Categories Menu

416 : 2010

Voilà, c’est celui-là, mon tout premier épisode de SG1. Vu lors de sa première diffusion sur une chaîne non-française (je ne vous dirai pas laquelle, sauf que c’était quand même en français !), un dimanche après-midi, probablement en… 2001, de manière amusante.
Donc je suis tombée sur cet épisode, en route, d’ailleurs, et je suis restée parce que visuellement, il faut bien le dire, c’est superbe. J’adorerais savoir où ils ont tourné les scènes dans le terminal et les extérieurs du bâtiment, à Vancouver. C’est un endroit que je visiterais avec plaisir.

Très, très beau. Angles de caméra super sympa, l’effet de transparence est magnifique. Dommage que Kinsey soit président, quoi.

Et puis nos « anciens » de SG1, ils sont assez superbes.

Ce qui est marrant, c’est que les lunettes du Daniel du futur-qui-ne-sera-jamais ressemblent beaucoup à celles qu’il a dans les dernières saison. (Quand il en porte encore.)

Cet épisode du futur, en plus de cela, est très humain. L’attachement que se portent les anciens collègues est palpable. C’est très touchant.
En 2010, les Terriens ont conclu une alliance avec les Aschens, des extra-terrestres très avancés qui leur ont permis de progresser de manière significative en matière de technologie. En médecine, notamment. La pauvre Janet se retrouve donc au chômedu. Mais ça ne l’empêche pas d’être toujours aussi adorable, notamment auprès de sa vieille copine Sam qui est toute estrancinée parce que son mari (!) et elle n’arrivent pas à concevoir.

(Chérie, s’alcooliser lors de cocktails onéreux n’aidera pas.)

Oui, première info de cet épisode, Sam est mariée. D’office, on comprend que ça va pas trop le faire. Sauf que moi, en 2001, je n’en ai encore aucune idée.
Tout ce que je sais, c’est que cette pauvre Sam à qui on a pulvérisé les ovaires à son insu, ben j’ai la haine pour elle.

Car bien que redevenue garçonne, elle est adorable, ici, encore. Tellement pleine de foi quant à son avenir. Tellement bien, quoi. On enrage que ça ne puisse pas continuer sur cette lancée.
Car la minuscule Janet et ses instruments ne sauraient mentir : Sam a été stérilisée. Mieux encore, les deux louloutes profitent d’une absence de leurs copains aschens pour se rendre compte qu’en dix ans, ces salauds d’aliens ont ainsi flingué l’appareil reproducteur de 91% des Terriens. Une superbe tactique d’annihilation dans le silence le plus total. Et comme ce sont eux qui contrôlent tout vu que les humains sont juste des gros pignoufs, ben on voit pas trop pourquoi ça changerait. D’autant que le mal est fait. Bonjour l’ambiance.

(Au passage, j’ai adoré la petite allusion… les Aschens comptent transformer Jupiter en étoile comme dans… 2010 ! So cute.)

Là-dessus, SG1 se réunit et décide qu’il faut agir en alertant leurs alter-ego du passé. Seulement voilà, il manque… Jack O’Neill, of course. Et la scène de cet épisode qui m’a vendu la série et (surtout) Jack O’Neill, c’est bien sûr celle où Sam va chercher Jack dans cette cabane où il a si souvent tenté de la faire venir. C’est d’ailleurs la phrase qu’elle lui sort aussitôt qu’il apparaît, hirsute, pas très propre sur lui, juste comme je l’aime.

Là, j’ai senti qu’il y avait plus que ce qui était dit. C’est très bien joué et boaaaah, RDA dé-chire. On sent qu’O’Neill est super mal à l’aise qu’elle le trouve en cracra avec son joli manteau immaculé. (Et moi, j’ai senti que le Jack O’Neill de SG1, ben c’était un peu plus que Kurt Russell, quoi.)

