Categories Menu

308 : Human nature

Ils ont osé.

Ils ont osé faire ça au Docteur.

Ils ont osé le rendre aussi con et aussi moyen que nous !!! Ils ont osé en faire un être humain !

Si c’est pas du génie, ça.

Parce qu’au bout de trois saisons, on a envie de le voir comme ça. On a cette curiosité. Et on lui en veut parfois tellement d’être un Time Lord et d’agir en Time Lord.
Ce double épisode, c’est donc le meilleur moyen de nous guérir de cette envie à tout jamais. Et aussi de nous aider à mieux le comprendre.
Personnellement, après cet arc, je peux affirmer que je ne verrai plus jamais le Docteur de la même manière.

L’histoire ? Poursuivi par une famille d’aliens qui en a après sa peau et voudrait bien lui taxer son immortalité, Ten décide d’opter pour le meilleur camouflage qui soit : l’humanité.

C’est ainsi qu’il se réveille un matin en 1913, professeur dans une école de garçons, sans se souvenir de sa vie de Time Lord.

John Smith enseigne ici depuis deux mois. Il est arrivé flanqué de sa domestique qui lui sert le petit déjeuner au lit et à laquelle il s’adresse avec la satisfaction d’un propriétaire de champs de coton.

John Smith enseigne donc l’histoire (arf) à une tripotée de sauvageons, avec une baguette à la main et un galurin ridicule sur la tête.

Ses cours sont passionnants. Il les lit directement dans le bouquin devant la classe extatique. Et quand les élèves ne sont pas sages et que leurs camarades veulent les corriger, il laisse faire.

En outre, cet homme admirable en tous points en pince discrètement pour l’infirmière de l’école à laquelle il confie quelques menus secrets. Ses rêves, notamment.

Et puis comme elle lui plaît vraiment, eh bien il lui montre le journal de ses rêves. Son « Journal of impossible things ».

Je peux vous dire qu’au fil des pages qu’il tourne et des commentaires qu’il fait de ses rêves, votre coeur se serre de plus en plus.

(Les mannequins zombies !!!)

(Les méchants de la Pompadour !!!)

Et puis…

Rose, bien sûr.

Tout cela ne plaît guère à Martha qui, elle, sait.

Et qui surveille avec inquiétude son Time Lord. Au cours d’une petite escapade jusqu’au Tardis soigneusement planqué, on découvre donc par flashbacks la terrible transformation que le Docteur a dû subir pour en arriver là.

The Doctor : Chameleon arch. Rewrites my biology. Literally changes every single cell in my body. I?EUR(TM)ve set it to human. Now, the TARDIS will take care of everything. Invent a life story for me, find me a setting and integrate me. Can?EUR(TM)t do the same for you, you?EUR(TM)ll just have to improvise. I should have just enough residual awareness to let you in.
Martha : But hold on, if you?EUR(TM)re going to rewrite every single cell?EUR? isn?EUR(TM)t it going to hurt ?
The Doctor : Oh yeah, it hurts.

(Les hurlements, brrrr.)

Fort heureusement, cet être prévoyant a laissé à Martha une très longue liste de choses à ne pas faire. Dont une : « Don’t let me abandon you. »

Malheureusement, il ne lui a pas laissé d’instruction dans le cas où il tomberait amoureux. D’ailleurs, il y a fort à parier que cela ne l’a même pas effleuré. Et pourtant, quoi de plus humain que de tomber amoureux.

Là où je vais encore une fois être méchante vis-à-vis de Martha, c’est qu’en revanche, le bon Doc lui a bien expliqué que tout ce qui était « lui » se trouvait à présent dans une montre gousset.

Montre gousset que l’ingénue laisse commodément traîner dans les appartements de Monsieur. Mais faut-il qu’elle soit bête !

Car bien sûr, un des gamins finit par s’en emparer.

Et, curieux des voix qu’il semble entendre en sortir, l’ouvre.

Il est génial, le mouflet. C’est le petit de Love Actually, si je ne m’abuse.

Bref, pendant ce temps, l’ancien Seigneur du Temps compte fleurette à sa dame, et même que vlan, au détour d’une conversation, il lui vole un baiser.

Petit moment ô combien délicieux… jusqu’à ce qu’on réalise, éberlués, que c’est la première fois qu’on le voit embrasser une femme de son propre chef. (A part Rose, comme toujours.) Sensation vertigineuse. D’habitude, ce sont toujours elles qui se jettent sur lui. Là, on commence doucement à comprendre.

