Categories Menu

Star Trek Generations

Nan mais forcément, vous passez un week-end chez les geeks allemands qui poussent les hauts cris dès que l’ombre d’une oreille pointue apparaît, et puis on vous prend en traître en vous forçant à regarder 28 minutes du dernier Star Trek, on vous oblige à retomber dans vos vieux travers de post-ado super fan de Jean-Luc, alors à peine rentrée, vous louchez sévèrement sur votre petite collec’ de DVD Trek et vous vous dites que ce serait pas idiot de vous refaire les quatre derniers films avant d’aller voir le nouveau.

Sauf que si, c’est complètement idiot vu que le nouveau film n’a aucune continuité avec les précédents et que l’équipe TNG a raccroché ses commbadges.

Mais bon. Nostalgie, quoi.

Donc j’ai commencé par Generations, qui est au total le septième film Star Trek, les précédents mettant en scène l’équipage du célébrissime Jim Kirk.
Generations sort donc en 1994, et il faut savoir qu’avant ça, les Américains ont suivi pendant sept années les aventures de Picard et de son Enterprise dans le 24ème siècle. Donc il est largement temps de pousser pépé Kirk vers la porte de sortie.
C’est donc le premier film où ce dernier n’occupe plus vraiment le devant de la scène, où il passe le relais à Picard. Le seul truc qui n’est pas très pratique, c’est que Kirk a oeuvré une bonne centaine d’années avant ledit Picard. Sauf qu’on est dans Star Trek et qu’on se fait un plaisir de bidouiller la timeline pour faire se rencontrer ces deux grands hommes. Surtout Picard. Non parce qu’il est gentil, Kirk, mais bon, maintenant, c’est Hooker, quoi.

Donc Generations a le culot de nous faire mourir Kirk. Deux fois. Parce que c’est Kirk et que mourir une fois, c’est bon pour n’importe quel branleur mais pas Kirk. A noter aussi que Kirk n’embrasse pas une seule donzelle dans ce film, waouh, il se ramollit sévèrement !

Bon, sinon, il faut que je précise que ce film, c’est quasiment mon premier contact (ah ah ah, je fais de l’humour, là !) avec Star Trek, enfin TNG plus précisément. Et qu’on a regardé ce film en 1996 avec mon père et mon frère, et que je crois bien avoir été la seule des trois à trouver ça mirifique ! LOL
Je ne devais pas être très en forme, parce que clairement, mirifique, ça ne l’est pas. Ca a ses qualités. Mais également beaucoup de défauts. Notamment que par moments, c’est complètement illisible, que par moments, c’est justement TROP lisible, et que parfois, on sent que tout ce petit monde est un petit peu pressé et emprunte quelques commodes raccourcis qui font froncer les sourcils.

Mais bon. Il n’empêche que c’est ma première rencontre officielle avec Ron Moore. Ah là là, quoi !

On ouvre ce film sur l’inauguration de l’Enterprise B, et j’adore cette bouteille qui se balade dans l’espace avant d’aller s’écraser contre la coque du nouveau vaisseau.

Qu’on envoie hors du dock alors qu’il n’est pas franchement terminé, sans parler du commandant qui n’a pas l’air bien fini non plus.

A bord, l’illustre amiral Kirk est là pour le lancement, ébloui par les flashes, gavé par les journalistes.

Par chance, ça chie d’entrée de jeu, et Kirk se retrouve défenestré sous l’oeil et la moustache désolés de ce bon vieux Scotty.
Schluss.

Re-intro… honnêtement, à l’époque, j’avais rien compris. Le concept de holodeck m’était totalement étranger. Mais j’avais trouvé ça super classe.

En revoyant ce film, je retrouve ma vieille tendresse pour l’androïde Data et ses petits déboires robotesques. Ah, sept ans à servir à bord de l’Enterprise, et il en est toujours plus ou moins au même point : à tenter de saisir le concept d’humour. C’est pas gagné !

Bah oui, rien à faire, je le trouve toujours aussi mignon avec son chachat, et ajoutez à ça la greffe de la puce à émotivité (enfin, les mecs, sept ans qu’on attendait ça !) et avec elle, la faculté d’aimer ou de détester, d’être heureux, triste ou d’avoir peur, eh ben comme d’hab, il est passionnant, notre Data.