Et puis bon, hein, il voudrait bien qu’on lui foute la paix, aussi. Alors le coup du mea culpa dix ans plus tard, elle est bien gentille, la jeune mariée, mais il en a un peu rien à taper. Lui, il a tiré la sonnette d’alarme une fois rencontrés les tristes sires d’Aschens qui n’ont pas l’ombre d’une pissette d’humour. Donc si elle insiste, c’est bien simple, il va être obligé d’être désagréable.

Sam : It turns out we made a mistake. A big one.
Jack : Which one ? We made a few.
Sam : Our alliance with the Aschen.
Jack : Oh that. Not working out is it ? Gosh I wish I’d seen that coming. Oh wait ! I did see that coming !

Mais c’est chiant, quand même. Parce que bon, elle est très jolie, là tout de suite. Et puis elle est triste de ne pas pouvoir avoir de bébé.

Alors il détourne un peu les yeux, Jack, parce que s’il continue, peut-être qu’il va craquer.
Mais non, car Jack est un homme. Et il a une putain de fierté mal placée. Sans compter qu’il y a probablement le fait que Joe, le mari de Sam, soit ambassadeur auprès de cette race à poux, c’est d’ailleurs probablement lorsqu’il évoque Joe que la miss voit définitivement rouge.

Jack : Let me tell you one thing, Carter. You want to erase your mistakes, that’s your business. My conscience is clear. I warned everybody. I threw up the red flag and everybody including you shut me down.

(Oh, if those eyes could kill… )

Donc voilà dans ta tête, la blonde. Ah, et puis je m’en voudrais de ne pas placer la réplique du chien. Non passque celle-là, elle est quand même juste énorme. Jack O’Neill, le grand héros, ne veut pas entendre parler de l’éradication totale de son espèce. Jack O’Neill veut pêcher des poissons inexistants dans son marais puant et prendre un chien. Fabuleux.

Jack : No more saving the world. Just a nice pond with no pesky fish in it. My biggest concern is whether or not to get a dog.

Bon ben go suck a lemon, abruti !

(Euh, abruti mais canon, on est d’accord. *soupiiiiire et bat longuement des cils*)

S’ensuit la visite du SGC, sa porte en plastique, ses photos souvenirs à ouatemille dollars et la réapparition de Jack qui a fini de bouder dans son coin. Je ne reviens pas là-dessus, c’est évidemment culte.

L’autre scène choc, outre la dernière, c’est bien sûr celle où Sam confronte Joe, son mari. Et découvre qu’il était au courant du programme de stérilisation des Aschens. Franchement, aujourd’hui encore, j’en suis malade pour elle.

D’autant que Joe, on sent que c’est un bon gars. Pas une super lumière, mais gentil et clairement dépassé par ce qui l’entoure et par la fumisterie alien. Alors il se fait joliment souffler dans les bronches par sa blonde, c’est pas volé, et puisque c’est ça, eh ben il va donner un coup de main à SG1 avant de signer les papiers du divorce.

S’ensuit une délicieuse petite entrevue où fusent les bons mots entre Jack, Joe et Sam. Mais bon, on s’en fout vu qu’ils vont tous crever.
Ah, et lorsque Jack débarque dans le terminal avec son lance grappin dans le dos, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire : « Tiens, lui aussi il cherche la flèche d’Apollon ? »

Irrécupérable, la gonzesse !

Jack : Hi, Mellon !
Mollem : Mollem.
Jack : Oh, sorry… it’s the war…

Mé ouiiii !

(Roh, la tronche de peine-à-jouir ! )

Bon, je ne vous refais pas la scène finale. C’est tellement choquant de les voir tous se sacrifier les uns après les autres pour envoyer un message à travers cette porte hyper protégée…

Pour que juste de l’autre côté de la porte, nos membres de SG1 tout cools reçoivent le message encore plein du sang de Jack.

