Categories Menu

112 : Glued

Bon, j’ai enfin le temps de me pencher sur le cas de cet épisode que j’ai vu il y a déjà quelques jours. Et il faut que je fasse avancer le schmilblick parce que j’ai juste envie d’aller plus vite, là ! (Et le suivant est magnifique.)

Bref, pour commencer, un épisode où on entend Supertramp, c’est bien. La Sorcière aime Supertramp. La Sorcière a été bercée au son de Supertramp.

Par contre, je ne suis pas très très contente, parce que… ces enfoirés ont tué Dean Winchester !!!

(Je ne vais pas m’attarder sur l’horreur de ce crime, je crois que tout le monde a capté.)

Bon, en gros, ce n’est pas l’enquête qui rend cet épisode passionnant, c’est plutôt son impact sur les personnages, et surtout sur UN personnage. Celui que j’attendais depuis un bon moment, maintenant… et je commençais à m’impatienter. La Sorcière n’aime pas s’impatienter.
Depuis le début de la série, chaque cas est couvert par la présence rassurante du chef de nos bons petits soldats : le lieutenant John Stillman. On va dire qu’à ce jour, il ne servait pas à grand-chose, tout juste à encadrer, voire recadrer si nécessaire. Ah ah, et pourtant, ce faisant, en ce qui me concerne il a acquis une aura assez remarquable, m’inspirant un respect phénoménal.
De là la question cruciale : alors et lui, c’est quoi, son problème ?

Eh bien son problème, c’est justement ce cas précis. L’assassinat de Tim Barnes en 1980, parti acheter un cahier, petit trajet dont il n’est jamais revenu.

23 ans plus tard, Stillman n’a toujours pas résolu cette enquête qui lui a pourtant coûté cher tant il s’est investi dedans. Comme il le confie à Lilly.

Stillman : I lost my marriage over a case I couldn’t even solve.

Et si aujourd’hui il tient à se repencher dessus, c’est que sa propre fille, née à ce moment-là, est elle-même enceinte.
Je peux vous dire que la superposition du Stillman de 2003 et de celui de 1980 est hallucinante. Le physique, les voix qui se fondent… Au point qu’il y a eu des moments où j’ai dû me demander lequel des deux acteurs était utilisé pour telle ou telle scène.

L’enquête en elle-même ne m’a pas passionnée, mais j’ai été touchée par la détresse des parents, celle de 2003 car ils ne se sont jamais remis de la perte de leur fils, et celle de 1980 parce qu’ils sont dépassés par leurs tâches en tant que parents de trois petits monstres qu’ils ont bien du mal à gérer.

Le fait que l’on soupçonne soudain la mère renforce encore l’horreur de la situation. Pauvre femme qui, dans un moment d’égarement, a demandé à Dieu de la soulager de son fardeau, et qui quelques minutes plus tard se retrouve avec un fils mort sur les bras.

L’intervention des trois couillus de la crim’ allège un peu l’atmosphère (thank god). Les voir se planter avec leurs petits fauteuils pliants à un endroit stratégique où tous les drogués viennent se ravitailler pour faire coucou aux bagnoles qui passent, ça m’a fait hurler de rire. Tous les trois, ils ont un sacré potentiel comique. Et puis la fraîcheur de Scotty qui découvre, ravi, ce genre de petit plan, c’est trop mignon.

J’attendais aussi avec impatience notre première intrusion dans le monde de Lilly, et ma foi, je n’ai pas été déçue. J’ai presque été étonnée que cela arrive si vite, alors qu’on commence tout juste à gérer les informations concernant son enfance. Là, c’est bien sûr l’ami Kite qui force un peu la porte de son foyer. Pas con, le gars. Si Lilly ne dit pas non, c’est que ça veut dire oui.
Eh bien je ne m’attendais pas non plus à tomber sur une antenne de la SPA. Didjou, mais ces chats sont passés au rouleau compresseur, ou quoi ?

Lilly : I thought you liked cats ?
Kite : Cats, not… mutants.

Lilly : This is Olivia. And this is…
Kite : Tripod ?

Il est amusant, ce garçon, il me plaît bien. Quelqu’un pour lui dire qu’il va avoir du mal à arriver à ses fins ?

Bonne chance quand même.

Pour en revenir à l’enquête, j’ai quand même beaucoup aimé le coup du prêtre qui a reçu la confession du tueur mais qui ne veut pas rompre le secret. C’est énorme.

Lilly : Even if that person killed an 8-year-old boy ?
Father Declan : Even if.

La manière qu’ont Scotty et Lilly d’exploiter ça est grandiose. Tout simplement en amenant le prêtre dans les locaux au moment où leur suspect s’y trouve, le faisant flipper à mort.
Quelle tristesse de constater que c’est le vendeur du magasin, écoeuré de voir le petit lui piquer un tube de colle pour filer à une bande de Blacks qui l’ont raquetté, qui lui file une mandale, le laissant sur le carreau.