Bon, Generations, c’est quand même surtout, à mes yeux, une chouette réflexion sur le temps qui passe, la famille, la vieillesse. Un thème qui sied magnifiquement à Patrick Stewart (en même temps, on se demande ce qui ne lui sied pas, à cet homme-là).

Eh oui, le temps passe pour Jean-Luc Picard, l’explorateur pacifique tout dévoué à sa mission, à ses hommes, à la Fédération. Et entre temps, Jean-Luc Picard, il a un peu oublié de vivre à côté. Il ne s’est pas marié, n’a pas eu d’enfants. Alors quand son neveu et son frère périssent dans un incendie, il se rend compte que la longue lignée de Picards va s’éteindre. Et ça, ça lui fout monstrueusement les glandes.

Forcément, c’est à ce moment-là que se pointe un prétexte pour explorer ce que sa vie pourrait être s’il changeait brusquement de direction… et là, fiou, ils ont quand même failli me perdre tellement cette histoire de ruban temporel m’a laissée perplexe. Et… entre nous, Guinan, sa grande copine… jamais elle lui a dit qu’elle avait passé ouatemille années dans ce truc-là ? Mouaif.

Bref, dans ce sympathique ruban, le temps s’arrête et vous pouvez vivre votre vie idéale à l’infini. De quoi vous rendre fou quand on vous oblige à en sortir, comme l’a fait Kirk à une foule de bienheureux 78 ans plus tôt avant de disparaître. Et ça, le docteur Soran, il a pas supporté. Très bon Malcolm McDowell, en passant. Malheureusement, il est tellement flippant qu’on n’a jamais aucun doute sur l’issue de son personnage. D’entrée de jeu on sait qu’il n’en sortira pas vivant, et ce manque de profondeur me désole un peu, j’avoue.

Bref, pour retourner de là où il vient, il ferait n’importe quoi, quitte à s’allier avec des Klingonnes qui puent des pieds et certainement de la gueule, les célèbres soeurs Duras.

Qui nous font une sortie superbe vu qu’elles font un tout petit peu péter l’Enterprise D, wouhouh ! Elles sont laides, mais elles sont pas totalement connes parce que percer la fréquence du bouclier de l’Enterprise, je dis bravo !

(Au passage, je suis toujours aussi fan des Oiseaux de proie klingons avec leur système d’occultation. Rah, ça, c’est la classe ul-time !)

Enfin, au revoir les soeurs Duras, badaboum l’oiseau de proie.

Data : YES !

Donc Soran, l’homme qui n’a plus rien vu que son monde a été détruit par les Borgs, ne souhaite plus qu’une chose, retourner vivre sa petite vie rêvée pour toujours dans le Nexus. Tandis que Jean-Luc Picard, l’homme qui n’a plus grand-chose non plus, tente de l’en empêcher, pendant que son vaisseau s’écrase consciencieusement.

Rah, j’avoue que revoir la manoeuvre de séparation de l’Enterprise D, c’était monstrueux. Je suis pas sûre qu’on ait vu ça avant, dans la série.

Et le crash qui dure, qui dure, tellement elle est immeeeeense, cette soucoupe, véritable ville aérienne, blindée de civils, de familles qui voyagent avec leurs proches de Starfleet. Oui, ça c’est une chose que j’ai adorée, dans TNG, le fait qu’il y ait désormais des enfants, des familles, des crèches, des jardins à bord de l’Enterprise. Qu’il y ait davantage de civils que de membres de l’équipage. Ca donne une dimension tellement pacifique à tout ça.

(Oui, enfin sauf quand il s’écrase, quoi. Oh, ça n’arrive pas souvent, quand même.)

Bref, l’Enterprise, ou du moins sa soucoupe vu que le reste a fait hop, s’écrase copieusement.

Et ils arrivent même parfois à rendre ça un poil poétique. C’est rageant quand ça se produit dans un film qu’on trouve plutôt moyen.

Soran fait donc exploser le soleil du système ce qui lui permet de dévier le Nexus et de se faire gober avant que tout ce petit monde ne soit réduit à néant. Enterprise compris.

