Categories Menu

The waters of Mars

Léger et court vêtu, Docteur Ten allait cueillir des colchiques dans les prés (fleurissent, fleurissent) sur notre bonne vieille planète Mars, histoire de vérifier s’il y a de la vie. Sur Mars.

Et c’est là qu’il tombe sur John Simm en train de chanter du Bowie dans sa chemise col pelle à tarte et… Rah non, merde, cépaça.
Mars, donc. Mais qu’allait-il faire dans cette galère ? Hein ? HEIN ???

En même temps, loin de moi l’idée de lui jeter la pierre, Pierre, étant donné que j’A-DO-RE Mars ! Sérieux, depuis que j’ai vu Babylon 5 et ce qu’ils font de la planète rouge, je fantasme à mort.

En plus, là, il nous ressort la combi spatiale de Satan Pit, avec les lèvres de Rose encore plaquées sur la visière, j’avoue, ça fait son petit effet.
Bref, ce serin-là est tout content, comme d’hab, toc toc, s’invite à bord de la gentille station sans se demander une seule seconde s’il ne va pas se faire tirer de là à coups de fusil, non mais vous avouerez qu’il est un peu à claquer, parfois.

A coups de fusil, donc. Elémentaire, mon cher Docteur, d’autant que c’est la mère Michel Servilia qui a perdu son chat qui lui ouvre la porte. Et elle n’aime pas bien que des inconnus s’invitent dans la première station habitée de Mars, la mère Servilia.

Evidemment mais on ne va pas s’en étonner, Lindsay Duncan est exceptionnelle. Pas loin de le croquer tout cru, le Tennant. En plus, vous avez vu comment qu’elle est gaulée, la vieille carne, et comment qu’elle cavale à côté des petites pattes du David ? Impressionnée je suis. D’ailleurs, c’est pas pour dire, mais par moments, limite elle l’éclipse un peu, le Time Lord. Oué, j’ose.
Au passage, quand on la voit faire gouzi-gouzi à sa petite-fille au début de l’épisode, j’ai lâché un discret : « Mais elle va te le bouffer, ton lardon, grosse débile. »
Je sais pas ce qui m’a pris.

En tout cas : welcome to Whoniverse, Lindsay Duncan !

Nous sommes donc en 2059, sur Mars. On déballe les cartons, on fait pousser des carottes, bref, on s’installe gentiment et on colonise tant qu’on peut histoire qu’un jour, la planète rouge devienne une banlieue chic de notre Terre un peu trop polluée.
Dans un premier temps, ma foi, c’est passionnant, tout ça. 2059, ça nous parle, c’est tout juste après-demain, avec un peu de chance et si Roland Emmerich et ses copains mayas se sont plantés, on devrait vivre jusque là et la conquête de l’espace nous promet pas mal de biscuit.
Alors c’est forcément arrêt sur image à chaque article de journal que le Docteur, fin historien, voit défiler dans sa tête de piaf.

Je ne sais pas si vous aussi vous avez sauté en l’air en voyant le Docteur, très enthousiaste limite sautillant, saluer Adelaide Brooke à la militaire. Ca m’a BEAUCOUP choquée !

On aura tout vu.
Monsieur est un fan, donc.
Malgré la petite coupure de journal qui évoque le « Mars disaster », on rigole encore pendant de bonnes minutes.
Evidemment, c’est pas si drôle que ça de voir les pauvres colons se transformer un à un en tuyaux d’arrosage vivants, mais les malheureux, ils ont une telle gueule, je n’ai pas pu m’empêcher de me rouler par terre à chaque fois qu’on en voyait un se pointer. A la fin, je détournais même les yeux tellement ça devenait nerveux. Et même encore, en revoyant mes captures, je me poile, c’est affreux.

« GRRRRRR !!! »

« AAAAAAH ! »

Désolée.

Non mais SERIEUSEMENT !!!

Ah, et la meilleure, alors là j’ai franchement failli en mouiller ma culotte de rire…

Et on voit bien à quel point l’acteur fait tout pour ne pas la regarder !

