Categories Menu

102 : Many happy returns

Mais c’est vrai que c’est mignonnet ! Ca va certainement pas révolutionner le monde de la télévision, mais c’est peu ou pas prise de tête, et surtout… c’est vachement drôle. Pas drôle « AH AH AH, qu’est-ce qu’on s’marre, ma bonne Lucette! », mais ça fait un peu plus que sourire, quoi. Et ça, ça contribue vachement à s’attacher aux personnages.

Exemple avec Henry. Je l’adore déjà. Il est génial. C’est le gars qui sait tout faire. D’ailleurs, j’ai une théorie : il y a PLUSIEURS Henry ! Un qui sert de pasteur quand on enterre les copains.

Un qui sert de légiste, un qui sert de garagiste, un qui sert de chercheur à Global Dynamics, etc etc etc… There are many copies !
Rien que ça, c’est hilarant, je trouve.

Ca et tous les autres cinglés, notamment le Dr Fargo sur lequel on va se pencher aujourd’hui puisqu’il offre à Jack, réduit à squatter une cellule dans le bureau du shérif, l’accès à un système de sa propre conception : S.A.R.A.H.

S.A.R.AH., Self Actuated Residential Automated Habitat, c’est la maison du futur, et clairement, Jack est aussi à l’aise là-dedans qu’en randonnée à dos de rhinocéros.

Bref, S.A.R.A.H. vous parle, S.A.R.A.H. vous observe, S.A.R.A.H. tente d’anticiper vos moindres désirs…

Et disons que dans un premier temps, ça fonctionne plutôt pas mal puisque S.A.R.A.H., c’est aussi une pression bien fraîche et un match de base-ball sur un écran aussi grand qu’un terrain de football.

Jack : S.A.R.A.H., I think it’s the begninning of a beauuuutiful friendship.

L’ennui, c’est que S.A.R.A.H. présente aussi quelques désavantages qui ne sauraient échapper à un futur divorcé. Genre les réveils en fanfare avec les hurlements qui vont bien… vaguement compensés par la possibilité de lire aux chiottes le journal de son choix.

S.A.R.A.H. : I have over 200 newspapers and magazines available, if you’d like something to read.
Jack : Good God ! I may never leave !

Mais bon. On voudrait bien pisser tranquille, aussi, si possible. Merci.

Bref, il m’a bien fait marrer, Jack, dans sa nouvelle maison que c’est quand même, à la base, un bunker.

Cosy !
Bon, et il est définitivement craquant, notre héros. Totalement largué, y a pas à dire. En plus, le pauvre, il débarque en plein drame puisqu’on enterre deux habitants d’Eureka qui nous ont quittés dans l’épisode précédent.

Donc bon, il est pas super à l’aise, le Carter.

Mais ce que j’adore chez lui, c’est qu’il a beau ronchonner de temps en temps, ben il prend tout avec un magnifique sourire.
Genre merde, la gonzesse super intelligente et belle qui me plaît bien et qui a de la répartie est mariée avec un canon dont le QI est l’équivalent du budget national de l’Ouzbékistan ?

Hihi.

Et puis après, le canon-QI-Ouzbékistan lui lance quelques avertissements bien sentis au sujet de sa femme ?

Hihi.

D’ailleurs, je soupçonne le canon de craquer légèrement lui aussi.

Il n’y a que quand il faut regarder les vidéos de S.A.R.A.H. pour identifier le mystérieux fantôme qui fait dresser les cheveux sur la tête à tout Eureka qu’il tire un peu la tronche, le Carter. Pourtant… il est tellement mimi quand il dort.

Jack : If this goes on the internet, you’re a dead man.

Et puis cet épisode de deuil et de fantômes, c’est aussi l’occasion d’en découvrir un peu plus sur Eureka, parce que c’est quand même ça qui nous intéresse, notamment grâce au speech de Henry en l’honneur des défunts.

Henry : The loss of Walter and Susan Perkins forces us to question if the work we do is worth the risks. Eureka was born from the idealistic vision that by advancing science, we can control it for the greater good. Clearly, that’s not always the case. We can never forget Walter and Susan. Their legacy is in our hands now.

