Categories Menu

The face of the enemy : webisode five

(Oui, bon, ceci devait être une review de Doctor Who, mais le fait est que j’ai juste pas le temps. Demain, j’essaye. Je ne vous promets rien. C’est ricrac, cette fin d’année. Pareil pour House, c’est vraiment trop just entre les voyages, les réveillons et les copines qui débarquent pour trois jours, youhouuu !)

Aloooooors. Ben dites donc. Je crois qu’on peut être sûrs d’au moins une chose, après ce webisode. Ptain, les saute-au-paf que c’est, ces numéros huit ! Sérieux ! Elles se sont tout tapé ou presque ! Allez, il reste qui ? Le vieux ? Tigh ? Attendez, la série n’est pas encore finie !!!

Là, pendant que les frangines se goinfrent des vieillards moisis ou des grandes perches musculeuses, Sweet Eight parvient quand même à nous décoincer un type qui est de toute évidence terriblement gay !

Pour en revenir, donc, à la vie de merde de Felix Gaeta, ahum… le voilà qui balance avec ses petits camarades le cadavre de la Sharon pilote.

Youpi, y a une SUPER ambiance, allumons la sono à fond et dansons jusqu’au bout de la nuit.
Nan j’déconne, allez, tout le monde au pieu.
Et pendant que ça roupille, voilà-t-y pas que le Felix nous sort son moignon ! Ah ben merci, l’ami, franchement, il ne nous manquait que ça !
Je vous épargne la capture, hein. Non parce qu’elle existe.
Non content de nous déballer la chose, voilà qu’il nous fait le coup du shot de morphine. Dans un bras visiblement trèèèèès habitué à ça. En gros, un bras de camé, quoi.

Et moi, je ne peux pas m’empêcher de me dire que ça va très très très loin, ces webisodes. Honnêtement, vous avez déjà vu quelque chose d’aussi sordide, dans BSG ? Très peu, je vous le dis. Très très peu. On atteint des sommets, là.

Pendant que Felix plane, on explore un peu plus encore sa relation avec Sweet Eight. Et le début de leur euh… tendre amitié ?

Ce cher Felix. Comme il y croyait, à l’époque. Comme il était clean, pas encore trop abimé par l’expérience New Caprica. Encore capable de rassurer, de forger des liens avec une machine. Encore capable de croire en la survie de sa race.

Encore la flamme, quoi.

Le réveil est bien difficile. Puisque ça continue façon Dix Petits Nègres. Une autre victime, overdose de morphine. Suicide ou pas ?

On se dépêche bien sûr d’accuser Sweet Eight. Après tout, ça ferait l’occasion de se débarrasser d’une paire de poumons supplémentaire.

A suivre demain…

(Et non, je ne veux pas entendre parler de la glissade d’Amazon… je vais faire ça dans les règles, moi !)

4 Comments

  1. Moi aussi je fais ça dans les règles ! Viveuh le resiztanzeuh !

  2. Eighty woman ! tatatatatatatata ! (air connu…) Ah faut avouer que les Eight ca y va faut question ménage. Manque encore Papy Saul, et Baltar, et ce devra être bon. Le vieil homme est probablement pas intéressé par un ménage cylon humain. Bon webisode, un peu trashouille, c’est sûr 🙂

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top