Categories Menu

302 : The butterfly effect

Sur le coup j’ai trouvé cet épisode bien plus enlevé que le premier, et j’en étais assez contente. Bon rythme, bonnes révélations, bons rebondissements, on ne s’emmerde pas une seconde.
Et puis au final, quelques jours plus tard ne subsistent qu’un vague ennui et une envie très moyenne de regarder le troisième épisode. Pourquoi ? Parce que oui, ce nouveau chapitre s’intitule « Villains ».
Oui, Evil!Peter et Evil!Claire sont méchants et ils parlent de la gorge, comme des méchants qu’ils sont.
Oui, Mama Petrelli est odieuse (that old bitch !).
Oui, Sylar entretient avec une admirable régularité sa perversité de velours.
Oui, HRG reste ce brave type dont on se méfie.
Oui, la sainte trinité Nikki/Jessica/Tracy possède un râtelier plus que suspect.
Oui, Ando va tuer Hiro, oui, oui, oui ! Mais ? C’est bien gentil, toutefois, à force on voudrait bien savoir pourquoi.
Excès d’Orangina rouge, peut-être ?

Bref, ça devient méchant contre méchant et je trouve ça parfaitement ridicule. Du moins tant que la série ne m’aura pas prouvé que ce n’est pas le cas, et là, j’ai un peu peur que ça n’arrive jamais.
Et puis je me rends compte que j’ai complètement arrêté de me poser des questions sur cette série et ça me chagrine. J’ai l’impression de regarder ça avec le cerveau qui s’en va cueillir des marguerites et j’aime pas. J’apprécie toujours autant la mise en scène, la réalisation, la photo, mais je n’ai plus envie d’aimer les acteurs et je n’ai plus envie de m’interroger sur ce qui nous attend. Ca me fait un peu pareil pour Bones, Lost, et quelques autres, et je sais que ce n’est pas comme ça que j’aime regarder des séries, donc ça fait chier.
Pour l’instant, je laisse venir, et si vraiment ça ne va plus, le couperet tombera et je sacrifierai les moutons noirs.

Bref, dans le cas de Claire, à moins d’une quelconque péripétie dans le futur (une coloration ratée ?), elle nous fournit elle-même la réponse à sa probable évolution. En farfouillant dans son cerveau, Sylar a éteint le bouton « douleur ». Cette douleur à laquelle elle s’accrochait car si humaine. Alors quand sa brave mère adoptive lui demande si Sylar a… nan, pas ça. Bien pire.

Ce qui est génial c’est que même s’il n’a pas pu ou voulu la tuer, Sylar a mieux réussi sa mission qu’il n’aurait pu l’imaginer en faisant d’elle un vrai monstre. Ah, ah, ah, quel farceur, ce Gabriel.

En ce qui concerne Elle dont le retour m’a fait très plaisir après une frustrante intégrale Veronica Mars (eh oui, cette fois, j’ai fini la série), bah, c’est le syndrome de la fille paumée qui répète en boucle « papa m’aime pas » et qui ne parviendra jamais franchement à retomber sur ses pattes. Ca nous donne un personnage complètement imprévisible et limite saoulant dans son besoin d’être confortée. Mais réjouissons-nous car on nous liquide le méchant papa Bob. Good riddance !

En passant, j’ai cru péter un boulard quand Weevil fait coucou à Veronica au sous-sol.
Bon, malgré tout, la petite conne met une sacrée patate à Sylar (l’homme au pistolet d’or !) venu faire ses commissions au rayon rebuts de la race superhérote.

(Papa Bob était donc le Midas moderne ? Wow, trop ze classe !)

Une fois papa Bob occis et les rebuts évadés, qui débarque pour faire le ménage dans ses escarpins vernis ? Mama Petrelli, cette vieille carne, qui met gentiment la blonde dehors et s’en va faire la bise à son… fils. Donc. Ah ?

Bon, perso, je me doutais un peu qu’ils auraient recours à ce genre de tour de passe-passe. Je crois même l’avoir écrit dans une review. Etant donné tout ce qui est construit sur le duo Peter/Sylar depuis le début, ça paraît logique. Que ce soit vrai ou pas, ce qui est excellent dans cette scène, c’est la rouerie avec laquelle cette vieille chamelle annonce ça à Junior… ah la vache !

Sylar : My name is Sylar and you are not my mother.
Angela : But I am, dear. I am.

Bon, sinon… eeeeuh. Nathan nous gave toujours autant et j’ai bien rigolé en découvrant qu’il se parle à lui-même et que Linderman qui nous rabâche pour la millième fois que c’est God’s plan n’a jamais été là.

Nikki/Jessica/Tracy est en train de se faire rattraper par les frasques de ses deux clones et je HAIS ses dents. Je les hais physiquement.

Raaaaaaah !

Le truc le plus drôle étant sans doute Hiro qui cherche la formule qu’il n’aurait jamais dû sortir du coffre et qui se retrouve chez Va-donc-chez-Speedy qui a comme qui dirait un tout petit peu chapardé la Joconde.

Elle est rigolote tout plein, la petite voleuse, et pour ceux qui connaissent Farscape, je suis sûre qu’elle vous rappelle un peu quelqu’un.
C’est assez divertissant de voir Hiro jouer au plus malin avec un héros qui est tout aussi puéril que lui.

Le deuxième truc le plus drôle étant la grosse mésaventure de Parkman qui se retrouve tout pantelant et l’écume aux lèvres dans le désert africain, sauvé par Isaac Mendez bis qui dessine la fin du monde. Et qui non, n’est pas une tortue, Matt.

