Categories Menu

708 : Undecideds

Très très bon épisode, très intense. On se demande bien d’où ça vient parce qu’à ce stade de la saison, on arrive un peu dans un No Man’s Land, après le débat et avant la noce, avant le positionnement final et les élections. Et pourtant, ils nous sortent là un épisode plein d’émotion et de discussions passionnantes. Vraiment très bien.

Sujet du jour : un enfant noir qui a été abattu par un policier.

Santos : Donna, what’s the officer’s name ?
Donna : Rafael Martinez.

Oups. Alors justement qu’on fait des calculs d’apothicaire concernant les indécis et le vote des blacks.

Pendant ce temps, à la Maison Blanche, c’est la panique à cause d’un enflammement imminent de la région sino-russe, et ça cause nucléaire en agitant les bras dans tous les sens. Bref, entre nous, on s’en bat un peu les steacks vu que ça fait six ans qu’on se tape ce genre de trucs.
Beaucoup plus sympathique, en revanche, cette petite scène bien rigolote, que j’en croyais pas mes mirettes, dites donc.

D’un coup, Will Bailey en visite dans le bureau de CJ tourne les talons pour s’en retourner à ses… travaux, et là, sans prévenir, non mais je rêve, Kate Harper lui mate le derche, mais comme pas possible.

Sous les yeux incrédules de CJ qui a un peu tout capté, quoi.

C’est le printemps, à la Maison Blanche !
D’ailleurs, Will m’a fait mourir de rire, en préparateur du mariage d’Ellie.

(Sérieusement, je pense qu’ils auraient pu trouver quelqu’un d’autre pour s’occuper de ça, mais soit, c’était très drôle.)

Tout de suite, on va moins rigoler. On va même serrer les dents (et les fesses) très fort car, en visite à Washington, Josh va sonner chez Toby.

Nul doute que les intentions de Josh sont louables et qu’au fond, Toby doit être touché que celui-ci passe le voir en pleine course à la présidence, mais ces deux têtes de pioche ne peuvent pas s’empêcher de remettre sur le tapis leurs vieux sujets de dispute, et de rudesse en arrogance mal placée, ça se termine bien entendu par des portes qui claquent.

Josh : I am constantly amazed at your ability to continue to be a bastard. It really is something.
Toby : Thank you.
Josh : You think I need to come here to be your punching bag ?
Toby : I really have no idea why you needed to come here.
Josh : Yeah, well, I don’t know either. Nostalgia ? It’s been a pleasure. I’ll see you later.
Toby : No you won’t. You won’t be coming back. At least have the integrity to say that out loud.

Il s’avère pourtant que le peu de choses que Toby a dites à Josh concernant le fait que Bartlet ne croit pas Santos capable de gagner était vrai, et Josh retourne voir son vieux pote pour lui en envoyer poliment plein la tête.

Josh : I’ve given a lot of thought to the heartwarming insight you shared with me about how the President thinks Santos is a loser and I think you’re full of it… This isn’t about the President doesn’t think Santos can win, it’s about you don’t think he can win.
Toby : That’s true, I don’t.
Josh : Because it will kill you to see me do this and succeed. You’re not wired for such an event. You’re entire neurological infrastructure would fritz out. ( )
Toby : You really think I built up some Freudian fratricidal mania built around your success ? You don’t think I have anything other than that against the Democratic nominee for President ?

Le reste de la prise de bec concernant Santos est super intéressante également, et Josh est bel et bien confronté au fait que oui, son candidat est bourré de failles et que son aura laisse parfois à désirer. Et j’avoue que ça ne lui fait pas de mal car il a tendance à prendre tout un peu trop personnellement. Bref, l’air de rien, ce Toby, c’est et ça reste un sacré allié. Et je crois qu’à partir de ce moment-là, Josh le capte.

Enfin, après tout un épisode à se débattre avec la presse au sujet de l’incident et à tenter de ne pas perdre le vote noir, Matt Santos réussit un rétablissement complètement inattendu et vraiment spectaculaire en prenant la parole lors de l’enterrement du gosse.

Santos : … You know, I find myself on days like this casting about for someone to blame. I blame the kid, he stole a car. I blame the parents. Why couldn’t they teach him better. I blame the cop, did he need to fire. I blame every one I can think of and I am filled with rage. And then I try and find compassion. Compassion for the people I blame. Compassion for the people I do not understand, compassion. It doesn’t always work so well. I remember as a young man listening on the radio to Dr. King in 1968. He asked of us compassion, and we responded, not necessarily because we felt it but because he convinced us that if we could find compassion, if we could express compassion, that if we could just pretend compassion, it would heal us so much more than vengeance could. And he was right: it did but not enough. What we’ve learned this week is that more compassion is required of us and an even greater effort is required of us. And we are all, I think everyone of us, tired. We’re tired of understanding, we’re tired of waiting, we’re tired of trying to figure out why our children are not safe and why our efforts to to make them safe seem to fail. We’re tired. But we must know that we have made some progress and blame will only destroy it. Blame will breed more violence and we have had enough of that. Blame will not rid our streets of crime and drugs and fear and we have had enough of that. Blame will not strengthen our schools or our families or our workforce. Blame will rob us of those things and we have had enough of that. And so I ask you today to dig down deep with me and find that compassion in your hearts. Because it will keep us on the road. And we will walk together and work together. And slowly, slowly, too slowly, things will get better. God bless you. God bless you and God bless your children.

Le plus impressionnant étant bien sûr la sincérité qui émane du personnage…
Nul doute que ce faisant il a gagné le vote pas mal d’indécis.

Posted by on Jan 14, 2008 in The West Wing | 6 comments

6 Comments

  1. Le coup de la tension sino-russe va quand même avoir un sacré impact sur le président qui sera élu.
    C’est bientôt que Bartlet convoque à la fois Vinick et Santos dans son bureau, non ?

  2. Episode 11 mais je peux me tromper.

  3. Ouais, si je me rappelle bien, "ils" vont nous faire le coup du "bon" et du "méchant".

  4. Non j’crois C épisode 13 "The Cold" ou Bartlet convoque à la fois Vinick et Santos dans son bureau.
    C même l’épisode ou Josh et D…. sorry je m’égare !!!!!

  5. Je bugge trop je crois voir Adriana sur la deuxième caps…

  6. Pourtant, Kate Harper et Adriana, c’est vraiment le jour et la nuit !

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top