Encore une fois, sans nous mentir, les flashbacks nous ont bien manipulés. C’est ce même vendeur qui avait pourtant fait grâce au gosse des quelques cents qui lui manquaient pour acheter son cahier…

Et cette fois, c’est Stillman qui reçoit la visite furtive de la victime…

Tandis que Lilly qui n’a pas voulu que son soupirant la voie les cheveux détachés referme cette porte brièvement ouverte sur sa vie quotidienne…

C’est bien, c’est très très bien…

Posted by on Août 18, 2008 in Cold case | 18 comments

18 Comments

  1. "La Sorcière aime Supertramp. La Sorcière a été bercée au son de Supertramp."

    Un point commun que nous avons aussi, chère Sorcière, en plus des séries

  2. C’est bizarre, la scène ou ils font le guet devant le repère du dealer me dit quelque chose, pourtant, je crois bien que je n’ai pas vu l’épisode…

  3. Une fille qui a des chats est forcément une fille bien 😀 !
    C’était le commentaire utile du jour …

  4. <= Shopgirl :Une fille qui a des chats est forcément une fille bien 😀 !
    C’était le commentaire utile du jour … =>
    Un peu comme Selina Kyle ?
    Hmm Kathryn Morris en Catwoman façon Michelle Pfeiffer…
    C’était le second commentaire utile du jour… 😉

  5. Mais vous êtes tous très en forme ! 😀

  6. Aaaaah, j’adore, ça commence à décoller…. Ils ont tous trouvé leurs repères les personnages, à ce stade-là, et c’est savoureux. Enjoy!
    Et puis, ça fait du bien une série policière américaine où les "bad guys", vrais responsables des drames, s’en sortent et permettent d’échapper à tout boniment moralisateur. Les enquêtes laissent un arrière-goût bien amer, et ça c’est vraiment nouveau dans ce genre de séries.

  7. J’ai déjà vu les deux suivants, god help me, je n’arrive plus à suivre avec les reviews !

  8. <= Marge Alton : et ça c’est vraiment nouveau dans ce genre de séries =>
    FAUX ! Ca fait 18 ans que NEW YORK DISTRICT montre ce genre de choses (contrairement à ses 3 spin-offs qui sont loin de la qualité de leur aînée)
    Ravi de te retrouver sur ce blog Miss Daktari ! 😉

  9. "FAUX ! Ca fait 18 ans que NEW YORK DISTRICT montre ce genre de choses"
    Tout à fait d’accord, Jérôme, je connais suffisamment cette éternelle série pour adhérer à ce que tu dis. Malgré tout, Law and order n’a jamais su épaissir ses enquêteurs comme y arrive Cold case. La dernière saison mets un peu plus en lumière les personnages de la partie judiciaire, mais tout de même il leur a fallu 18 ans quand cold case le fait au bout d’une demi-saison….
    Donc je maintiens ma préférence!! 😉
    Moi aussi ravie de te retrouver!

  10. ah!! je me souviens de cette épisode, et de la façon dont nos trois (nouveaux) compères squattent le quartier, c’est vraiment hilarant!!

    mais c’est pas plutôt un quartier où il y a des péripatéticiennes?!

  11. ça me fait penser : est ce que vous considérerez que "fils de péripatéticienne" soit une insulte?? je viens de me marrer en m’imaginant insulter quelqu’un comme ça…

  12. Aussi, aussi !

  13. C’est à cet heure-ci que se réveille une sorcière le dimanche ?

    Ou est-ce qu’elle rentre dans sa tanière ?

    BTW: ravi de voir enfin plus de com’ sur CC

  14. La Sorcière est à pied d’oeuvre depuis déjà une heure, mon brave ! 😀

  15. <= Marge Alton : Tout à fait d’accord, Jérôme, je connais suffisamment cette éternelle série pour adhérer à ce que tu dis. Malgré tout, Law and order n’a jamais su épaissir ses enquêteurs comme y arrive Cold case. La dernière saison mets un peu plus en lumière les personnages de la partie judiciaire, mais tout de même il leur a fallu 18 ans quand cold case le fait au bout d’une demi-saison…. Donc je maintiens ma préférence !! =>
    Et c’est ton droit !!
    Mais tu sembles oublier l’incroyable 6ème season finale, dans lequel en 1 seul épisode, on apprend l’essentiel de la vie de 5 des 6 protagonistes, sans la moindre enquête, la série osant ainsi casser son concept…

    <= Marge Alton : Moi aussi ravie de te retrouver! =>
    C’est pas beau de mentir 😉

  16. "on apprend l’essentiel de la vie de 5 des 6 protagonistes"
    celui qui se finit par un accident?? je me souviens l’avoir vu il n’y a pas longtemps, et le début laisse perplexe, tant c’est décalé!!
    mais, honnêtement, ça parait presque trop facile, de faire un épisode juste pour ça…

    je préfère largement des petits indices parsemés, qui nous font plus réfléchir et nous fait sortir des hypothèses parfois farfelues, parfois très juste (ou Sorcièresque, je vais commencer à employer ce mot!!)

  17. Moi aussi je préfère le jeu de piste… j’ai du mal à accrocher aux séries où les personnages ne sont là que pour l’enquête… six saisons pour savoir qui ils sont… oh my God ! 😀

  18. Pareil!! OMG!!
    "Mais tu sembles oublier l’incroyable 6ème season finale"… c’est pas faux… vu que je n’ai pas vu cette saison… oups, zory!! 😀

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top