Categories Menu

104 : Alienated

Ah ben c’était mignon, mais comment dire ? Je me suis un tout petit peu ennuyée, quand même. Enfin, pour être tout à fait précise, je me suis même carrément endormie.

(Dur dur le retour aux affaires après cinq jours à ne bosser que quatre ou cinq heures par jour.)

Donc ça a beau gentiment m’amuser, je ne me sens pas encore spécialement concernée, et ça va bien que je sais qu’il n’y a pas 26 épisodes dans une saison, sinon zzzzzz.

En même temps, je ne résiste pas aux adorables efforts déployés par Jack Carter pour se faire des amis à Eureka. Ou plutôt pour ne pas se mettre tout le monde à dos à Eureka. A commencer par son adjointe qui, en plus d’être totalement cinglée, l’a super mauvaise de ne pas avoir décroché le poste de calife à la place du calife. Alors toute bonne fille qu’elle soit, ben elle lui rend un peu la vie impossible à son très cool shérif. Nul doute qu’elle ne lui en demande pas plus qu’elle ne s’en demande à elle-même… l’ennui, c’est que ça fait déjà beaucoup. Surtout quand il faut apprendre par coeur toutes les armes farfelues à disposition des forces de l’ordre. Chose que bien sûr, la frêle demoiselle maîtrise à la perfection.

J’ai trouvé tout aussi adorable le fait que Jack peine à apprendre ça. Plus encore le fait qu’il y parvienne mais se dégonfle à l’écrit. Ca renforce encore un peu son petit côté complexé, futé mais qui panique et qui a un peu peur d’avoir l’air d’un couillon. C’est super chou. C’est Jack Carter, quoi.

Sinon, le projet PX-319. Ok. Nous sommes dans Stargate, donc.

Forcément, quand débarque Simon/Narim en député (Faraday, en plus, roh, ils exagèrent), je ne vous raconte pas les hurlements et roulades de rire sur le canapé.

Non mais sérieusement, quand vous vous êtes tapé l’infâme Narim de SG1 qui tripote Sam et que PAF!, on vous recatapulte le même acteur en Simon qui se tape la Weir dans SGA, pardon, mais le gars, vous pouvez juste plus le blairer, quoi !

Le pire, c’est que les paranos de l’épisode le prennent… pour un alien ! Mais oui un alien, tas de propres-à-rien ! Il vient de Tollana !!!

Donc voilà, secrètement, honteusement, j’ai souhaité mille morts au député Faraday et j’ai même eu quelque espoir en voyant la grognasse du B&B se jeter goulument sur lui toutes jupailles retroussées, mais non.

(Y a-t-il quelqu’un que cette cinglée ne se tape pas, dans le coin ?)

Plus tard, quand les fans de SF se le prennent en otage, j’ai espéré aussi. Mais ça aurait trop jeté le discrédit sur les méthodes de notre bien-aimé shérif, donc non plus.

Tant pis. Ce sera pour une autre fois, mon cher ami.

Donc nos fans. Alors eux, ils m’ont trop fait marrer avec leur film à la con.

C’est couillon qu’ils se ramassent le rayon du projet PX-319 qui les rend totalement paranos alors que les singes de l’expérience font des coucous de l’autre côté de la vitre.

Bien sûr, super-Carter gère ça haut la main, et sans flingue, juste grâce à son sourire irrésistible, à sa bonne bouille qui inspirerait confiance à n’importe qui, et à ses impressionnants pouvoirs de persuasion.

Carter : Jo, any minute this place is going to be swarmed by the only people on the planet who are better armed than you.

La reprogrammation des lascars m’a bien fait marrer aussi. Lupo devant ses commandos et le psychopathe, là, devant ses koalas, avec son sourire béat… j’en étais malade de rire.

En tout cas, l’enveloppe est rigolote mais le propos reste assez sérieux. Cette expérience, elle est supposée faire en sorte que les singes se sautent à la gorge, limite s’entretuent. Moué, bof.
Ensuite, une fois de plus, on est prêt à zigouiller toute la clique pour récupérer le député parce que sinon, au revoir mes financements. Ahem.
Bien sûr, c’est gentillet et un poil naïf de se dire que c’est notre nunuchon à sourire ultra-brite qui va sauver tout le monde à grands renforts de phrases rigolotes et soigneusement pesées, mais c’est pas mal parce que mine de rien, le message passe : en réfléchissant quatre secondes et sans avoir besoin de tirer des équations à 72 chiffres, on peut récupérer tout le monde, sans faire de morts, sans paumer le sacrosaint budget.
En fait, ils ne pouvaient pas trouver mieux comme shérif que Jack Carter. Parce que lui, il ne se laissera pas acheter par le fric de Washington. Du moins pas comme ça.

J’en profite quand même pour dire que je trouve Mr Global Dynamics de plus en plusse bonnard. Mmmmmh.

Posted by on Juin 25, 2009 in Eureka | 3 comments

3 Comments

  1. Avoir lu ton premier post sur le pilote de la série m’avait donné envie de regarder quelques épisodes d’Eureka. C’est agréable comme série vraiment,on ne voit pas le temps passer en regardant un épisode, c’est divertissant, relativement léger, Carter sourit (souvent)…En même temps, ce n’est pas marquant au point d’y repenser après… Mais il y a trois saisons donc cela devrait s’améliorer. Sinon vu que le 1×04 était on ne peut plus ‘stargatien’, peut-être que ce sont les ‘Zoris’ qui ont laissé le mystérieux artefact du sous-sol…
    Suis-je la seule à trouver un petit air de ressemblance entre la psy tenancière des chambres d’hôte et Dewitt dans Dollhouse ?

  2. J’ai vu l’acteur qui joue Stark, sans barbe dans certaines séries, eh bien franchement, la barbe est indispensable.
    Il a la classe avec ça.

  3. Oui, je me disais justement que sans la barbe, ça devait pas faire le même effet ! En fait, j’adore son regard, aussi, son flegme. Ce petit côté un peu toxique, aussi. Je l’aime vraiment bien dans le rôle du type un peu salaud sur les bords, ça lui va très bien.

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top