J’ai eu toutes les peines à m’en remettre. Avec ça que vous essayez d’être sérieuse et même un peu triste pour ces pauvres gens qui se mettent à sauter en l’air dès qu’ils voient une goutte d’eau et qui n’ont qu’une envie, c’est de se casser, voilà que Ten se met à faire ses âneries. Pareil, celle-là, j’en ai toussé de rire.

Enormissime !

Voilà, ça y est, on s’est bien marrés. Maintenant, attaquons le gros morceau.
Evidemment, notre Ten, féru d’histoire, sait que ça va partir en coucouille très vite et que tout le monde va y laisser sa couenne. C’est comme ça, c’est indispensable pour l’histoire de la Terre, y a pas le choix. Perso, en bonne Time Lady, moi, j’aurais mis les voiles tout de suite de peur de perturber le truc, mais bref. Le Time Lord est de nature fouineuse, et là, en plus, trop bien, il a la réponse au mystère : les colons ont été décimés par une espèce locale planquée dans les glaces (!) de Mars.  »(Et merde, maintenant j’ai envie d’un Snickers glacé.) » »
La Terre, elle, n’en saura jamais rien et la disparition d’Adelaide et de son équipe restera à jamais inexpliquée.
Mais sa petite-fille, elle, inspirée par le courage de sa mère-grand, deviendra une grande astronaute qui changera la face du monde, comme Cléopâtre en son temps.

C’est en substance ce que le rat musqué finit par cracher à mamie à force de ne pas partir. Ca le désole, on sait à quel point il aime les figures historiques fortes, le gaillard.

Seulement voilà, il ne peut rien faire, il est pieds et poings liés. Et c’est TRES bien comme ça, s’écrie La Sorcière qui commence déjà à se méfier.

S’ensuit un bon vieux discours sur le fait qu’il y a des points fixes dans le temps et qu’on ne peut pas les changer.
Ce à quoi Adelaide ajoute sa petite touche perso. Une bien belle scène de flashback où les Athéniens s’atteignirent. Enfin si on veut.
En 2008, Adelaide est bien petite mais fait le coup du « tu sais ce qu’il te dit le cassis » à l’invasion Dalek.

Dieu sait que c’est pourtant con, un Dalek, et qu’à part exterminer, ça ne sait pas faire grand-chose. Mais tout con qu’il soit, ce Dalek-là sait qu’il ne peut pas exterminer Adelaide parce que voilà, c’est un point fixe dans le temps.

Et ça, Ten, grave ça l’éclate.

(Ce qui commence à être quelque peu chelou.)

Après ça, laisse tomber comment que ça part en live. Sauf Ten justement, qui n’en finit pas de partir, ce con, regardant et écoutant clamser les mecs les uns après les autres.

C’est que ça commence à faire beaucoup, poil au genou.
Ca fait quatre saisons et des boulettes qu’on voit le malheureux perdre poto sur poto, s’attacher de plus en plus vite à ses petits singes, clairement, ça commence à lui monter à la carafe, un truc bien.
Alors le Time Lord, tout doucement, il commet l’irréparable : il intervient. Et ça, c’est mal.

Seulement voilà. Je me doutais bien qu’on allait exactement en arriver là. Même quand on s’appelle Superman, y en a ras le cul de ne pas avoir le droit de faire tourner la Terre dans l’autre sens pour sauver Lois Lane. Et puis d’abord, le Docteur il en a ras la moustache. La malédiction du Time Lord et tout ça, il a donné. Et puis d’abord, dans Time Lord, il y a Time, alors vous savez quoi, le Temps, eh ben on l’emmerde avec un grand A.

« The laws of time are mine, and they will obey me ! »

Et là, pas de Rose Tyler pour le regarder avec de grands yeux déçus et humides, pas de Donna Noble pour lui mettre la honte sur sa race, pas de Martha Jones pour lui casser suffisamment les noisettes histoire de le distraire. Que dalle. Seulement des gens qui attendent désespérément d’être sauvés, touchés par la main du Seigneur du Temps.

