Categories Menu

101 : Pilot

Ca y est, je me suis lancée aujourd’hui. Et je ne regrette pas, parce que c’est très très mignon, je trouve.

En fait, il faut quand même que je précise que quand on est allées à Bonn, avec Soshell, on a toutes les deux été complètement charmées par Jordan Hinson et Colin Ferguson.
On ne les connaissait ni d’Eve ni des dents, et franchement… ils sont irrésistibles.
Jordan est adorable, très mignonne, et surtout elle déborde d’intelligence. Ca, c’est méga-appréciable.
Colin est super drôle, très très gentil (il n’a pas tari d’éloges sur sa fille à l’écran, d’ailleurs, c’était charmant d’autant qu’elle était très surprise et presque gênée), et honnêtement les filles… WOW.
Il a un charme absolument dévastateur. Très grand, très droit, très bien foutuuuuu…

Et avec ça, ils étaient tous les deux très étonnés de l’accueil qu’ils ont eu à Bonn, apparemment, c’est très nouveau pour eux. Ils ne s’y attendaient pas du tout, donc ils étaient d’autant plus heureux d’être là.
Et nous, on est reparties avec une envie folle de regarder Eureka.

Chose faite, donc. Mais c’est vrai que mon opinion est forcément biaisée puisque je suis déjà sous le charme du personnage principal avant même de l’avoir vu à l’oeuvre.
Même la petite peste (qui est très très peste !) que Jack Carter trimballe à l’arrière de sa voiture au début de l’épisode me plaît déjà, alors que soyons clairs : si je n’avais pas rencontré et apprécié son interprète, il y a fort à parier que je l’aurais mise dans le même sac que Zoe Graystone.

Bref, l’histoire, c’est celle d’un US Marshal (ouah, ça CLAQUE !) qui se paume un peu en revenant d’avoir traqué une dangereuse criminelle de 14 ans, à vue de pif.
Evidemment, on n’est pas supposés savoir que cette fameuse petite terreur, c’est sa fifille, mais hein, ça fait partie des inconvénients à aller se spoiler dans les conventions.
Donc, cette merdeuse-là, d’entrée de jeu, taquine gentiment du papa, et si ce n’était le grillage du panier à salade, on devine qu’elle foutrait un joli boxon là-dedans.

Zoe : I told you we should have made a left back there.
Jack : Don’t make me use pepper spray.
Zoe : Are all cops this angry ?
Jack : This isn’t angry. I was angry at the truck stop when you told the waitress I touched you funny. This is way past angry.

Les voilà débarquant donc glorieusement à pied (vu que Daddy les a un peu foutus dans le fossé) dans une petite bourgade assez péquenaude, limite champêtre.

Qui présente très vite une très forte et déconcertante concentration de petits génies.

C’est là que le spectacle commence. Parce que si on devine que Jack Carter est le genre de gaillard plutôt moyen quoique futé, et aussi loyal que Lassie chien fidèle, les habitants d’Eureka, par contre… oh nom d’un chien, je crois qu’on n’en fera jamais le tour tellement ils sont tous complètement ravagés !

Il y a le shérif, d’abord.

Le problème, c’est que pour moi, il sera toujours l’officier qui sort à Kevin Costner : « I’ve just pissed in my pants… and nobody can do anything about it. »

Donc ça, c’est tragique. Et pourtant, on l’a vu dans plein d’autres choses. Mais moi, à quatorze ans, devant Danse avec les loups, j’avais trouvé cette scène terrible. Presque autant que celle où Timmons se fait scalper. Bref.

Il y a ensuite son adjointe. Du grand n’importe quoi, là aussi. Zarb à souhaits, adore les flingues, se cherche un mec aussi zarb qu’elle dans les petites annonces.

Et certaines de ses répliques sont pas piquées des coccinelles.

Cobb : That was Ned Carver. He claims aliens have abducted some of his cattle again.
Lupo : Tell him to call me when they move on to anal probes. Wait, um, that didn?EUR(TM)t come out right.

Cela dit, faut-il s’en étonner de la part de la gourdasse qui se fait bêtement descendre sur New Caprica avec notre mémé à tous dans les bras, je vous le demande ?

