Categories Menu

Done the impossible

Bon, comme je n’ai envie de rien (tenté un Sex and the city, beurk, tenté un BSG 78, zzzzz, même pas envie d’un Friends ni rien) et que mon cerveau tourne en boucle « Summertime » ou « et pendant ce temps-là, à Los Angeles, Katee, Jamie et Connor signent des autographes », je vais parler un petit peu de ce documentaire qui a été tourné il me semble un peu après la sortie de Serenity, et mis, s’il vous plaît, en téléchargement libre sur la toile.

Un documentaire qui commence comme ceci : « This is our story, the story of the fans of Firefly. »

Et rien que ça, déjà, ça calme net.

Alors oui, effectivement, ça parle beaucoup des fans, mais ce qui est formidable, c’est que même les acteurs, les producteurs, jusqu’au plus misérable petit preneur de son disent : « I???m a fan of Firefly. »

Et quand on les entend parler de leur série, on en doute pas un seul instant. Donc dans ce docu, on mélange les anecdotes des fans hardcore (les Browncoats) avec celles de Joss Whedon, des acteurs, des guests, du compositeur, de tous, quoi. Très honnêtement, ça ne fait pas très très longtemps que je me passionne pour la série télé mais j’ai quelques bons antécédents, et je n’avais JAMAIS vu ça. Vraiment.

Et finalement, c’est très logique, car après l’annulation de la série, ils s’en sont tous retrouvés au même point, qu’ils soient des trouducs venus du fin fond de l’Ohio ou des acteurs déjà connus : tous à pleurer la disparition d’un être cher, Serenity.

Forcément, ça crée des liens.

Allez, quelques anecdotes, maintenant.

C???est du délire, quand même. Whedon a refait totalement le pilote en fonction des desiderata de la Fox, et rien à faire, ils ont refusé de le diffuser.

Ils ont commencé avec Trainjob. J???imagine les pauvres Ricains. Ils ont vraiment dû rien capter au film.

Encore une fois, Nathan Fillion fait bien pitié.

Nathan Fillion : They kicked us down. And then they kicked us when we were down.
Alan Tudyk : We lost against the Alliance.

Adam Baldwin : I think??? (gros gloups??? le pauvre, il est au bord des larmes) the hardest part of that moment was realizing the family was breaking up???

Oh les pauvres??? La première scène qu???ils ont dû tourner après l???annonce, c???était dans War Stories, quand Mal, Zoe et Inara se marrent comme des bossus en racontant des histoires sur le gamin mort??? Ca doit être sympa à faire, ça, quand t’es acteur. Ptain de job !

Et apparemment, dès que la caméra s???arrêtait, ils pleuraient tous comme des madeleines.

Fillion et Tudyk déconnent entre eux et ils sont vachement marrants (tain, on dirait deux frangins), mais on voit bien que le pauvre Nat??? a le regard qui se perd pendant qu’Alan raconte le jour où Whedon a annoncé la nouvelle.

Pareil, très très drôle quand Nathan Fillion raconte lors de la première… évidemment, il savait que Wash allait y passer, et du coup, il attendait la réaction des gens, et il s’est retourné discrètement à ce moment-là…

Et tous les gens étaient comme ça :

Ptain, même les techniciens parlent du show avec tellement de tendresse, ils étaient fous des acteurs??? Il paraît qu’aucun des acteurs n’allait jamais se reposer entre deux prises, ils restaient sur le plateau même quand on n’avait pas besoin d’eux, juste de peur de rater un truc drôle ou que les autres s’éclatent sans eux.

Le compositeur m’a également foutu le frisson.

Greg Edmonson : I cared desperately about the show…

Les filles, elles, s’amusent à comparer tous leurs boulots à Firefly, elles n’arrivent pas à faire autrement.

J’imagine, quand on est une jeune actrice et qu’on commence comme ça… comment on peut ensuite se mettre à faire de « l’alimentaire » ?

Nathan Fillion : I loved telling those stories, I loved my character, I loved delivering the dialogues, the dry jokes, I loved it. I want to be as funny as Malcolm Reynolds.

Nathan Fillion (again) : I???m in denial that I???m out of it. And I???m in denial that we???ve been robbed.

On a le droit à quelques chansons originales des fans. Notamment : « Trilogy, trilogy, that???s what I want to see, don???t stop at one, don???t stop at two???  » (Si seulement, les mecs… )

Et enfin, le docu s’achève comme suit :

Et le générique, avec tous les noms des participants, tous mélangés…

Y compris les noms des Browncoats et leurs pseudos du web !

The end…

Expliquez-moi maintenant COMMENT il pourrait ne pas y avoir UN JOUR une suite à cette série…

Posted by on Avr 14, 2007 in Firefly | 4 comments

4 Comments

  1. Je sens que je vais pas sortir de chez moi cet été…

  2. J’ai téléchargé (légalement, ce qui est super de leur part) ce docu et j’ai beaucoup aimé.
    C’est dingue de voir tous ces gens littéralement passionnés au point d’acheter le dvd de la série et de l’offrir au maximum de gens qu’ils connaissent… je me suis bien amusée, n’empêche, c’était marrant, et puis émouvant aussi.
    Je crois que si Adam Baldwin avait continué sur sa lancée, je m’en serais donnée à coeur joie *snif*.

    Et puis les chansons sont assez jolies en plus (et merci encore à Sorcinou de m’avoir fait découvrir ça ! 😉 )

  3. J’ai pas encore vu Firefly… mais au moins ça change de Star Trek ou tout le monde (de Patrick Stewart à Levar Burton) crache dans la soupe à tour de bras…

  4. Han que 3 commentaires à l’époque, bah snif alors… Bon sinon 4 ans plus tard je veux toujours une suite à Firefly! ^^’

    Cela dit c’est cool je me rend compte qu’ayant vu la série avant de suivre ton blog je n’avais pas lu les reviews. De l’inédit donc…ahem!xD

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top