Inutile de dire que dès lors, il est irrécupérable, le Ten. C’est bien simple, on dirait qu’ils sont une demi-douzaine de Time Lord à s’agiter dans tous les sens, sautant, criant, vociférant, riant entre deux de son propre génie. Autant dire qu’il n’y est plus du tout, le pauvre garçon.

Néanmoins, comme chaque fois que le Docteur s’excite, ça reste assez jouissif à voir. Quoiqu’inquiétant.

« We’re fighting time itself. And I’m gonna win ! »

Ah ben déjà qu’il avait un léger complexe de supériorité, ça ne s’arrange pas.

Et bien sûr qu’il gagne. C’est un Time Lord, tout de même. Et pas n’importe lequel des Time Lord, le dernier. Autant dire qu’il a tous les droits et qu’il se demande bien, à ce stade de l’épisode, pourquoi il n’en a pas profité plus tôt.
Du coup, la pauvre Adelaide rescapée, elle commence à comprendre que c’est pas tip-top moumoute, cette histoire de sauvetage.

Adelaide : No one should have that much power.
Ten : Tough.

Alors ça, laissez-moi vous dire que tout inquiète voire désespérée que j’étais, ça m’a flanquée par terre. Tough ? TOUGH ? Et pourquoi pas « eh ouais, j’ai la classe, moi, ma petite dame » en se tâtant les biscottos, aussi ?

Adelaide : And there’s no one to stop you.

Nope !
Du coup, qu’est-ce qu’elle fait, la madame Brooke, en rentrant chez elle ? Eh ben elle ferme tout doucement la porte derrière elle, après avoir contemplé une dernière fois l’abomination qui l’a sauvée…

… et elle se flingue. (Un terrible écho à Children of Earth, j’ai trouvé.)

Et là, Ten, il percute qu’il a fait une connerie. Qu’on ne joue pas avec le Temps, que ça se fait pas, et qu’il va payer très cher pour ce qu’il a fait.

Ten : I went too far.

Ca sent la fin, mon bon ami.
Comme l’avait prédit Ood Sigma, la chanson touche à sa fin et Ten l’a enfin compris.

Pauvre Docteur. Seul depuis trop longtemps, se défendant d’être accompagné tout en ayant tellement besoin de l’être, mais tellement dévasté chaque fois qu’il perd un de ses amis. Ca y est, il a touché le fond. Et comme d’hab, les conneries d’un Time Lord, ça se paye au centuple. Le pire, c’est qu’il a tellement envie de vivre, ce con.

Bref, tout cela est tellement cohérent avec ce qu’on voit de lui depuis la fin de la saison 4, et même depuis la saison 1 (« Everybody lives ! ») que voilà. Ca m’a complètement prise à la gorge. Moi qui riait à gorge déployée, justement, quelques minutes avant.
Ce n’était pas l’épisode parfait, le début un peu trop poussif pour ça, mais clairement, quelle superbe mise en place de la fin du dixième Docteur.
J’en ai la tête qui tourne.

Toc. Toc. Toc. Toc.

La suite (et fin) à Noël. Et un peu après.
Soupir.

Posted by on Nov 17, 2009 in Doctor Who Episodes | 33 comments

33 Comments

  1. Ouinnnn ouiiiin c’est triste!

    Bref j’ai beaucoup aimé…C’est vrai que le début est vraiment grosse rigolade par rapport à la fin où on se retrouve complètement schotché face à Ten qui nous pète une grosse pile.

    Comme d’hab’, un tonerre d’applaudissements, de cris, et de joie face à la performance de Tennant. Il est quand même extrêment doué. Comme il peut paraître completement dingue en un regard, alors que la seconde d’avant il était desespéré O_O! Bref j’aime, j’aime, j’aime.

    Dame Lindsay Duncan est superbe! J’ai beaucoup aimé "sa" fin.

    Bon et puis le petit avant goût du prochain épi à la fin, pffiouuuuuu.