Il y a aussi Henry, que j’adoooore. Henry, c’est le garagiste de la ville. Et on va dire que c’est un des plus normaux. Hem.

Jack : So, how long have you been in the tow business ?
Henry : Oh, I don?EUR(TM)t do this for a living, I do this for fun. I just always liked fixing things. I was an engineer, back in the day.
Jack : As in trains ?
Henry : Space shuttles.

Et puis le chien, aussi. Dont l’activité principale, quand il ne tente pas de se suicider en se jetant sous les bagnoles, semble consister à fomenter des plans démoniaques pour chouraver le sandwich du shérif.

D’ailleurs, la dernière scène où on le voit à l’oeuvre m’a fait exploser de rire. On dirait le mien, de chien. Enfin, le mien de l’époque, quoi. En train de subtiliser les biscottes de la grand-mère. Tout comme ça.

Comment ça, il y avait un sandwich, ici ? Vous devez confondre, mon brave !

Et puis excellente surprise, que j’en ai poussé une brâmée mémorable…

RICHARD FISH ! Qui ne va pas manquer de nous asséner, je l’espère, de nombreux fishismes ! Rah !

Ca fait tout drôle de revoir cette tête-là après tant d’années !

Enfin bref. En panne de caisse, les Carter père et fille sont coincés à Eureka pour quelques jours. Ca tombe bien, il s’y passe des trucs décidément très bizarres, et toute farcie de super-geeks soit-elle, cette petite ville, quand un gamin fait mine de disparaître et que tout le monde déballe les théories les plus abracadabrantesques, de préférence ayant un rapport avec un trou noir ou un monde parallèle, ben l’esprit pratique d’un gars normal comme Jack Carter, ça aide.

Ca met tout le monde de bonne humeur, y compris la madame du ministère de la Défense, mais ça aide.

Rrrr, rrrrr…
Vous êtes au courant que ce genre de tension ne se résout que d’une seule manière ?

C’est comme ça que de fil en aiguille, Zoe se retrouve en cabane, baby-sittée par l’adjointe folledingue, et que Jack se retrouve à piquer une ronflette dans un Bed & Breakfast tenu par une gonzesse complètement cintrée dans le jardin de laquelle Marine One prend son envol.

(Vous vous demandez ce qu’est Marine One ? Ben déjà vous réfléchissez trois secondes, et puis si au bout de trois secondes, vous ne savez toujours pas, eh bien c’est ceci.)

Mais la tenancière de l’établissement a ceci d’intéressant qu’elle n’a pas ses yeux (ni ses mains… ni ses lèvres, d’ailleurs) dans sa poche et ça nous permet d’avoir un aperçu de la marchandise. Bienvenu étant donné que Colin n’a pas daigné se désaper sur scène à Bonn malgré quelques requêtes appuyées de la part de ses fans.
Pffff.

J’ai adoré son réveil, d’ailleurs. Ah bah merde, les fringues, elles ont parties.

Hop hop…

Saines lectures, la proprio.

Et hop !

Bon, bref, ça part en carafe, un truc de ouf : Jack prend conscience de l’ampleur du grand nawak qui règne sur la ville à bord d’un pot de yaourt bleu…

Il va se prendre le chou avec sa fille toujours en cabane, ce qui nous donne l’occasion de capter que Jack est quasiment célibataire vu que Madame Jack n’a pas trop apprécié qu’il passe plus de temps au bureau qu’à la maison. Et que c’est pour ça que Zoe a le reproche quelque peu acide.

Mais au fond, je la trouve bien mimi quand même.

Sinon, eh bien le shérif se fait bouffer une patte par une anomalie temporelle, et comme on est un peu short en enquêteurs, on récupère Jack (sur l’insistance de Mrs Department of Defense, au passage) pour aider à gérer. Et c’est là qu’on découvre ce qu’est vraiment Eureka : une ville expérimentale, avec un grand centre de recherches bien planqué de quoi faire pâlir de dépit la Zone 51. C’est là qu’on conçoit 90% des équipements ultra-modernes de l’armée et j’en passe.
Le Jack, il en est sur le cucul.

(Et tout ça est filmé dans les environs de Vancouver, hi hi hi, frofrotte les mains !)