Pauvre Martha qui les surprend en train de se bécoter dans les coins, et qui elle, est très loin de comprendre qu’en tant que Time Lord, jamais il n’aurait fait ça. Elle ne voit qu’une chose : en tant qu’humain, il est tombé amoureux d’une femme. Et ce n’est pas elle.

Martha : You had to, didn?EUR(TM)t you ? You had to go and fall in love with a human… and it wasn?EUR(TM)t me.

Ouais.
Si on pouvait juste arrêter deux secondes de souligner cet état de fait quelque peu embarrassant, ce serait sympa.

Bref, pendant que Martha pleurniche sur son triste de sort de mal-aimée, les aliens qui cherchent le Docteur ont débarqué. Et ils frappent fort d’entrée de jeu. Zigouillant deux ou trois pelés et prenant leur apparence pour continuer leur enquête. Inquiète, Martha décide donc de réveiller le Docteur. Et là, bien sûr, pas de montre gousset vu qu’elle est légèrement en train de TimeLordiser le petit blondinet.
L’ingénue tente alors de rendre à John Smith son caractère viril de Time Lord par des moyens détournés.

Oui mais non. John Smith la croit démente.

Martha : Doctor, we?EUR(TM)re hiding from aliens and they?EUR(TM)ve got Jenny and they?EUR(TM)ve?EUR? possessed her or copied her or something and you?EUR(TM)ve got to tell me, where?EUR(TM)s the watch ?
John Smith : Oh, I see. (to Joan) Cultural differences. (to Martha) It must be so confusing for you. Martha, this (indicated book) is what we call a story.
Martha : Oh, you complete?EUR? This (indicates John) is not you. This is 1913.
John Smith : Good. This is 1913.
Martha : I?EUR(TM)m sorry, I?EUR(TM)m really sorry, but I?EUR(TM)ve got to snap you out of this.
(Le gifle solidement)
Joan : Martha !
Martha : WAKE UP ! You?EUR(TM)re coming back to the TARDIS with me !
John Smith : How dare?EUR? How dare you ! I?EUR(TM)m not going anywhere with an insane servant ! Martha, you are dismissed ! You will leave these premises immediately. Now get out !

Alors quand les aliens humanisés débarquent en trombe et entendent Martha appeler John Smith « Doctor » (mon Dieu, mais cette enfant est donc vraiment déficiente), eh bien arrive ce qui devait arriver.

Inutile de dire que John Smith ne comprend rien à ce qui passe et préférerait sans doute faire un ball trap ou empailler quelques renards.

Je peux vous dire que la vision de ce monsieur tremblant et incrédule est parfaitement odieuse.

On passe notre temps à se dire : « Peuh, c’est le Docteur, vous allez voir, dans dix secondes il est de retour et d’un regard, il met tout le monde d’accord. ». Ben non. Alors le reste du temps, on fait comme si on avait mal vu. Le Docteur avec une arme ? Mais non, c’est forcément un pistolet en plastique. Ou bien il fait semblant. Ah ah ah, ce qu’il est bon, ce Docteur, on y croirait presque ! Ah ben non, en fait, c’est vrai. ARGH !

Bref, la suite la prochaine fois.
Très éprouvant, je ne vous le cache pas.
Déjà qu’on est fâchés, dans le prochain épisode, on pleure.
On ne nous épargne rien.
C’EST DEGUEULASSE !!!

Posted by on Mar 11, 2008 in Doctor Who Episodes | 26 comments

26 Comments

  1. Ce qui est terrible, c’est de voir les gosses déjà entraînés à faire la guerre… Brr… Comme quoi, des fois la télé c’est mieux qu’une leçon d’histoire…

  2. Je me suis concentrée sur John Smith, mais il y avait bien d’autres choses à dire. Il faut bien choisir un angle.

  3. En même temps elle a pas été aidée par la nature la Martha, à chaque qu’il y a un truc à pas faire elle ne pense pas à ne pas le faire. Même si ça lui arrive d’avoir des éclairs de lucidité, c’est quand même pas souvent …

  4. Non, je crois qu’elle est très intelligente. Mais que la proximité du Docteur la rend bête. Le duo avec Rose fonctionnait car Rose, pourtant loin d’être un génie sur le papier, avait une grande intelligence émotionnelle, ce qui manque cruellement au Doc. Martha est une logique, une cérébrale (à la base). Ten n’a pas besoin de ça, au fond.