Clair que derrière cette façade gentillette, ça peut vite virer au drame… d’ailleurs, j’ai presque été choquée d’entendre au détour d’une conversation banale que le taux de mortalité était deux fois plus élevé à Eureka qu’ailleurs aux States. Donc je trouve ça pas mal d’aborder ce genre de concept d’une manière aussi légère et amusante. Ca laisse de la marge pour aller dans beaucoup de directions différentes, ça n’empêche pas les messages de passer, et c’est divertissant. D’autant qu’on a suffisamment de shows scientifiques pour nous mettre en garde contre une mauvaise exploitation de la science. Me semble-t-il.

Par contre, il y a ça, aussi…

Le coup de la viande froide stockée là-dedans, euh…

Bref, malgré ça, à mon grand étonnement, tout finit super bien puisque les deux défunts reviennent ! Enfin, l’une qui était en fait un clone est remplacée par le modèle d’origine. (Ce qui n’arrange sans doute pas la dame qui a occis le clone dans l’épisode précédent, en passant.) Et l’autre s’était en fait déphasé. Le con.

Donc quelques séances de kiné et il n’y paraîtra plus.

Carter : So what happens now ?
Allison : Temporal rehabilitation.
Carter : What ?
Allison : Think physical therapy but a whole lot more expensive.

En attendant, Jack n’étant pas rentré à l’heure pour le rôti vespéral amoureusement concocté par S.A.R.A.H., c’est pas l’hôtel du cul tourné, mais pas loin.

Carter : Open the door !
S.A.R.A.H. : Due to technical difficulties I cannot visually confirm identity at this time.
Carter : Okay, listen to my voice. It?EUR(TM)s me. Jack Carter.
S.A.R.A.H. : Voice recognition imprint is currently off-line. And in the future, when someone says they?EUR(TM)ll be home for dinner and they?EUR(TM)re running late, it?EUR(TM)s polite to call.
Carter : You?EUR(TM)re joking. You?EUR(TM)re mad at me ?

Le plus drôle et le plus ridicule étant qu’ayant compris ça, Jack va faire sa petite bouille désolée en affirmant que ça n’arrivera plus…

Et hop, ça marche. Comment voulez-vous que ça ne marche pas ?

Mais à peine notre héros a-t-il le temps de s’allonger dans son fauteuil…

Que…

Zoe : Sweet pad ! Where’s my room ?

Ok !

Posted by on Mai 24, 2009 in Eureka | 5 comments

5 Comments

  1. Haha S.A.R.A.H., je me rappelais plus qu’elle était introduite si tôt dans la saison, mais franchement les débuts de Carter dans sa nouvelle maison, c’est juste hilarant ! Surtout quand elle nous fait une crise parce qu’il rentre pas à l’heure 😀

    Et comme toi j’aime beaucoup Henry, en fait c’est surtout parce que dans cette ville de dérangés, c’est le plus normal d’entre eux (avec Carter bien sûr)

  2. Bon je me répète ! Mais ce sourire !!!!!!!
    Et Sarah ! Effectivement, c’était extra. Et j’adore aussi la façon qu’à Fargo de se défiler chaque fois que Jack veut lui parler^^

  3. Henri a horreur de GLOBAL DYNAMIC, juste en precision ….

  4. <= La sorcière : "Ca va certainement pas révolutionner le monde de la télévision" =>
    EUREKA n’est pas une série géniale, vite vue vite oubliée et dont le seul but est de divertir.
    Mais elle le fait bien.

  5. <= Jérôme : a défaut dêtre intelligente la série Euréka et incroyablement drôle, divertissante et Fun… Faut arréter de dire qu’un série qui n’ a qu’un seul but celui de divertir n’est pas une série Génial, uniquement parceque l’on ne se prend pas la téte pour réfléchir. Ca donne l’impression que plus personne ne sait plus tout simplement "rire" =>

    J’en suis à l’épisode 5 de la S1, est c’est vrai que c’est que du Fun, une série qui donne bonne humeur franchement cela ne peux que s’apprécier. Sorcière tu as de la chance d’avoir rencontré l’acteur, c’est vrai que rien que à l’écran sa gentillesse saute au yeux, alors en vrai !! J’espere que tu trouveras une petite place malgré ton surbookage pour faire un billet sur les prochains épisodes de cette série. ;D

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top