Donc voilà, comme c’est la crise de l’anomalie temporelle, l’armée débarque et met une grosse capote sur le point zéro…

Tout ce petit monde s’entend comme larrons en foire, naturellement. Ministère de la défense, Marines, scientifiques relous, marshal de passage, adolescente rebelle… c’est la méga fête du slibard à Eureka. Mais tout finit par rentrer dans l’ordre, même si on découvre que madame B&B qui s’avère être psy, est aussi, accessoirement, une meurtrière.

Entre temps, Carter père et Carter fille se sont réconciliés parce qu’ils ont eu super peur l’un pour l’autre, et Jack rejoint L.A. et son bureau d’US Marshal.
Sauf que contre toute attente, les rois mages débarquent avec une super promotion de la mort.

Retour à Eureka, où il va désormais devoir gérer ce genre de petite chose.

(Et un chien dévoreur de sandwich, donc.)

Eh ben bonne chance, Jack Carter. Je pense qu’on n’a pas fini de rigoler !

Nouvelle rubrique, même si j’ai trouvé le pilote un peu long. Sur 42 minutes, ça doit être beaucoup plus digeste !

Posted by on Mai 24, 2009 in Eureka | 31 comments

31 Comments

  1. Ah oui, juste un petit mot : pas envie de lire des « tu vas voir, ça devient trop de la merde/de la balle à partir de l’épisode 345 », ni de « tu vas voir…  » d’aucune sorte, d’ailleurs. Sivouplé, faites attention aux spoilers et aux commentaires qui risqueraient de biaiser ma vision de la série… c’est vraiment quasi-systématique, maintenant, quand je commence un nouveau truc, ou que je regarde quelque chose que certains ont vu avant moi… c’est pas super rigolo, et ça me lasse. Alors je compte sur vous. 😉

  2. C’est pas la série du siècle, mais j’aime beaucoup. On rigole beaucoup avec tous ces scientifiques tous plus dingues les uns que les autres. J’ai hâte que la saison 3 commence cette été.

    Puis faut dire que Colin a un de ses charmes raaalala

  3. Bé moi, je compte pas regarder, mais je suivrais tes reviews avec attention !!!

    Une chose toutefois, qui me saute aux yeux dès que je le vois…
    Jack Carter. Jack…carter…JACK-CARTER !!
    OUAAAAAAAHHH shippers dans l’équipe des scénaristes, o-bli-gé !!! 😉

  4. J’y ai tout de suite pensé aussi… En tout cas, c’est bien le Jack O’Neill d’Eureka…

  5. En sachant que tu allais regarder Eureka, je me suis demandé combien de secondes il te faudrait pour savoir où tu avais déjà vu Lupo…
    Mais bon… on ne te la fait pas…

  6. A vue de truffe : 0,04 secondes. LOL

  7. Lupo, c’était Maya dans BSG ? La honte ! Je l’avais pas reconnue !
    Et aussi, j’ai pas craqué sur le physique de Colin Ferguson mais sur son sourire. Il a un sourire !!!! Miam Miam^^

  8. Ouais, il a un sourire insupportable de craquitude. Ca tombe bien, il sourit tout le temps ou presque !

  9. Je ne sais pas i je regarderais (a vrai dire pourquoi pas!) mais je suivrais tes reviews voui voui! pi c’est vrai que c’est bien quand on les a vu en vrai de vrai les gens, on accroche plus vite ^^

  10. Je ne suis pas allé plus loin que le pilote qui m’avait pas mal ennuyé. J’attends la suite de tes reviews, ça me tentera peut-être ^^.

  11. "Evidemment, on n’est pas supposés savoir que cette fameuse petite terreur, c’est sa fifille, mais hein, ça fait partie des inconvénients à aller se spoiler dans les conventions."
    > Ou de lire une review d’une série pas encore commencée…
    Bon, on ne l’apprend pas au bout d’une saison au moins ?

  12. Non, on l’apprend lors de la confrontation de Zoe et Jack au bureau du shérif… 😉

  13. J’ai arrêté de lire la review quand j’ai lu la relation de parenté, mais je suppose que la scène dont tu parles est dans le premier épisode, donc. Ouf.