  5. Ha mais j’ai pas dit qu’elle était pas intelligente, c’est l’utile dans le concret qu’elle a du mal à cerner je trouve.

  6. lol, vous êtes super dur avec Martha mais bon d’habitude je le se suis aussi 🙂

    Seulement là pour le coup moi je l’ai adoré dans ces 2 zodes. Elle fait tellement de bourdes la Martha que ça en devient hilarant. Et faut bien reconnaître qu’elle fait avancer l’histoire à un bon rythme. Vu comme le doc a perdu 99% de ses neurones après sa mutation c’est plutôt utile.

    Et puis, à travers les yeux de Martha la régression de cette patate de Ten est encore plus flagrante. Ses atttitudes les plus choquantes, retrograde, condescendantes et odieuses… il les réserve à Martha. Le vrai/faux jeux de miroir entre eux est assez interessant je trouve.

    Bref, un épisode culte pour moi. Mention spéciale au gosses dans le zode qui sont excellent et surtout Baines !!

    *terrific actor and and what a sexy voice !*

  7. Disons qu’elle a tout sur les bras, la pauvre gosse, mais quand même. La montre, ptain, j’aurais dormi dessus, moi !!!

  8. Moi je me serais arrangé pour la garder aussi. Ze montre de la mort qui tue. Et dans le commerce, les répliques ne sont que en plastoque bouhouhou…

  9. C’est vrai que le coup de la montre qui traine et prend la poussière c’est pas intelligent, mais bon c’est ce qui fait que ça dérape grave et ça c’est bon.
    Sincèrement j’a iune vrai admiration pour Martha qui courbe l’échine, elle est tellement amoureuse du doc qu’elle en devient l’ombre d’elle même, je pense que Rose dans le même cas aurait mis une claque au doc pour lui remettre les idées en place, Rose etait plus du genre à ruer dans les brancards.
    Je me suis marrée avec le cahier du doc, il écrit aussi mal que moi et ça m’a fait plaisir.

  10. J’ai pensé la même chose pour la montre… Après, que Ten ne tombe pas amoureux d’elle, c’est normal au fond, à l’époque les couples mixtes étaient pas vraiment de rigueur, et Martha reste sa domestique pour lui.

  11. Et puis plein d’autres raisons : l’âge, la sagesse, le statut social de la dame en question, une veuve expérimentée qui va lui apprendre la vie, à lui. Le « I’ve never…  » m’a quand même fait hurler de rire. Comme c’est amusant d’avoir fait de cet être de 900 ans un ingénu ! LOL Sinon, pour Martha, il pourrait avoir des réminiscences, comme il en a de Rose ou des autres créatures qui ont jalonné sa vie. Mais non. Arf.

  12. Bah non, parce que Martha, c’est trop récent encore !

    N’empêche, vous êtes tous là à fanfaronner que Rose était mieux, patati, patata, n’empêche que le docteur n’a jamais eu assez confiance en Rose pour mettre sa survie entre ses mains, hein ! (je me fais l’avocat du diable, j’adorais Rose mais je vous trouve trop durs, tous autant que vous êtes, avec la pauvre Martha, dont le seul tort est d’être amoureuse?EUR?)

    Et sinon, je disais hier que j’avais hâte de rencontrer le p’tit frère du Docteur, bah avec le blondinet, là, j’suis servie (même si j’apprendrai sans doute dans l’épisode suivant qu’il n’est pas l’autre rescapé du clan des Time Lord, ça me plaît d’y croire) 😀

  13. TU PLAISANTES ??? The Satan Pit !!! La confiance la plus absolue !!! Face au Diable ! Jamais il ne pourra donner une plus belle preuve d’amour et de confiance à une autre femme !!! J’en chiale rien que d’y repenser ! En tout cas, ce double épisode est vraiment chouette, je l’aime beaucoup… Et pour moi, Martha a un autre défaut : elle est chiante, ennuyeuse, elle n’a pas une once d’originalité. La petite fille à papa, c’est un genre que je déteste, s’il n’y a pas un petit vice derrière. Et là, néant. Boring. Je suis cruelle, mais c’est comme ça, et je le suis aussi avec les personnages que j’aime. De plus, je crois que tout le monde s’accorde pour dire que ce n’est pas la question que Rose était mieux… parce que dans la saison 4, personne ne se plaint de la nouvelle dynamique. Donc ce n’est pas une question de Rose ou pas Rose. Il y a probablement une question d’alchimie, aussi. J’ai souvent eu l’impression que David et Freema jouaient… comme séparément. Enfin bon, je ne vais pas reprendre tous mes arguments, je passe mon temps à me justifier, et il me semble que j’ai assez longuement expliqué pourquoi ça ne passe pas, pour moi. Ce n’est pas un jugement à l’emporte-pièce, j’ai vraiment essayé de l’apprécier, ce qui est déjà beaucoup, pour moi. Et son passage dans Torchwood a définitivement décrédibilisé le personnage à mes yeux, de même que ses dernières apparitions qui montrent bien à quel point les scénaristes ne savent pas quoi faire d’elle. Je ne vois pas comment ça pourrait être rattrapable. Et c’est rare que je dise ça.

