Categories Menu

722 : Tomorrow

Hanlalalalalalalala !
Ben je vous dis pas ce que ça fait de revoir cet épisode, maintenant, là, aujourd’hui ! D’abord, c’est triste parce que c’est celui qui clôt cette série exceptionnelle, et ensuite c’est complètement troublant parce que l’investiture de Monsieur O., c’était le 20 janvier dernier, et que c’est quand même très difficile de ne pas jouer à la superposition des visages et des personnages quand c’est aussi frais.

Quoi qu’il en soit, cet épisode est beau. On sent l’envie de graver ces images dans la postérité. De vivre cette journée exceptionnelle jusqu’au bout. D’ailleurs, tout commence à l’aube. Le soleil envisage de se lever sur Washington.

Et aux quatre coins de la ville, les personnages centraux se réveillent. Ou peut-être n’ont-ils tout simplement pas dormi.

(Mgni. )

La nervosité pour certains, la nostalgie pour d’autres, la réflexion, parfois. Tout cela se lit chez eux.

Il y a ceux qui se préparent à arriver. Et ceux qui se préparent à partir.

C’est passionnant de suivre les réactions de chacun. De Josh, notamment, qui est déjà dans l’après. Lui, il y est, à la Maison Blanche.

D’ailleurs, il sera l’un des premiers de la nouvelle administration à débarquer. Car quelque part, il y est toujours un peu chez lui. Et puis il y a CJ. Et ce joli moment qu’ils partagent alors que celle-ci lui laissera bientôt son bureau. Sauf que non, pas vraiment son bureau. C’est et cela restera à leurs yeux celui de Leo. J’ai adoré qu’on nous ramène John Spencer, brièvement, dans cette scène. Encore plus lorsque CJ donne à Josh un post-it tout froissé, qui a dû beaucoup servir.

Josh : WWLD ?
CJ : What Would Leo Do ?

Il y a également les réactions du président élu et de madame qui ne ratent pas une occasion d’être mignons comme tout et qui gloussent tant qu’ils peuvent.

Et qui encore, à quelques secondes de la prestation de serment, claquent quelques blaguounettes parce que décidément, ils sont un peu monsieur et madame Tout-le-monde.

Helen : Man, I hope Janet Spraegins has her TV on.
Matt : Who ?
Helen : Senior year. She beat me out for the last varsity spot on the swim team.
Matt : Guess what ?
Helen : What ?
Matt : You win.

Voilà qui tranche joliment avec le côté grand bourgeois des Bartlet. Car Helen est inquiète. Le soir même, il faudra apparaître à neuf bals et y esquisser quelques pas de danse. Angoisse.

Helen : Am I supposed to wear nine gowns ?
Matt : Do you have nine gowns ?
Helen : No !
Matt : Then you’re not.

Ils ne sont pas trop pressés, les Santos. Pas plus que les Bartlet ne le sont de partir. D’ailleurs, il traîne, le Jed. Traîne dans son bureau oval, en jogging. Attend le dernier moment avant de rédiger le traditionnel petit mot à son successeur. Et ça, Debbie ne manque pas de le lui faire remarquer. A sa manière toujours gentiment grinçante.

Debbie : You do realize that you turn in a pumpkin at noon ?

Oui, oui, et il sera à la bourre, de toute façon. Mais il faut faire les choses proprement, prendre congé de tous ces braves gens qui ne partiront pas sans leur poignée de main.

(Ici à Carol, et un peu plus tard à sa propre fille, Renee Estevez, à qui il demande des nouvelles de sa mère. Ah ah ah.)

On a beau savoir que Charlie restera un proche de la famille Bartlet, ben rien à faire, il y a une telle tendresse entre lui et le président que ça me bouleverse chaque fois qu’il y a une scène un peu forte entre eux. Du coup, j’en ai mordu mon poing lorsque Jed lui fait un dernier cadeau avant de quitter la Maison Blanche, le plus beau, sans doute. Sa Constitution, celle de son père, qu’il lui avait offerte quand il était encore à l’école.

Rah, quand je pense que Charlie, c’était un petit livreur de rien du tout. Et le voilà le fils que la famille Bartlet n’a jamais eu, après deux gendres discutables. C’est trop mignon, c’est juste trop.

Donc, Jed traîne. Et il traîne surtout autour d’une dernière chose : la grâce de Toby qu’on ne verra pas, dans cet épisode, sans doute parce qu’en intervenant dans la crise des astronautes, il a perdu le droit de l’être. Ca m’a fait de la peine, vraiment.
Mais il est longuement présent par ce papier qui attend désespérément la signature de Bartlet. Et ce sera d’ailleurs son dernier acte en tant que président. Signer l’amnistie de Toby qui n’ira donc pas en prison. Non sans mettre un petit coup de poing sur le bureau après l’avoir fait. Parce que c’est un peu la merde, quand même. Et que ça va faire couler beaucoup d’encre.