Chose amusante, SG1 rencontrera les Aschens et Joseph Faxon un peu plus tard. Ou plus tôt. Enfin ça dépend.
En tout cas, c’est un arc que je trouve magistral. J’adore quand SG1 s’amuse à déconner avec le passé et l’avenir. Avec ce qui arrive et ce qui pourrait arriver.
Aujourd’hui, j’avoue que je n’en reviens pas de la classe de cet épisode. Quand on sait ce qui arrive derrière et au nombre de villages de bouseux qui nous attendent, ben ça fait mal au coeur.
Enfin, quelle brillante saison 4. Maintenant, j’ai super envie de revoir l’épisode où ils bossent dans le sous-sol d’une planète glacée. C’est malin !
Bientôt, je vais avoir envie de revoir Jonas Quinn, si ça continue !
Et Sokar !
Et quand Jack il se remet à parler ancien !
Rah !

Posted by on Jan 12, 2009 in Stargate SG1 | 29 comments

29 Comments

  1. Tain, le sacrifice de la fin quoi. ??a dure 2 minutes mais on a l’impression que ça dure 1000 ans.

    (Sok’ar, l’homme qu’on aimerait revoir.)

  2. Ahem j’avoue je bats des cils aussi devant une certaine photo d’un certain jack mal rasé..Ahem passons xD! Du coup j’ai envie de me remater l’épi c’est malin mdr!

    N’empêche les scènes Sam/Jack ça tue un peu, rahlalala sont compliqués ces deux là mais ils sont tellement trop choupi…Choupitude quand tu nous tient! Faut bien s’occuper en attendant le visionnage de BSG le samedi de toutes façon alors autant mater Stargate hein 🙂 ^^

  3. Ah, je me rapelle de cet épi et du bond que j’avais fait quand je m’étais apperçue que Sam était mariée, oui, mais pas à notre bon vieux jack. Yerk.
    A cet instant j’en avais conclu que cet épisode allait finir mal, car l’ordre du monde en était bouleversé.
    *un peu extrême la Beegees à l’époque, mais bon, c’était l’enthousiasme de la jeunesse 😉 *

    Mais je trouvais tout de même notre petite Sam magnifique avec ses cheveux courts.

    Et puis bon, quand Jack est apparu en mode grunge, barbe de trois jours en prime, j’en ai oublié la trame de l’épisode 🙂

    alors, oui, tout à fait oki pour que tu nous review "Sous la glace", parce que je sens déjà que je vais m’extasier devant les captures chère Sorcière !! 😉

    PS : reflexion faite, je crois qu’il n’a jamais été aussi beau que dans cette saison. *couic*

  4. Jonas Quinn…Je l’avais presque oublié celui là !Tout ce dont je me souviens de son passage à SG1 c’est son sourire niais et son goût pour les bananes (comme un certain Nine tiens !). Heureusement que Daniel (qui est mort tant de fois que ça devient flou avec les années !) est revenu sauver la mise.

  5. Halala… c’tait le bon vieux temps, quel épisode génial. C’est à la saison 4 que j’ai aussi commencé à suivre la série, et clairement avec d’aussi bons épisodes c’était ma saison préférée.
    Les Aashens feraient même plus peur que les Goa’ulds, quelle tempérament froid et calculateur, l’extermination en douceur avec une planète déjà aménagée, même pas besoin de reconstruire et pas de sang sur les mains. Brillante race de malades. Le coup de pied dans leur cul collectif, si je me rappelle bien, c’est que l’équipe envoie un message dans le passé en calculant l’éruption solaire grâce au superordinateur des Aashens. Ha ha bien fait pour votre gueule les filles, fallait pas emmerder ma Sam qui est plus jolie que jamais avec cette coupe courte.

    Je devrais revoir les saisons 3-4-5 qui sont mes préférées, peut être que ça effacera de ma mémoire le vide abyssal de nombre d’épisode de fin… (comment ont ils pu foirer des saisons avec Claudia Black et Ben Browder ? Ca tient du génie là aussi).