  14. Je trouve aussi qu’il y a une relation très froide entre les deux acteurs, limite David ne la regarde jamais, toujours les yeux portés ailleurs. Et puis les photos promos de la saison 3, mon dieu, qu’on ne vienne pas me dire que Tennant ne fait pas la tronche dessus !! On dirait qu’on vient de lui annoncer que son chien n’a plus que 2 jours à vivre. Il fait réellement la gueule, pas UN sourire sur les photos, c’est criant.
    Je pense qu’il a apprécié moyen l’arrivée de Freema, on sent que ça cloche entre eux (enfin je présume que les photos promos datent du début du tournage).

  15. Je jetterai un oeil aux Confidentials, tiens… c’est vrai qu’il a l’air assez proche de Billie Piper… pour qu’il ait assisté à son mariage. Et dans un Confidentiel de la saison 4, je crois qu’il dit qu’ils s’appellent régulièrement…

  16. Kezako, "Confidentials" ?
    Et sinon, j’ai honte, mais je ne me souviens pas de la façon dont le Docteur met sa vie entre les mains de Rose dans the Satan Pit :-/
    oui, je sais, j’ai une mémoire de poisson rouge ^^

  17. « If I kill you, I kill her. Except that implies, in this big grand scheme of gods and devils, that she’s just a victim. But I’ve seen a lot of this universe. I’ve seen fake gods and bad gods and demigods and would-be gods. And out of all that, out of that whole pantheon, if I believe in one thing, just one thing… I believe in her. » Et il libère le Diable, persuadé que là-haut, Rose va trouver une solution pour le liquider. 😉 Confidentials. Hem. Il y a une section spéciale, ici-même, sur ce blog. Voui, même que.

  18. Merci pour le rappel !

    et euh?EUR? question idiote mais : je veux aller fouiner dans la section Confidentials sans me prendre trop de spoilers dans la face ? remarque, avec ma mémoire de poisson rouge, je sais pas pourquoi je m’affole à l’idée d’en savoir trop ^^

  19. Ah OK, c’est des bonus de DVD, en gros ? Il y en a vraiment un par épisode ? C’est le genre de trucs que je me ferais bien une fois que j’aurai tout terminé?EUR? parce qu’en cours de visionnage, ça casse pas un peu le charme ?

  20. Pour moi non, j’adore, c’est pour ce genre de chose que je bosse à la télé, donc les coulisses, je surkiffe, je suis comme un poisson dans l’eau. C’est carrément une sorte d’épisode bis, foutrement bien monté, diffusé à la suite de l’épisode. Pour DW, ça dure 42 minutes, et moi, j’adore. Ca m’apprend des trucs sur ce qu’on a voulu dire dans l’épisode et tout. En général, je mate après avoir reviewé pour ne pas me faire bouffer mon jugement, mais sinon, c’est vraiment sympa. Maintenant que je vois les épisodes chaque semaine, je regarde toujours. Avant, non, j’avoue. Et puis le temps que je capte que ça existe… pas l’habitude d’être gâtée comme ça ! 🙂

  21. « En général, je mate après avoir reviewé pour ne pas me faire bouffer mon jugement »

    Haaaan, heureusement que tu précises ça, parce que d’un coup, j’allais hurler à l’injustice, que c’était trop facile de se moquer de moi parce que je ne comprends rien / ne vois rien venir 😀

  22. Toujours après, en fait, sinon c’est pas de jeu, et ça ne m’amuse pas. 😉

  23. En effet, ça valait le coup de s’accrocher pour en arriver jusque là ! Dans mes bras, Sorcière ! 😀 ;-))

  24. Uh uh 🙂

  25. Oui ! Une bouffée d’enthousiasme et d’amour ! LOL ! 😉

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top