Une bise à CJ, un dernier tour du propriétaire…

Et il est temps de fermer la porte. Et pour nous d’entrer dans la partie qui nous est si familière. C’est d’ailleurs très amusant de voir les anciens de la Maison Blanche suivre l’investiture de « l’autre » à la télévision.

(Arnie !!!)

Il est donc temps.

Et alors que Matt Santos apparaît sur l’estrade, un ballet à la fois drôle et triste a lieu à la Maison Blanche. En l’espace de quelques heures, le logement des Bartlet doit devenir celui des Santos. Alors on replie, on range, on dévisse et on roule le plus vite possible.

Et Debbie Fiderer regarde le carrosse se transformer en citrouille. A midi pile.

On a beau aimer Santos, ça fait un pincement au coeur.

Hop, l’image culte.

Combien on en a vu faire ça ?

Donc voilà. Matthew Santos est président et Jed Bartlet ne l’est plus. Et moi, je me marre de voir Josh et son armée entrer à la Maison Blanche d’un pas de conquistador.

Sam : Home sweet home.

J’ai presque versé ma larme en voyant la jeune Ronna reprendre le flambeau de ce vieux chameau de Fiderer. Qui ne pourrait pas être plus gentille qu’en cet instant où elle prodigue les quelques conseils indispensables à la secrétaire du président.

Oh oui, elle est émouvante, cette petite Ronna qui jette un regard timide et surtout ému sur le bureau ovale qu’elle aperçoit pour la première fois. J’imagine qu’elle n’aurait jamais pensé arriver jusque là.

Il y a aussi Bram qui s’installe sans faire de façons, sans même écouter les quelques politesses de Charlie, déjà dans son truc.

Et il y a Donna qui m’a rendue fière, dans cet épisode. Je m’attendais presque à la voir rougir et pouffer lorsqu’on lui présente le grand et magnifique bureau qu’elle prend pour celui de la première dame… et qui sera en fait le sien.

Elle se rattrape bien vite, avec naturel, et je ne peux pas m’empêcher de me dire que ce bureau est bien plus grand que celui de Josh.

Pendant ce temps, ceux qui ont été indispensables pendant si longtemps sont maintenant devenus superflus. Et j’imagine le vide que l’on peut ressentir à ce moment de sa vie. Le désarroi.

Charlie : What about see a movie ?
Will : It’s two o’clock in the afternoon.
Charlie : You got anything better to do ?
Kate : No, I guess, we don’t.
Will : Is there a movie theater around here ?
Charlie : I have no idea.

Pour CJ, ce sera un dernier petit tour dans sa salle de presse.

Et pour Jed, une dernière phrase à son successeur.

Jed : Make me proud, mister president.

Et pendant que le nouveau président prend ses quartiers…

(Roh le frisson quand Santos s’installe derrière le bureau !!!)

… l’ancien s’en va…

Abbey : Jed ?
Jed : Mmmh ?
Abbey : You made it. You’re still here.
Jed : Yeah. I’m still here.

Au même moment, CJ s’en va par la petite porte. A pieds. Avec un dernier sourire vers cette grande baraque où elle a passé tant d’années à s’échiner.

Avant de se tourner et de se mêler à la foule pour redevenir une quidam. Et de prendre son avion pour rejoindre Danny en Californie.

La dernière scène de Matt Santos sera avec ses conseillers. Une scène qu’on a déjà tant de fois vue avec Bartlet, Leo, Toby, Sam, Josh et CJ. Là, c’est une toute autre équipe.

Et une fois renvoyés, il n’en reste que deux. Le président et son chef de cabinet. C’est reparti pour un tour.

La dernière scène de Jed, c’est celle de l’avion qui l’emmène vers la ferme familiale. Il y ouvre le cadeau laissé par Mallory, la fille de Leo.

Le slogan de sa première campagne présidentielle, griffonné à la hâte sur une serviette de restaurant.

Et enfin, les quelques secondes qui resteront gravées dans ma mémoire :

Abbey : What are you thinking about ?
Jed : Tomorrow.

Magnifique. Quelle sortie, mes enfants, pour Jed Bartlet.