  6. Uh, sun’s beeping. 😀 Un bon calcul à la 1969.

  7. "Jonas Quinn…Je l’avais presque oublié celui là !Tout ce dont je me souviens de son passage à SG1 c’est son sourire niais et son goût pour les bananes (comme un certain Nine tiens !). Heureusement que Daniel (qui est mort tant de fois que ça devient flou avec les années !) est revenu sauver la mise."

    Ah bah moi je l’aimais bien Jonas, c’était un personnage sympathique et assez drôle, ça m’a foutu en rogne qu’ils l’éjectent comme un malpropre parce que Michael Shanks a décidé de revenir comme une fleur étant donné qu’il n’avait pas réussi à se faire embaucher au cinéma. Grrrr

  8. Il avait des chouettes bras et un crâne pas dégueu.

  9. Oh my god, je viens d’avoir une révélation !!!

  10. Hu hu, pile le soir où je viens de voir l’épisode de Supernatural dans lequel Joe est le père de Blanche Neige (ouch comment l’a vieilli, avec ses cheveux gris et ses verres double foyer je l’aurais pas reconnu sans ton billet).
    Y a pas de hasard ! 😉

  11. Hi, hi, moi je l’avais tout de suite reconnu, je suis sûre que c’est dans ma review de l’épisode en question !

  12. (Et non, ne commence pas à t’éventer devant Jonas, je te rappelle que dans sa jeunesse il a été Parker Lewis, c’est à dire -aussi drôle fut il- pire que le grand machin à l’époque des Gilmore Girls.)

  13. Nan nan, c’pas ça, je peux pas t’expliquer mais c’est juste énorme, quoi ! Enormous !

  14. Dingue que t’aies commencé par cet épisode.. L’un des meilleurs de la série, cultissime et magnifique.
    ** se remémore le bon temps **

  15. voila pourquoi on est obligés d’aimer les reviews de la sorcière :

    – même si tu lis la review d’un épisode que ta vu y a au moins 3 ans, tu te marres forcément dès que la sorcière fait une allusion a bsg. Le coup du "Tiens, lui aussi il cherche la flèche d’Apollon ?" j avoue j’étais mdr.

    – t’apprends toujours de nouveaux mots ou de nouvelles expressions. Pour ma part, j’ai retenu "tronche de peine-à-jouir ", que je ne connaissais pas! 🙂

    Sinon, ben cette review m’a fait un grand bien, car elle m’a rappelé la bonne vieille époque de SG1, avec les 1e saisons qui valaient vraiment le coup. Cet épisode sortait un peu du lot d’ailleurs, parce qu’il se passait dans le futur si je me rappelle bien, ou dans une réalité alternative, je sais plus trop. Mais je l’avais assez bien aimé, ca je m’en rappelle bien 🙂

    Et quand Jack il se remet à parler ancien ? ben c’est pour moi une des meilleures scène de la série tellement RDA joue trop bien. Je me souviens avoir eu de très grosses réticences avant de mater la série, car étant un fan du film, j’avais peur qu’ils massacrent le mythe.
    Mais RDA m’a mis une de ces claques, que j’ai maté les 8 premières saisons en 1 mois !

    SG1 restera une très bonne série adaptée de film, mais les meilleures saisons resteront aussi les premières.
    En tout cas merci Sorcière de nous faire revivre tant de nostalgie 😉 et bien joué pour ton Caprican Life, tu t’es fait plaisir comme il fallait !!

  16. Ah je pensais que tu suivais SG1 depuis le début en fait, 2001, ouais, c’était bien entamé.
    j’ai aussi adoré ce zode!!

    chaîne non française mais en français… hum, suisse, belge, ou québécoise ? 😀

  17. C’est pas parce que Corin nemec est scientologue ?

  18. Je l’ignorais, tiens.

  19. Plaza of Nations, 750 Pacific Boulevard.

  20. "Plaza of Nations, 750 Pacific Boulevar" quoi quoi quoi ? (je n’ose comprendre)

    Rho ma ptite sorcière, comme ça me donne envie de re-re-(…)-regarder les saisons de SG1.

