Categories Menu

715 : Welcome to wherever you are

(Et voilà. Le premier épisode que je revois depuis fin décembre. Vous voyez, je ne fais pas les choses n’importe comment, hein. Enfin, c’est surtout que j’ai pensé que ce serait un peu brutal de plonger directement dans le double épisode des élections. Une petite préparation physique s’imposait, avant. C’est fait.)

Les cinq derniers jours de la campagne : un souk extraordinaire, une véritable course contre la montre, des feuilles qui volent dans tous les sens, des hurlements de partout… et deux papas sous pression.

D’un côté, papa Santos. Il ne dort plus, il carbure au café (quand sa femme le laisse en boire), il évolue dans un brouhaha permanent de téléphones qui sonnent et de conseillers qui aboient. Et au milieu de tout cela, c’est Halloween, et pour passer pour un bon père devant l’Amérique entière, il faut aller clamer « trick or treat » devant quelques portes, sous les flashes des photographes.

(Mention spéciale à Junior déguisé en Harry Potter.)

Bien évidemment, les pauvres gosses sont épuisés et se sont gavés de bonbons en douce. Dès la première porte, le fiston dégueule tout ce qu’il sait sur les pompes de la dame qui lui tend des belles pommes trempées dans le sucre. Forcément.

De l’autre côté, papa Ziegler qui tente de profiter du peu de temps qui lui reste avec ses petits monstres. Et c’est vrai qu’autant les gnards sont mignons, autant Toby fait de la peine, lui qui voudrait bien aller faire « trick or treat » en famille, obligé malheureusement d’attendre que son ex-femme lui refile les mouflets parce qu’elle est députée, et que ça la foutrait mal qu’on la voie avec un traître à la nation. Bref.

Enfin, si Toby vient passer un peu de temps avec ses rejetons, c’est parce que la prison l’attend. Il lui reste une chance de sauver sa peau, c’est d’avouer de qui il tient la fuite concernant la navette spatiale cachée, celle dont j’ai *hum* tellement parlé.
Malheureusement, Toby fait de la résistance et il a en face de lui un ministre de la justice (?) qui ne s’en laisse pas compter… L’équation est simple. Toby confesse d’où lui vient l’info : un an de prison. Toby s’emmure dans son silence de merde : six ans de prison.
D’autant que le fameux ministre (?) sort de sa manche un nouvel atout : une inculpation supplémentaire, obstruction à la justice. Ce qui amènerait CJ, Jed et surtout Leo à comparaître et jetterait ainsi un énorme discrédit sur la campagne Santos/McGarry, discrédit dont celle-ci ne se relèverait pas.

C’est donc d’autant plus vertigineux de voir d’un côté la campagne Santos qui se démène dans tous les sens, les cernes sous les yeux du candidat, l’énergie désespérée déployée pour remporter cette élection… tout en sachant qu’elle dépend de Toby. Toby qui bien malgré lui se retrouve doublement impliqué car il dispense maintenant ses bons conseils à Josh de manière régulière.

Seulement, Toby, c’est un sacré numéro, oui. Et surtout un sacré cerveau. Et non, il ne veut pas croire que ce jeune justicier va faire foirer une élection rien que pour l’épingler lui.

Toby : I’ve dedicated my life to this country, to public service. And regardless of our different interpretations of the role of the federal prosecutor in our legal system, I don’t think derailing a presidential election is part of your job description ! And I don’t think you believe it is either.

La campagne est sauvée. Mais pas Toby.

Pour en revenir à Matt Santos, il y aurait encore énormément de choses à dire de cet épisode. Je pourrais parler de Bon Jovi (le titre de l’épisode est aussi celui d’une de ses chansons), d’Helen Santos, de Jay Leno, de Robin des Bois, de plein de trucs. Mais bon, j’ai un peu hâte de revoir la suite.
Je vais juste revenir sur la dernière scène, celle où le candidat pète un câble, d’épuisement, de surmenage… et où Josh, pourtant tout aussi survolté et claqué retrouve une zénitude qu’on ne lui avait pas vue depuis longtemps pour le calmer et le remettre sur les rails.

Santos : Josh… You think we’re gonna win ?
Josh : I do.

Moi z’aussi.

Posted by on Jan 18, 2008 in The West Wing | 2 comments

2 Comments

  1. L’indispensable épisode Halloween de toutes bonnes séries US qui se respecte !!!

    Pourquoi nos séries frenchies ne font-elles pas le même prosélytisme sur….
    je sais pas , le 14 Juillet par exemple ?

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top