Voilà, c’est fini, et c’est une review bien bêbête pour un si grand épisode, mais des fois, il faut savoir faire simple, voire inutile. Et puis parce que c’est épisode, c’est surtout des images. Plein d’images fortes.
Enfin, je vais fermer la porte de cette rubrique, moi aussi.
Et c’est avec les yeux humides que je le fais, je peux vous le dire.
Mais je n’exclue pas de rouvrir mes DVD de temps en temps. Car il y a des épisodes inoubliables que je me referais avec plaisir.

Posted by on Fév 11, 2009 in The West Wing | 4 comments

4 Comments

  1. Juste un petit com’ du fan absolu de cette série que je suis:

    MERCI !!!! tu as su donner la fin que j’attendais.

    Respect à tou Sorci.

  2. Raah j’ai adoré cet épisode
    Que d’émotion de quitter une série qu’on dégustait depuis 7 ans.
    J’aime quand CJ quitte la maison blanche et que le poids qu’elle avait sur les épaules s’envole. Enfin elle est libre…
    Et puis bien sur la scene finale avec le slogan sur la serviette qui nous rappelle léo et l’inoubliable  »Tomorrow".
    Et tous les autres personnages qu’on quittte…
    snif, snif…

  3. Depuis le temps que j’entendais du bien de cette série, j’ai enfin acheté les dvd de la saison 1 pour tester. Et je suis complétement accroc! C’est extrêmement addictif, vraiment un régal et je viens de terminer la saison 1 en moins d’une semaine!!

    En faisant une recherche je viens de tomber sur ce blog et même si je suis conscient d’arriver aprés coup, je trouve vraiment super ce qui y est fait et je savoure d’avoir 6 saisons devant moi, même si leur acquisition s’annonce ruineuse…

    Merci (en retard) pour les excellents article sur ce blog.

  4. Bon eh bien j’ai été vite à regarder la série mais alors proportionellement il m’en aura fallu du temps pour ne serait qu’envisager de regarder ce dernier épi. Je savais que ça allait me coller une grosse claque, eh bien c’est pas loupé! Et bien sur c’est à trois heures quinze du mat’ que je trouve le courage de m’y mettre. Vive les insomnies west wingesque ^^!

    Une fin géniale pour une excellente série. Une saison 8 aurait été grandiose, je n’ai aucun doutes la dessus, après faut avouer qu’ils ont vraiment superbement bien bouclé la boucle.

    Les dernières scènes de chacun des persos sont parfaites. Josh et le nouveau président, dans une scène qui va devenir leur quotidien, Ronna elle est adorable, Donna qui se récupère un bureau gigantesque, elle qui disait à Charlie à peine deux épi plus tot qu’elle avait jamais décollé de son pauvre bureau durant tout le temps qu’elle avait passé à la maison blanche. Ba pour le coup ce n’est que justice. (Le bureau est plus grand que celui de Josh, j’y ai pensé aussi XD) Stockard Channing est brillante comme toujours.

    Et puis mes révélations de la dernière saison à savoir la nouvelle first lady. Je l’adore, elle est simplement parfaite, sa relation avec Donna, aurait été, je crois, quelque chose de plutot sympa à mettre en scène s’il y avait eu une suite, parce que ça m’a l’air très bien parti. Et puis Annabeth que je la trouve trop chou, sans doute à cause de sa voix. Toute petite, toute choupi. Lou, je l’ai adoré également. (J’ai d’ailleurs capté qu’elle me semblait familière a cause de la saison 7 de 24, moi qui me demandait depuis trois plombes qui elle me rappelait ^^’)

    Le départ de C.J est parfait également, sa dernière scène avec Josh, avec le président, et son petit tour dans la salle de presse. Il était temps qu’elle le quitte son bureau pour aller roucouler en californie avec danny et sauver le monde XD. Jolie fin également.

    Puis Sam qui revient ba je suis bien contente, il a une bien meilleure tête qu’avant soit dit en passant ^^

    Josh et Donna…. Enfin… Sont adorables *v*

    Bon la scène Bartlet/Charlie avait commencé à bien me rendre émotive, mais alors le coup du cadeaux, la serviette avec "Bartlet for america" m’en a filé un sacré coup. Sans parler du fait que chaque mention de Léo et donc de John Spencer, ça aide pas. Mais bien sur, j’ai adoré qu’il le ramène de cette manière aussi.
    Et qu’on laisse le dernier mot à Martin Sheen avec son "tomorrow". Parfait.

    Merci Sorcière pour toutes ces reviews, qui comme à chaque crise de télévisionnite aigue m’accompagne fidèlement malgrè un décalage "horaire" certain de ma part XD.

    (Et pardon pour le commentaire fleuve ^^’)

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top