    Ahlalala merci Sorci pour cette review. Et les captures sont belles *v*

    ps : "Même quand on s’appelle Superman, y en a ras le cul de ne pas avoir le droit de faire tourner la Terre dans l’autre sens pour sauver Lois Lane." Et ça, c’est encore un fou rire incontrôlable de plus XD!

  2. Petit "détail" en plus qui m’a tué sur cet épisode (en plus du numéro de folie de Ten, bien sûr) >

    – "Cos I don’t hear anyone knocking, do you?!"
    – BANG – BANG – BANG- (…)

    Le dé-li-re total. Sur le coup j’ai hurlé 35 WTF à la seconde, si c’est pas du pur teasing ça.. 😀 (celui où on a envie de tendre l’autre joue volontiers, tellement c’est bon !)

  3. Qu’est ce que j’ai trouvé Ten flippant et monstrueux dans cet épisode… J’étais hyper hyper mal à l’aise, et je suis tellement triste pour lui. C’est affreux, j’ai hâte qu’on en finisse. Il n’est pas fait pour être seul, sans une Rose ou une Donna… le personnage est trop. Trop tout. 🙁

  4. C’est vrai , limite il m’aurait fait pensé au master oO

    le "They wil obey me"
    le "tough!"

    Et puis son gros complex de superiorité avec le "Time lord victorious"

    Ca fait très valeyard sur les bord …

    Mais tennant est tellement bon en psychotique que c’est un régal pour les yeux ,
    mais pour le doc non !

    Va falkoire qu’il se reprenne au cours de the end of time

    ( car pour moi il n’a tiré aucune leçon de cet experience , je crois même que c’est ses prochaines connerie qui va la provoquer "la fin des temps"

    Non franchement c’est anakin sur le point de devenir Dark vador , l’est sur la pente le garçon …..

  5. Moi je suis étonnée qu’il n’ait pas pété les plombs avant, le Doc. J’en ai eu le coeur serré pour lui, mais c’était à prévoir, à force de fréquenter les humains, il l’est devenu un peu trop, et les émotions ne font pas toujours bon ménage avec le genre de pouvoir qu’il détient.
    Et Tennant joue le pétage de plombs comme personne !
    Ca sent vraiment la fin, cet épisode, je frémis en pensant la suite…

    Merci encore, Sorcière, pour ce beau résumé !

  6. La Sorcière a bouffé du Lion !! 😀

    C’est marrant de voir comment tout se met en place. Comment le fait de ne pas avoir de "companion" prend tout son sens. Comment il finit par rejeter sa cape de Docteur, et d’endosser celle de MAITRE…

    Et perso, limite c’était secondaire à mes yeux tellement j’étais rivé sur Lindsay. Ouaip, elle est forte comme ça la vieille !

  7. Ah putain il a pêté les plombs le doc.
    La fin avec Abigail m’a rappelé la fin de "The Runaway Bride" avec Donna lui faisant promettre d’embarquer quelqu’un avec lui "’Cause sometimes I think you need someone to stop you"
    So True, dearest Donna!
    Un gars avec ce genre de pouvoir a absolument besoin d’un garde fou. Le "Tough" m’a glacée le sang! :-/

    Sinon j’avoue avoir gloussée comme une dinde en voyant le teaser de "End of Time", surtout pour ****! LOL

  8. "C’est marrant de voir comment tout se met en place. Comment le fait de ne pas avoir de "companion" prend tout son sens. Comment il finit par rejeter sa cape de Docteur, et d’endosser celle de MAITRE…"
    Exactement ce que je me suis dit.

    Et hier en revoyant l’épisode 5 de Children of Earth qui m’a fait encore pleurer à chaudes larmes, en voyant la mort du ministre, je me suis dit "mais touélié !", enfin surtout une volonté de cohérence de Russel T Davies dans les derniers épisodes et de Torchwood et du Docteur.
    Je sens que les deux derniers épisodes vont être un massacre pour mes petits yeux…

  9. euh sans le S a la fin pour***

    dixit la fille qui fait 30 fautes par mots …….