  14. Une chouette série d’été avec ses hauts et ses bas. J’avoue que j’en louperai encore pas une miette cette année malgré une dernière saison plus basse que haute justement. Mais j’ai tout plein de tendresse pour plein de personnages et la geekitude des scénaristes est palpable, du coup pouf, même les ratés se pardonnent assez facilement !

  15. Tiens, j’ai justement vu le pilot il y a deux semaines ! C’était plutôt sympa, mais j’ai pas continué par manque de temps et de motivation. Maintenant que les Season Finales sont tous passés, je vais pouvoir m’y remettre.

    Ah, et merci de m’avoir rappellé où j’avais déjà vu la sherifette, ça fait deux semaines que je cherchais (j’avais même la flemme de verifier sur IMDB…). Par contre, j’ai tout de suite tilté sur le nom de "Jack Carter" 😀

  16. Tiens, je me laisserais bien tenter par celle-là… faut dire que le beau mâle a bien des arguments pour lui 😉

  17. Je crois que ça te plairait ! (Et je crois que ça plairait bien au fils de Guegue, aussi, si jamais elle passe par là. 😉 )

  18. Enfin! Moi j’aime bien Eureka, c’est ma petite série d’été.

  19. Pffff… toutes ces demoiselles qui regardent une série parce que le héros est craquant !…
    Est-ce que nous les gars on fait ça ? Hein ?…
    Est-ce que vous croyez vraiment que la plastique de Tricia Helfer ou Grace Park a la moindre influence sur notre intérêt pour BSG ?
    Hein ?!!!

    Heu…

  20. C’est très sympa comme série. Et oui, Colin est juste à tomber par terre. Peut-être même qu’avec une chemise rouge… lol

  21. Alors Arnaud, d’abord, je suis une dame, et ensuite… euh, rien. Je vais même m’enfoncer en racontant que suite à la fameuse scène de douche de Australia, je suis en train de me faire la filmographie de Hugh Jackman. Et c’était une bonne idée, il a fait de très bonnes choses, ce garçon, même quand il ne se déshabille pas 🙂

  22. "Ouais, il a un sourire insupportable de craquitude. Ca tombe bien, il sourit tout le temps ou presque ! "

    D’ailleurs, j’avais peur qu’il soit atteint du syndrome "Michael Hogan". Mais non 🙂
    Je vais pas tardé à commencer la saison 2 🙂
    Je me demande si on verra leur centre ville à Vancouver ou si c’est tourner en studio, ça pourrait être drôle !!

    Pour Tequila: je te conseille "Le prestige". En plus d’avoir Hugh Jackman, tu as Christian Bale en bonus ^^

  23. Il me semble que c’est filmé à Victoria et dans les environs de Vancouver, pas dans la ville même… tous les intérieurs sont filmés en studio à Burnaby. 😉

  24. Soshell > Regardé, reviewé, mais pas encore publié sur le blog ! Excellent film, effectivement.

    Et la série avec la loutre, c’était à Vancouver, aussi, non?

  25. Cap danger ? Je ne sais pas …

  26. Ai vérifié depuis… oui… z’irez visiter l’aquarium ? Et Sauvez Willy, d’ailleurs, c’est pas Vancouver également ? 🙂

  27. L’aquarium est au programme… enfin je crois… LOL

  28. Ta review m’a donné envie de me lancer.

    Par contre autant le bout de camping car qui disparait pour réapparaître dans la forêt je comprends tout à fait, autant les formules mathématiques montrées sont quand même super simples, autant le pont cassé qui n’est pas cassé on commence à être habitués, autant le crash test dans le vide ça fait même pas peur…
    Mais alors les bulles triangulaires, moi, je dis NON.

  29. lol, pareil, les bulles pyramidales, elles m’ont aussi fait plus tilté que tout le reste 🙂
    je viens de finir le pilote, qui est bien sympa, j’aime beaucoup notre Marshall, un non génie intelligent!! et j’ai tout de suite aimé la petite Zoé et sa relation avec son père!!

    PS : je bénis quand même Amazon.co.uk, en plus du fait de pas payer de frais de port, je l’ai eu pour 5£! et livré en 4-5 jours!! si c’est pas du bonheur!! et j’attends la saison 1 de Terminator TSCC, que j’ai eu plus chère : 10£…

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top