    Et comme le sondage sur qui regarde BSG, tu devrais demander qui a déjà vu Stargate (mais en voulant le voir hein ? Pas en tombant sur un seul épisode de temps en temps).

  21. Merci pour l’adresse, ça me donne grave envie d’y aller ! 😀 C’est l’adresse du bâtiment où ils ont tourné, Soso !!!

  22. Cet édifice est super connu, ils ont tourné d’autres épisodes de SG-1 devant, celui avec les insectes qui font muter Teal’c en cocon baveux.
    Je me demande si c’est pas dedans qu’ils ont aussi la scène du bar du Cloud 9 où Kara et Lee castagnent des zamis de Zarek (qui est aussi un lieu de tournage des 4400 et d’Atlantis, on recycle tout à Vancouver).

  23. "C’est l’adresse du bâtiment où ils ont tourné, Soso !!!"
    Oui c’est bien ce que j’ai compris !!! Gniii 🙂

  24. Ptain, si en plus ils y ont filmé le Cloud Nine, alors là, laisse tomber !

  25. Le Cloud 9 a été filmé un peu partout sur le campus de l’University of British Columbia.
    Y compris au "Chan Centre for the Performing Arts" (6265 Crescent Road) qui a en effet été utilisé dans SGA et très régulièrement dans The 4400.

    P’tain, ça me donne vraiment envie d’aller habiter une année là bas et prendre mon temps pour aller voir tout ça.

  26. Le campus, il faut prendre une journée pour aller le visiter, je pense. Incontournable. (Trop tôt pour nous, les billets, on n’est pas encore sûres d’y aller. 😉 )

  27. Je m’en doute, mais un A/R pour le Canada en départ de province à 350 ?,?, il fallait le mentionner ! 😀

    Sinon, encore plus que l’University of British Columbia, c’est le campus principal (Burnaby) de la Simon Fraser University qui est incontournable… SG-1 (Tollana), BSG (Caprica), et plus généralement à chaque fois qu’on veut nous montrer un truc futuriste.
    A mon avis, d’une manière ou d’une autre tout le monde ici a très bien en tête le "Academic Quadrangle" !

  28. Bonjour / bonsoir,
    je débarque ici par hasard, d’abord à cause de House mais ensuite je n’ai pas résisté au tag SG1 ! Que de nostalgie !
    2010 est un de mes épisodes préférés, du genre que je garde s’il ne faut en garder que 5 sur 8 saisons (après je n’accrochais plus du tout). Je le trouve très touchant, j’aime aussi beaucoup les histoires d’alternate timeline et là qu’est-ce qu’on a été gâté !! Et j’apprécie énormément Sam et elle s’en prend tellement plein la… dans cet épisode, on veut soit la prendre dans nos bras pour la consoler, soit l’encourager à tenir tête à Jack et/ou à Joe ou encore la faire courir plus vite pour transmettre ce fameux message salvateur !! Et Jack mal rasé, vous avez tout dit ! Et j’accroche toujours à ce genre d’histoire dont on devine que ça va mal finir, et que les héros s’en rendent compte aussi mais ne peuvent rien faire pour l’éviter.
    Sinon pour ce qui est de la Plaza of Nations, ça ne se visite pas, le lieu a été transformé en casino dont l’extérieur est le même (comme sur la 1ère cap) mais dedans aucune idée, je ne suis pas allée jouer 😉 Mais pour avoir été là bas j’ai du laisser échapper un petit ‘squee’ en apercevant le bâtiment, et je me suis peut être même mise à accélérer le pas *roll eyes*
    Super review en tout cas !!

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top