Categories Menu

103 : Kill me now

Boooon. Je ne comprends pas très bien pourquoi je continue de regarder. Effectivement, je suis dans une période de grande détresse émotionnelle et je me sens comme une grosse bouse de yak avec les mouches qui vont autour, mais bon. Est-ce vraiment une raison pour regarder Gilmore Girls ? Je ne sais pas. En tout cas, je regarde, je m’abreuve de ce vide sidéral, l’oeil creux, la lunette tombante et le cheveu tortillon… et je serais bien en peine de faire une review de chaque épisode puisqu’il ne se passe strictement rien. Ce qui est tout à fait reposant voire libérateur.
D’ailleurs, la seule chose qu’on retiendra de l’épisode précédent, outre que la mère Gilmore doit être une lointaine descendante de la Méduse étant donné son amabilité…

… c’est que l’Infante, placée face au dilemme du jour, choisit lorsqu’on lui pose la question à Chilton, d’aller sous le nom de Rory et non de Lorelai (ce qui siérait mieux à un endroit aussi prout-prout et déprimant). Tout un symbole que ce choix. Ben bonne chance, Rory.

Mais voilà, je me suis surprise à me marrer à plusieurs reprises. Pas de ce rire honteux (genre « roooohpffffffhihi ») que j’éternue quand je regarde une connerie de sitcom bien grasse, mais un bon grand rire très court et très agréable. Effectivement, Lorelai la Grande a des répliques complètement excellentes, assénées avec la classe et le ton faussement blasé de la nana qui se sait drôle, mais qui sait aussi qu’elle n’est pas dotée du public qu’elle mérite. Et ça, j’avoue que ça ne peut que me plaire.

Du côté de l’Infante aussi, ce n’est pas inintéressant, et c’est pour ça que j’ai choisi de reviewer cet épisode en particulier. Clairement, on a à faire à un personnage pas fini, en pleine recherche de soi, et chez la plupart des ados (y compris chez la mère qui n’a pas franchement fini sa croissance), ça a tendance à se traduire par une rébellion classique et chiante. Mais chez cette petite chose visiblement fort intelligente, ça donne une sorte de phase d’observation et d’expériences tout à fait fascinante qu’on pourrait à première vue prendre pour un manque de personnalité (comme ce fut mon cas dans le premier épisode, par exemple).
Voilà comment elle se retrouve à aller jouer au golf avec son grand-père et y passe un très bon moment alors que sa mère angoisse et s’agace parce qu’elle est persuadée que sa fille va en revenir déprimée.
Et hop, un point pour Rory. Qui accepte avec complaisance de coiffer le bonnet ridicule de sa grand-mère, s’en va au sauna avec un troupeau de vioques, et se ridiculise avec un club à la main tout en gardant le sourire et la phrase qu’il faut.

En fait, c’est un peu l’ado rêvée, non ? Je veux dire, moi je l’adopte, cette enfant !
Bonne leçon, donc, dans la tête de Lorelai la passionnée, la jalouse, la sanguine, à qui sa fille a probablement quelques bricoles à apprendre.

Tout le reste, le mariage des jumeaux au carré et la course-poursuite à coups de paniers de fraises était inintéressant et inutile. J’en ai profité pour mettre ma cervelle au repos complet et pour baver abondamment sur mon oreiller. C’était formidable.

Et en passant, cet épisode a été réalisé par Adam Nimoy. Nimoy, as in… ?! Par Belzébuth, des pyjamas à Stars Hollow, Jérôôôôme, la boucle est bouclée !!!

Posted by on Août 18, 2008 in Gilmore girls | 3 comments

3 Comments

  1. <= La Sorcière : Et en passant, cet épisode a été réalisé par Adam Nimoy. Nimoy, as in… ?! Par Belzébuth, des pyjamas à Stars Hollow, Jérôôôôme, la boucle est bouclée !!! =>
    Disons que le fils a mieux tourné que le père… LOL

  2. Euh, ouais, enfin ça dépend comment on voit les choses, hein.

  3. Oh, le choc du jour quand j’ai vu ta caps de la grand mère Gilmore !!
    Sur( le coup, j’ai cru qu’elle avait joué dans une autre série que tu reviewais mais non.
    *frotte frotte les yeux* Il y a bien une rubrique "Gilmore girls" LOL

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top