Categories Menu

103 : Past prologue

Un épisode intéressant parce qu’il confirme plusieurs choses. Et la plus importante c’est quand même bien l’accent qui va être mis sur les personnages. D’entrée, après le double épisode pilote, on nous pose devant le dilemme auquel Kira Nerys doit faire face : bosser à fond pour la Fédération, ou décider de jouer un double jeu. Et ça, c’est franchement pas mal vu, surtout qu’on se doute bien que dans son passé de résistante, elle n’a pas dû se contenter de distribuer des pamphlets révolutionnaires.

(L’occasion également de mettre les choses au point entre Sisko et Kira… )

Donc voilà, approfondissement direct du deuxième personnage de la série (et de la station). Décidément, DS9, ne serait-ce que par sa nature, diffère beaucoup de ses séries-soeurs. Je n’irais pas jusqu’à dire que cet épisode était passionnant, mais il pose des bases intéressantes, et surtout il nous montre bien aussi qu’il y a encore du boulot. Et qu’on peut craindre non seulement les Cardassiens mais aussi les Bajorans.

Ca va être sympa pour Sisko, ça, très très sympa.

A part ça, nous ressortir Betor et Lursa… euh… oué. Donc c’est un double running-gag vivant, ces deux-là.

Sinon, j’ai trouvé Odo très bon. Et j’ai aussi flairé un truc qui pourrait être développé par la suite. Il semble très curieux du fonctionnement des « humanoïdes », comme il les appelle. J’imagine donc que son espèce n’est pas humanoïde et qu’il est un peu la pièce rapportée du lot. J’imagine aussi que c’est un peu lui qui va endosser le rôle du personnage à la recherche de son humanité ou de son identité. Un classique des séries Star Trek.

Enfin bon, je trouve toujours René Auberjonois excellent, donc je ne suis pas étonnée. Mais le personnage est intrigant et je suis impatiente de voir dans quelle direction il va être expoité.

Autre personnage qui a mon avis va s’avérer excellent, c’est celui de Garak.

Le seul Cardassien à demeure dans la station. Il m’a l’air joueur, celui-là. Je ne sais pas ce qu’il cache et quel est son but dans la vie, mais il m’a bien éclatée.

Enfin voilà, à première vue, ça peut paraître lourdaud, mais il y a plein de petites finesses qui s’esquissent et qui ne vont sûrement pas manquer de se développer au fur et à mesure. Il faudrait que j’essaye de garder une bonne cadence pour ne pas me paumer en route…

Posted by on Mai 4, 2007 in Star Trek : Deep Space 9 | 4 comments

4 Comments

  1. Contente que pour le moment ça te plaise!
    Tu as tout à fait raison pour Odo, et aussi pour Garak, qui est un de mes personnages préférés tellement il est complexe. Il m’éclate aussi (même s’il est pas très gentil)

  2. Ah ah, contente de voir qu’après plusieurs semaines sans SF, mon sixième sens n’est pas encore trop émoussé !

  3. Je suis épatée par tes commentaires. Connaissant la série jusqu’au bout, je suis surprise que tu aies déjà vu tout ça en Odo et surtout, que tu aies tellement raison !!!!!!!!!!
    Et puis Garak ! Le mystérieux et si intéressant Garak, au passé obscur mais qui nous sera dévoilé peu à peu et au futur …….

  4. Coooool ! 🙂 En fait, je crois surtout que ça fait très longtemps que je connais Star Trek, une bonne quinzaine d’années, maintenant. J’ai vu tous les films, pratiquement tout TNG, tout Enterprise et une partie de Voyager, et j’ai compris le principe, déclinable à l’infini, d’ailleurs (ce qui est d’autant plus rageant). Un principe que j’aime beaucoup, d’ailleurs, celui de l’humain au sens large, et je crois que d’après ce que je vois pour le moment, la manière de DS9 d’aborder ce concept va énormément me plaire. Le fait que la série commence sur une note aussi sombre est super prometteur, là où les autres séries Star Trek démarraient avec un leader plein d’étoiles dans les yeux. Ce que j’ai aimé aussi, dans cet épisode, c’est entrevoir à quel point, comme dans les autres séries de la franchise, les personnages ont à apprendre les uns des autres. Particulièrement frappant dans la scène entre Kira et Odo… Pour un peu qu’ils se posent dix secondes et s’écoutent. Décidément, Star Trek arrive encore à me surprendre en bien… toutes ces déclinaisons sont fascinantes.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top