    Mais bon les nom propres ….

    Et puis pareil trop pressé de le revoir ( la dernière fois c’était en septembre à london ^^)

    Mais vu que rien n’a été posté je ne sais pas si on a le droit de parler de ce fameux trailer oO Je préfère éviter…. (jusqu’au feu vert )

  10. Nope, j’ai édité vos comms car tout le monde ne regarde pas les trailers à la fin des épisodes, c’est pour ça que je n’en ai pas parlé !

  11. " ‘Comment il finit par rejeter sa cape de Docteur, et d’endosser celle de MAITRE…’
    Exactement ce que je me suis dit." Et moi donc. Sur la fin, j’ai immédiatement pensé à un dialogue entre le Doctor et le Master dans The Sound of Drums…
    Doctor: But you’re changing history!
    Master: I’m a Time Lord, I have this right.

    J’ai aussi eu un peu de mal avec le début et les tuyaux d’arrosage, mais il y a quand même les bonnes blagues de Ten… à "Name, status and intentions, le bougre répond "The Doctor, doctor, fun" (en même temps, what else?). Mais bon, c’est toute la deuxième partie qui donne tout son sens à l’épisode… Et ça nous promet une fin épique (bouhouhou…)

  12. C’est gentil de nous le faire partir tout doucement comme ça, limite là on en peut plus de Ten, pas comme Nine où ça s’était fait en un quart d’épisode…
    Sinon, mention spécial à ma moman, qui m’appelle dans la minute où j’ai fini l’épisode "ha! au fait! j’ai oublié de te dire… on nous a déposé des bouteilles d’eau avec un mot comme quoi il fallait pas boire l’eau du robinet (que t’as bu tout le week end) parce qu’elle est contaminée…" *se tâte autour de la bouche*

  13. Pas mal celle-là ! LOL

  14. "Nope, j’ai édité vos comms car tout le monde ne regarde pas les trailers à la fin des épisodes, c’est pour ça que je n’en ai pas parlé !"

    Sorry j’ai pas pensé au fait que certains n’avait pas vu le teaser. Vu la cap je me suis dit que je pouvais en parler, parce que c’est évident. Mais ca doit être évident pour moi justement parce que j’ai vu le teaser, mais pas forcément pour ceux qui ne l’ont pas vu…

    Alors sorry si j’ai spoilé quelqu’un, ça n’était absolument pas voulu

  15. J’ai une amie qui ne les regarde pas habituellement et qui là, l’a vu, mais je pense qu’elle ne doit pas être la seule. Et je ne pense pas que la cap’ soit si évidente que ça… 😉 (Et il n’y a pas que ça dans le teaser non plus. 😉 )

  16. Vous me faites de la peine ! Ce pauvre Choupinet, avec ses deux coeurs gros comme ça, qui passe sa vie à sauver l’univers et les humains, perd les pédales pendant une heure et vous le voyez déjà tomber du côté obscur de la force…
    Et qu’à t-il fait ? Il a voulu sauver des gens, tu parles d’un crime. Il en a tellement pris dans la gueule, que ça lui est monté au ciboulot l’espace d’un moment, c’est tout.
    Et il s’en est déjà rendu compte.

    Russel T. Davis a voulu nous inquiéter un peu pour mieux nous faire accepter l’idée que la carapace de Ten est en train de se fissurer, et donc sa régénération prochaine, (c’est très charitable de sa part), mais je sais qu’il va nous faire partir Ten en beauté, j’ai confiance. Le docteur sera toujours le docteur !