Et le WTF de l’épisode, c’est bien sûr ce boulet de Mohinder qui se la pète comme pas permis, mais torse nu alors ça va…

Et qui, enfer et fornication, se met maintenant à culbuter la mule de service. Alors elle, tout le monde va lui passer dessus, si ça continue !

Ecoeurée.

Bref, euh, voilà.

Posted by on Sep 25, 2008 in Heroes | 13 comments

13 Comments

  1. Et toute ressemblance entre Mohinder Suresh et Seth – The Fly – Brundle est… euh… parfaitement volontaire à mon avis.

  2. "Elle est rigolote tout plein, la petite voleuse, et pour ceux qui connaissent Farscape, je suis sûre qu’elle vous rappelle un peu quelqu’un."
    P’tain, j’ai passé les deux épisodes à me demander d’où je la connaissais !
    Elle a beau avoir une coiffure particulière, Farscape c’est vieux !

  3. Bon, c’est pas elle, hein, mais je trouve qu’elle lui ressemble pas mal dans son côté petite chose ébouriffée, joueuse et impertinente.

  4. Ah je me disais aussi. J’avais lu la review depuis la fac ce midi et je suis allé checker sur IMDB de suite sans trouver que c’était la même actrice.

    Petite keukine va 😉

  5. Ah, désoyée, je ne pensais pas qu’on pouvait croire que c’était la même vu qu’il y a quand même quelques années d’écart. 😉

  6. "Mama Petrelli s’en va faire la bise à son… fils."

    WTF ? Who’s the daddy ? 😀

  7. Papaparkman ? Papanakamura ? Linderman ??? Avec qui aurait-elle pu produire un tel cloporte ?

  8. C’était obliger que Gabi soit le frero de Pit.
    Voir même faux jumeau, les deux acteur étant de la même année.
    A tout les coups on va voir débarquer papa Patrelli pour une petit réunion de famille qui risque d’être joyeuse (je me demande quelle réaction ils tirerons, Gabi et Claire en apprenant leur filiation).

  9. "il y a quand même quelques années d’écart" : 4 ans "seulement" !

  10. Heroes c’est devenu une bonne grosse série d’action où on a des révélations WTFesques, où ça se tape de temps en temps et où ça réfléchit rarement.
    La saison 1 était plus lente (on pliait pas une des intrigues du premier épisode au troisième) mais on prenait le temps de s’intéresser à la petite vie de nos héros.
    Ils n’ont plus vraiment de vie, là maintenant. C’est dommage. On avance, vite, très vite, mais on s’intéresse peu à l’évolution des personnages et comment ces épopées finissent par les changer profondément et définitivement.

    Les points positifs c’est qu’on nous débarrasse vite fait de quelques intrigues qui traînaient depuis un ou deux ans (le pouvoir de Claire, la relation Elle et Bob). Et qu’on ne commet plus l’erreur de la saison dernière, à savoir "rebooter" la série.
    Le gros problème, c’est que ceux qui ne peuvent pas se satisfaire de l’action ne trouveront plus leur compte devant Heroes. J’ai rien contre l’action au niveau de la série personnellement et j’ai déjà décidé que je regarderai la saison 3 en entier avant de me demander si je continue ou pas. Je réfléchis toujours à propos de la série, mais ça me prend moins la tête qu’avant.

    Concernant les personnages, celle qui profite le plus de la saison 3 c’est Angela pour le moment. Cette femme est un monstre. Je la soupçonne de s’être fait dévorer par son pouvoir au point de faire un gosse au cas où ça ne marcherait pas avec les deux premiers. C’est peut-être même à cause d’elle que la fiole du virus, Adam et la formule ont été gardés au lieu d’être tués/détruits.

  11. Ptain, elle fait pas son âge, la Némésis ! 27 ans, mais on lui en donne dix de moins !

  12. "J’ai rien contre l’action au niveau de la série personnellement et j’ai déjà décidé que je regarderai la saison 3 en entier avant de me demander si je continue ou pas."
    > Je sais pas comment vous faites pour arrêter de regarder une série.

    Il y a eu plusieurs séries qui m’ont beaucoup plu à un moment, et qui m’ont réellement déçu quelques saisons plus tard. Au point que je n’ai plus espoir de retomber sur un bon épisode "comme avant". C’est pas non plus irregardable parce que ça reste divertissant, mais ce n’est plus bon. Du tout.

    Parmis ces séries je peux citer My Name Is Earl, Prison Break, et dans une moindre mesure Stargate Atlantis.

    Eh bein je peux pas m’arrêter de regarder ces séries. Pourquoi, je ne sais pas. Peut-être parce que parce que j’ai peur de rater un bon épisode, parce que quelque part je me dis qu’ils pourraient se rattraper à un moment ou un autre, parce que j’ai envie de connaître la suite (aussi bête soit-elle), parce que l’effet nostalgie va me donner envie de continuer un jour ou un autre, parce que j’ai parfois du temps à y consacrer et rien d’autre à voir, parce que…

    Donc voilà, Heroes, après avoir vu deux saisons, je finirai la série, aussi mauvaise la fin soit-elle.

  13. En ce qui me concerne, c’est une question de temps et aussi de nouvelles séries qui m’enthousiasment plus, alors forcément, les moins intéressantes à mes yeux redescendent en bas de la liste.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top