avec Rassilon, il a été entraîné vers Gallifrey avec les Time Lords. Certains membres de l’équipe de DW (je sais plus s’il s’agit de RT Davis ou DT) ont dit qu’ils ne seraient pas étonnés si le Master réussissait à s’en sortir une fois de plus.

    Also: les Time Lords étaient certes arrogants avant la guerre, mais souligne Ten à Wilf: la guerre temporelle les a changés profondément.

  32. Raaaaaaaaaaaaaaaah

    Quelle merveilleuse sortie. Ya tellement de moment extraordinaire dans cet épisode. J’suis tellement contente d’avoir apprécié l’entrée de Eleven, autant presque que la fin de Ten. C’était tellement bien qu’il puisse dire au revoir à tout le monde. Alonzo <3. Et Geronimoooooooooooo.

  33. J’ai mis un temps fou à finalement regarder cette 2e partie de « The end of time »?EUR? et je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à ne pas avoir tout suivi de l’histoire des Time Lords and co !
    Hâte de me lancer dans les épisodes avec ce new doc 🙂

  34. Une grande fin pour l’ère Davies, malgré quelques défauts dans le premier épisode (le master très caricatural et agaçant, mais dans le deuxième il s’en tire beaucoup mieux).
    Eleven est plutôt marrant pour ses premiers pas, on sent vraiment une jubilation de nouveau-né chez lui ^^ mais le départ de Ten me fait quand même mal au coeur, c’était vraiment mon docteur. Je pense que je ferai une pause avant de démarrer la saison 5 de Who.
    Mais quelle série, elle m’aura fait verser des larmes *oups*

    Merci pour tes reviews en tout cas, je n’en rate pas une après chaque épisode que je regarde, même si ça été écrit y a trois ans! C’est toujours aussi drôle et t’as une matière de présenter qui les rend tout aussi émotionnelles que les épisodes en eux-mêmes.

  35. j’ai revu le double épisode hier soir et j’ai chialé comme une madeleine…encore!
    J’ai regardé la version commentée et j’ai rigolé quand la femme en blanc apparaissait a l’écran: a chaque fois John Simm chuchotais a l’oreille de Tennant "Is she your mom?" 😀
    Davies n’a jamais rien dit mais il semblerait que tout le monde sur le set ai pensé la même chose.
    J’avoue qu’au moment où elle a enlevé les mains de ses yeux, à cause de la musique, j’ai pensé à Rose. Je sais que c’est le theme du docteur qui joue mais mon esprit l’a tellement associé a Rose (à cause de Bad Wolf et Doomsday probablement), que j’ai pensé que ça pouvait etre elle…
    Sinon Euros Lyn explique que la chanson des Oods à la fin c’est du vieux latin Vale Decem, Goodbye Ten! Ca m’a fait chialé un peu plus fort.

  36. Ben moi j’ai pleuré dès que j’ai compris qu’il allait dire adieu à tout le monde… pas à chaudes larmes mais par petites touches… cékon alors ! Mais bon, on ne se refait pas ! 😀

    J’ai adoré cette épisode, qui est compliquée par certains aspects mais qui se tient très bien.

    Pour moi la phrase de l’épisode : Docteur Flim Flam, ha ha ha…

    sauf qu’on n’a pas fait "ha ha ha" très longtemps…

    Quant au nouveau docteur, je ne peux quand même pas le juger sur 10 secondes ! Tout ce qui me gêne, c’est qu’il a l’air à chaque fois de rajeunir… ça va mal finir si ça continue ! 😀

    Ah oui et un truc qui a cloché : le Master a clairement les yeux verts. Mais adulte seulement. Jeune il les a bleus mais alors… BLEUS ! 😀 😀 😀

Répondre à Poum Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top