Pouf.

C’est là que Picard, prisonnier lui aussi du Nexus, se retrouve avec une femme, un sapin, des cadeaux de Noël et une ribambelle d’insupportables mouflets frisés qui lui baisent les mains. Ah bah oui, ah bah là forcément, ça vous passe l’envie, quoi.

Mais bon, ce bon Jean-Luc pourrait décider de rester là, dans le confort feutré de cette grande bourgeoisie à frou-frous, mais ah ! Il sait que c’est pas bien et qu’il ne pourra jamais vivre ici en sachant que c’est du faux, et que de l’autre côté, ses hommes sont morts et tout ça. Alors il s’en va chercher Kirk, lui aussi aspiré par le Nexus et qui fend du bois tant qu’il peut devant sa cabane, et les deux commandants s’accordent pour dire que oué, c’est très sympa la vie qu’on n’a jamais pu avoir, mais bon, rien de tel que l’action, la vraie, changer les choses blablabla.

C’est comme ça qu’on rembobine (euh, ah ?) et que les deux pépés parviennent à arrêter Soran, ce qui coûte la vie à Kirk, mais on s’en fout car il s’est éclaté.

Kirk : Did we do it ? Did we make a difference ?
Picard : Oh, yes. We made a difference. Thank you.
Kirk: The least I could do… for the captain of the Enterprise. It was… fun. Oh, my.

Je ne veux pas jouer mon obsédée de BSG, mais… HELLO, DAYBREAK ???

Enfin voilà un Enterprise perdu pour la patrie, quelques pertes, mais tout va bien car Data retrouve son chat dans les décombres, et que même il verse une petite larmiche d’androïde, accomplissant ainsi un nouveau pas vers cette humanité qu’il convoite tant.

Et nous, ben on a rendez-vous avec l’Enterprise E, Jean-Luc Picard et sans doute mon film Star Trek préféré : First Contact !

Posted by on Mai 7, 2009 in Star Trek : TNG | 8 comments

8 Comments

  1. Si ma mémoire est bonne, je pense que la manoeuvre de séparation : / arrimage des 2 parties de l’enterprise est montrée dès le 1er ou le 2ème épisode de la 1ère saison…

    Dans mon souvenir, Picard ordonne à Ricker de faire la manoeuvre en automatique (pour inaugurer son poste sur l’Enterprise), ce qui surprends assez Ricker…

    Bon, ce serait à vérifier, si j’en avais le courage…

  2. Je connais pas trop l’univers de Star Trek, j’ai du voir quelques épisodes par-ci par-là, un ou deux films avec Patrick Stewart (qui m’ont un peu ennuyé d’ailleurs), et si j’avais le temps je m’y pencherais de plus prêt. Bon je vais aller voir le Star Trek de JJ Abrams, c’est déjà un début 😀

  3. "HELLO, DAYBREAK ???"

    lol ça fait un peu ça ^^

  4. Bé voui, on voit bien la séparation de l’Enterprise dans le pilote de la série, le seul épi de TNG que j’ai regardé !!! (faute de temps et d’être dans le "mood").

    Brefouille, du coup je ne connais rien à cet univers, mais ça m’attire énormément.
    Et, soit dit en passant, tes captures du film sont magnifiques Sorcière !!! Il y a l’air d’avoir des plans sublimes !

  5. J’ai jamais accroché aux Star trek (honte à moua !), mais je dois avouer que tes caps me font envie de m’y mettre. Elle sont superbes, comme toujours, mais ça méritait d’être dit.

  6. J’ai pas vu tous les films de ST (suis pas hyper fan) mais first contact est excellent en effet. Ah les Borgs et leur vaisseau cube.

  7. Ah ouiiii, c’est vrai que Picard demande à Riker de séparer le vaisseau… ptain, la scène qui dure trois plombes et qui sert à rien ! LOL (Et qui est moche, en plus, on était en 87, merde !) Arf… Mais c’est quoi, la « Riker maneuver », alors ? C’est ça ? C’est sa spécialité ??? LOL

  8. Ah nan, ça c’est quand il dirige l’Enterprise avec un joystick ! Cinglé, le gars !

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top