    (rien à voir mais j’ai vu Casanova avec Tennant dans le rôle titre, c’est très rafraichissant comme version, et il y a toute une clique d’acteurs qu’on retrouve dans Dr Who.
    Et devinez qui est le scénariste : RTD !
    🙂

  17. Ben écoute, c’est pourtant exactement ce que disent RTD, Julie Gardner et David Tennant dans le Confidential, désolée de te faire de la peine. C’est très grave, ce qu’il a fait ou tenté de faire. Je veux pas faire ma Spidergirl de base, mais vu les pouvoirs qu’il a, il n’a pas droit à l’erreur, et il le sait. C’est pour ça qu’il sait qu’il va devoir payer. Je le plains de tout mon coeur, et depuis très longtemps, ça m’attriste de le voir aussi seul et aussi malheureux, ça me crève le coeur et je comprends qu’il pète un câble, c’est bien normal, et c’est latent depuis que Rose est partie, il était déjà à deux doigts de le faire dans Runaway Bride et il a été sauvé par Donna… mais là, il a vraiment déconné. S’il pouvait se flinguer, je suis sûre qu’il le ferait.

  18. Tu n’en as pas parlé, mais le children in need est sympatoche aussi!

  19. Je ne l’ai pas encore vu mais de toute façon, je fais toujours un billet séparé.

  20. bon c’est vrai que les espèces de gargouilles cracheuses d’eau elles sont ridicules mais ça fera plaisir au jeune public de DW parce que pour le reste…

    Sinon notre pauvre docteur il en a fait du chemin depuis "Fire of Pompei". A l’époque Donna avait beau s’affoler dans tous les sens pour avertir les habitants, lui il lui répéter le truc de point dans le temps (bon ok finalement c’est lui la cause de l’éruption mais il le savait pas au début). Et c’est parce qu’elle lui fait son grand regard tout triste qu’il sauve la famille à la fin (avec 2 acteurs que l’on revoit ailleurs by the way). Du coup là je me suis vraiment dis WTF! en le voyant sauver la dame et risquer de changer la trame du temps

    Sinon la référence au "il frappera 4 fois" est excellente.

  21. Cette fin était wow ! Autant le début ne m’a pas emballée plus que ça, ça faisait très déjà vu autant quand le Doc se ‘Master-ise’ ben ouahou !
    Il fait vraiment peur quand il pète les plombs et Tennant est impressionnant !
    J’ai adoré Adelaïde et je m’attendais pas à ce qu’elle fasse ça à la fin, je pensais plus qu’elle allait tirer sur Ten et que c’est ce qui allait lancer sa lente régénération. ??a m’a bluffée qu’elle est cet intelligence et ce courage là, très bon personnage !
    Et pis bon vivement noël (ou pas !) pour voir comment tout ça se finit !

  22. Je suis bien d’accord, sorcière. Bien sûr qu’il a déconné, bien sûr qu’il va devoir payer, mais le comparer au Maître à cause de quelques minutes de pétage de plomb, je trouve que c’est dur, après tout le bien qu’il a toujours fait autour de lui. Il me fait plus de peine qu’autre chose.

    Allez, une bonne petite régénération, ça va lui mettre les neurones en place. (quoi ?!! c’est moi qui dis ça ??!)

  23. une phrase a méditer : "La route vers les enfers est toujours pavé de bonnes intention."

    Le problème c’est que là il croit que il a le monde , l’univers , le temps lui même entre ses mains . C’est a dire un pouvoir illimité avec lequel il peut faire ce qu’il veut comme il le veut .

    Il vient de découvrir la boite de pandore dans le fond du tardis et il l’a ouverte .
    Toute les possibilitées sont à lui maintenant .
    Et la ça fait très genèse de "méchant" ( genèse du Valeyard ? )

    Le premier truc qui m’a choquée :

    The laws of time are mine and they will obey me !"
    Non mais ça limite c’est un plagiat du Master !
    Ca fait directement echo a s fameuse catch phrase : "I am the Master and you will obey me"

    Pour l’instant il est encore dans le droit chemin ( plus ou moins ) mais il est sur la pente …
    Bon je predit qu’il va se reprendre au courent de l’épisode de noel ou vers la fin . ( j’espère du moins )

    A au faite question Sorcière :
    Je me bat avec mon prof d’anglais ( anglais et non francophone ) pour m’expliquer la definition de tough! , j’en ai une vague idée , mas est-ce que tu pourrais me donner ta version pour mieux comprendre le truc .s’il te plait ^^

  24. Moi, je dirais un truc genre : « Dommage » ou « tant pis », mais ça n’est pas encore assez percutant… Je ne vois pas de traduction directe, là, tout de suite, même si je saisis bien sûr le sens. Instinctivement, je dirais : « Eh ouais, dans ta face, la vieille ! » LOL

  25. Oki merci ^^
    Mon prof m’ a expliqué que c’est je cite " To wish someone bad luck" ou/et une marque qui motre que l’on éprouve aucune sympathie envers la personne a qui elle est adressée .

    Aussi j’ai lut que que c’est souvent donner en réponse quand quelqu’un dit ce qu’il pense par rapport à la personne ( son avis , enfin "his concern" quoi)
    Un peu dans le sens de rien a foutre de ce que tu pense …

    pff mais c’est vraiment galère ce mot ….

  26. Je traduirait par "C’est la vie" ou "C’est comme ça"

    Donc finalement DW va finir par devenir "Le maître" et on se retape toute la série depuis 1963 pour revoir les aventures du maitre qui affronte son double du passé pour finir par devenir J Simm ?

    Où alors Le maître de la série classique n’est pas le même que dans le relaunch et on à Ten qui se régénère en Professeur YANA et J.Simm qui se régénère en M.Smith (MATT Smith, pas Mickey!!)

  27. Le dalek qui vient rendre visite à Adelaïde, ça serait-y pas Dalek Caan ? Parce que même si les daleks sont… haheeem… "supérieur", ils ne savent rien à propos du temps et des points fixes… Ou alors j’ai zappé quelque chose. Du coup, ça ne pourrait qu’être Caan, le dalek qui a vu le temps. Et là c’est logique. 🙂
    ça fait plaisir de voir dans une série que rien n’est laissé au hasard et que toute chose dite est importante pour la suite.

  28. ah là là, il m’a fait du bien, cet épisode. Un petit shoot du Docteur après un sevrage difficile et en attendant la rechute, ça fait du bien 🙂

    Donc le prochain rendez-vous, c’est à Noël, c’est ça ? Déjà que j’ai failli louper celui-ci (heureusement que j’ai des contacts FB au courant) !

  29. Je pense que Noël tu devrais le voir arriver Clot

  30. Je suis un véritable accro de cette série et j’attends avec impatience (et encore le mot est faible) la diffusion en France des derniers épisodes de David Tennant (de "The next doctor" à "The end of time").

    En tous les cas, j’ai adoré cette rubrique consacrée à ma série culte.

    Bravo, la Sorcière !

  31. Ya que moi qui ai vu une grosse référence à Back to the Future avec les trainées de flammes laissées par gadget ?

  32. Je viens de voir l’épisode et c’est vrai que les trainées m’ont aussi évoqué ‘Retour vers le future’ Tiwow.
    Bizarrement je crois que c’est dans cet épisode que je me suis sentie la plus proche du Docteur (Le ‘Doc’ !). On a tous été confronté à des situations où on avait le choix d’intervenir ou pas ; parfois on regrette vraiment de ne pas l’avoir fait ; et parfois intervenir aggrave les choses… Enfin heureusement pour nous, humains de base, nous n’avons pas de pouvoir sur le Temps…
    "No one should have that much power" fait écho au classique "With great power, comes great responsibility" (Spiderman, sors de ce corps…)

  33. Salut, je n’ai pas encore lu ton résumé mais ce que je peux dire d’ores et déjà, c’est que des 3 premiers spéciaux 2009, c’est celui que j’ai préféré et de loin (j’ai pas été très enthousiasmé par celui de Noël ou de Pâques.) Celui-là m’a scotché. Pour une fois qu’on voyait le Doctor ne rien pouvoir faire, c’était génial. Et ensuite faire quelque chose et en faire trop, dépassé les bornes, c’était aussi une idée géniale. Et je me suis dit : maintenant je comprends pourquoi il faut un compagnon car sinon il va vite trop loin, le dernier Time Lord !!!!

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Top